Chinamerica

Lancement imminent du lien entre les bourses de Hongkong et Shanghai

Lancement imminent du lien entre les bourses de Hongkong et Shanghai

En août, la capitalisation totale de la bourse hongkongaise pesait deux fois celle de Zurich, celle Shanghai se situant entre les deux. Stock connect prévoit l’accès à plus de 500 titres du SSE (actions dites A, en renminbi), dont les plus importants. Soit plus de deux fois le nombre de groupes chinois (actions H) déjà cotés à Hongkong. Les deux marchés sont très différents: «A Hongkong, 70% des acteurs sont des investisseurs institutionnels, tandis qu’en Chine continentale, 80% du volume vient de particuliers» qui passent énormément d’ordres «et ne font pas vraiment confiance aux gérants de fonds pour gérer leurs avoirs».

La porte ne sera toutefois qu’entrouverte: Pékin, désireux d’empêcher à tout prix des fuites de capitaux non maîtrisées, a maintenu certaines restrictions.

Les ventes à découvert ne seront pas permises

Les détails du rapprochement entre la bourse de Shanghai et celle de Hongkong ont déjà été présentés. L’accès se fera via Hong­kong, par l’intermédiaire d’un courtier certifié, et seulement entre 9h30 et 11h30, puis 13h et 15h. Investisseurs individuels et institutionnels, comme les caisses de pension, pourront alors acheter la plupart des actions (dites A) cotées à la bourse de Shanghai (SSE), et jusqu’ici essentiellement réservées aux investisseurs de la Chine continentale. Ces derniers vont, eux, avoir accès aux titres cotés à celle de Hongkong (HKEx).

«Stock connect», ce partenariat entre les deux plus grands marchés actions de Chine, permet d’investir en renminbis, alors même que la devise chinoise n’est pas encore totalement convertible. Cependant, il fonctionne en circuit fermé. Pas question que la «hot money» aille s’investir ailleurs, dans l’immobilier par exemple, avertit la vidéo de présentation sur le site web de HKEx.

La spéculation est aussi encadrée: pas de vente à découvert, pas de «day trade» ou d’achats destinés à profiter des mouvements de marché au cours d’une journée. Enfin, les Chinois ne pourront pas directement investir en dollars de Hongkong. 

En annonçant l’ouverture du «stock connect» en plein sommet de l’APEC à Pékin, la Chine envoie un signal fort concernant sa volonté de réforme. Elle espère également aller trouver, chez les investisseurs étrangers, de quoi mieux irriguer son économie en capitaux frais, à un moment où les banques ne jouent que partiellement leur rôle de financement de l’activité économique, et où la conjoncture ne cesse de ralentir.

Acheter des titres chinois ne sera pas sans risque car, par exemple, les sociétés cotées à Shanghai ne sont pas tenues de publier leurs rapports en anglais, une occasion pour cacher des informations aux actionnaires étrangers.

Source Agences+Les Echos+Le Temps nov14

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s