Art de la guerre monétaire et économique

Article du Jour :  » Le Plan Kalergi ou LA PANEUROPE » Par Franc Gaulois

« Le Plan Kalergi ou LA PANEUROPE »

Peu de gens savent qu’un des principaux protagonistes du processus européen est aussi celui qui a planifié et programmé le génocide des peuples européens. Il s’agit d’un obscur personnage dont les masses ignorent l’existence, mais que les « puissants » considèrent comme étant le père fondateur de l’Union Européenne.

Son nom est Richard Coudenhove Kalergi.

En coulisse, loin des projecteurs, il a réussi à attirer dans ses filets les plus importants chefs d’Etat. Ils soutiendront et feront la promotion de son projet d’unification européenne. En 1922, il fonda à Vienne le mouvement « Paneuropéen », qui visait l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial basé sur une Fédération de Nations dirigée par les Etats-Unis. L’unification de l’Europe aurait été le premier pas vers un unique Gouvernement Mondial.

Avec la montée du fascisme en Europe, le Plan a du être momentanément stoppé, et l’Union Paneuropéenne contrainte de se dissoudre. Mais, après la seconde guerre mondiale, Kalergi, grâce à une frénétique et infatigable activité, grâce aux appuis de Winston Churchill, de la loge maçonnique B’nai B’rith et d’importants quotidiens comme le New York Times, réussit à faire accepter son projet au gouvernement des USA.

L’ESSENCE DU PLAN KALERGI

Dans son livre « Praktischer Idealismus », Kalergi déclare que les habitants des futurs « Etats Unis d’Europe » ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux. Il affirmait, sans demi-mesure, qu’il était nécessaire de « croiser » les peuples européens avec les Asiatiques et les Noirs, pour créer un troupeau multi-ethnique sans qualités spécifiques et facile à dominer pour les élites au pouvoir.

Voilà comment Gerd Honsik décrit l’essence du Plan Kalergi :

« L’homme du futur sera de sang mêlé. La future race eurasiato-negroïde, très semblable aux anciens Egyptiens, remplacera la multiplicité des peuples.

Kalergi proclama qu’il fallait abolir le droit à l’autodétermination des peuples et, successivement, éliminer les nations en utilisant les mouvements ethniques séparatistes ou l’immigration allogène de masse.

Pour que les élites puissent dominer l’Europe, il prévoyait de transformer les peuples homogènes en un peuple métissé ; il attribuait aux métis des caractéristiques de cruauté et d’infidélité, entre autres. Ce peuple, selon lui, devait être créé et ce nouveau peuple métissé permettrait à l’élite de lui être supérieure.

En éliminant d’abord la démocratie, à savoir le pouvoir du peuple, et ensuite le peuple lui-même avec le métissage, les Blancs devaient être remplacés par une race métissée facile à dominer.

En abolissant le principe d’égalité de tous devant la loi et en préservant les minorités de toute critique, avec des lois extraordinaires les protégeant, on réussirait à contrôler les masses. Les politiques de l’époque ont écouté Kalergi, les puissances occidentales se sont basées sur son Plan, les journaux et les services secrets américains ont financé ses projets. Les leaders de la politique européenne savent bien que c’est lui l’instigateur de cette Europe dirigée par Bruxelles et Maastricht.

Kalergi, inconnu de l’opinion publique, est considéré comme le père de Maastricht et du multiculturalisme. Ce qui est révolutionnaire dans son Plan, est qu’il ne préconise pas un génocide pour atteindre le pouvoir, mais qu’il prévoit de créer des « sous-humains » qui, en raison de caractéristiques négatives comme l’incapacité et l’instabilité, toléreront et accepteront cette « noble race » (ndt noble race = élite). »

(source: http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kalergi-genocide-des-172751)

Depuis Kalergi, de l’eau s’est ruée sous les ponts et c’est un torrent qui emporte tout sur son passage, nauséeux et mortel!

Les salauds n’étant pas une race en voie d’extinction se multiplièrent pour apporter leur pierre d’achoppement. Vous les connaissez tous, ceux de l’ombre mis à part !

Alors, me direz-vous : « mon écrit présent est hors-sujet »!

Que nenni ! Tout est relié par une fil conducteur souterrain, maléfique, qui serpente maintenant à ciel ouvert, sans complot et sans gêne, et qui mène aux camps de la FEMA:

Les camps de La FEMA aux USA : La prétendue « crise » de 2008 visait à siphonner le monde de ses richesses sous l’égide d’une violence élitaire telle qu’aucune loi ne peut encore l’infléchir. Seule vacille la culture de solidarité dans les démocraties qui expirent.

Parallèlement à l’essor de Daesh, un nouvel ordre mondial se prépare, créant les conditions de possibilité d’une barbarie insoupçonnée fondée non sur la race, mais sur toute opposition aux visées des puissances financières qui manipulent les États en sous-main.

À quoi d’autre servirait le Patriot Act, la multiplication des lois sur le renseignement ou l’insidieuse tentation visant à « pucer » chaque humain ?

Autre question : à quel usage sont destinés les 600 camps de concentration disséminés sur le territoire américain pouvant recevoir 20 000 personnes chacun, les milliers de cercueils en plastique pouvant contenir plusieurs cadavres,http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-plan-kalergi-genocide-des-172751 et les 100 000 wagons de prisonniers à trois étages munis de menottes et de chaînes, que la Federal Emergency Management Agency (Fema) a commandés à des entreprises

Un lien, parmi tant d’autres (celui-ci n’a pas encore disparu):

Camps amerloques, camps néo-nazis zélandais, Französische Lager und ihre Kapos … Tous les chemins mènent à Rome! Nous rentrons dans les camps du cirque!

Cela me rappelle vaguement quelqu’horreur étoilée du XXè siècle… les peuples qui ignorent leur passé n’ont pas de présent, leur seul futur est dans l’esclavage, la mort programmée…Et heureux s’ils ont encore du pain et des jeux. De la brioche peut-être?

« Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s’y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l’idée même de révolte ne viendra même plus à l’esprit des hommes. L’idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, l’on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l’éducation, pour la ramener à une forme d’insertion professionnelle. Un individu inculte n’a qu’un horizon de pensée limitée et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l’accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l’information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif. Surtout pas de philosophie. Là encore, il faut user de persuasion et non de violence directe : on diffusera massivement, via la télévision, des informations et des divertissements flattant toujours l’émotionnel ou l’instinctif. On occupera les esprits avec ce qui est futile et ludique. Il est bon, dans un bavardage et une musique incessante, d’empêcher l’esprit de penser. On mettra la sexualité au premier rang des intérêts humains. Comme tranquillisant social, il n’y a rien de mieux. En général, on fera en sorte de bannir le sérieux de l’existence, de tourner en dérision tout ce qui a une valeur élevée, d’entretenir une constante apologie de la légèreté ; de sorte que l’euphorie de la publicité devienne le standard du bonheur humain et le modèle de la liberté. »

Extrait du livre « Sagesse et révolte » de Serge Carfantan

« Le bourgeoisisme, qui s’oppose à l’esprit populaire comme à l’aristocratique, domine la civilisation occidentale : morale de l’intérêt, recherche individualiste du bien-être, indifférence aux enracinements et aux solidarités avec son propre peuple, ignorance complète du sacré. »

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. « On nous a traités de « semeurs de panique ». C’est bien ce que nous cherchons à être. C’est un honneur de porter ce titre. La tâche morale la plus importante aujourd’hui consiste à faire comprendre aux hommes qu’ils doivent s’inquiéter et qu’ils doivent ouvertement proclamer leur peur légitime. Mettre en garde contre la panique que nous semons est criminel. La plupart des gens ne sont pas en mesure de faire naître d’eux-mêmes cette peur qu’il est nécessaire d’avoir aujourd’hui. Nous devons par conséquent les aider. » Et si je suis désespéré, que voulez-vous que j’y fasse ?, »
    Gunther ANDERS

    J'aime

  2. Saint Grégoire le grand disait:
    Celui qui ne se réjouit pas à l’approche de la
    fin du monde s’affirme donc comme l’ami du monde, et il est par là même convaincu d’être
    l’ennemi de Dieu. Qu’il n’en soit pas ainsi des cœurs des fidèles. Qu’il n’en soit pas ainsi de ceux
    qui croient par la foi à l’existence d’une autre vie, et qui montrent par leur manière d’agir qu’ils
    aiment cette autre vie. Car pleurer sur la destruction du monde convient à ceux qui ont planté les
    racines de leur cœur dans l’amour du monde, qui ne recherchent pas la vie future, et ne
    soupçonnent même pas son existence. Mais nous, qui connaissons les joies éternelles de la patrie
    céleste, nous devons nous empresser vers elles en toute hâte. Il nous faut souhaiter d’y aller au
    plus vite et d’y atteindre par le plus court chemin.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s