REBLOG

Article du Jour : Parfois, la vie est vraiment comme un mauvais rêve Par James Howard Kunstler

Parfois, la vie est vraiment comme un mauvais rêve


Par James Howard Kunstler − Le 11 décembre 2020 − Source Clusterfuck Nation

James Howard Kunstler

Quand vous pensez à la Cour suprême des États-Unis, c’est probablement l’image de son auguste façade gréco-romaine, exprimant les idées conjointes de démocratie (Grèce antique) et de république (Rome classique). Ou bien, vous pourriez imaginer la grande salle d’audience à l’intérieur – toujours représentée par des dessins, car les photos ne sont pas autorisées – qui est l’espace de représentation ultime pour le droit du pays.

Mais il doit y avoir tout un environnement dans les coulisses, des bureaux pour les juges et leurs greffiers, et sûrement une sorte de salle de réunion, ou même un salon confortable rempli de fauteuils club en cuir, bien rembourrés, d’une cheminée et d’un buffet avec la bouteille de sherry en cristal taillé. Croyez-vous que les neuf juges, ou du moins leurs deux partis politiques, se réunissent là-bas et palabrent de manière informelle sur les dossiers et les affaires ? Je le croirais bien.

Imaginez maintenant qu’ils sont en train de palabrer sur le cas actuel présenté par le Texas avec quoi … dix-huit autres États maintenant, plus le président, en renfort ? Le tribunal est-il vraiment réticent à s’occuper de l’affaire, comme le disent les médias ? Peut être. Mais s’ils l’acceptent, décideraient-ils finalement de ne pas perturber le déroulement actuel de l’élection – même si l’on prétend être en proie à la fraude électorale – par crainte de s’aventurer dans un désert constitutionnel, comme le disent d’autres ragots ? Peut être. Mais que se passe-t-il alors … ?

Hé, quoi que vous pensiez de Donald Trump, il est POTUS depuis quatre ans, avec l’accès à un tas d’informations non publiques sur ses collègues du gouvernement, y compris ceux d’entre eux qui ont filé la parfaite romance avec les tentacules de la Chine, et beaucoup plus. En conséquence, et motivé par quatre ans de harcèlement séditieux incessant par un Parti démocrate dérangé, supposeriez-vous que Trump avait un plan pour faire face à une version de ce qui s’est déroulé le 3 novembre ? Je le supposerais bien.

Je suppose, par exemple, que les alliés du renseignement militaire de M. Trump ont vu, en temps réel, le soir des élections, tous les paquets de données Internet que les machines de décompte des votes de Dominion aux États-Unis ont envoyés de l’autre côté de l’Atlantique au serveur de la CIA, du même Dominion, logé à Francfort, Allemagne, une station de cyberguerre. Ceci, sachez-le, alors que ces machines Dominion aux États-Unis étaient interdites, par la loi, de se connecter à Internet. Si vous êtes un lecteur régulier ici, vous vous souviendrez du récent rapport d’une opération des forces spéciales de l’armée américaine qui s’est rendue à la station de la CIA de Francfort, directement après les élections, et y a saisi des serveurs. Supposons que ces derniers ont subi une dissection médico-légale par la suite. Si vous étiez le président DJ Trump, soupçonneriez-vous que la CIA pourrait jouer à des jeux dangereux avec vous – et par extension, la nation ? Savez-vous que la Chine détient une participation de 75% dans la holding désormais propriétaire de Dominion ? Y a-t-il des raisons de supposer que la Chine est intervenue d’une manière ou d’une autre dans les élections ? Avec l’aide d’un Parti Démocrate enthousiaste et de la CIA ?

Est-ce que M. Trump, surtout lui, accepterait une telle chose ? Surtout compte tenu de la preuve que le «vainqueur» putatif de l’élection, Joe Biden, le gamin de Scranton, Pennsylvanie, était plongé jusqu’au cou, avec le reste de sa famille, dans des drôles de mic-macs financiers avec les chinois – sans parler de l’argent de l’Ukraine, du Kazakhstan, de la Russie et d’autres pays ? Remarque : les informations sur les preuves de tout ça, glanées sur l’ordinateur portable oublié par Hunter Biden dans une boutique de réparation, ont été délibérément supprimées en octobre par les principaux journaux et les chaînes de télévision par câble, avec l’aide de FacebookTwitter, et Google, et d’une clique de «cinquante anciens et actuels responsables du renseignement», conduits par John Brennan, ancien boss de la CIA d’Obama, qui ont dénoncé les rapports du New York Post dans une lettre publique comme de la «désinformation russe» – encore une autre conspiration séditieuse chez les Gremlins du marécage.

Savez-vous que dans les semaines qui ont suivi les élections, il y a eu des mouvements inhabituels d’avions militaires américains à travers le pays, y compris des avions de transport de troupes C-130 «Hercules» ? Et que la marine a deux groupes de porte-avions le long de la côte du Pacifique et trois le long de la côte atlantique ? C’est ce que j’entends. Rappelez-vous, le président a fait le ménage au sommet du Pentagone cet automne, et probablement pas pour rien. Cela ressemble à une préparation pour quelque chose … une action extraordinaire de l’exécutif pour empêcher l’intronisation, en tant que président, du risque pour la sécurité nationale connu sous le nom de Joe Biden – en l’absence de quoi que ce soit d’autre d’une manière strictement constitutionnelle qui empêcherait que cela se produise, comme une décision de la Cour suprême qui ordonnerait la rare procédure de transmission à la Chambre des représentants de la décision de résoudre la question de l’élection contestée de 2020, avec une forte probabilité statistique que l’organe réélise M. Trump.

C’est le genre de choses dont j’imagine que les juges de la Cour suprême pourraient palabrer et peser en dégustant leur sherry dans l’arrière-salle confortable de leur auguste club-house. Il y a, bien sûr, la probabilité qu’une décision aussi importante que celle de laisser le vote à la décision de la Chambre provoquerait une réponse violente et folle de la part des guerriers de rue du Parti Démocrate, BLM et Antifa – d’où les vols de C-130 déployant peut-être des troupes à travers le pays. Cette fois, attendez-vous à ce que les Black Blocs se fassent botter le cul de belle manière, et rapidement. Attendez-vous également à une série d’arrestations époustouflantes de célébrités politiques pour des accusations telles que la trahison. Cela ressemble-t-il à un mauvais rêve ? Ouais, en quelque sorte. Mais voilà, c’est comme ça.

James Howard Kunstler

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

Catégories :REBLOG

Tagué:

2 réponses »

  1. Si biden, le crabe mou du bocal, est finalement élu, ce sera la nouvelle guerre de sécession.
    Idem, s’il prenait l’envie irrestistible aux démocraturges de liquider D.Trump.
    Ce dernier, malin comme un singe mitigé d’élephant, a su travailler en sous-marin depuis un bon bout de temps. Chapeau Monsieur Trump!
    Rusé comme le renard, attentif, intelligent et patient comme le loup, venimeux comme un crotale qui pourtant secoue ces sonnettes avant que de mordre, il est à mes yeux un véritable bestiaire que n’aurait pas renié notre Jean de La Fontaine!

    Cependant, bien qu’il ait balancé de méchants atemis à la clique Rockefeller, Soros, Obama, Clinton, écrasé le crabe mou, et mis tous les mondialistes face à une réalité qui les dépasse à présent, il n’a encore pas pu fracasser tout ce joli monde.
    Là se situe le danger car je demeure convaincu que le N.O.M n’acceptera pas sa défaite, hydre pour qui la destruction de la Nation américaine est indispensable et qui doit entraîner les autres nations dans un effet domino!
    (Se souvenir du discours d’un certain D.Rockefeller)

    S’il a donc déplacé des troupes qui lui sont acquises, évidemment que ce n’est pas pour un exercice de mirlitons en goguette!
    Ne pas s’inquiéter, le Général Michaël T.Flynn saura donner l’ordre de cogner très fort, de pendre et de fusiller; ça va être saignant s’il faut en arriver là!

    Il est évident que Mr Trump ne veut pas être celui par qui le malheur arrive; cependant, profondément amoureux de son pays, il ne cédera jamais la place aux mondialistes, sachant qu’ainsi il signerait la mort de sa Nation!
    Par ailleurs, les démocrates se fichant pas mal de l’avenir d’un pays dont ils n’ont rien à foutre n’accepteront pas que D.Trump reste en place; ils se doivent de faire sourire à papa Xi-Jinping pour lui renvoyer la balle, car malheur à qui trahit le Diable qui perdrait alors ses pièces en or…

    Hippocrate écrivit ceci: « Guerre, seule hygiène du monde »…

    Kärcher écrit: « Démocraturges du NOM décédés, pays nettoyé ».

    J'aime

  2. Après avoir minutieusement décodé la stratégie et les méthodes que la grande finance anglo-américaine a mis en branle depuis 1815 avec, entre autre, l’assassinat ( plus une tentative échouée contre Reagan) de 5 des 6 présidents US tirés à bout portant dans l’exercice de leur fonction, la Chine a froidement pris le parti d’en contrôler le logiciel. Et ce, après avoir été témoin de la mise sous contrôle en deux étapes de la finance nippone ( accords Plazza 1 et 2 jusqu’à celui de Bâle en 2004) et de la main mise sur des fleurons de son économie. L’ensemble des dettes US ( Nationale +des Etats fédéraux + celle de la FED + celle des produits dérivés pesant plus des 2/3 du total) serait de l’ordre de 800 000 Milliards à 1,2 million de milliards de dollars. La Chine qui, par ailleurs, connaît une dette de 250% son PIB…vis à vis de sa propre banque centrale, a pris à son propre jeu l’arnaque du dollar yoyo en acceptant d’acheter massivement de la dette souveraine US. Le japon et la Chine en détiennent plus de 71%. Pour mieux endormir la communauté internationale, notamment depuis que Bill Clinton avait validé l’entrée de la Chine au sein de l’OMC. Mieux endormir pour maintenir sous-évaluée de plus de 44% sa monnaie, le Yuan. La manœuvre du club des BRICS lui permettant de s’assurer des approvisionnements stratégiques en matières premières non renouvelables en échappant au recours du presque seul dollar….. Cette stratégie ayant récemment aboutie à la nouvelle zone de libre échange du Sud-Pacifique dans laquelle l’Inde ne devrait pas tarder, contrainte, à s’y intégrer. Un ennemi en moins ou du moins sous contrôle. Bref, mathématiquement, en tablant sur une monnaie qui ne vaudra plus rien, le dollar, l’ écart de compétitivité absolument inouï que cela lui a assuré lui permet, au final, d’avoir un solde largement positif tout en maintenant le revolver de la dette souveraine sur la tempe des USA. Sans compter avec l’assise politique que cela lui a désormais permis d’acquérir auprès du reste du Monde. Pour mener à bout cette stratégie elle doit absolument écarter le trublion Jacksonien qu’est Donald T. Ce dernier doit bien savoir que c’est sa peau qu’il joue en ce moment. Va-t-il aller jusqu’à renverser la table ? Perso, j’en doute compte tenu du nombre incalculable de gens compromis de près ou de loin par l’édifice d’une dette absolument ubuesque. Faute d’une réelle idéologie nouvelle, pour une autre forme de monnaie, ils sera immanquablement condamné à connaître le même épilogue que celui des confédérés qui n’avaient pas su analyser que le véritable motif de la guerre de Sécession se résumait à l’enjeu que représentait une main d’œuvre captive alors que les manufactures de la côte est étaient en rupture de main d’œuvre à cause du Far-West. Ce même Far-West qui s’accompagnant de l’avancée de la voie de chemin de fer reliant les deux côtes ouest et est et le long de laquelle villes et infrastructures nouvelles saturaient leurs bons de commande. Première guerre réellement industrielle que Marx et Engels ne surent pas analyser. La chute des USA annonce bien celle de l’Europe et donc d’une civilisation occidentale. Toute la question est de savoir combien de temps durera la prochaine, celle dont on devine les principaux traits en Chine.Ite missa est !!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s