REBLOG

Mondialisme : Un Pape peut en cacher un Autre !

Un Pape peut en cacher un Autre !

Le pseudo « Pape François » est en fait un émissaire du Nouvel Ordre Mondial « élu » par des cardinaux de la « Deep Church » pour dynamiter l’église catholique de l’intérieur. Un lobby rouge mené par la « Mafia de St Gall », officialisée dans les mémoires de Mgr Daneels, a réussi à pousser dehors Benoît XVI, garant de l’orthodoxie et obstacle majeur aux projets du NOM. Cette prise de contrôle interne était le couronnement d’une stratégie d’infiltration de long terme et le fruit d’une offensive menée par le « Deep State » avec l’appui décisif d’Obama et Clinton. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’il dévoile progressivement un jeu mondialisto-écolo-communiste, comme l’a fort bien vu Mgr Vigano, l’un de ses seuls adversaires résolus.

Cependant, Benoît XVI, esseulé et affaibli sur le plan physique mais toujours alerte sur le plan intellectuel, avait vu très clairement dans le jeu de ses adversaires; il a piégé les cardinaux rebelles et organisé une vraie-fausse démission, laissant le pouvoir temporel (« ministère ») à son prétendu successeur, mais gardant le plus important, son magistère spirituel (« munus »), restant en blanc comme prisonnier au Vatican mais surtout privant par avance François de toute légitimité. La « Declaratio » en latin de Benoît XVI, dont il faut souligner qu’elle est faussement traduite sur le site du Vatican afin d’en cacher les défauts juridiques, est en effet non conforme au Droit Canon de l’Eglise Catholique, et ça commence à ses savoir. A tel point qu’un journaliste italien comme Andrea Cionci tire à boulets rouges sur les canonistes coupables de cacher la vérité, et qu’une avocate colombienne, Estefania Acosta, vient de publier un livre très complet sur la question : « Benedicto XVI: ¿Papa « Emérito »? Malheureusement, ce livre n’a pas encore été traduit en français.

L’histoire, donc, a commencé il y a huit ans avec la conquête du verrou catholique par les forces du NOM (sataniques), mais elle est loin d’être terminée. Pendant que François le vaccinateur pousse ses pions vers une religion humaniste mondiale, Benoît XVI, annoncé régulièrement comme « une bougie qui s’éteint », résiste et prie. Et la bombe à retardement fait entendre de plus en plus clairement son « tic tac ». Même si la France est pour ainsi dire absente de la bataille, car gagnée presque complètement par l’aveuglement et les « progressistes », dans d’autres pays comme l’Italie, la rébellion prend forme. Jusqu’où cela ira-t-il ? Probablement jusqu’à une séparation claire et nette (on appelle ça un schisme) entre deux parties irréductibles.

Affaire à suivre, car elle a de nombreuses implications sur l’affrontement en cours à différents niveaux.

LOUIS

Source : Le Blog A LUPUS

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Laisser un commentaire