REBLOG

Le discours le plus important du président Trump (écrit en Français)/Mise à jour de la situation, 3 décembre – Trump invoque la disposition sur l’ingérence étrangère de son décret exécutif de 2018, autorisant une réponse militaire à la cyberguerre, voir NSPM 13

Le discours le plus important du président Trump


Par Donald Trump − Le 3 décembre 2020 − Source cleverjourneys.com

Merci. C’est peut-être le discours le plus important que j’ai jamais prononcé. Je veux faire le point sur nos efforts en cours pour dénoncer la formidable fraude électorale et les irrégularités qui ont eu lieu pendant les élections ridiculement longues du 3 novembre.

Préambule de CleverJourneys

Le mercredi 2 décembre 2020, le président Donald J. Trump s'est adressé à la nation avec un discours sérieux qu'il a considéré comme peut-être «le discours le plus important que j'aie jamais prononcé».

Immédiatement après avoir terminé, comme on pouvait s'y attendre, les médias grand public sont passés en mode d'attaque en mentant, en interprétant mal et en utilisant la propagande contre le président.

CleverJourneys présente la transcription (en trois parties) du discours du président Trump pour offrir un compte rendu juste et vrai de ce qu'il a réellement dit. Nous croyons fermement que la plupart des Américains ont la liberté et la capacité de penser par eux-mêmes.
Note du Saker Francophone

Notre traduction a essayé de ne pas trop s'éloigner du style improbable et cahoteux de Trump, en insistant sur la nécessité de préserver la compréhension du propos.

Nous avons passé ce qu’on appelait le jour des élections. Nous avons maintenant des jours, des semaines et des mois d’élections, et beaucoup de mauvaises choses se sont produites pendant cette période ridicule, surtout lorsque vous n’avez presque rien à prouver pour exercer votre plus grand privilège, le droit de vote.

En tant que président, je n’ai pas de devoir suprême autre que celui de défendre les lois et la Constitution des États-Unis. C’est pourquoi je suis déterminé à protéger notre système électoral, qui est maintenant attaqué et assiégé de façon coordonnée.

Pendant des mois, avant l’élection présidentielle, nous avons été avertis qu’il ne fallait pas déclarer une victoire prématurée. On nous a répété à maintes reprises qu’il faudrait des semaines, voire des mois, pour déterminer le vainqueur, compter les bulletins de vote par correspondance et vérifier les résultats.

On a dit à mon adversaire de ne pas participer aux élections, de ne pas faire campagne. « Nous n’avons pas besoin de vous. Nous la tenons. Cette élection est terminée ». En fait, ils agissaient comme s’ils savaient déjà quel allait être le résultat. Ils l’avaient gagnée et peut-être est-ce le cas, malheureusement pour notre pays. Tout cela était très, très étrange.

Quelques jours après l’élection, nous avons assisté à un effort orchestré pour oindre le vainqueur alors même que de nombreux États clés étaient encore en cours de comptage.

Le processus constitutionnel doit pouvoir se poursuivre. Nous allons défendre l’honnêteté du vote en veillant à ce que chaque bulletin légal soit compté et qu’aucun bulletin illégal ne soit compté.

Il ne s’agit pas seulement d’honorer les votes de 74 millions d’américains qui ont voté pour moi, il s’agit de faire en sorte que les Américains puissent avoir confiance en cette élection et dans toutes les élections futures.

Aujourd’hui, je vais détailler certaines des irrégularités choquantes, des abus et des fraudes qui ont été révélés ces dernières semaines, mais avant de présenter juste une petite partie des preuves que nous avons découvertes, et nous avons tellement de preuves, je veux expliquer le schéma de corromption du vote par correspondance dans le système de votation que les démocrates ont systématiquement mis en place et qui permettait de modifier le vote, en particulier dans les États en balance, qu’ils devaient gagner.

Ils ne savaient tout simplement pas que ça allait être si difficile, car nous étions largement en tête dans tous les États en balance, bien plus qu’ils ne l’auraient jamais cru possible.

S’il est entendu depuis longtemps que la machine politique Démocrate se livre à la fraude électorale de Detroit à Philadelphie, à Milwaukee, à Atlanta, dans tant d’autres endroits. Ce qui a changé cette année, c’est la volonté incessante du Parti Démocrate d’imprimer et d’envoyer par la poste des dizaines de millions de bulletins de vote à des destinataires inconnus, sans aucune garantie d’aucune sorte.

Cela a permis à la fraude et aux abus de se produire à une échelle jamais vue auparavant. Utilisant la pandémie comme prétexte, les politiciens et les juges Démocrates ont radicalement changé les procédures électorales quelques mois, et dans certains cas, seulement quelques semaines avant les élections du 3 novembre.

Très rarement, les législatures [des États] ont été impliquées et constitutionnellement, elles auraient dû être impliquées, mais très, très rarement, et vous verrez que, alors que nous continuons à intenter nos poursuites, ce qui s’est passé est constitutionnellement et absolument incorrect, même d’un point de vue juridique.

De nombreux États, comme le Nevada et la Californie, ont envoyé des millions de bulletins de vote en direct à chaque personne inscrite sur leurs listes électorales, que ces personnes aient demandé des bulletins de vote ou non, qu’elles soient mortes ou vivantes, elles ont obtenu des bulletins de vote.

D’autres États, comme le Minnesota, le Michigan et le Wisconsin, ont voté le scrutin universel par correspondance en plein milieu d’une année électorale, envoyant des formulaires de demande de vote par correspondance à tous les électeurs de tous les listes. Peu importe qui ils étaient.

Cette expansion colossale du vote par correspondance a ouvert les portes à une fraude massive.

C’est un fait bien connu que les listes électorales sont remplies de personnes qui ne sont pas légalement habilitées à voter, y compris celles qui sont décédées, qui ont quitté leur État, et même les non-citoyens de notre pays.

En outre, les enregistrements sont criblés d’erreurs, de mauvaises adresses, d’entrées en double et de nombreux autres problèmes. Ceci n’est pas contesté. Cela n’a jamais été contesté.

Des dizaines de comtés dans les principaux États en balance ont plus d’électeurs inscrits sur les listes que de citoyens en âge de voter, y compris 67 comtés du Michigan. Tout cela est prouvé.

Dans le Wisconsin, le Conseil des élections de l’État n’a pas pu confirmer la résidence de plus de 100 000 personnes, mais a refusé à plusieurs reprises de retirer ces noms de ses listes électorales avant les élections. Ils savaient pourquoi, personne d’autre ne le savait. Je savais pourquoi. C’étaient des électeurs illégaux.

C’est une parodie qu’en 2020, nous n’avons aucun moyen de vérifier l’éligibilité de ceux qui ont voté à une élection et c’est une élection importante, ou de déterminer qui ils sont, s’ils vivent dans l’État ou si ce sont même des citoyens américains. Nous n’en avons aucune idée.

Nous avons dans tous les États en balance des infractions majeures ou une fraude pure et simple, qui est beaucoup plus importante, en nombre, que ce qui suffirait à renverser les résultats d’un État.

En d’autres termes, dans le Wisconsin, par exemple, où nous étions bien en place le soir des élections, ils nous ont finalement fait perdre miraculeusement 20 000 voix. Je peux vous montrer ici, que dans le Wisconsin, nous sommes de loin en tête, puis à 3h42 du matin, on a assisté à une énorme arrivée de votes, principalement pour Biden, presque tous Biden.

À ce jour, tout le monde essaie de comprendre : « D’où cela vient-il ? » Mais je suis passé d’une situation largement en tête, à une situation ou j’ai perdu de peu et c’est alors à 3 h 42 du matin, dans le Wisconsin … une chose terrible, terrible, terrible.

Mais nous aurons bien plus, beaucoup plus que les 20 000 voix nécessaires pour inverser les résultats de cet État.

Si nous avons raison sur la fraude, Joe Biden ne peut pas être président. Nous parlons de centaines de milliers de votes. Nous parlons de chiffres comme personne n’en a jamais vu auparavant.

À titre d’exemple, dans certains États, nous serions en baisse de, disons, 7 000 votes, mais nous trouverons plus tard 20 000, 50 000, 100 000, 200 000 divergences ou votes frauduleux, et cela inclut les votes qui ont eu lieu lorsque les scrutateurs républicains n’ont pas été autorisés à surveiller, parce que les observateurs du scrutin ont été bloqués hors du bâtiment. Ou les gens qui sont venus voter innocemment le 3 novembre, qui étaient tous enthousiasmés par leur vote, ils étaient heureux. Ils étaient fiers d’être citoyens des États-Unis d’Amérique, et ils sont allés voter et ils ont dit : «Je voudrais voter.» On leur a dit qu’ils ne pouvaient pas voter. «Je suis désolé», leur a-t-on dit, «Je suis désolé. Vous avez déjà voté par bulletin de vote postal. Toutes nos félicitations. Nous avons reçu un bulletin de vote, vous ne pouvez donc plus voter.»

Ils ne savaient pas quoi faire. Ils n’avaient personne à qui se plaindre, la plupart sont simplement partis et ont dit : « C’est étrange. » Mais beaucoup de gens se sont plaints et se sont plaints avec véhémence, et dans de nombreux cas, ils ont rempli un bulletin de vote provisoire, qui n’a presque jamais été utilisé, mais dans pratiquement tous les cas, il s’agissait d’un vote pour Trump.

En d’autres termes, ils sont allés voter et on leur a dit qu’ils avaient voté alors qu’ils n’avaient pas voté. Ils sont partis et ils ont éprouvé de l’horreur et ils ont perdu le respect dans notre système.

Cela s’est produit des dizaines de milliers de fois dans tout le pays. Voilà à quel point les Démocrates étaient désespérés. Ils remplissaient les bulletins de vote de personnes ne sachant même pas si ces personnes allaient se présenter. Lorsqu’ils se sont présentés, ils ont dit : « Désolé, vous avez déjà voté. »

Au sommet de tout ceci, nous trouvons une entreprise très suspecte. Son nom est Dominion, avec le tour d’une molette ou le changement d’une puce, vous pouvez appuyer sur un bouton pour Trump et le vote va à Biden. De quel genre de système s’agit-il ?

Nous devons repasser au vote papier, peut-être que cela prend plus de temps. Mais le seul système sécurisé est le papier. Pas ces systèmes que personne ne comprend, y compris dans de nombreux cas, les personnes qui les dirigent. Bien que, malheureusement, je pense qu’ils les comprennent beaucoup trop bien.

Dans un comté du Michigan, par exemple, qui utilisait les systèmes Dominion, ils ont constaté que près de 6 000 votes avaient été transférés à tort de Trump à Biden, et ce n’est que la pointe de l’iceberg. C’est ce que nous avons dégoté. Combien n’en avons-nous pas attrapé ?

Y a-t-il des centaines d’autres exemples dans tout le pays ? Y en a-t-il des milliers ? Nous avons juste eu de la chance et ils ont appelé cela un problème, mais nous avons trouvé de nombreux problèmes ce soir-là, et 96% des dons politiques de la société Dominion sont allés à des Démocrates, sans surprise.

Franchement, quand vous regardez qui dirige l’entreprise, qui est responsable, à qui elle appartient, ce que nous ne savons pas, où les votes sont-ils comptés ?  Nous pensons qu’ils sont comptés dans les pays étrangers, pas aux États-Unis, Dominion est un désastre.

Les autorités électorales du Texas ont bloqué à plusieurs reprises l’installation des systèmes Dominion en raison de préoccupations concernant les failles de sécurité et le potentiel d’erreurs et de fraude pure et simple. Chaque district qui utilise les systèmes de Dominion doit être soigneusement surveillé et soigneusement étudié.

[inaudible à 12 h 00 min] surveillé et soigneusement étudié, mais pas seulement pour l’avenir. Pour le moment, nous nous inquiétons du présent et de ce qui s’est passé avec une élection que nous avons gagnée sans conteste.

Sous ma direction, les Républicains ont remporté presque toutes les gouverneurs des États-Unis, ce à quoi l’on ne s’attendait pas. Nous avons augmenté de seize sièges nos représentants à la Chambre. Les chiffres sont toujours en cours de calcul, car il y a neuf sièges que personne ne sait vraiment attribuer. Ils ne savent pas.

Deux semaines plus tard, c’est toujours à l’étude, car c’est un gâchis. Les républicains étaient censés perdre de nombreux sièges, et au lieu de cela, ils ont remporté ces sièges à la Chambre, et une élection très importante à venir déterminera si nous détenons ou non le Sénat.

David Perdue et Kelly Leffler sont deux personnes formidables. Malheureusement, en Géorgie, ils utilisent le même horrible système Dominion, et il est déjà apparu que, pensez-y, des centaines de milliers de votes par correspondance ont été demandés.

Vous vérifiez qui demande ces bulletins de vote. La différence est que c’est un État, et nous y regarderons de près, plus que personne n’avait jamais regardé auparavant, car nous devons remporter ces deux sièges au Sénat.

L’énorme succès que nous avons eu à la Chambre des représentants et l’énorme succès que nous avons eu jusqu’ici au Sénat, sont un succès inattendu dans tout le pays et ici même à Washington.

Il est statistiquement impossible que la personne, moi, qui a mené l’accusation puisse perdre.

Les plus grands sondeurs, les vrais sondeurs, pas ceux qui nous ont fait perdre dix-sept points dans le Wisconsin alors que nous avons réellement gagné, ou ceux qui nous ont fait perdre quatre ou cinq points en Floride, alors que nous avons gagné de nombreux points, ou même au Texas, où l’on nous prévoyait à égalité ou perdant alors que nous avons gagné, et de loin, pas ces sondeurs, mais de vrais sondeurs.

Les sondeurs qui sont justes et honnêtes ont dit : « Nous ne pouvons pas comprendre une chose comme ça. Cela n’est jamais arrivé auparavant. Vous avez mené le pays à la victoire et vous êtes le seul à avoir perdu. Ce n’est pas possible. »

Le Président de la Chambre d’un certain État a déclaré : « Monsieur, je m’attendais à perdre mon siège, et à la place, grâce à vous, et grâce à cette incroyable marée, et  tous ces rassemblements, nous avons eu une énorme victoire, et tout le monde le sait. Vous êtes beaucoup plus populaire que moi, monsieur, sauf que j’ai obtenu beaucoup plus de votes que vous et qu’il est impossible que cela se produise. Il y a quelque chose qui ne va pas. »

Je vais vous dire ce qui ne va pas, la fraude électorale. Voici un exemple. C’est le Michigan. À 6 h 31 du matin, une avalanche de 149 772 votes est arrivée de façon inattendue. Nous gagnions de beaucoup. Ce lot a été reçu avec horreur.

Personne n’en sait rien. Au fait, c’est votre ligne de conduite. C’est l’une des nombreuses. Voici ce qui est normal, et tout d’un coup, regardez ça. C’est normal, normal. Regardez même ici, normal, puis boum, tout d’un coup, je passe d’une large victoire à une défaite serrée. C’est corrompu.

Detroit est corrompu. J’ai beaucoup d’amis à Detroit. Ils le savent, mais Detroit est totalement corrompu. Regardez ceci, regardez ceci. Il était 6 h 31 du matin, c’est arrivé de manière inattendue.

Dans le récent recomptage en Géorgie, ce qui ne veut rien dire parce qu’ils ne veulent pas vérifier les signatures, et si vous n’allez pas vérifier les signatures en Géorgie, cela ne fonctionne pas, mais nous avons un secrétaire de l’État et un gouverneur qui ont rendu très difficile la vérification des signatures.

Pourquoi ? Vous devriez leur demander, mais sans correspondance de signature ni contrôle, cela ne vaut rien.

Ils ont trouvé des milliers et des milliers de votes désordonnés, tous contre moi. C’était lors d’un recomptage que je ne pensais même pas important. Ils ont trouvé des milliers de votes, et ce recomptage ne vaut rien. Ce qui compte, c’est celui qui est en cours maintenant, à cause du fait que les résultats sont si proche, ils devaient légalement faire un autre recomptage, mais le recomptage doit être un recomptage où ils vérifient les signatures. Sinon, ils vérifient simplement la même chose malhonnête. Cela ne comptera pas.

Dans ce cas, les signatures sur les enveloppes sont la seule chose qui soit pertinente. Nous comparerons la signature sur l’enveloppe aux signatures d’élections précédentes et nous constaterons que plusieurs milliers de personnes ont signé ces bulletins de vote illégalement.

Les Démocrates ont truqué cette élection dès le début. Ils ont utilisé la pandémie, parfois appelée virus chinois, où elle est née comme excuse pour envoyer des dizaines de millions de bulletins de vote, ce qui a finalement conduit à une grande partie de la fraude, une fraude que le monde entier surveille, et là, personne n’est plus heureux en ce moment que la Chine.

De nombreuses personnes ont reçu deux, trois et quatre bulletins de vote. Ils ont été envoyés aux morts par milliers. c’est vrai, des personnes décédées, et nous en avons de nombreux exemples, ont rempli des bulletins de vote, ont fait des demandes, puis ont voté, ce qui est encore pire.

En d’autres termes, les morts sont passés par un processus. Certains sont morts depuis 25 ans. Des millions de votes ont été exprimés illégalement dans les seuls États en balance, et si tel est le cas, les résultats de chacun de ces États  doivent être annulés et annulés immédiatement. Certains disent que c’est hors de portée, que c’est trop dur. Eh bien, cela signifie-t-il que nous créons un précédent et que nous venons d’élire un président dont les votes étaient frauduleux ?

Non, cela signifie qu’il faut contourner l’élection, et tout le monde le sait sans aller plus loin, et ils ont vu les preuves, mais ils ne veulent pas parler de la catastrophe de cette élection, une catastrophe totale, mais nous allons le montrer, et j’espère que les tribunaux, en particulier la Cour suprême des États-Unis le verront, et respectueusement, espérons-le, les juges feront ce qui est juste pour notre pays, car notre pays ne peut pas vivre avec ce genre d’élection.

Nous pourrions dire, passons à la suivante, mais non, nous devons aussi regarder notre passé. Nous ne pouvons pas laisser cela se produire.

Vous aurez peut-être à revoter, mais je ne pense pas que ce soit approprié. Lorsque ces votes sont corrompus, lorsqu’ils sont irréguliers, lorsqu’ils se font prendre, ils sont annulés et je gagne très facilement.

Dans tous les États, je gagne très facilement, les États en balance, tout comme je les ai gagnés à 10 heures du soir, le jour de l’élection. Nous ne cherchons pas à vous montrer 25 votes erronés ou frauduleux, ce qui ne veut rien dire, car cela n’inverse pas les résultats de l’État, ni cinquante, ni cent. Nous vous montrons des centaines de milliers de personnes bien plus que ce dont nous avons besoin, bien plus que la marge, bien plus que ce que la loi exige. Nous pouvons montrer à maintes reprises ce qui est nécessaire pour gagner un État.

Les médias le savent, mais ils ne veulent pas le signaler. En fait, ils refusent carrément de le couvrir, car ils connaissent le résultat s’ils le font.

Même ce que je dis maintenant sera éreinté et décrié, mais ce n’est pas grave. Je continue simplement d’avancer, car je représente 74 millions de personnes et, en fait, je représente également toutes les personnes qui n’ont pas voté pour moi.

L’escroquerie du vote par correspondance est la dernière partie de leurs efforts de quatre ans pour renverser les résultats de l’élection de 2016, et c’était comme vivre en enfer. Nos adversaires ont prouvé à maintes reprises qu’ils diront et feront tout pour revenir au pouvoir.

Les forces corrompues qui enregistrent les électeurs morts et bourrent les urnes sont les mêmes qui ont perpétré un canular bidon et frauduleux après l’autre. Vous le voyez maintenant depuis quatre ans.

Ces intérêts enracinés s’opposent à notre mouvement, car nous accordons la priorité à l’Amérique. Ils ne donnent pas la priorité à l’Amérique, et nous vous redonnons le pouvoir, à vous le peuple américain. Ils ne veulent pas de l’Amérique d’abord, ils ne veulent du pouvoir que pour eux-mêmes. Ils veulent gagner de l’argent, c’est pourquoi ils ne veulent pas de moi comme président. J’ai fait l’objet d’une enquête peu de temps après avoir annoncé que j’étais candidat à la présidence. Quand je me suis immédiatement trouvé au premier rang des sondages pour les primaires républicaines, les enquêtes ne se sont jamais arrêtées. Elles ont duré quatre ans, et je les ai toutes gagnées, je les ai toutes battues. La Russie, la Russie, la Russie, le canular de la destitution, et bien plus encore.

Robert Mueller a dépensé 48 millions de dollars de l’argent des contribuables pour enquêter sur moi pendant deux ans et demi, a émis plus de 2 800 citations à comparaître, exécuté près de 500 mandats de perquisition, émis 230 ordonnances de dossiers de communication et mené 500 entretiens avec des témoins, tous cherchant à me faire tomber. Il n’y a pas eu de collusion à la fin, rien du tout.

Le sénateur Marco Rubio, chef de la commission du renseignement du Sénat, a déclaré : «Le comité n’a trouvé aucune preuve que le candidat de l’époque Donald Trump, ou sa campagne, était de connivence avec le gouvernement russe.» Et je remercie le sénateur Rubio pour cette déclaration.

Maintenant, j’entends que ces mêmes personnes qui n’ont pas réussi à m’avoir à Washington ont envoyé des éléments d’information à New York, pour essayer de me coincer là-bas. Tout a été répété, encore et encore.

Pour 48 millions de dollars, vous passez par des déclarations de revenus, vous passez par tout. La procureur générale de New York, qui s’est récemment présentée aux élections, a fait campagne sans me connaître en déclarant : «Nous nous joindrons aux forces de l’ordre et aux autres procureurs généraux de tout le pays pour démettre ce président de ses fonctions.» Je ne l’ai jamais rencontrée. Il est important que tout le monde comprenne qu’elle est amère.

« Il est important que tout le monde comprenne », a-t-elle dit, « que les jours de Donald Trump touchent à leur fin. »

Et c’est tout ce que cela a été, une grande enquête à Washington et à New York et dans tout autre endroit qui peut enquêter, parce que c’est ce qu’ils veulent faire. Ils ne veulent pas me renverser, mais nous abattre.

Alors nous ne pourrons jamais les laisser faire ça. Tout a été examiné. Un de mes amis, qui est très intelligent, a déclaré : «Vous en avez probablement vu plus que quiconque. Vous avez probablement fait l’objet d’une enquête plus que quiconque. Et le fait que vous ayez un bilan de santé propre fait de vous probablement la personne la plus saine de ce pays.»

Certains membres de cette administration, mais heureusement pas tous, ont été éreintés et décriés. Ils ont simplement disparu. Personne ne sait ce qui leur est arrivé. Pourquoi ne sont-ils pas actifs ? Pourquoi ne sont-ils pas impliqués ? Il y a tellement de choses dans lesquelles s’impliquer.

La corruption est tellement endémique. Ils n’en pouvaient plus. Ils ont été menacés par les Démocrates de destitution et des choses horribles ont été dites à leur sujet. Et ce sont de bonnes personnes.

Même récemment, la cheffe du GSA [General Services Administration] a été traquée et harcelée comme elle l’a rapporté, comme elle ne l’a jamais été auparavant.

Que puis-je dire ? Nous avons coincé Comey , nous avons coincé McCabe. Nous les avons tous attrapés.

Nous attendons toujours un rapport d’un homme du nom de Durham, à qui je n’ai jamais parlé et que je n’ai jamais rencontré. Ils peuvent me poursuivre avant les élections autant qu’ils le souhaitent, mais malheureusement, M. Durham ne voulait pas s’attaquer à ces gens, ni avoir quoi que ce soit à faire avec eux avant les élections. Alors, qui sait s’il va même faire un rapport.

Mais si vous regardez les mensonges, les fuites, les actes illégaux commis par tant de gens et leur désir de blesser le président des États-Unis, quelque chose devrait se passer.

La chose la plus difficile que j’ai à faire est d’expliquer pourquoi rien ne se passe avec toutes ces personnes qui se sont fait prendre en train d’espionner ma campagne.

Cela n’est jamais arrivé auparavant et cela ne devrait plus jamais arriver à un président des États-Unis.

Tout ce que vous avez à faire est de regarder les audiences et de constater par vous-même. Les preuves sont accablantes. La fraude que nous avons recueillie ces dernières semaines est écrasante, en rapport avec notre élection.

Tout le monde dit : «Wow, les preuves sont accablantes», quand ils peuvent les voir. Mais est-il vraiment trop tard pour changer le cours d’une élection ? Est-il trop tard pour changer le résultat ?

En fait, il reste encore beaucoup de temps pour certifier le vrai vainqueur de l’élection et c’est pour cela que nous nous battons.

Mais peu importe quand cela se produit, quand ils voient des fraudes, quand ils voient les faux votes et quand ces votes sont beaucoup plus nombreux que nécessaire, vous ne pouvez pas laisser une autre personne vous voler cette élection.

Partout dans le pays, les gens se rassemblent pour brandir des pancartes «Arrêtez le vol».

Pour comprendre comment nous allons contester cette fraude, il est important de connaître les problèmes liés au vote par correspondance. La Pennsylvanie, le Michigan, le Nevada, la Géorgie, l’Arizona et la plupart des autres États ont permis à n’importe qui d’obtenir un bulletin de vote par correspondance et de voter sans présenter de pièce d’identité. Le vote s’est déroulé entièrement sur le système de l’honneur, aucune identification d’aucune sorte n’était requise.

La plupart des Américains seraient également choqués d’apprendre qu’aucun État du pays ne vérifie la citoyenneté américaine comme condition pour voter aux élections fédérales. C’est une honte nationale.

Aucun autre pays avancé ne procède à des élections de cette manière. De nombreux pays européens ont institué des restrictions majeures sur le vote par correspondance, notamment parce qu’ils reconnaissent le potentiel presque illimité de fraude.

Sur 42 pays européens, tous sauf deux interdisent entièrement les votes par correspondance pour les personnes qui résident à l’intérieur du pays, ou bien ils exigent que ceux qui ont besoin de bulletins de vote par correspondance présentent une carte d’identité très, très convaincante.

Tout au long de l’effort Démocrate pour étendre considérablement le vote par correspondance, les dirigeants du Parti Démocrate ont également travaillé avec fébrilité pour bloquer les mesures, conçues pour se protéger contre la fraude, comme la vérification de la signature, la vérification de la résidence ou l’identité de l’électeur.

Et il était presque impensable que nous devrions demander la confirmation de la citoyenneté. Pouvez-vous croire cela ?

Ce ne sont pas des actions de gens qui veulent des élections justes. Ce sont les actions de personnes qui veulent voler les élections, et qui sont prêtes à utiliser la fraude.

La seule raison concevable pour laquelle vous bloquez les mesures de bon sens pour vérifier l’éligibilité au vote est que vous essayez d’encourager, d’activer, de solliciter ou de commettre des fraudes.

Il est important que les Américains comprennent que ces changements destructeurs de nos lois électorales n’étaient pas une réponse nécessaire à la pandémie. La pandémie a simplement donné aux Démocrates une excuse pour faire ce qu’ils essayaient de faire depuis de très nombreuses années.

En fait, le tout premier projet de loi que les Démocrates de la Chambre ont présenté lorsque Nancy Pelosi est devenue présidente, était une tentative de rendre obligatoire le vote universel par correspondance et d’éliminer des mesures telles que l’identification des électeurs, qui est si nécessaire.

L’érosion dramatique de l’intégrité de nos élections était la priorité numéro un des Démocrates pour une raison simple, ils voulaient voler l’élection présidentielle de 2020.

Tous les efforts des Démocrates pour étendre le vote par correspondance ont jeté les bases de la fraude systématique et omniprésente qui s’est produite lors de cette élection.

En Pennsylvanie, de grandes quantités de bulletins de vote par correspondance et par procuration ont été traitées illégalement. Et en secret, à Philadelphie, dans les comtés d’Allegheny, sans la présence de nos observateurs. Ils n’étaient pas autorisés à être présents. En fait, ils n’étaient même pas autorisés dans la même pièce.

Ils ont été expulsés du bâtiment et ils ont regardé de l’extérieur vers l’intérieur, mais ils n’avaient même aucun moyen de  voir, car il n’y avait pas de fenêtres. Et les fenêtres qui étaient là étaient barricadées.

Les Démocrates sont même allés devant la Cour suprême de Pennsylvanie pour empêcher les observateurs d’avoir accès au dépouillement.

Il n’y a qu’une seule raison possible pour laquelle la machine politique Démocrate corrompue s’opposerait à la transparence lors du dépouillement. C’est parce qu’ils savent qu’ils cachent des activités illégales. C’est très simple.

C’est un phénomène flagrant, inexcusable. Et un préjudice irréversible qui tache toute l’élection, mais cette pratique sans précédent d’exclusion de nos observateurs, nos surveillants du vote, comme certains les appellent, s’est produite dans les villes dirigées par les Démocrates et dans les États clés de tout le pays.

Voici quelques-uns des faits supplémentaires que nous avons découverts. De nombreux électeurs de toute la Pennsylvanie ont reçu deux bulletins de vote par la poste, et de nombreux autres ont reçu des bulletins de vote par la poste alors qu’ils n’ont jamais rien demandé. Nombreux sont ceux qui reçoivent des bulletins de vote, sans même savoir à quoi ils servaient. Et encore une fois, tant de gens ont reçu plus d’un bulletin de vote. Dans certains cas, plus de deux bulletins. Et ils se sont avérés être, pour la plupart, des Démocrates.

Dans le comté de Fayette, en Pennsylvanie, plusieurs électeurs ont reçu des bulletins de vote déjà remplis. Ils ne savent pas ce qui s’est passé.

Dans le comté de Montgomery, en Pennsylvanie, un observateur du scrutin a entendu des électeurs non inscrits se faire dire de revenir plus tard pour essayer de voter sous un autre nom.

Des dizaines de milliers d’électeurs à travers la Pennsylvanie ont été traités différemment selon qu’ils étaient Républicains ou Démocrates.

Les électeurs qui ont soumis des bulletins de vote défectueux dans certaines circonscriptions Démocrates ont été informés et invités à corriger leurs bulletins de vote, tandis que dans les circonscriptions Républicaines, et en particulier les électeurs Républicains, n’ont pas été informés, ce qui enfreint clairement la clause d’égalité de protection de la Constitution des États-Unis.

«Si vous êtes Démocrate, nous allons arranger votre bulletin de vote, nous assurez qu’il est parfait. Si vous êtes Républicain, nous ne vous dirons rien.»

Dans le Michigan, un employé de carrière, dans la ville de Detroit, avec les travailleurs de la ville, a incité les électeurs à voter directement Démocrate, tout en les accompagnant pour voir pour qui ils votaient, violant la loi et le caractère sacré du scrutin secret. Vous ne pouvez pas faire ça.

La même employée dit qu’elle a reçu pour instruction de ne demander aucune pièce d’identité et de ne pas tenter de valider les signatures. On lui a également dit d’antidater illégalement des bulletins de vote, de très nombreux bulletins reçus après la date limite.

C’est quelque chose qui est tellement inconstitutionnel, elle estime que des milliers et des milliers de bulletins de vote ont été indûment antidatés par elle et beaucoup d’autres.

D’autres témoins à Detroit ont également vu nos fonctionnaires électoraux compter plusieurs fois des lots des mêmes bulletins de vote, ainsi que dupliquer illégalement des bulletins.

Un observateur a témoigné avoir vu beaucoup d’urnes contenant toutes la même signature.

Un autre observateur à Detroit a témoigné sous serment qu’il avait vu d’innombrables bulletins de vote valides qui n’appartenaient pas à des électeurs correctement inscrits, puis a vu des employés électoraux du comté de Wayne entrer de fausses dates de naissance dans le système, afin de les compter illégalement.

Des témoins scientifiques sous serment, donc en d’autres termes vous allez en prison si vous mentez, ont témoigné qu’après l’annonce des responsables électoraux, les derniers votes des absents avaient été reçus, un lot de dizaines de milliers de bulletins de vote est arrivé, beaucoup sans enveloppe, votant tous pour les Démocrates.

Dans le Wisconsin, un nombre record d’électeurs ont été classés comme confinés indéfiniment. Un statut réservé aux personnes gravement handicapées, également aux personnes âgées, qui leur permet de voter sans présenter de pièce d’identité.

L’année dernière, environ 70 000 personnes ont revendiqué ce statut dans tout l’État. Cette année, le nombre était miraculeusement de près de 250 000 électeurs, après que les responsables électoraux de Milwaukee et du comté de Dane, quelques-uns des endroits politiques les plus corrompus de notre pays, aient exhorté les citoyens à s’inscrire de manière incorrecte sous ce statut. Et ils ont été enregistrés à des niveaux qui n’ont jamais existé.

Dans le Wisconsin, il y a environ 70 000 bulletins de vote par procuration qui n’ont pas de demandes de vote correspondant comme l’exige la loi.

En Géorgie, neuf observateurs ont témoigné avoir vu d’innombrables bulletins de vote irréguliers sans enveloppe, ni inscriptions indiquant que les bulletins de vote ne sont pas arrivés dans des plis comme requis.

Une observatrice du scrutin du comté de Fulton a estimé qu’environ 98% du grand nombre de bulletins de vote inhabituellement vierges qu’elle a vus étaient pour Biden. Nombre très inhabituel.

En outre, des milliers de bulletins de vote non comptés ont été découverts dans les comtés de Floyd, Fayette et Walton des semaines après l’élection, et ces bulletins provenaient principalement d’électeurs de Trump. Ils n’ont pas été comptés. Ils venaient d’électeurs Trump.

À Detroit, tout le monde a vu l’énorme conflit et la façon horrible dont les deux enquêteurs républicains ont été traités parce qu’ils ne voulaient pas voter quand ils ont vu que 71% des circonscriptions n’étaient pas conformes [le nombre de votes est supérieur au nombre de votants].

De plus, il y a eu plus de votes que d’électeurs. Pensez-y. Vous avez eu plus de votes que d’électeurs. C’est une question facile à comprendre et par milliers.

En Arizona, les électeurs en personne, dont le vote dépassait le nombre total de votants inscrits, ont provoqué des messages d’erreur de la part du calculateur et  ont été invités à appuyer sur un bouton qui entraînait l’annulation de leur vote.

Toujours en Arizona, le procureur général a annoncé que des bulletins de vote avaient été volés dans des boîtes aux lettres et cachés sous un rocher.

Dans le comté de Clark, dans le Nevada, où résident la plupart des électeurs de l’État, les normes de correspondance d’une signature, à l’aide de la machine de vérification de signature, ont été intentionnellement abaissées pour permettre le décompte d’un grand nombre de bulletins de vote qui, autrement, n’auraient jamais été acceptés.

Cette machine a été réglée au niveau de contrôle le plus bas.

Selon un rapport, afin de tester le processus, neuf électeurs du comté de Clark ont ​​voté avec des signatures intentionnellement incorrectes, et huit des neuf bulletins ont été acceptés et comptés.

Ils ont dit que vous pouviez signer avec le nom du Père Noël et que cela serait accepté.

La semaine dernière, la Commission du comté de Clark a annulé les résultats d’une élection locale après que le responsable du registre a signalé avoir trouvé, citation, «des écarts que nous ne pouvons pas expliquer».

Toujours au Nevada, certains électeurs ont participé à un tirage au sort pour plus d’une douzaine de chèques-cadeaux d’une valeur allant jusqu’à 250 dollars s’ils pouvaient prouver qu’ils avaient voté.

Cela a eu lieu dans les réserves indiennes.

L’un des signes les plus significatifs d’une fraude généralisée est le taux de rejet extrêmement bas des bulletins de vote par correspondance dans de nombreux États en balance. Ce sont les États que je devais gagner.

Dans les États en balance, l’un après l’autre, le nombre de bulletins de vote rejetés a été considérablement inférieur à ce qui aurait été prévu sur la base des expériences antérieures.

Cela signifie des années et des années de vote. En Géorgie, à peine 0,2%, soit nettement moins de 1%, des bulletins de vote par correspondance ont été rejetés. En d’autres termes, presque aucun n’a été rejeté. Ils ont tous été pris. Rien n’a été rejeté, pratiquement, contre 6,4% en 2016 alors que certains pensent que 6,4% était un chiffre faible.

Pensez-y. Presque aucun n’a été rejeté. Lors de l’élection précédente, 6,4% ont été rejetées. Nous avons constaté des baisses similaires en Pennsylvanie, au Nevada et au Michigan. Les bulletins de vote n’ont pas été rejetés, surtout s’ils se trouvent dans des régions Démocrates. Ces irrégularités sont inexplicables à moins qu’il n’y ait un effort délibéré pour accepter des bulletins de vote inadmissibles ou des bulletins de vote frauduleux.

En Pennsylvanie, le secrétaire d’État et la Cour suprême de l’État ont pour l’essentiel, aboli les exigences de vérification des signatures quelques semaines seulement avant les élections, en violation de la loi de l’État. Ils n’étaient pas autorisés à le faire. Cela doit être approuvé par le législateur. Un juge ne peut pas le faire. Un État ne peut pas le faire. Un fonctionnaire ne peut pas le faire. Le seul qui peut le faire, c’est le législateur.

La raison en est claire. Ils ne vérifiaient pas les signatures parce qu’ils savaient que les bulletins de vote n’avaient pas été remplis par les électeurs au nom desquels ils avaient été déposés.

En d’autres termes, des gens les ont remplis qui n’avaient rien à voir avec les noms inscrits sur le bulletin de vote.

Un simple recomptage des bulletins de vote dans ces circonstances ne fait qu’aggraver la fraude.

La seule façon de déterminer s’il y a eu un vote honnête est de procéder à un examen complet des enveloppes dans les États concernés. Vous constaterez que bon nombre d’entre elles, des dizaines de milliers, ont des signatures frauduleuses.

Un audit complet est nécessaire pour s’assurer que seuls les bulletins légaux d’électeurs légalement inscrits, qui ont été correctement déposés, sont inclus dans le décompte final.

Cette élection porte sur une grande fraude électorale, une fraude qui n’a jamais été vue comme ça auparavant.

Il s’agit des observateurs qui n’étaient pas autorisés à regarder. Tellement illégal.

Il s’agit de bulletins de vote qui ont afflué et personne, à part quelques-uns, ne savait d’où ils venaient. Ils ont été comptés, et ils n’étaient pas pour moi.

Il s’agit d’une grande avance pour moi le soir des élections, d’énormes écarts, des écarts pour lesquels j’étais félicité pour une victoire décisive facile. Tout à coup, le matin ou quelques jours plus tard, ces écarts se sont rapidement évaporés.

Il s’agit du nombre de bulletins de vote envoyés dont personne ne sait d’où ils viennent.

Il s’agit de machines qui étaient défectueuses, de machines qui ont été arrêtées pendant certaines parties de la soirée, miraculeusement relancées avec plus de votes.

Il s’agissait de bien d’autres choses, mais surtout de fraude. Cette élection a été truquée. Tout le monde le sait. Cela ne me dérange pas de perdre une élection, mais je veux perdre une élection juste et équitable.

Ce que je ne veux pas faire, c’est laisser voler le peuple américain. C’est pour cela que nous nous battons. Nous n’avons pas d’autre choix que de faire cela. Nous en avons déjà la preuve. Nous avons déjà les preuves, et c’est très clair.

De nombreuses personnes dans les médias et même des juges ont jusqu’à présent refusé de l’accepter. Ils savent que c’est vrai. Ils savent que c’est là. Ils savent qui a remporté les élections, mais ils refusent de dire : «Vous avez raison». Notre pays a besoin que quelqu’un dise : « Vous avez raison. »

En fin de compte, je suis prêt à accepter tout résultat électoral exact, et j’espère que Joe Biden l’est également.

Nous en avons déjà la preuve. Nous avons déjà des dizaines de milliers de bulletins de vote de plus qu’il n’en faut pour renverser le résultat dans tous ces États dont nous parlons.

Il s’agit d’une élection pour la plus haute fonction dans le plus grand pays de l’histoire du monde. Tout Américain raisonnable devrait pouvoir convenir, sur la base de ce que nous avons déjà documenté, que nous avons besoin d’une analyse systématique des bulletins de vote par la poste pour examiner les enveloppes. Il s’agit de la signature. Si elles sont sur les enveloppes, nous ne pouvons que les examiner, et cela nous dira tout.

C’est le minimum absolu auquel nous devons nous attendre. Il ne s’agit pas seulement de ma campagne, même si cela a beaucoup à voir avec qui sera votre prochain président.

Il s’agit de restaurer la foi et la confiance dans les élections américaines. Il s’agit de notre démocratie et des droits sacrés pour la garantie desquels des générations d’Américains se sont battus, ont souffert et sont morts. Rien n’est plus urgent ni plus important.

Les seuls bulletins de vote qui devraient compter dans cette élection sont ceux des électeurs éligibles qui sont citoyens de notre pays, résidents des États dans lesquels ils ont voté et qui ont voté de manière légale avant la date limite légale.

De plus, nous ne devons plus jamais avoir d’élection dans laquelle il n’y a pas de système fiable et transparent pour vérifier l’éligibilité, l’identité et la résidence de chaque personne qui dépose un bulletin de vote, un bulletin de vote très, très précieux.

De nombreuses personnes très intelligentes m’ont félicité pour tout ce que nous avons fait [durant mon mandat] : les plus grandes réductions d’impôts de l’histoire, les réductions de réglementation, les plus importantes de l’histoire. Nous avons reconstruit notre armée. Nous avons pris soin de nos vétérans comme jamais auparavant, nous avons créé une Space Force et bien plus encore.

Ils ont ensuite ajouté que, « aussi grands et aussi importants que soient ces événements, la plus grande réalisation de votre présidence sera exactement ce que vous faites actuellement : l’intégrité des élections pour notre nation. » C’est plus important que tout ce dont nous avons discuté.

Si nous n’éliminons pas la fraude, la terrible et horrible fraude qui a eu lieu lors de nos élections de 2020, nous n’avons plus de pays.

Avec la détermination et le soutien du peuple américain, nous rétablirons l’honnêteté et l’intégrité de nos élections. Nous rétablirons la confiance dans notre système de gouvernement. Merci. Dieu vous bénisse. Dieu bénisse l’Amérique.

Donald Trump

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Mise à jour de la situation, 3 décembre – Trump invoque la disposition sur l’ingérence étrangère de son décret exécutif de 2018, autorisant une réponse militaire à la cyberguerre, voir NSPM 13

Image: Situation Update, Dec. 3rd – Trump invokes foreign interference provision of his 2018 executive order, authorizing military response to cyber warfare, see NSPM 13

Posez-vous la question suivante: quel était l’objet du discours d’hier à la Maison Blanche sur la fraude électorale et le trucage des votes?

Si vous pensez que tout était question de communication de Trump avec les gens, détrompez-vous. Ce discours portait en réalité sur la communication de Trump avec Chris Miller et le DoD à propos de l’ingérence étrangère dans les élections américaines tout en exposant les principales justifications de sécurité nationale nécessaires pour invoquer ce que j’appelle «l’option de sécurité nationale» pour défendre les États-Unis contre une tentative de coup d’État en cyberguerre.

Dans cet article, je présente des détails tirés du 10 USC, section 394. Sous-titre A, partie 1, chapitre 19, «Autorités concernant les cyberopérations militaires», ainsi que les mémorandums présidentiels de sécurité nationale (NSPM) # 13, couvrant les «cyberopérations offensives». Voir ci-dessous.

Dans la mise à jour de la situation d’aujourd’hui (3 décembre), j’expose tous les détails sur la façon dont Trump vient d’invoquer le cadre juridique – et les dispositions de sécurité nationale – nécessaires pour permettre au secrétaire à la Défense (Chris Miller) d’activer des processus militaires menant à une tactique démantèlement des ennemis domestiques et des traîtres actifs.

Voici le podcast complet du 3 décembre. Le podcast de demain (4 décembre) fournira encore plus de détails sur le NSPM et les autres efforts mis en place par l’équipe de renseignement du DOD de Trump pour piéger les démocrates dans des actes de trahison et de guerre contre l’Amérique.

Brighteon.com/85eb594a-046e-48b7-989d-25a1d868ba67

 

Décoder le discours du 2 décembre du président Trump

Considérez ce que Trump a dit dans le discours d’hier. Vous pouvez regarder le discours complet ici, mais si vous ne savez pas quoi écouter, vous manquerez tous les termes importants. Environ 95% de ce discours était du remplissage. Seulement 5% compte vraiment, comme je le détaille ci-dessous:

 

https://www.brighteon.com/09367977-9f6b-434e-a805-1c438a612982

Premièrement, il déclare qu’il a prêté serment pour défendre la Constitution des États-Unis contre le «siège» de guerre en cours:

En tant que président, je n’ai pas de devoir plus élevé que de défendre les lois et la constitution des États-Unis. C’est pourquoi je suis déterminé à protéger notre système électoral, qui est maintenant sous assaut et siège coordonnés.

Il explique ensuite que le vote a été truqué de manière criminelle avec une «fraude» (qui est un crime) et qu’il est maintenant temps d’annuler les résultats des élections et de les corriger:

Des millions de votes ont été exprimés illégalement dans les seuls États swing, et si tel est le cas, les résultats de chaque swing states doivent être annulés et annulés immédiatement.

Ensuite, il explique que la Chine faisait partie de tout ce plan depuis le tout début, via leur ingénierie et le lancement du coronavirus, que les démocrates ont utilisé pour justifier les bulletins de vote de masse qui ont été utilisés pour voler l’élection. Cette déclaration invoquait spécifiquement des éléments de sécurité nationale de nos protocoles de défense:

Les démocrates ont truqué cette élection depuis le début. Ils ont utilisé la pandémie comme excuse pour envoyer des dizaines de millions de bulletins de vote, ce qui a conduit à une grande partie de la fraude… et il n’y a personne plus heureux que la Chine.

Trump appelle ensuite à un «audit médico-légal complet», qui ne peut évidemment avoir lieu que sous l’autorité militaire, puisque les responsables des élections locales sont des criminels corrompus et frauduleux. Il explique cela lui-même:

L’érosion dramatique de l’intégrité de nos élections était la priorité numéro un des démocrates. Pour une raison simple: ils voulaient voler l’élection présidentielle de 2020. Tous les efforts des démocrates pour étendre le vote par correspondance ont jeté les bases de la fraude systématique et omniprésente qui s’est produite lors de cette élection.

Puis, environ 30 minutes après le début du discours, il invoque un langage juridique qui fait clairement référence au décret exécutif de Trump du 12 septembre 2018 qui décrit les recours en cas d’ingérence étrangère dans les élections américaines. Voici ce que dit Trump:

La seule raison concevable pour laquelle vous bloquez les mesures de bon sens pour vérifier l’éligibilité légale au vote est que vous essayez d’encourager, d’activer, de solliciter ou de commettre une fraude. Il est important que les Américains comprennent que ces changements destructeurs de nos lois électorales n’étaient PAS une réponse nécessaire à la pandémie. La pandémie a simplement donné aux démocrates une excuse pour faire ce qu’ils essayaient de faire pendant de nombreuses années.

Notez attentivement la phrase «… essayer d’encourager, de permettre, de solliciter ou de commettre une fraude».

Où avons-nous entendu quelque chose de très similaire auparavant? Dans l’EO 2018, qui décrit qui sera soumis à la saisie de tous ses actifs par le gouvernement des États-Unis – et notez que cela s’applique aux entreprises, aux particuliers, aux partenariats et même aux organismes sans but lucratif: (italiques ajoutés)

Seconde. 2. a (ii) avoir apporté une aide matérielle, parrainé ou fourni un soutien financier, matériel ou technologique pour, ou des biens ou services à ou à l’appui de, toute activité décrite au paragraphe (a) (i)

Seconde. 2. a (i) avoir participé directement ou indirectement, parrainé, dissimulé ou autrement été complice d’une ingérence étrangère dans une élection aux États-Unis;

Ainsi, Trump vient d’invoquer l’OE 2018 et a envoyé un signal indéniable à Chris Miller du DoD (ainsi qu’à de nombreux autres groupes) que les démocrates, les médias traîtres et les géants complices de la Big Tech se sont tous engagés à dissimuler, à défendre ou à soutenir «ingérence étrangère» dans les élections américaines.

Trahison, vols de restitution et tribunaux militaires

Quel est le remède pour de telles actions de trahison contre les États-Unis?

En vertu de la loi américaine existante, tenter de truquer les votes est un crime. En vertu du droit militaire en temps de guerre, c’est une trahison. Et dans le cadre de l’OE 2018, chacune des entités engagées dans ce comportement verra tous ses actifs saisis par le Trésor américain.

Traduit en langage clair, cela signifie que Twitter, Facebook, CNN, le Washington Post, Google, MSNBC, etc., peuvent désormais tous être complètement saisis, fermés ou repris par l’administration Trump, car ils sont tous engagés dans la les comportements définis décrits dans l’EO 2018, que Trump vient de citer.

Considérez cela alors que j’énumère toutes les preuves que les avocats de Trump et les membres de l’équipe du «chapeau blanc» du DoD possèdent maintenant, dont une grande partie sera sûrement présentée à SCOTUS, très probablement par Sidney Powell, une fois que l’une de ses affaires atteindra ce niveau du système judiciaire. :

  • La directrice de la CIA, Gina Haspel, admet une ingérence électorale dans une confession complète qui a maintenant été acquise. (Ceci est couvert dans le podcast Mise à jour de la situation du 3 décembre, ci-dessus.)
  • Des dirigeants du Dominion ont avoué avoir conçu des portes dérobées dans les systèmes, ce qui a également été acquis.
  • L’analyse des paquets résulte des «chapeaux blancs» qui ont intercepté tout le trafic de truquage des votes en temps réel, ce qui inclut les instructions spécifiques des serveurs de la CIA pour ajouter les centaines de milliers de votes en temps réel aux machines de tabulation Dominion dans les états swing. Ceci est maintenant publiquement confirmé par le colonel Phil Waldron.
  • Fichiers journaux et preuves logicielles des serveurs de la CIA saisis à Francfort, qui fournissent une preuve physique et intellectuelle que la CIA a inséré des centaines de milliers de votes dans les machines de tabulation du Dominion.

Toutes ces preuves existent en ce moment. Trump a tout pour plaire. Son discours jette les bases officielles qui peuvent maintenant être citées par d’autres responsables (à savoir, le DoD et le Trésor, qui dirige les services secrets américains), afin de justifier leur propre lancement d’ordres pour de nouvelles arrestations, vols de restitution et activités de guerre nécessaires pour défendre les États-Unis d’Amérique contre des ennemis étrangers qui mènent une cyberguerre contre les États-Unis.

10 USC 394: Autorités concernant les cyberopérations militaires

Au cas où vous vous demandez si l’armée américaine sous Trump a vraiment l’autorisation de répondre à des actes de cyberguerre par des actions militaires conventionnelles coordonnées, lisez 10 USC, section 394. Sous-titre A, partie 1, chapitre 19, est disponible via uscode .house.gov:

(Je mets en gras les sections particulièrement importantes):

§394. Autorités concernant les cyberopérations militaires

(a) En général. – Le Secrétaire à la Défense doit développer, préparer et coordonner; préparer toutes les forces armées aux fins de; et, lorsque cela est dûment autorisé à le faire, mener des cyberactivités militaires ou des opérations dans le cyberespace, y compris des activités militaires clandestines ou des opérations dans le cyberespace, pour défendre les États-Unis et leurs alliés, y compris en réponse à une cyberactivité malveillante menée contre les États-Unis ou une personne américaine par une puissance étrangère.

(b) Affirmation d’autorité – Le Congrès affirme que les activités ou opérations mentionnées au paragraphe (a), lorsqu’elles sont dûment autorisées, comprennent la conduite d’activités ou d’opérations militaires dans le cyberespace avant les hostilités (comme ce terme est utilisé dans les Résolution (Public Law 93-148; 50 USC 1541 et suivants)) ou dans des zones où les hostilités n’ont pas lieu, y compris à des fins de préparation de l’environnement, d’opérations d’information, de protection des forces et de dissuasion des hostilités ou d’opérations de contre-terrorisme impliquant les forces armées des États-Unis.

(c) Activités ou opérations clandestines – Une activité ou opération militaire clandestine dans le cyberespace est considérée comme une activité militaire traditionnelle aux fins de la section 503 (e) (2) de la loi sur la sécurité nationale de 1947 (50 USC 3093 (e)) (2)).

f) Définitions – Dans cette section:

(1) L’expression «activité ou opération militaire clandestine dans le cyberespace» désigne une activité militaire ou une opération militaire menée dans le cyberespace, ou des actions préparatoires associées, autorisées par le Président ou le Secrétaire qui:

(A) est marqué par, détenu ou mené dans le secret, lorsque l’intention est que l’activité ou l’opération ne sera pas apparente ou reconnue publiquement; et

(B) doit être effectué

(i) dans le cadre d’un plan d’opération militaire approuvé par le Président ou le Secrétaire en prévision des hostilités ou selon les instructions du Président ou du Secrétaire;

(ii) pour dissuader, protéger ou se défendre contre des attaques ou des cyberactivités malveillantes contre les informations, réseaux, systèmes, installations, installations ou autres actifs des États-Unis ou du Département de la Défense; ou

(iii) à l’appui des capacités liées à l’information.

Trump a annoncé des «cyber-opérations offensives» une semaine seulement après la signature de son décret du 12 septembre 2018

Alors que vous réfléchissez à toutes les implications de cela, notez attentivement que 8 jours seulement après que le président Trump a signé son décret du 12 septembre 2018, l’administration Trump a annoncé le lancement de «cyberopérations offensives» contre des ennemis étrangers. Cela a été rapporté par le Washington Post, qui a expliqué: «La stratégie intègre une nouvelle directive présidentielle classifiée qui a remplacé celle de l’administration Obama… Elle permet à l’armée et à d’autres agences d’entreprendre des cyberopérations destinées à protéger leurs systèmes et les réseaux critiques du pays. « 

Qu’est-ce qui serait considéré comme des «cyberopérations offensives»? Kraken, bien sûr. Le 305e bataillon du renseignement militaire.

Bien sûr, à peine 8 jours plus tôt, le président Trump avait désigné l’infrastructure électorale comme «infrastructure critique». Alors maintenant, les pièces s’adaptent. Le cercle est terminé. Le vol électoral était une cyber-guerre contre des infrastructures américaines critiques. Cela autorise toutes sortes d’activités de sécurité nationale, telles que l’utilisation d’unités des forces spéciales de l’armée américaine pour attaquer la ferme de serveurs de la CIA à Francfort, qui a eu lieu peu après l’élection.

Toujours en 2018, le président Trump avait autorisé les mémorandums présidentiels sur la sécurité nationale (NSPM) n° 13, couvrant les «cyberopérations offensives». Voici une liste de tous les NSPM, mais notamment, les «cyberopérations offensives» sont un secret et ne sont pas rendues publiques.

En fait, l’administration Trump s’est battue pour garder ce document caché au Congrès, étant donné qu’en 2018, la Chambre était dirigée par Pelosi et d’autres acteurs traîtres qui venaient de réussir la cyberattaque de 2018 contre l’infrastructure électorale américaine, volant des dizaines de sièges à la Chambre afin de «gagner» une majorité à la Chambre, à partir de laquelle Adam Schiff pourrait lancer son programme de destitution pour tenter de retirer Trump du pouvoir.

Trump a pu empêcher la Chambre de lire NSPM # 13 pendant 17 mois, selon Fifth Domain, qui a rapporté:

«Sur une base bipartite, certains d’entre nous ont envoyé une lettre à l’administration Trump exigeant qu’ils partagent avec, au moins certains des dirigeants des comités des services armés, les règles d’engagement pour certaines cyber-contingences», le représentant Mac Thornberry, R- Texas, a déclaré à l’époque. «Les gens d’Obama nous ont donné cette information, les gens de Trump l’ont changé, mais ensuite ils ont hésité à nous le montrer.»

Ce que nous savons maintenant, c’est que Trump prévoyait le «piège» de la cyber-guerre / piqûre électorale de 2020 en 2018, et que ces protocoles de réponse à la cyberguerre ont été intentionnellement tenus à l’écart du Congrès aussi longtemps que possible pendant que des plans étaient mis en place pour attraper les démocrates en train de voler la prochaine élection (l’élection de 2020).

J’en discuterai plus en détail dans la mise à jour de la situation de demain (4 décembre), qui sera publiée sur le canal HRR sur Brighteon.com:

https://www.brighteon.com/channels/hrreport

Rassurez-vous, ce que nous savons maintenant avec une certitude absolue, c’est que Trump, Miller, Cohen-Watnick et d’autres acteurs clés ont mis en place une infrastructure de cyberguerre en 2018 qui leur permettrait de déclencher une réponse militaire nationale pour arrêter, détenir et poursuivre tous ceux-ci en tant que complices de l’attaque contre l’Amérique.

Les patriotes, en d’autres termes, sont vraiment aux commandes. Et ils ont planifié tout cela depuis 2018, mettant en place le cadre pour déclencher les ressources de sécurité nationale appropriées une fois que les démocrates ont pris l’appât et ont tenté de voler les élections de 2020.

Le GITMO doit être proche de sa pleine capacité à ce stade, avec beaucoup plus de détenus en route. Les arrestations massives arrivent. Trump est aux commandes, et les Démocrates qui savent ce qui se passe réellement sont plus que terrifiés. Ils savent qu’ils ont été pris. Certains seront accusés de trahison. Beaucoup devront faire face à des tribunaux militaires. Quelques-uns seront probablement exécutés après avoir été reconnus coupables de trahison.

Enfin, verrouillez et chargez, patriotes, car Trump pourrait encore avoir besoin d’un million de patriotes armés pour se présenter à DC alors que les moments critiques de tout cela sont annoncés publiquement. Attendez-vous à recevoir d’autres instructions de votre commandant en chef.

Mike Adams

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Natural News

 

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. et une réélection ? (tout du moins dans les états « suspectés » d’avoir subit des fraudes plus ou moins massives)

Laisser un commentaire