Behaviorisme et Finance Comportementale

Enquête EIAMS 2009 sur le comportement des Investisseurs Institutionnels Européens

La crise modifie le comportement des investisseurs institutionnels

 La crise économique et financière semble avoir modifié profondément l’attitude et les pratiques des investisseurs : telle est la principale conclusion de l’enquête EIAMS 2009. Outre une rotation importante de l’allocation d’actifs en faveur des produits de taux et des produits de trésorerie au détriment des actions, l’enquête montre que les investisseurs sont de plus en plus attentifs à l’horizon de placement, puisqu’ils doivent maintenant redresser la valeur de leurs portefeuilles après les récents bouleversements des marchés.

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT : 

 Les investisseurs ont perdu beaucoup d’illusions sur les mérites des différentes classes d’actifs, et demeurent toujours confrontés à la difficulté de construire des portefeuilles sur la base des performances attendues et de la diversification des risques. Ils ont désormais beaucoup moins de certitudes quant au rôle que peuvent jouer aujourd’hui les différentes catégories d’actifs en matière de performance ¯, explique Yves Van Langenhove, Directeur commercial institutionnel pour le Benelux et la région nordique chez Invesco.

La part des actions au sein des portefeuilles est passée à 25 %, contre 32 % un an plus tôt. La proportion des investissements obligataires a gagné 3 points de pourcentage à 54 %. Les produits de trésorerie sont les grands gagnants : ils représentent désormais 10 % des actifs en portefeuille, contre 6 % l’année précédente. 14 % des investisseurs sondés prévoient de continuer à renforcer leur allocation en produits de trésorerie et seuls 5 % envisagent d’alléger leurs positions en portefeuille. On note également le succès croissant des obligations d’entreprises, qui représentent aujourd’hui 18 % de l’ensemble des actifs contre 12,9 % dans l’enquête EIAMS 2008, ainsi qu’un biais prononcé en faveur de l’Europe au sein de l’allocation d’actifs. Ainsi, en moyenne, 81% des actifs sont investis en Europe contre 8,7% aux Etats-Unis et 2,2% en Asie.

Pour l’avenir, les investisseurs qui prévoient d’accroître leur allocation en actions sont aussi nombreux que ceux qui prévoient de la réduire, ce qui laisse suggérer un optimisme prudent quant à la possibilité d’une issue à la crise. Toutefois, dans l’ensemble, les investisseurs interrogés considèrent les produits de taux comme la plus importante source de performance absolue, suivie par l’immobilier.

– Le secteur immobilier est toujours de loin le plus recherché dans le cadre d’une allocation en investissements alternatifs et les investisseurs prévoient d’y accroître sensiblement leur exposition l’année prochaine. C’est ce qui ressort de la 9ème enquête européenne sur la gestion des réserves des investisseurs institutionnels, publiée par Invesco et conduite en collaboration avec Investment & Pensions Europe (IPE) entre décembre 2008 et avril 2009. Au total, l’enquête indique cependant que la popularité des classes d’actifs alternatives (qui traduit un besoin de diversification des portefeuilles via des secteurs en principe non corrélés aux marchés classiques) a été sensiblement émoussée par la crise financière. La proportion des actifs alternatifs dans les portefeuilles des sondés est passée de 10 % l’année dernière à 8,7 % cette année, et les investisseurs se sont particulièrement détournés des hedge funds et du capital-investissement. 

Le niveau de risque et la performance demeurent les principaux objectifs d’investissement de tous les institutionnels interrogés, mais l’enquête met en lumière la priorité nouvelle donnée à l’horizon de placement (classé en priorité 1 contre 5 en 2008) pour les actifs gérés en interne.

Ces conclusions sont issues des résultats de la 9ème enquête européenne sur la gestion des réserves des investisseurs institutionnels, publiée par Invesco et conduite en collaboration avec Investment & Pensions Europe (IPE) entre décembre 2008 et avril 2009. Cette enquête vise à mieux appréhender les attentes et les comportements des investisseurs institutionnels européens en fonction de la taille des institutions. Comme pour les précédents exercices, les catégories d’investisseurs interrogés ont été les compagnies d’assurances, les fonds de pension dont la représentation est en hausse dans l’étude 2009 et les autres types d’investisseurs institutionnels. L’enquête EIAMS 2009 repose sur l’analyse de réponses de 117 investisseurs issus de 24 pays (France, Allemagne, Benelux, Grande-Bretagne, Irlande, Suisse, Italie…) représentant près de 477 milliards d’euros. Elle a bénéficié du soutien renouvelé de l’AFG, de NYSE Euronext et de l’association allemande BVI.

3 réponses »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s