A Chaud!!!!!

Humeurs de Loups : Et pan sur le bec … d’Obama et des autres par Bruno Bertez

 Humeurs de Loups : Et pan sur le bec … d’Obama et des autres par Bruno Bertez

Les politiques ne peuvent résister au plaisir de dire une stupidité, quelquefois même, plusieurs. Obama en particulier est coutumier du fait, l’actualité n’étant pas du coté américain, nous n’avons pas le temps de les relever.

Les Etats Unis sont en terme d’endettement réel et de mode de fonctionnement, dans la situation des pays du sud de l’Europe. Leur Allemagne à eux, c’est la Chine.

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Le déficit des comptes courants des États-Unis a grimpé au premier trimestre à son plus haut niveau depuis fin 2008, à $137,3 milliards, selon le département du Commerce alors que les analystes anticipaient $130,9 milliards. Ce déficit a atteint 3,6% du PIB, contre 3,1% au trimestre précédent. Le déséquilibre a été accentué par la hausse du déficit commercial, sur fond de pétrole cher. La balance commerciale a été déficitaire de $151,0 milliards lors de ce trimestre.

Le déficit budgétaire mensuel des États-Unis s’est creusé à $125 milliards en mai, faisant plus que doubler par rapport à son niveau de mai 2011. Ainsi, pour les premiers huit mois de l’année fiscale 2012 le déficit budgétaire a atteint $844 milliards, s’approchant de $1 000 milliards

Le déficit commercial des États-Unis a effacé en avril une partie de sa poussée du mois précédent, sous l’effet d’une baisse des importations supérieure à celle des exportations, selon le département du Commerce. Il a reculé de 4,9% par rapport à mars pour s’établir à $50,1 milliards, en données CVS alors que les analystes l’anticipaient à $49,7 milliards. Par ailleurs, le ministère a revu à la hausse son estimation du déficit de mars, à $52,6 milliards. En données cumulées sur les quatre premiers mois de l’année, le déficit commercial des États-Unis atteint $201,1 milliards, en hausse de 11,2% en glissement annuel..

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour les banques US vendeuses de risk-off, c’est à dire acheteuses de risk-on c’est une  position inconfortable.

Comme son collègue britannique Obama pense à ses banques, il a besoin qu’elles fonctionnent pour financer ses déficits. Encore que lui,  il a le banquier en gros, la FED.

Obama donc se mèle de donner des conseils aux Européens.

Il vient de se prendre une belle claque comme un gamin dans l’International Herald Tribune par notre ami allemand Hans_Werner Sinn.  Sinn est le premier a avoir attiré publiquement l’attention sur les risques de Target 2.

Hans Werner Sinn rappelle a Obama l’histoire monètaire americaine histoire dont il est évident n’est ce pas qu’Obama ne connait pas le premier mot. Il lui apprend donc la tranche d’histoire qui a suivi la Guerre Revolutionnaire avec la tentative de Hamilton de socialiser , mutualiser les dettes de guerre; experience qui a poussé l’Amerique sur les bords du précipice.

Mais là n’est pas le coup de maitre de Sinn.

A Obama qui s’est permis de critiquer l’Allemagne comme égoiste, disant que l’Allemagne avait bénéficié en son temps d’aide extérieure sous la forme du Plan Marshall, Sinn repond magistralement : la Grèce a reçu l’equivalent de 115 Plans Marshall dont l’equivalent de 29  financés par la seule Allemagne.

Alors  Monsieur Obama, alors Monsieur Hollande, alors Monsieur Monti !

Sinn est le patron de l’IFO Directeur du Centre d(Etudes Economiques de l’Université de  Munich.

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 14 Juin 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

2 réponses »

  1. Oui ça fait du bien.
    Et c’est l’occasion de rappeler que les maîtres du « cirque »… sont bien américains.

    Souvenez-vous Paulson, Bush, Bernanke, été 2008, déjà la saine trinité…

    Ils ont tout inventé, les Européens ayant mis du temps à apprendre de leurs maîtres :
    -mensonges éhontés (même après la 1ère alerte de Bearstearn au printemps, la trinité répétait que tout allait bien aux US)
    -manoeuvres, tricheries, bailout, manipulations des marchés, viol des lois

    Pour finir par l’apothéose de décembre 2008, ou Bush, avec sa légendaire ingénuité, expliquait doctement tout ce qui allait se passer : « ‘I’ve Abandoned Free Market Principles To Save The Free Market System’ »

    En une seule phrase donc, tout était expliqué.
    😉

    On peut rire ensuite grassement de tous les européens bobos gauchos qui continuent, et continueront, de voir dans les USA le parangon de l' »ultra libéralisme ».

    Ok, nous savons tous que la situation US n’est pas glorieuse, et ressemble même à une véritable pétaudière.

    Pourtant il ne faut jamais oublier que dans le « cirque » tout est relatif… Ainsi, je pense que les USA demeurent en meilleure posture que l’Europe.

    Les USA ont 2 choses que les Européens n’ont pas et n’auront jamais, et 2 choses qui vont devenir de plus en plus des « as » dans le monde-bordelo qui est le nôtre :
    -l’US Army
    -l’US Dollar, lié au pétrole en plus

    … Là aussi malgré les critiques vaseuses des bobos qui se moquent de l’US army (qui serait « diminuée », « aux abois »), elle demeure pourtant la plus formidable machine de guerre du monde. Et le dollar reste intimement lié au pétrole, la première étant chargée de maintenir le lien du second…

    Bref.. Des bombes, des USD et du pétrole, c’est pas un carré d’as, mais ça s’en approche.

    En face, l’Europe c’est quoi ?
    Rien. Une soit disante « union », totalement divisée, qui compte 2 porte avion au total (1 français, 1 anglais), pouvant difficilement envoyer quelques zincs bombarder la Lybie, très vite à court de munitions, des dirigeants encore plus mauvais (songez à Hollande, Sarkozyn Monti, Papandréou et toute la collection de branquignoles), des dettes aussi, des systèmes sociaux à bout de souffle, tout le poid d’une histoire millénaire, des foyers de désordre avec une immigration africaine et musulmane incontrôlée… J’en passe et des meilleures.

    Bref. Renvoyer la monnaie de leur pièce aux américains, okay c’est intellectuellement, sain, mais il ne faut pas perdre de vue… que les USA dureront davantage que l’UE….

Laisser un commentaire