Art de la guerre monétaire et économique

Humeurs de Loup du Mardi 27 Aout 2012 : Europe, ce n’est pas parce que l’on a échoué qu’il faut arrêter n’est ce pas ! par Bruno Bertez

Humeur de Loup du Mardi 27 Aout2012  : Europe, ce n’est pas parce que l’on a échoué qu’il faut arrêter n’est ce pas ! par Bruno Bertez

 

   Nous vous rappelons les objectifs de la création de l’euro en 1999 : 

-Faciliter le commerce à l’intérieur de l’Europe.

-Unifier l’Europe, rapprocher ses membres, les faire converger.

-Augmenter la prospérité

-Avoir une monnaie stable, sure, fiable.

-Challenger le dollar américain. 

Nous vous laissons juge de cocher lesquels des objectifs ont été remplis ; et de réfléchir sur leurs couts et pour qui ?

 

Pendant ce temps, tout va très bien Madame la Marquise : 

-Samaras le Grec continue sa tournée pour obtenir des délais et des fonds. 

-La Troika retarde la publication de son rapport. 

-L’Espagne négocie en sous main des achats de dettes par l’EFSF. 

-Le Portugal annonce qu’il ne tiendra pas ses objectifs de déficits. 

-Chypre annonce la même chose. 

-L’Irlande essaie d’obtenir un debt relief comme la Grèce, Schauble dit non !!! 

-La BCE est divisée, Rassmussen dit que l’on n’achètera que des bonds à maturité courte et souhaite que ce soit en tandem avec les fonds de sauvetage européens. 

-Merkel remet a leur place ceux qui parlent de sortie de la Grèce, silence sur ce sujet demande t elle….. 

-Merkel fait les gros yeux à Weidman et soutient Draghi. 

PLUS DE BERTEZ EN SUIVANT :

Pendant ce temps on prépare : 

-Le rapport de la Cour Constitutionnelle allemande sur la conformité ou non de l’ESM. 

-Les élections très importantes aux Pays Bas , alors que les deux tiers des Hollandais sont contre une nouvelle aide à la Grèce, cinquante pour cents sont contre l’ESM, les deux tiers veulent une baisse des budgets de l’Europe. Seulement 58% restent favorables à l’appartenance à l’UE, plus des 30% votent en faveur de partis euro critiques. 

-Merkel veut accélérer la présentation d’un nouveau Traité européen dont les autres ne veulent pas.  Elle veut une Convention dès fin 2012 pour un Traité fin 2013. Elle exige que les autorités européennes puissent décider de la conformité ou non  des budgets nationaux aux règles fixées par l’UE. Les observateurs pensent que la condition pour que l’accepte le fameux debt pooling, c’est dire le droit en Europe de s’endetter sur le dos de son voisin.

BRUNO BERTEZ Le Mardi 28 Aout 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON :

EN ANNEXE :

/////////////////////////////////////////////////////////

Le président de la Banque Centrale Européenne Mario Draghi a estimé que la politique monétaire « nécessite parfois des mesures exceptionnelles dans une tribune à paraître jeudi en Allemagne.  Dans cette intervention diffusée à l’avance mercredi par l’hebdomadaire Die Zeit, M. Draghi monte donc lui-même au créneau pour défendre l’intention de la BCE de réactiver son programme de rachats d’obligations publiques afin dit il d’apaiser les tensions en zone euro.

**************************************************

The future of the euro: stability through change

Contribution from Mario Draghi, President of the ECB,
Published in « Die Zeit », 29 August 2012
 

Across Europe, a fundamental debate is taking place about the future of the euro. Many citizens are concerned about where Europe is heading. Yet the solutions presented appear to them unsatisfactory. This is because these solutions offer binary choices: either we must go back to the past, or we must move to a United States of Europe. My answer to the question is: to have a stable euro we do not need to choose between extremes.

The reason this debate is taking place is not the euro as a currency. The objectives of the single currency remain as relevant today as they were when the single currency was agreed. To spread price stability and sustainable growth to all European citizens. To reap the gains of the world’s largest single market and make the historic process of European unification irreversible. To raise Europe’s standing – not only economically but also politically – in a globalised world.

The debate is taking place because the euro area has not yet fully succeeded as a polity. Currencies ultimately depend on the institutions that stand behind them. When the euro was first proposed, there were those who said it would have to be preceded by a long process of political integration. This was because sharing a currency would imply a high degree of joint decision-making. Member countries would be a “Schicksalsgemeinschaft” and would need strong common democratic underpinnings.

But a deliberate choice was made in the 1990s not to give the euro such features. The euro was launched as a “currency without a state” to preserve the sovereignty and diversity of member countries. This informed the so-called “Maastricht setup”, which laid the euro’s institutional foundations. But as recent events have shown, this institutional framework left the euro area insufficiently equipped to ensure sound economic policies and effectively manage crises.

For this reason, the way ahead cannot be a return to the status quo ante. The challenges of having a single monetary policy but loosely coordinated fiscal, economic and financial policies have been clearly revealed by the crisis. As Jean Monnet said, coordination “ is a method which promotes discussion, but it does not lead to a decision.” And strong decisions have to be made to manage the world’s second most important currency.

A new architecture for the euro area is desirable to create sustained prosperity for all euro area countries, and especially for Germany. The root of Germany’s success is its deep integration into the European and world economies. To continue to prosper, Germany needs to remain an anchor of a strong currency, at the centre of a zone of monetary stability and in a dynamic and competitive euro area economy. Only a stronger economic and monetary union can provide this.

Yet this new architecture does not require a political union first. It is clear that monetary union does entail a higher degree of joint decision-making. But economic integration and political integration can develop in parallel. Where necessary, sovereignty in selected economic policy fields can and should be pooled and democratic legitimation deepened.

How far should this go? We do not need a centralisation of all economic policies. Instead, we can answer this question pragmatically: by calmly asking ourselves which are the minimum requirements to complete economic and monetary union. And in doing so, we will find that all the necessary measures are firmly within our reach.

For fiscal policies, we need true oversight over national budgets. The consequences of misguided fiscal policies in a monetary union are too severe to remain self-policed. For broader economic policies, we need to guarantee competitiveness. Countries must be able to generate sustainable growth and high employment without excessive imbalances. The euro area is not a nation-state where persistent cross-regional subsidies have sufficient popular support. Therefore, we cannot afford a situation where some regions run permanently large deficits vis-à-vis others.

For financial policies, there need to be powers at the centre to limit excessive risk-taking by banks and regulatory capture by supervisors. This is the best way to protect euro area taxpayers. There also needs to be a framework for bank resolution that safeguards public finances, as we see in other federations. In the U.S., for example, on average about 90, mostly smaller, banks per year have been resolved since 2008 and this had no impact on the solvency of the sovereign.

Political union can, and shall, develop hand-in-hand with fiscal, economic and financial union. The sharing of powers and of accountability can move in parallel. We should not forget that 60 years of European integration have already created a significant degree of political union. Decisions are made by an EU Council filled by national ministers and by a directly elected European Parliament. The challenge is to further increase the legitimacy of these bodies commensurate with increasing their responsibilities and to seek ways to better anchor European processes at the national level.

A more solid political foundation should allow for agreement on a basic principle: that it is neither sustainable nor legitimate for countries to pursue national policies that can cause economic harm for others. This constraint has to be built into how countries design their economic and social models. The only sustainable model is one that is consistent with the terms of a common currency. Countries have to live within their means. Competition and labour markets have to be reinvigorated. Banks have to conform to the highest regulatory standards and focus on serving the real economy. This is not the end, but the renewal of the European social model.

From the ECB’s perspective, a strong economic union is an essential complement to the single monetary policy. Building this will require a structured process with correct sequencing. Yet citizens can be certain that three elements will remain constant. The ECB will do what is necessary to ensure price stability. It will remain independent. And it will always act within the limits of its mandate.

Yet it should be understood that fulfilling our mandate sometimes requires us to go beyond standard monetary policy tools. When markets are fragmented or influenced by irrational fears, our monetary policy signals do not reach citizens evenly across the euro area. We have to fix such blockages to ensure a single monetary policy and therefore price stability for all euro area citizens. This may at times require exceptional measures. But this is our responsibility as the central bank of the euro area as a whole.

The ECB is not a political institution. But it is committed to its responsibilities as an institution of the European Union. As such, we never lose sight of our mission to guarantee a strong and stable currency. The banknotes that we issue bear the European flag and are a powerful symbol of European identity.

Those who want to go back to the past misunderstand the significance of the euro. Those who claim only a full federation can be sustainable set the bar too high. What we need is a gradual and structured effort to complete EMU. This would finally give the euro the stable foundations it deserves. It would fully achieve the ultimate goals for which the Union and the euro were founded: stability, prosperity and peace. We know this is what the people in Europe, and in Germany, aspire to.

European Central Bank
Directorate Communications
Press and Information Division
Kaiserstrasse 29, D-60311 Frankfurt am Main

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A PROPOS ET EN DERNIERE MINUTE : Le combat s’intensifie en Allemagne par Bruno Bertez

L’enjeu des combats actuels nous semble être la conquête de l’opinion publique allemande.

MODIFIED EURO BAZOOKA
SUPER MARIO ESF

 Tous les coups sont permis, les affirmations mensongères, les menaces voilées, les fausses analyses, les faux diagnostics, les fausses assurances.

Notre idée est que Merkel n’est pas très loin de soutenir Draghi et ses débordements. Nous avons remarqué et souligné qu’elle avait fait les gros yeux aux anti Draghi, à  Weidman de la Buba et aux leaders bavarois de son parti tout en osant affirmer que Draghi n’avait pas franchi la ligne rouge.

Draghi s’enhardit, il vient de donner une interview au journal allemand DIE ZEIT, donc il vise les Allemands, dans laquelle il développe sa propagande et ses contrevérités.

Dans ce texte modèle bêtise et de  mauvaise foi, il essaie de faire croire qu’il y a une voie moyenne entre le retour en arrière, fin de l’euro et l’intégration politique. Une voie moyenne quasi sans douleur, acceptable pour tous. Surtout pour les Allemands, qui, insinue t- il , sont les grands bénéficiaires de la monnaie unique.

Il suffirait de mesurettes pour recréer les conditions d’une marche vers l’unité et la convergence.

Nous conseillons à Draghi d’aller faire un tour en Espagne , cela lui permettra de comprendre que l’ alliance scandaleuse du gouvernement, des médias, des patrons et des syndicats a pour objectif de tirer le maximum des Pays du core européen sans rien donner en échange.

TROIKA AUDITOR

Les reformes sont bidons, cosmétiques, le gaspillage des fonds publics et européens continuent, la corruption règne en maitre, le pays s’enfonce,  avec la bénédiction des élites dans l’économie souterraine, la fraude fiscale, le black money etc.

L’Espagne s’enfonce dans le gaspillage, la corruption et le dumping, voila la réalité et on comprend qu’elle veut des sous, sans contrôle, sans condition.

L’Espagne veut continuer à piller les fonds de l’Europe et des Pays du core pour s’équiper en particulier, autoroutes, trains à grande vitesse tarifés à bas prix , le tout pour concurrencer le tourisme des autres pays en offrant des conditions de dumping .Pas de péage sur les autoroutes, carburant moins cher, hôtels à bas prix grâce au travail au noir de gens au chômage officiel, alcool bon marché , équipements collectifs surabondants etc
 .
L’Espagne poursuit sa politique qui consiste a vider les plages des autres pays par des avantages … financés par les autres pays victimes de son dumping. C’est cela la solidarité!

C’était une digression.

EURO STANDBY

Parmi les imbécilités de Draghi on lit :  » les monnaies en dernier ressort dépendent des institutions qui sont derrière elles ».

 A t- on jamais dit chose plus absurde. Quelle prétention , les monnaies dépendent non des institutions qui sont derrière elles, car ce sont des superstructures produites par le réel, mais du réel . Et le réel ce sont les nations, les peuples, les histoires, les organisations sociales, les organisations politiques, économiques, les tissus industriels .Vous avez beau avoir de bonnes institutions, si vous n’avez pas d’économie, votre monnaie c’est moins que rien.  Notre Draghi comme tous les financiers et politiciens marche sur la tète, les institutions sont un produit, une résultante des appareils économiques, sociaux et politiques . Et si l’euro ne marche pas, c’est parce que les économies, les sociétés , les politiques en Europe sont non pas uniques ou unifiables ou même convergentes, c’est parce qu’elles sont irrémédiablement diverses.

Raymond Aron , très européen croyait à juste titre l’Europe impossible car, disait il
merveilleusement : l’identité de l’Europe c’est sa diversité.  Bravo.

Plus loin, notre constructiviste monétaire façon Goldman affirme que les dirigeants européens n’ont qu’ à faire évoluer leurs systèmes, leurs pays, nous ne disons plus nation , le mot est tricard, pour les unifier, mais sans aller jusqu’a l’intégration politique. Il dit cela parce qu’il sait que les peuples évidemment ne veulent pas d’intégration politique. Mais en même temps il accorde aux hommes politiques, aux illusionnistes, le pouvoir de changer les structures sociales, économiques,  productives . Nous sommes en plein délire.  

Enfin, notons qu’il prétend avoir comme priorité première et en même temps ultime la stabilité des prix et de la monnaie, mais cette priorité comporte des exceptions, quand on est dans des situations comme la situation présente ou l’euro est en danger, ou quand  la politique de la BCE bute sur la dislocation de la zone etc . Bref la stabilité est prioritaire, après d’autres priorités dont Draghi est seul juge.

Jurgen Starck ancien economiste de la BCE répond frontalement dans le Handelsblatt à la propagande de Draghi : « En essayant de combattre le crise euro , la BCE  a déjà franchi de façon répétée la ligne rouge . Son plan d’achats des emprunts des souverains équivaut à un financement illégal des Etats . Ce financement va conduire à une inflation accrue ».

Si les économistes italiens, espagnols, grecs, français étaient meilleurs que les économistes allemands cela se saurait .Qui a conduit son économie au succès, qui est l’ancrage de l’euro, qui finance les pestiférés ? Certainement pas ceux qui défendent les positions actuelles sur le mélange du fiscal et du monétaire, certainement pas ceux qui veulent continuer à se surendetter.  Ceux qui ont réussi et constituent les exemples, ce sont les Allemands , leurs principes économiques et monétaires rigoureux, bref ce sont leurs économistes. Ce sont eux qui pensent juste.

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 30 Aout 2012

llustrations et mise en page by THE WOLF

MORGAN STANLEY SIGN

1 réponse »

  1. Le 29 Aout 2012 Le combat s’intensifie en Allemagne.

    L’enjeu des combats actuels nous semble être la conquête de l’opinion publique allemande.

    Tous les coups sont permis, les affirmations mensongères, les menaces voilées, les fausses analyses, les faux diagnostics, les fausses assurances.

    Notre idée est que Merkel n’est pas très loin de soutenir Draghi et ses débordements. Nous avons remarqué et souligné qu’elle avait fait les gros yeux aux anti Draghi, à Weidman de la Buba et aux leaders bavarois de son parti tout en osant affirmer que Draghi n’avait pas franchi la ligne rouge.

    Draghi s’enhardit, il vient de donner une interview au journal allemand DIE ZEIT, donc il vise les Allemands, dans laquelle il développe sa propagande et ses contrevérités.

    Dans ce texte modèle bêtise et de mauvaise foi, il essaie de faire croire qu’il y a une voie moyenne entre le retour en arrière, fin de l’euro et l’intégration politique. Une voie moyenne quasi sans douleur, acceptable pour tous. Surtout pour les Allemands, qui, insinue t- il , sont les grands bénéficiaires de la monnaie unique.

    Il suffirait de mesurettes pour recréer les conditions d’une marche vers l’unité et la convergence.

    Nous conseillons à Draghi d’aller faire un tour en Espagne , cela lui permettra de comprendre que l’ alliance scandaleuse du gouvernement, des médias, des patrons et des syndicats a pour objectif de tirer le maximum des Pays du core européen sans rien donner en échange.

    Les reformes sont bidons, cosmétiques, le gaspillage des fonds publics et européens continuent, la corruption règne en maitre, le pays s’enfonce, avec la bénédiction des élites dans l’économie souterraine, la fraude fiscale, le black money etc.

    L’Espagne s’enfonce dans le gaspillage, la corruption et le dumping, voila la réalité et on comprend qu’elle veut des sous, sans contrôle, sans condition.

    L’Espagne veut continuer à piller les fonds de l’Europe et des Pays du core pour s’équiper en particulier, autoroutes, trains à grande vitesse tarifés à bas prix , le tout pour concurrencer le tourisme des autres pays en offrant des conditions de dumping .Pas de péage sur les autoroutes, carburant moins cher, hôtels à bas prix grâce au travail au noir de gens au chômage officiel, alcool bon marché , équipements collectifs surabondants etc
    .
    L’Espagne poursuit sa politique qui consiste a vider les plages des autres pays par des avantages … financés par les autres pays victimes de son dumping. C’est cela la solidarité!

    C’était une digression:

    Parmi les imbécilités de Draghi on lit.. » les monnaies en dernier ressort dépendent des institutions qui sont derrière elles ».

    A t on jamais dit chose plus absurde. Quelle prétention , les monnaies dépendent non des institutions qui sont derrière elles, car ce sont des superstructures produites par le réel, mais du réel . Et le réel ce sont les nations, les peuples, les histoires, les organisations sociales, les organisations politiques, économiques, les tissus industriels .Vous avez beau avoir de bonnes institutions, si vous n’avez pas d’économie, votre monnaie c’est moins que rien. Notre Draghi comme tous les financiers et politiciens marche sur la tète, les institutions sont un produit, une résultante des appareils économiques, sociaux et politiques . Et si l’euro ne marche pas, c’est parce que les économies, les sociétés , les politiques en Europe sont non pas uniques ou unifiables ou même convergentes, c’est parce qu’elles sont irrémédiablement diverses.

    Raymond Aron , très européen croyait à juste titre l’Europe impossible car, disait il
    merveilleusement : l’identité de l’Europe c’est sa diversité. Bravo.

    Plus loin, notre constructiviste monétaire façon Goldman affirme que les dirigeants européens n’ont qu’ à faire évoluer leurs systèmes, leurs pays, nous ne disons plus nation , le mot est tricard, pour les unifier, mais sans aller jusqu’a l’intégration politique. Il dit cela parce qu’il sait que les peuples évidemment ne veulent pas d’intégration politique. Mais en même temps il accorde aux hommes politiques, aux illusionnistes, le pouvoir de changer les structures sociales, économiques, productives . Nous sommes en plein délire.

    Enfin, notons qu’il prétend avoir comme priorité première et en même temps ultime la stabilité des prix et de la monnaie, mais cette priorité comporte des exceptions, quand on est dans des situations comme la situation présente ou l’euro est en danger, ou quand la politique de la BCE bute sur la dislocation de la zone etc . Bref la stabilité est prioritaire, après d’autres priorités dont Draghi est seul juge.

    Jurgen Starck ancien economiste de la BCE répond frontalement dans le Handelsblatt à la propagande de Draghi : « En essayant de combattre le crise euro , la BCE a déjà franchi de façon répétée la ligne rouge . Son plan d’achats des emprunts des souverains équivaut à un financement illégal des Etats . Ce financement va conduire à une inflation accrue ».

    Si les économistes italiens, espagnols, grecs, français étaient meilleurs que les économistes allemands cela se saurait .Qui a conduit son économie au succès, qui est l’ancrage de l’euro, qui finance les pestiférés ? Certainement pas ceux qui défendent les positions actuelles sur le mélange du fiscal et du monétaire, certainement pas ceux qui veulent continuer à se surendetter. Ceux qui ont réussi et constituent les exemples, ce sont les Allemands , leurs principes économiques et monétaires rigoureux, bref ce sont leurs économistes. Ce sont eux qui pensent juste.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s