Art de la guerre monétaire et économique

Commentaire : Le début de la grande inflation de 2015/2019 ?

Ce début de décennie est marqué par le débat sur l’inflation à long terme – beaucoup s’inquiètent des risques, mais très peu se préoccupent des prix….

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT :

Les anticipations ressortant des taux américains à cinq ans dans cinq ans au point mort d’inflation intègrent une inflation de 2,6 % par an entre 2015 et 2019, et le sondage de l’Université du Michigan fait état d’une inflation moyenne anticipée de 2,7 % par an sur les 5 à 10 ans à venir. Clairement nous sommes donc  actuellement dans une situation pré inflationniste, les zones de confort ayant été atteintes ou dépassées suivant les zones géographiques auxquelles on se réfère

 L’histoire suggère la possibilité d’une accélération de l’inflation à horizon de 20-30 ans. Les prix à la production aux Etats-Unis évoluent dans des cycles de 30 ans depuis un siècle et demi. Le plus récent point bas remonte à la fin des années 1990, avec la baisse des prix du pétrole. Si l‘on se réfère à l’histoire donc , un pic d’inflation pourrait être atteint juste après 2020.

Voici pour la théorie mais dans la pratique  quels facteurs considérer pour estimer la perspective d’une inflation plus élevée à long terme ?

On peut en identifier au moins   cinq :

1 – la Fed  arbitrant en faveur d’une stratégie de  croissance tout azimut et de reflation  des assets maintient ses taux trop bas  trop longtemps prétextant la gestion d’un risque déflationniste

. 2 – le protectionnisme revient,avec une hausse des droits de douane, un repli des échanges et une moindre mobilité du capital.

3 – des contraintes sur l’offre de matières premières relèvent le coût des matériaux de base par rapport aux produits manufacturés. Avec diffusion  et répercussion dans les coûts finaux…,

A  l’image des entreprises leaders en termes de pricing power , la contrainte  étant trop forte l’augmentation des coûts est répercutée sur le consommateur final

 4 – le travail récupère un pouvoir de fixation des prix par rapport au capital, du fait des politiques gouvernementales de redistribution, impliquant un service à la dette croissant pour les gouvernement, une hausse exponentielle  de la pression fiscale  et une baisse de la productivité entrainant une chute générale de la création de richesse

 5 – le pouvoir de fixation des prix passe de l’OCDE aux pays émergents, qui détiennent les matériaux de base.On passe alors d’une déflation à une inflation importée avec du fait de la contrainte  liée   à la mondialisation  et de ces effets en termes de spécialisation une quasi impossibilité quant à la mise en place de produits de substitution

Cerise sur le gateau  cette victoire ds pays émergents sur le plan de la guerre économique et monétaire impose alors aux gouvernements des pays de l’ocde une politique de dévaluation des monnaies généralement génératrice  d’inflation….

6 réponses »

  1. Bonjour,
    -Déstabilisation géographique de la croissance,
    -nouveaux consommateurs ivres d’occidentalisation,
    -la fin de la production industrielle des pays occidentaux,
    -dépendence industrielle,
    -des états au bord de la faillite.
    -importer pour consommer.
    -raréfaction des matières premières.
    ETC…
    Pourquoi n’aurions nous pas rapidement une inflation à deux chiffres pour les 10 prochaines années?
    Meilleures salutations

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s