REBLOG

Plus Ça Change : Une leçon française sur la débauche monétaire

Plus Ça Change : Une leçon française sur la débauche monétaire

PAR JADE · PUBLIÉ 1 JANVIER 2021 · MIS À JOUR 31 DÉCEMBRE 2020

La politique budgétaire a été modifiée pour passer à la vitesse de croisière et à la surmultiplication, au début de la récession liée au COVID. Pour faciliter la frénésie d’emprunts, la Réserve fédérale a pris des mesures monétaires sans précédent. En 2020, le déficit budgétaire (novembre 2019 – octobre 2020) a augmenté de 3.100 milliards de dollars et a été compensé par une augmentation de 3.200 milliards de dollars du bilan de la Réserve fédérale.

La Fed finance indirectement le gouvernement, mais est-ce qu’elle imprime de l’argent ? Techniquement, non. Cependant, elle se rapproche de plus en plus grâce à divers programmes de financement en coordination avec le département du Trésor.

La Fed va-t-elle un jour imprimer de l’argent ? A notre avis, il est de plus en plus probable que ce soit le cas, car les besoins pour assurer le service des intérêts et du principal de la dette existante, plus la nouvelle dette, dépassent de loin ce que l’économie produit.

Étant donné le décalage de plus en plus marqué entre la dette et l’activité économique, nous pensons qu’il est utile de raconter une histoire que nous avons écrite en 2015. Cet article est plus qu’une leçon d’histoire. Il illustre efficacement le chemin sur lequel les États-Unis et de nombreux autres pays sont actuellement engagés.

Cette histoire n’est pas une prévision, mais un simple rappel de ce qui s’est produit à plusieurs reprises dans le passé.

Au fil de la lecture, remarquez les lignes que les politiciens français utilisent pour persuader l’opposition de justifier l’impression de monnaie. Notez les similitudes avec les raisonnements utilisés par les banquiers centraux, les adeptes de la théorie moderne monétaire (TMM) et les économistes néo-keynésiens aujourd’hui. À l’époque, comme aujourd’hui, la politique monétaire est présentée comme un remède aux maux économiques. Comme on nous le rappelle constamment aujourd’hui, les actions monétaires massives ont des conséquences gérables, et l’échec est attribué au fait de ne pas agir avec suffisamment d’audace.

Notre gratitude va à feu Andrew D. White, dont nous avons beaucoup compté sur les travaux. Le compte rendu exquis de la France vers les années 1780-1790 a été bien documenté dans son article intitulé “L’inflation monétaire en France”, publié en 1896. Toutes les citations non attribuées ont été tirées de son article.

Avant que les presses n’impriment

Au cours des années 1700, la France a accumulé des dettes importantes sous les règnes des rois Louis XV et Louis XVI. La combinaison des guerres, du soutien financier important de l’Amérique pendant la guerre d’Indépendance et des dépenses publiques considérables ont été les principaux moteurs du déficit. Tout au long de la dernière partie du siècle, de nombreuses réformes financières ont été adoptées pour endiguer le problème, mais aucune n’a abouti. À quelques reprises, des hommes politiques favorables à l’austérité budgétaire ont démissionné ou ont été licenciés parce que le resserrement des courroies de transmission n’était pas populaire, et le roi ne voulait certainement pas d’une révolution sur les bras. Par exemple, en 1776, le nouveau ministre des finances Jacques Necker a estimé que la France était bien mieux lotie en contractant de gros emprunts auprès d’autres pays au lieu d’augmenter les impôts, comme l’avait fait valoir son prédécesseur récemment licencié. Necker a finalement été remplacé sept ans plus tard, lorsqu’on a découvert que la France avait de lourdes dettes, des déficits insoutenables et aucun moyen de les rembourser.

À la fin des années 1780, la gravité du déficit budgétaire de la France s’est accentuée. Des inquiétudes généralisées ont aidé l’Assemblée générale à introduire des réductions de dépenses et des augmentations d’impôts. Ces mesures ont été assez efficaces, mais le déficit a mis beaucoup de temps à se résorber. Cependant, le problème était que les citoyens étaient fatigués de la stagnation économique qui résultait du resserrement de la ceinture. La médecine de l’austérité fonctionne, mais les dirigeants n’ont pas la patience de régner longtemps sur une économie stagnante. La citation suivante de White résume bien la situation :

“Des mesures dignes d’un homme d’État, une surveillance attentive et une gestion avisée auraient sans doute conduit longtemps à un retour de la confiance, à la réapparition de l’argent et à la reprise des affaires ; mais cela impliquait de la patience et de l’abnégation, et, jusqu’à présent dans l’histoire de l’humanité, ce sont les produits les plus rares de la sagesse politique. Peu de nations ont jamais pu exercer ces vertus, et la France n’était pas alors l’une de ces rares”.

En 1789, les roturiers, les politiciens et les membres de la royauté ne cessent d’exprimer leur impatience face à la faiblesse de l’économie. Cela a conduit à l’idée que l’impression de la monnaie pouvait relancer l’économie. L’idée gagna en popularité et fut largement discutée dans les réunions publiques, les clubs informels et même à l’Assemblée nationale. Au début de 1790, les discussions détaillées au sein de l’Assemblée sur l’impression de la monnaie devinrent plus fréquentes. En quelques mois, les bavardages et les rumeurs sur l’impression de la monnaie ont fait boule de neige et ont donné naissance à un plan. La proposition, qui évolue rapidement, est de confisquer les terres de l’église, qui représentent plus d’un quart de la superficie de la France, pour “soutenir” les assignats nouvellement imprimés (le mot assignat est dérivé du mot latin assignatum – quelque chose de nommé ou d’assigné). Il s’agissait là d’une rupture radicale avec le Livre argenté et doré, la monnaie de la France de l’époque.

Les débats de l’Assemblée ont été animés, avec des opinions fortes des deux côtés de la question. Les opposants ont compris que l’impression de la monnaie fiduciaire avait échoué misérablement à de nombreuses reprises dans le passé. En fait, l’expérience française de la crise de la bulle du Mississippi de 1720 a résulté de la sur-émission de papier-monnaie. Cette crise a provoqué, selon les termes de White, “la plus effroyable catastrophe que la France ait connue à l’époque”. L’histoire était du côté de ceux qui s’opposaient au nouveau plan.

Les partisans de ce plan regardaient plus loin que l’histoire et pensaient que cette fois-ci serait différente. Ils pensaient que la quantité d’argent imprimé pourrait être contrôlée et finalement retirée si nécessaire. Il a également été avancé que l’argent frais encouragerait les gens à dépenser, et que l’activité économique reprendrait sûrement. Un autre argument populaire était que la France gagnerait à vendre les terres confisquées à son peuple, et que ces fonds l’aideraient à rembourser ses dettes. De plus, la propriété foncière par les masses renforçait le patriotisme français.

Les partisans de l’impression ont remporté le débat. Comme nous l’avons vu à maintes reprises avant et après cet événement, l’espoir et la cupidité l’ont emporté sur la logique, le bon sens et, surtout, l’histoire. Par White-

“Mais le courant vers le papier-monnaie était devenu irrésistible. On a constamment insisté, et avec une grande force, sur le fait que si une nation pouvait émettre de la monnaie papier en toute sécurité, la France était désormais cette nation ; qu’elle était pleinement avertie par sa sévère expérience sous John Law ; qu’elle était désormais un gouvernement constitutionnel, contrôlé par un peuple éclairé et patriote, et non plus, comme à l’époque des anciennes émissions de monnaie papier, une monarchie absolue contrôlée par des politiciens et des aventuriers ; qu’elle était capable de garantir chaque livre de sa monnaie de papier par une hypothèque virtuelle sur un domaine foncier d’une valeur bien supérieure à celle de l’émission entière ; qu’avec des hommes comme Bailly, Mirabeau et Necker à sa tête, elle ne pouvait pas commettre les erreurs financières et les crimes dont la France avait souffert sous Jean Law, le régent duc d’Orléans et le cardinal Dubois. ”

Cette fois, c’était différent dans leur esprit collectif !

Avril 1790

Le décret final a été adopté, et 400 millions d’assignats, appuyées par des biens d’église confisqués, ont été délivrées. Les billets ont été rapidement mis en circulation et “gravés dans le meilleur style de l’art”, comme vous pouvez le voir ci-dessous :

Comme on peut s’en douter, l’église a dénoncé l’action, mais la grande majorité des Français y étaient favorables. La presse et les hommes de l’assemblée vantent les vertus de ce nouvel argent. Ils ont parlé et écrit sur la prospérité future et la fin de l’oppression économique. Ils pensaient avoir trouvé un remède à leurs maux économiques.

Dès l’émission de la nouvelle monnaie, l’activité économique reprit presque immédiatement. Comme prévu, l’argent a également permis de rembourser une partie de la dette nationale. La confiance et le commerce se sont développés. L’été 1790 s’avère être une période d’essor économique pour la France.

Automne 1790

Les bons moments étaient limités. En octobre, l’activité économique a recommencé à décliner, et un nouvel appel a été lancé pour que l’on imprime davantage de monnaie. Per White- “Le vieux remède est immédiatement et naturellement revenu dans l’esprit des hommes. Dans tout le pays, un appel à une nouvelle impression de papier a été lancé. Les délibérations concernant l’impression de la monnaie ont été relancées avec la reprise de nombreux arguments identiques des deux côtés du débat. Un nouvel argument pour les partisans de l’impression était simplement que les 400 millions d’assignats originaux n’étaient pas suffisants.

Si les partisans de l’impression de monnaie reconnaissaient les dangers de leurs actions, ils les méprisaient en même temps. Ces députés croyaient que si un peu de médicament semblait fonctionner sans effets secondaires, pourquoi ne pas en prendre davantage. Cette fois-ci, le débat a été plus facile pour le consortium pro-impression. Il faut noter la présence d’un ancien homme d’État très respecté de l’Assemblée et d’un héros national nommé Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau (Mirabeau). Lors de la première série de débats, Mirabeau était fermement opposé à l’émission de la nouvelle monnaie. En fait, il a déclaré ce qui suit : “Une pépinière de tyrannie, de corruption et d’illusions ; une véritable débauche d’autorité dans le délire” en ce qui concerne le papier-monnaie. Il a même qualifié l’émission de monnaie de “prêt à un voleur à main armée”.

Si Mirabeau comprenait bien les effets de l’impression de la monnaie, il était désormais influencé par les arguments d’une économie plus forte. Il appréciait également les avantages de constituer pour la première fois une large classe de propriétaires fonciers. Mirabeau changea d’avis et rejoignit les rangs de ceux qui croyaient que la France pouvait contrôler les effets secondaires de l’inflation. Il plaide maintenant pour une nouvelle série d’Assignats. Par mesure de précaution, il insista sur le fait que dès que le papier deviendrait abondant, des lois économiques autonomes assureraient le retrait de l’argent. Mirabeau est allé jusqu’à recommander que la nouvelle quantité de monnaie imprimée soit suffisante pour rembourser la totalité de la dette de la France – 2 400 millions !

Les opposants ont mis en garde contre les inconvénients de la seconde impression proposée. Necker a été le plus remarqué. Si vous vous souvenez bien, il était en partie responsable de l’accumulation de la dette qui a conduit aux problèmes de la France. Necker a “prédit des maux terribles” et a proposé d’autres moyens pour réaliser la croissance économique. Ses opinions n’étaient pas populaires et Necker a été “rejeté comme un homme du passé” par l’Assemblée et a finalement quitté la France pour toujours. Un pamphlet influent, écrit par Du Pont de Nemours, fut populaire parmi les opposants et fut lu à l’Assemblée. Il déclarait que doubler la masse monétaire ne ferait “qu’augmenter les prix, perturber les valeurs, alarmer le capital, diminuer l’entreprise légitime, et donc diminuer la demande de produits et de main-d’œuvre”. Les seules personnes à en bénéficier sont les riches qui ont de grosses dettes à payer”.

Les arguments de Neckar et Du Pont de Nemours sont tombés dans l’oreille d’un sourd. Les partisans de cette mesure ont réfuté les commentaires selon lesquels imprimer plus d’argent était “le seul moyen d’assurer le bonheur, la gloire et la liberté à la nation française”. Ils ont poussé le débat préalable un peu plus loin et ont maintenant théorisé que les Livres d’or et d’argent seraient indésirables car les Assignats seraient la seule monnaie exigée par les gens.

Le 29 septembre 1790, une loi autorisant l’émission de 800 millions d’assignats fut adoptée. Le projet de loi décrète également que lorsque les assignats sont remboursés au gouvernement pour les terres, ils doivent être brûlés. Cette mesure supplémentaire était considérée comme un moyen de s’assurer que la nouvelle monnaie imprimée n’était pas inflationniste.

M. White a fait un commentaire :

“La France est désormais pleinement engagée dans une politique d’inflation et, s’il en avait été question auparavant, tous les doutes ont été dissipés”, a-t-il poursuivi en expliquant combien “il est extrêmement difficile d’arrêter une nation une fois qu’elle se trouve en pleine phase de dépréciation de sa monnaie”.

Il s’avère que l’argent rendu au gouvernement n’a pas été brûlé, mais a été réémis en petites coupures. En peu de temps, 160 millions ont été versés au gouvernement pour des terres et ont été réémis “sous prétexte de nécessité”.

Juin 1791

Neuf mois après la deuxième émission de 800 millions d’assignats et un autre cycle de bonne activité économique suivi d’une mauvaise, la pression s’est accrue pour que l’on imprime davantage de monnaie. Sans grande fanfare ni débat, une nouvelle émission de 600 millions a été lancée. Elle s’accompagne à nouveau de “promesses solennelles de maintenir un faible niveau de circulation”.

Comme les deux précédentes, cette expérience a été suivie d’une brève période d’optimisme qui s’est rapidement estompée. À chaque nouvelle émission, la monnaie s’est dépréciée et les prix ont augmenté. Malgré les convictions des partisans de l’impression, les pièces d’or et d’argent étaient accumulées. Les Français voyaient leur papier-monnaie perdre de la valeur et s’intéressaient de plus en plus à la préservation de leur richesse. Les pièces sont en nombre limité alors que le papier-monnaie est imprimé de plus en plus fréquemment. Dans leur esprit, l’or et l’argent offraient la stabilité que le papier-monnaie était en train de perdre rapidement.

“Un autre fait gênant commence à apparaître. Bien que le papier-monnaie ait augmenté en quantité, la prospérité n’a cessé de diminuer. Malgré tous les problèmes liés au papier, l’activité commerciale devenait de plus en plus spasmodique. L’entreprise se refroidissait et les affaires stagnaient de plus en plus”.

Chaque nouvelle émission s’accompagnait d’une augmentation des échanges commerciaux et d’une économie plus robuste. Le problème était que l’activité ne reposait sur rien d’autre que de l’argent frais. En tant que telle, elle n’avait que très peu d’endurance, et les bénéfices positifs s’érodaient rapidement. Les entreprises étaient ligotées. Elles avaient du mal à prendre des décisions de peur que la monnaie ne continue à perdre de la valeur. Les prix ont continué à augmenter. La spéculation et la thésaurisation sont devenues les principaux moteurs de l’économie. “Le commerce était mort ; les paris ont pris sa place.” Avec la hausse des prix, les employés ont été licenciés car les commerçants luttaient pour couvrir l’augmentation des coûts.

Les seuls à en profiter réellement sont les fabricants qui produisent des biens pour l’étranger et les agents de change. La baisse rapide de la valeur de leur monnaie a attiré les commandes d’autres pays qui pouvaient désormais acheter des produits français à très bas prix. Les entreprises et les consommateurs qui dépendaient de biens provenant de l’étranger étaient frappés par la hausse des prix. Avec l’augmentation de la masse monétaire et l’incertitude économique, les “motifs ordinaires d’épargne et de soins ont diminué”. La spéculation a augmenté de manière significative. Alors que certains investisseurs boursiers des régions urbaines exploitaient la situation, la charge retombait sur l’ouvrier. L’inflation, l’affaiblissement de la monnaie et le manque d’emplois étaient préjudiciables à une grande majorité de Français.

La situation économique a également entraîné une augmentation de la criminalité et des cas de corruption de fonctionnaires. Les conditions ont été décrites par White comme “le déclin d’un véritable sentiment de fierté nationale”.

Décembre 1791

Une nouvelle édition de 300 millions d’Assignats supplémentaires a été commandée pour être imprimée. Avec ce décret, il a également été ordonné de supprimer une limite antérieure sur le montant total à imprimer. À ce moment-là, on estimait que la valeur de leur monnaie avait été réduite de moitié et que l’inflation était galopante.

Avril-juillet 1792

600 millions d’assignats supplémentaires ont été imprimées. Les presses ont continué à tourner et, après quelques impressions supplémentaires, on estime qu’il y a maintenant 3 500 millions d’assignats au total. Les émissions se poursuivent jusqu’en 1792 et 1793.

“Les conséquences de ces excès commencent maintenant à être plus douloureusement évidentes pour la population en général. Les articles de consommation courante devenaient extrêmement chers et les prix ne cessaient d’augmenter. Les orateurs de l’Assemblée législative, des clubs, des réunions locales et d’autres organisations s’efforcent maintenant d’éclairer les gens en leur attribuant toutes les raisons de cette dépréciation, sauf la vraie. Ils déclament la corruption du ministère, le manque de patriotisme des modérés, les intrigues des nobles émigrés, la dureté de cœur des riches, l’esprit monopolisateur des marchands, la perversité des commerçants, – tout cela comme causes de la difficulté”.

La Révolution française

Tout au long des années 1792 et 1793, les foules réclament des produits de première nécessité comme le pain, le sucre et le café. Les manifestations pacifiques devenaient violentes, et le pillage des magasins locaux était monnaie courante. La Révolution française est née.

L’impression de monnaie n’est pas la seule cause de la révolution, mais elle a certainement contribué à allumer la mèche. En toute justice, le peuple français réclamait les mêmes libertés que celles pour lesquelles il avait aidé l’Amérique à se battre. L’idée d’une monarchie s’évanouissait, et les partisans des principes démocratiques menaient la charge. Rétrospectivement, l’impression de monnaie était un effort de dernière minute pour créer la prospérité et tenir la Révolution à distance. La pauvreté et le désespoir se sont répandus en France. La malnutrition et la faim dues aux pertes d’emploi et à l’inflation alimentent la Révolution. En 1792, une république est proclamée et l’année suivante, le roi Louis XVI est envoyé aux guillotines.

Conclusion

L’histoire relatée dans cet article fait écho à celle d’autres nations avant et après elle. Le langage, les promesses et finalement les excuses utilisées par les politiciens sont un refrain familier. Il n’y a rien de nouveau dans l’impression de la monnaie ou “l’assouplissement quantitatif” comme l’appellent les banquiers centraux modernes. Malgré le passage de plus de 200 ans et un développement important au niveau mondial, plus ça change (plus ça change, plus c’est la même chose).

L’or a longtemps servi d’outil de préservation de la richesse. Après de nombreuses crises financières causées par la dépréciation des monnaies, les économistes et les banquiers centraux des temps modernes ont-ils enfin compris comment imprimer de la monnaie sans conséquences ? Malgré nos souhaits contraires, chaque action a toujours une réaction égale et opposée (conséquence). Les experts en investissement qui ne voient rien de mal dans les actions des banques centrales mondiales considèrent qu’il est ridicule de détenir de l’or. Nous considérons qu’une allocation à l’or est une question de prudence compte tenu de ce que nous avons vu et attendons des banquiers des banques centrales qui veulent désespérément maintenir le statu quo.

Nous espérons qu’après avoir lu ceci, vous comprendrez qu’un peu de protection peut faire beaucoup pour un avenir économique qui n’est peut-être pas aussi clair que certains voudraient nous le faire croire.

Traduction de RealInvestmentAdvice.com par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s