1984

Mondialisme : Clinton, Obama et Soros ont-ils fomenté un coup d’Etat pour renverser le Pape Benoît XVI ? (MAJ avec Note du Lupus)

ob_cbe0d4_soros-obama-clintonjpg

Cette information qui circule, Dreuz considère qu’il devait la publier, mais en appelant nos lecteurs à la prudence. Faute pour l’instant de preuves tangibles, chacun doit former son opinion sans tomber dans le complotisme, diamétralement opposé au travail de Dreuz : le complotisme est le refuge de ceux qui ne savent pas lire le monde.

Le militant anarchiste milliardaire George Soros, Barack Obama, Hillary Clinton, Joe Biden, et le conseiller de Clinton John Podesta ont-ils organisé la destitution du pape conservateur Benoît XVI pour le faire remplacer par un homme de gauche, le pape François ?

Les agences de renseignement dont on sait maintenant que leurs directions sont fortement politisées, appuyées par la diplomatie, ont-elles « appuyé » un changement politique au sein de l’Eglise catholique romaine ?

Un groupe catholique a posé la question, et a demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et Clinton ont pu organiser — et réussir — un « coup d’État » au Vatican pour installer François, un homme décidément très proche de leurs idées.

A ce stade, il peut tout à la fois s’agir d’une délirante théorie conspirationniste, ou d’une sérieuse affaire.

Le groupe a posé 8 questions spécifiques auxquelles il espère obtenir des réponses sur l’étrange abdication du pape Benoît — la première en 700 ans.

« Dans le détail, nous avons des raisons de croire que le “changement de régime” du Vatican a été planifié par l’administration Obama, » expliquent les membres du groupe, dans un courrier envoyé au Président Trump le 20 janvier dernier.

Les cinq signataires de la lettre, qui a été d’abord publiée dans le journal catholique fondé en 1967 The Remnant, sont : Lieutenant Colonel David L. Sonnier, Michael J. Matt, éditeur du Remnant, Christopher A. Ferrara, auteur, avocat et président de l’Association des avocats catholiques d’Amérique, Chris Jackson du site Catholics4Trump.com, et Elizabeth Yore, fondatrice de YoreChildren.

« Nous avons été alarmés de découvrir que durant la 3e année du premier terme de l’administration Obama, la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton et d’autres officiels du gouvernement promirent une “révolution catholique qui forgerait ce qui reste de l’Eglise catholique en Amérique. »

Le courrier fait référence et donne des liens vers des documents et des articles de presse qui démontrent la raison de leurs questionnements.

  • L’un des liens évoque des emails entre Soros, Clinton et Podesta révélés par WikiLeaks, dans lesquels Podesta discute de mettre fin à la « dictature moyenâgeuse » de l’Eglise catholique.
  • Un autre email de 2011 entre Podesta et un activiste de gauche affilié à George Soros révèle qu’il travaille avec d’autres activistes à créer une révolution, un « printemps catholique » en référence au printemps arabe qui a déstabilisé le Moyen-Orient, et dont la signature d’Obama se retrouve de l’Irak à l’Egypte, de la Tunisie à l’Iran.
  • Un autre email de Podesta est mentionné. Podesta répond à une autre radicale du clan Soros, Sandy Newman, fondatrice de l’organisation de déstabilisation « Voices for Progress ». Newman demande à Podesta quel est le moyen de « planter les graines de la révolution dans l’Eglise catholique ».

Dans leur lettre, les membres du groupe écrivent :

« A peu près un an après cette discussion par email, qui n’aurait jamais dû être rendu public, nous voyons le pape Benoît XVI abdiquer dans des circonstances extrêmement inhabituelles, et être remplacé par un pape dont l’apparente mission est d’apporter une composante spirituelle à l’idéologie et aux buts poursuivis par la gauche radicale et la gauche internationale. »

[…]

« Nous sommes perplexes par le comportement de ce pape idéologique, qui semble chercher à faire avancer les idées laïques de la gauche plutôt que guider l’Eglise catholique dans sa mission sacrée. Ce n’est tout simplement pas le rôle d’un pape que d’être impliqué dans la politique au point qu’il est considéré comme le leader de la gauche internationale. »

[…]

« Nous pensons que pour le bien de notre pays et des catholiques du monde entier, il est de la responsabilité d’un catholique loyal et informé de demander que vous autorisiez la formation d’une commission d’enquête pour répondre aux questions suivantes :

  • A quelles fins la NSA surveillait-elle le conclave qui a nommé le pape François ?
  • Quelles autres opérations secrètes ont été menées par le gouvernement américain concernant la résignation du pape Benoît, ou le conclave qui a élu le pape François ?
  • Le gouvernement américain a-t-il eu des contacts avec la “mafia du Cardinal Danneels” ?
  • Les transactions financières entre le FMI et le Vatican ont été suspendues durant les jours qui ont précédé la résignation du pape Benoît. Des agences du gouvernement américain ont-elles été impliquées ?
  • Pourquoi les transactions avec le FMI ont-elles repris le 12 février 2013, soit le lendemain du jour où Benoît XVI a annoncé sa résignation ? Est-ce une pure coïncidence ?
  • Quelles actions, si actions il y eut, ont été faites par John Podesta, Hillary Clinton, et d’autres personnes proches d’Obama et de son administration qui ont parlé par email d’un “printemps catholique” ?
  • Quel était l’objectif et la nature de la réunion secrète entre le vice-président Jo Biden et le pape Benoît XVI au Vatican autour du 3 juin 2011 ?
  • Quels rôles a joués George Soros et d’autres financiers internationaux qui résident en Amérique ?

Les architectes de la subversion

Dans leur lettre, les membres du groupe catholique font référence à la “mafia du Cardinal Danneels”. De quoi s’agit-il ?

Selon le blog catholique Rorate Caeli (encore une fois, il ne s’agit pas d’une source éminente) :

“l’élection de Jorge Bergoglio est le résultat de réunions organisées par Carlo Maria Martini entre des cardinaux et des évêques à Saint-Gall en Suisse. C’est ce que soutiennent Jürgen Mettepenningen et Karim Schelkens, les auteurs d’une biographie autorisée sur le Cardinal belge Godfried Danneels, et récemment publiée, qui se réfèrent à un groupe de cardinaux et évêques sous la dénomination ‘Mafia-club.’

Outre Danneels, ce ‘Mafia club’ inclurait le Cardinal Carlo Maria Martini, l’évêque néerlandais Adriaan Van Luyn, les cardinaux allemands Walter Kasper et Karl Lehman, le cardinal italien Achille Silvestrini, le cardinal anglais Basil Hume, et d’autres hommes d’Eglise qui penchent à gauche.

Le Cardinal Danneels a souvent été considéré comme un prélat subversif de l’Eglise qui sape les fondements traditionnels catholiques concernant l’avortement, l’homosexualité et le mariage gay, ainsi que ses efforts pour protéger les pédophiles au sein du clergé.

Un autre nom devrait apparaître à la surface pour le cas où Donald Trump donne le feu vert à la formation de cette commission d’enquête : l’ex-président de Goldman Sachs, le catholique pratiquant Peter Sutherland, qui a été ‘invité’ à réformer la banque du Vatican.

Lorsqu’il était avocat général d’Irlande, Sutherland a étranglé les réticences catholiques légales sur l’avortement, en faveur des LGBT.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : thenewamerican.com

http://www.dreuz.info/2017/02/08/crever-labces-clinton-obama-et-soros-ont-ils-fomente-un-coup-detat-pour-renverser-le-pape-benoit-xvi/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Un groupe de dirigeants laïcs catholiques ont demandé au Président Trump d’enquêter pour savoir si Soros, Obama et Clinton ont bien organisé un coup d’État au Vatican pour installer le gauchiste radical François.

Selon un groupe de dirigeants catholiques qui citent des preuves de diverses sources, en particulier de courriels ébruités par WikiLeaks, George Soros, Barack Obama et Hillary Clinton ont orchestré un coup d’État au Vatican pour renverser le pape conservateur Benoît XVI et le remplacer par le gauchiste radical François.

Avant de démissionner inopinément dans des circonstances inhabituelles, le Pape Benoît XVI a régné sur l’Église catholique de 2005 à 2013. Devenu le premier pape démissionnaire depuis le Pape Grégoire XII en 1415, Benoît est largement considéré comme le premier à avoir fait cela de sa propre initiative depuis le Pape Célestin V en 1294.

Toujours est-il que le groupe de dirigeants catholiques cite de nouvelles preuves découvertes dans les courriels divulgués par WikiLeaks, pour affirmer que le Pape conservateur Benoît n’a pas vraiment démissionné de sa propre initiative, mais a été poussé hors du Vatican par un coup d’État qualifié de « Printemps catholique » par les dirigeants catholiques.

Se servant de l’appareil diplomatique et du pouvoir politique et financier des USA, par la contrainte, la corruption et le chantage, Soros, Obama et Clinton ont imposé un « changement de régime » dans l’Église catholique romaine, afin de remplacer le Pape conservateur Benoît XVI par le Pape François qui, au grand étonnement des Catholiques du monde, est devenu depuis lors un improbable porte-parole du gauchisme international.

Les dirigeants catholiques ont envoyé une lettre au Président Trump, pour l’exhorter à lancer une enquête officielle sur les activités de George Soros, Barack Obama, Hillary Clinton (et d’autres), qui sont, selon eux, impliqués dans l’orchestration du printemps catholique qui a atteint son but : « changer le régime » au Vatican.

Les dirigeants catholiques citent huit questions précises auxquelles ils ont répondu concernant les événements suspects qui ont conduit le Pape Benoît XVI à la démission, la première abdication pontificale en 700 ans.

« Nous avons des raisons précises de penser que le ‘changement de régime’ au Vatican a été conçu par l’administration Obama, » disent les pétitionnaires, dans leur lettre du 20 janvier au président Trump.

Pope Francis arrives to lead a special mass for the opening of the 20th Caritas Internationalis general assembly in Saint Peter's basilica at the Vatican May 12, 2015. REUTERS/Max Rossi - RTX1CMXY

Pope Francis arrives to lead a special mass for the opening of the 20th Caritas Internationalis general assembly in Saint Peter’s basilica at the Vatican May 12, 2015. REUTERS/Max Rossi – RTX1CMXY

« Lors de la troisième année du premier mandat de l’administration Obama, nous avons été alarmés de découvrir que la Secrétaire d’État Hillary Clinton, et d’autres responsables auxquels elle était associée, proposaient une ‘révolution’ catholique pour faire disparaître définitivement ce qui restait de l’Église catholique en Amérique. »

La lettre inclut des liens vers des documents et des informations qui mettent en évidence leurs affirmations. Elle attire d’abord l’attention sur des courriels de la clique mal famée Soros, Clinton et Podesta, qui ont été divulgués l’an dernier par WikiLeaks. Dans ces courriels, Podesta et les autres progressistes parlent de changer le régime de l’Église catholique, qu’ils qualifient de « dictature du Moyen Âge », pour l’éliminer.

À propos des courriels de Podesta concernant cela, voici ce qu’écrivaitThe New American en octobre dernier :

Dans un courriel de 2011, Podesta, conseiller et confident depuis des lustres de Mme Clinton et principal activiste trié sur le volet du sponsor de la gauche George Soros, a révélé que lui et d’autres activistes travaillent à la révolution d’un « Printemps catholique » dans l’Église catholique. L’allusion aux désastreux coups d’État des printemps arabes – organisés cette même année par l’équipe Obama-Clinton-Soros, qui ont déstabilisé le Moyen-Orient et amené des régimes islamistes radicaux et des groupes terroristes au pouvoir dans la région – est manifeste. Le courriel de Podesta répond à celui d’un autre extrémiste financé par Soros, Sandy Newman, fondateur du « progressiste » Voices for Progress. Newman demande à Podesta des conseils sur le meilleur moyen de « semer des germes de révolution » dans la « dictature du Moyen Âge ».

Dans leur lettre au Président Trump, voici ce qu’écrivent les dirigeants catholiques : « Environ un an après ces échanges par courriel, qui n’ont jamais été destinés à être rendus publics, nous avons constaté que le Pape Benoît XVI a abdiqué dans des circonstances fort inhabituelles, et a été remplacé par un Pape dont la mission consiste apparemment à donner un cachet spirituel au programme idéologique radical de la gauche internationale. Ensuite, le pontificat de François a remis en cause sa propre légitimité en de multiples occasions.

« Au cours de la campagne présidentielle de 2016, nous avons été étonnés de voir le Pape François faire campagne contre les politiques que vous proposiez à propos de la sécurisation de nos frontières, allant même jusqu’à insinuer que vous n’étiez pas chrétien. Nous avons apprécié votre réponse prompte et sans équivoque à cette accusation honteuse.

« Nous restons perplexes devant le comportement de ce pape bourré d’idéologie, dont la mission semble être de porter des programmes laïques de gauche, plutôt que de guider l’Église catholique dans sa mission sacrée, » ont-ils écrit pour exprimer la pensée des millions de catholiques autour du monde, stupéfaits par l’idéologie gauchiste du Pape François. « S’impliquer dans la politique au point qu’il soit considéré leader de la gauche internationale, n’est tout simplement pas un rôle convenable pour un pape.

« Gardant tout cela à l’esprit et souhaitant ce qu’il y a de mieux pour notre pays ainsi que pour les Catholiques du monde entier, en tant que Catholiques loyaux et bien renseignés des USA, nous estimons de notre responsabilité de vous adresser cette pétition afin que vous autorisiez une enquête sur les questions suivantes :

– À quelle fin la National Security Agency a-t-elle surveillé le conclave qui a élu le Pape François ?

– Quelles autres opérations secrètes ont été menées par des agents du gouvernement US à propos de la démission du Pape Benoît XVI ou du conclave qui a élu le Pape François ?

– Des agents du gouvernement US ont-ils eu des contacts avec la ‘Mafia du Cardinal Danneels’ ?

– Les transactions monétaires internationales avec le Vatican ont été suspendues au cours des derniers jours précédant la démission du Pape Benoît XVI. Des organismes gouvernementaux US s’en sont-ils mêlés ?

– Pourquoi les transactions monétaires internationales ont-elles repris le 12 février 2013, le lendemain de la démission de Benoît XVI ? Était-ce pure coïncidence ?

– Quelles mesures, s’il en est, ont été prises réellement par John Podesta, Hillary Clinton et les autres personnes liées à l’administration Obama qui ont participé aux échanges de courriels proposant de fomenter un ‘printemps catholique’ ?

– Quel était le but et la nature de la rencontre secrète au Vatican entre le vice-Président Joseph Biden et le Pape Benoît XVI, autour du 3 juin 2011 ?

– Quels sont les rôles joués par George Soros et les autres financiers internationaux qui résident actuellement sur le territoire des USA ? »

Cette enquête, demandée au Président Trump par les dirigeants catholiques, devrait intéresser le monde au-delà des milieux catholiques. La capacité de George Soros à coopter des personnalités politiques de premier plan pour favoriser ses plans radicaux visant les États-nations, est bien connue ; mais sa capacité à forcer le « changement de régime » dans l’Église catholique, une institution jusqu’alors impénétrable de l’extérieur, soulève de sérieuses questions quant à son potentiel de semeur de chaos planétaire. Il faudrait que l’enquête – et le châtiment – commencent tout de suite.

Your News Wire, Baxter Dmitry

Original : yournewswire.com/wikileaks-soros-vatican-coup/
Traduction Petrus Lombard

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-28885.html?PHPSESSID=nban62c3aamuieikplcfrpvii3&PHPSESSID=nban62c3aamuieikplcfrpvii3

En Italie, la religion musulmane n’existe pas officiellement. Le pays, qui ne reconnaît que le christianisme et le judaïsme, ignore officiellement la foi de 1,4 million de musulmans pratiquants, qui font pourtant de l’Islam la deuxième religion du pays. 

Comme l’islam n’a pas de statut officiel, il n’est pas possible de financer les mosquées en Italie avec de l’argent public. Cela signifie également que les mariages musulmans ne sont pas valides sur le plan juridique et que les musulmans n’ont pas le droit de prendre de jours de congé pour les fêtes musulmanes.

Le «Pacte National pour un Islam italien»

Le ministère italien de l’Intérieur souhaite régulariser la situation et il a signé ce mois-ci un « pacte pour un islam italien » avec les neuf plus grandes organisations musulmanes du pays. Ce pacte impose la création d’un registre des imams, mais il les contraint également à prêcher en italien.

C’est une première, qui n’a  pas été ordonnée à d’autres religions. L’Eglise catholique organise régulièrement des liturgies dans des langues étrangères, afin d’attirer des croyants.

En échange, l’Etat italien s’est engagé à « faciliter l’accès » vers la reconnaissance officielle de la religion musulmane en Italie.

L’islam est également assez impopulaire en Italie. Une récente enquête menée par Pew Research montre que 69 % des Italiens ont une opinion négative sur les musulmans, le taux le plus élevé dans l’UE. Dans d’autres pays, on trouve que les musulmans ne sont pas suffisamment intégrés dans la société.

La population musulmane locale vit cette restriction de langue comme une injustice, mais beaucoup comprennent la mesure en raison du «contexte historique» dans lequel leur religion est placée actuellement.

Dans d’autres pays de l’UE, on applique des restrictions sur l’islam. La Slovaquie a adopté en décembre un projet de loi visant à empêcher que l’Islam n’acquière le statut de religion officielle dans le pays à l’avenir. La Hongrie a aussi pris des mesures l’année dernière pour éviter l’islamisation. Aux Pays – Bas, enfin, des élections doivent avoir lieu en mars. Le Parti de la Liberté de Geert Wilders, qui apparaît dans tous les sondages en tête, a promis de faire fermer les mosquées et d’interdire le livre saint de l’islam.

L’Italie s’est inspirée de l’Autriche. Dans ce pays, en 2015, une série de réformes ont modifié une loi sur l’islam datant de 1912 et ont redéfini les droits et devoirs des musulmans dans le pays. En Autriche, on recense environ 600.000 musulmans sur une population de 8,5 millions de personnes. La loi stipule que les communautés musulmanes locales ne peuvent plus accepter de fonds de l’étranger. Les imams doivent désormais prêcher en allemand.

Un archevêque italien : «Nous allons tous devenir musulmans à cause de notre stupidité et de notre faiblesse»

islam-christianisme-448x293Le religieux se plaint que «Nous avons une foi chrétienne faible. Cela ouvre la voie à l’Islam « .Mgr Carlo Liberati, un archevêque italien influent, a contredit le pape et a décidé de donner un avertissement aux catholiques européens. Observant le nombre croissant d’incidents impliquant des réfugiés musulmans et les attaques terroristes faites au nom d’Allah, il estime que le continent peut être dominé rapidement par la foi islamique.Pour lui, c’est une menace réelle. «Dans 10 ans , nous serons tous musulmans à cause de notre stupidité. L’Italie et une grande partie de l’ Europe vivent comme si Dieu n’existait pas. Ils font des lois qui vont contre Dieu et cultivent leurs traditions païennes. Tout cela, c’est de la décadence morale et religieuse qui favorise l’Islam « , a-t-il affirmé .Sans mâcher ses mots, il a déclaré: «Nous avons une faible foi chrétienne. L’Eglise d’aujourd’hui ne fonctionne pas bien et les séminaires sont vides. Nous avons besoin d’une vraie vie chrétienne. Tout cela ouvre la voie à l’Islam. En outre, ils ont beaucoup d’enfants et nous non. Nous sommes sur le déclin  » (…)Sources : http://lesobservateurs.ch/2017/01/14/un-archeveque-italien-nous-allons-tous-devenir-musulmans-a-cause-de-notre-stupidite-et-de-notre-faiblesse/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitterhttp://www.express.co.uk/news/uk/753326/Everyone-will-be-Muslim-because-of-our-stupidity-Catholic-leader-blasts-WEAK-church
islam-christianisme-448x293Le religieux se plaint que «Nous avons une foi chrétienne faible. Cela ouvre la voie à l’Islam « .Mgr Carlo Liberati, un archevêque italien influent, a contredit le pape et a décidé de donner un avertissement aux catholiques européens. Observant le nombre croissant d’incidents impliquant des réfugiés musulmans et les attaques terroristes faites au nom d’Allah, il estime que le continent peut être dominé rapidement par la foi islamique.Pour lui, c’est une menace réelle. «Dans 10 ans , nous serons tous musulmans à cause de notre stupidité. L’Italie et une grande partie de l’ Europe vivent comme si Dieu n’existait pas. Ils font des lois qui vont contre Dieu et cultivent leurs traditions païennes. Tout cela, c’est de la décadence morale et religieuse qui favorise l’Islam « , a-t-il affirmé .Sans mâcher ses mots, il a déclaré: «Nous avons une faible foi chrétienne. L’Eglise d’aujourd’hui ne fonctionne pas bien et les séminaires sont vides. Nous avons besoin d’une vraie vie chrétienne. Tout cela ouvre la voie à l’Islam. En outre, ils ont beaucoup d’enfants et nous non. Nous sommes sur le déclin  » (…)Sources : http://lesobservateurs.ch/2017/01/14/un-archeveque-italien-nous-allons-tous-devenir-musulmans-a-cause-de-notre-stupidite-et-de-notre-faiblesse/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitterhttp://www.express.co.uk/news/uk/753326/Everyone-will-be-Muslim-because-of-our-stupidity-Catholic-leader-blasts-WEAK-church

cyqtc9kwyaekdnv

NOTE DU LUPUS

a-the_soul_of_the_wolf-1578368

Chez Lupus nous tendons à donner du crédit à cette thèse non pas par obsession du complot mais parce qu’ayant toujours considéré qu’un Pape jésuite était un Pape politique par essence et que celui-ci était issu de surcroit de la mouvance catholique sud-américaine c’est avec beaucoup de suspicion que nous avons vu son arrivée son accession en tant chef suprême de L’Eglise catholique…Les évènements qui s’en suivirent nous ont donné raison puisque voici un homme qui assisté sans mot dire au génocide des Chrétiens d’Orient et qui encourage et tolère une invasion musulmane par l’Italie sa terre d’accueuil au détriment et pour le plus grand malheur de celles et de ceux qu’il est censé protégé…On a donc bien affaire à un agent du mondialisme parmi les plus zélés….A t-il été placé là par complot ou par erreur seul peut être un jour l’histoire nous  le dira…Affaire à suivre

5 réponses »

  1. Si cela s’avère vrai, il est peut être possible alors que nous soyons arrivé à un moment clé qui verra apparaitre la venue de l’ antéchrist sur terre. La résistance est devenue plus que nécessaire si pas vitale. Seuls ceux qui croiront jusqu’au bout seront sauvés.

    J'aime

  2. Bonjour, en complément des informations de Lupus, nous vous proposons avec son autorisation notre Revue de presse quotidienne :

    Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce dimanche 12 février 2017

    Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

    Et toujours des documentaires exclusif en intégralité :

    La Stratégie du Choc (Naomi Klein) : Le documentaire
    https://www.crashdebug.fr/dossiers/10685-la-strate-gie-du-choc-naomi-klein-le-documentaire

    Merci Lupus,

    Amicalement,

    f.

    J'aime

  3. avec mare nostrum+opus dei
    =>importation massive d’esclaves en provenance d’afrique (pour doper la vélocité de la monnaie)

    a/ 1000 000* 5000e pour passer = 5bn eur
    b/ 5bn de cash hors de la zone euro (le cash de kadhafi?)
    =>la bce (draghi italie) est forcement aussi dedans

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s