Douce France

Pour Info : Attentat de Nice : la justice a demandé à la mairie de supprimer 24 heures de vidéosurveillance ! Sous-effectifs, barrages partiels… Les failles du dispositif de sécurité du 14 juillet à Nice !

Attentat de Nice : la justice a demandé à la mairie de supprimer 24 heures de vidéosurveillance

 

« A-t-on déjà vu pareille folie que de détruire des preuves pouvant donner des indices importants et le tout à une semaine d’intervalle d’un attentat ? Les raisons invoquées paraissent complètement improbables et ne font qu’ajouter à la suspicion que les hautes sphères veulent à tout prix cacher des choses, en particulier les lacunes dans la sécurisation de l’événement. On apprend pourtant que la Ville refuse d’effacer les images et qu’en plus elle s’apprête à demander au procureur de la République de Nice de mettre sous séquestre celles-ci « afin de ne pas hypothéquer les éventuelles autres procédures qui pourraient voir le jour au-delà de l’enquête antiterroriste en cours ». Fawkes

Mercredi à 11 heures, la sous-direction antiterroriste (SDAT) a envoyé aux agents qui gèrent la vidéosurveillance de la ville de Nice une réquisition leur demandant l’effacement «complet» de 24 heures d’images provenant de six caméras nommées et numérotées, mais aussi de toutes les scènes depuis le début de l’attentat ayant eu lieu sur la promenade des Anglais, dans la nuit du 14 juillet. De quoi mettre en état de sidération les agents du centre de supervision urbain de Nice.

Contacté par Le Figaro, le parquet de Paris a confirmé l’information et précisé: «Cela a été fait pour éviter la diffusion non contrôlée et non maîtrisée de ces images ».

Photo published for  : ATTAQUE À NICE. la justice demande à la mairie d’effacer toutes les images de vidéosurveillance...

Source : Le Figaro (via Fawkes News)

https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2016/07/21/attentat-nice-justice-a-demande-a-la-mairie-de-supp

Procureur de Paris : le tueur de Nice a bénéficié de complicités et son acte était «prémédité»

 Alors que l’enquête progresse toujours, le procureur de la République de Paris François Molins a indiqué que Mohamed Lahouaiej Bouhlel a bénéficié de complicités pour commettre son crime, dont «le caractère prémédité» est confirmé.

«Les investigations menées depuis la nuit du 14 juillet dernier n’ont cessé d’avancer et ont permis non seulement de confirmer plus encore le caractère prémédité du passage à l’acte mortifère de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, mais également d’établir que ce dernier avait pu bénéficier de soutiens et de complicités dans la préparation et la commission de son acte criminel», a indiqué François Molins en conférence de presse le 21 juillet.

Le procureur a ajouté qu’une information judiciaire a été ouverte par le parquet de Paris.

Quatre hommes et une femme ont par ailleurs été arrêtés dans le cadre de l’enquête.

«Le parquet a ouvert à la mi-journée une information judiciaire des chefs de participation à une association de malfaiteurs terroristes, en vue de la préparation d’un ou plus crimes d’atteinte aux personnes», a fait savoir François Molins. Il a précisé avoir requis le placement en détention provisoire de ces cinq personnes, qui ne sont «pas connues des services spécialisés de renseignement».

Tueur de Nice : ce que l’on sait déjà

  • Il n’était pas religieux pratiquant, consommait du porc, buvait de l’alcool et était doté d’une «sexualité débridée», selon François Molins.
  • Son intérêt pour la mouvance djihadiste serait «récent». Il s’était laissé pousser la barbe (à laquelle il attribuait un sens religieux) peu de temps avant son acte. Comme le montre son historique, il avait effectué, au cours du mois de juillet, des recherches sur des chants religieux appelant au djihad et sur l’attentat d’Orlando.
  • Il avait effectué des repérages sur la Promenade des Anglais, avant de prendre contact avec la société de location du camion dès le 4 juillet.
  • Il s’agit d’un Tunisien qui était domicilié à Nice, comme en témoignent les papiers retrouvés à l’intérieur du véhicule.
  • Il était connu de la justice pour violences. Il avait été condamné en mars 2016 pour l’agression d’un automobiliste.

Sous-effectifs, barrages partiels… Les failles du dispositif de sécurité du 14 juillet à Nice

D’après le Canard enchaîné, la préfecture de police avait planifié un dispositif de sécurité au rabais pour le 14 Juillet à Nice, en raison d’effectifs restreints. Une seule voiture de police barrait la Promenade des Anglais, a révélé Libération.

Des effectifs de police limités

Le président Les Républicains (LR) de la région Paca et ancien maire de Nice, Christian Estrosi, l’affirme depuis le lendemain de l’attaque au camion : les effectifs de police déployés à Nice le soir du 14 juillet, durant lequel un attentat a fait 84 morts et de nombreux blessés, étaient insuffisants. L’ex-ministre de Nicolas Sarkozy assure que, ce soir-là, on «était très loin du chiffre […] de 64 policiers» nationaux, 42 policiers municipaux et 20 militaires de la mission Sentinelle annoncé par le gouvernement deux jours après le massacre.

La thèse d’un sous-effectif des forces policières le soir de la tuerie à Nice a été confirmée par le Canard enchaîné du mercredi 20 juillet, qui s’est procuré les comptes-rendus de deux réunions de la préfecture des Alpes-Maritimes, du 28 juin et du 7 juillet, durant lesquelles la sécurisation de la fête nationale a été planifiée. D’après le journal, la préfecture a évoqué durant ces réunions des «effectifs de police municipale et de police nationale contraints» dans la ville.

Aujourd’hui à Nice il y avait plus de policiers pour protéger Valls que le soir du 14 juillet pour assurer la sécurité des citoyens

 

Dans la même veine, le maire (LR) de Cannes David Lisnard, dans le même département, s’est plaint le 19 juillet d’avoir moins de policiers nationaux et de moyens consacrés à la sécurité en ce moment qu’avant l’état d’urgence…

.@davidlisnard : « Nous avons moins de policiers nationaux qu’avant l’état d’urgence… » via @LePoint 👉http://www.lepoint.fr/societe/securite-david-lisnard-l-etat-nous-traite-avec-dedain-19-07-2016-2055434_23.php#xtmc=cannes&xtnp=1&xtcr=1 

Photo published for Sécurité - David Lisnard : "L'État nous traite avec dédain"

Sécurité – David Lisnard : « L’État nous traite avec dédain »

Le maire (LR) de Cannes se plaint d’avoir moins de policiers nationaux qu’avant l’état d’urgence et des faibles moyens consacrés à la sécurité.

lepoint.fr

 

L’abandon du filtrage du public

Du fait de ces effectifs limités, la préfecture a décidé, toujours selon le Canard enchaîné, d’abandonner ou de limiter certains éléments du dispositif de sécurité à Nice. Ainsi, les autorités ont décidé de renoncer à l’idée de filtrer le public se rendant sur la Promenade des Anglais – une décision, toutefois, qui n’a pas eu de conséquences sur l’attaque au camion.

Le Canard enchaîné. Le barrierage « avec filtration du public » prévu pour la Prom party abandonné faute d’effectifs

 

Des barrages incomplets

Si l’installation de barrières a bien été validée par la préfecture des Alpes-Maritimes, celle-ci n’a pas demandé à la ville de Nice d’installer des chicanes en béton (de gros blocs), dont disposait pourtant la mairie. Au lieu de ce dispositif qui aurait stoppé ou du moins ralenti la course du véhicule meurtrier, la préfecture a préféré opter pour le déploiement de cars de CRS et de voitures de police sur la chaussée.

Une seule voiture de police municipale barrait l’avenue

Or, selon Libération, le nombre des véhicules policiers déployés s’est limité à… un ! Le journal, qui se base sur une source policière ayant pu visionner des images de vidéosurveillance de la Promenade des Anglais, affirme qu’«un seul véhicule de police, celui des agents municipaux, se trouvait au milieu de la chaussée, côté mer».

Les policiers nationaux, qui devaient épauler la police municipale, étaient absents de l’avenue niçoise au moment du drame : d’après un témoin cité par Libération, les membres de la police nationale «ont été relevés aux alentours de 20h30 par leurs collègues municipaux. Il n’y a[vait] donc aucune voiture de police nationale susceptible de barrer la chaussée».

Une version qui dément celle de la préfecture des Alpes-Maritimes, qui assurait, deux jours après la tuerie, que la police nationale s’était vu confier la mission de veiller sur «les points les plus sensibles» de la Promenade des Anglais, tels que «le point d’entrée du camion».

Le poids lourd de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel n’avait pas le droit d’entrer à Nice

Cerise sur le gâteau : France Bleu a révélé le 19 juillet que le camion de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel n’aurait jamais dû pouvoir ne serait-ce qu’entrer dans la ville de Nice, le soir du 14 juillet. En effet, un arrêté préfectoral valable à l’échelle nationale interdit aux véhicules de plus de 7,5 tonnes de circuler «sur l’ensemble du réseau routier […] les veilles de jour férié de 22h à 22h le lendemain».

En plus de cette interdiction, un arrêté municipal permanent, acté par Christian Estrosi lui-même le 29 septembre 2014, interdit la circulation des poids lourds de plus de 3,5 tonnes dans la ville de Nice.

Le maire de Nice, Philippe Pradal, a expliqué que certaines dérogations pouvaient être accordées concernant l’arrêté municipal en cas de livraison ou de déménagement. Néanmoins, cela n’explique pas pourquoi des agents municipaux n’ont pas été dépêchés pour contrôler le camion lors du premier passage du terroriste près de la Promenade des Anglais, avant qu’il ne revienne pour passer à l’acte.

De plus, personne n’a exigé du chauffeur, qui a prétexté devoir livrer des glaces sur l’avenue niçoise – alors même que son camion n’était pas frigorifique selon des professionnels du secteur interrogés par France Bleu – qu’il présente son bon de livraison.

https://francais.rt.com/france/24100-sous-effectifs-barrierage

Attentat de Nice : Pour Julien Dray, la faille sécuritaire, c’est la « pression populaire »

Julien Dray estime que les Niçois de la promenade des Anglais auraient dû avoir un comportement plus citoyen. Photo © SIPA

Sécurité. Invité ce matin sur BFM TV, le député (PS) Julien Dray a désigné un nouveau coupable pour expliquer l’attentat de Nice. Le dispositif policier et le gouvernement ne sont pas en cause selon lui, mais ce sont les Niçois qui ont mis la pression pour lever le barrage car ils voulaient « partir vite » à la fin du feu d’artifice.

Ce matin sur BFM TV, le député socialiste Julien Dray aurait peut être dû se mordre la langue avant de parler. Interrogé sur la faille dans le dispositif de sécurité de la promenade des Anglais, au soir du 14 juillet, le conseiller régional d’Ile-de-France a donné une explication étonnante : « Il faut savoir ce qu’est la fin d’un feu d’artifice. Parce que la fin d’un feu d’artifice dans cette région-là, c’est une fête populaire, il y a des familles et des enfants, c’est même souvent la seule fête que ces enfants-là ont. Et donc les gens sont pressés de partir, et souvent on lève les barrages de contrôle pour permettre le flux parce que les gens ne veulent pas attendre, ils veulent vite partir. Et c’est malheureusement là qu’il y a peut-être une faille ».


« Une fin de feu d’artifice, on n’est pas forcé de se précipiter tout de suite pour partir »


Depuis plusieurs jours, le gouvernement est pointé du doigt pour l’absence de policiers nationaux, et le ministre de l’Intérieur a même été accusé de mentir par le journal Libération. Mais pour Julien Dray, nul besoin de s’attarder sur le dispositif. L’indiscipline des Niçois, pendant le « temps de guerre » que nous traversons, est pour lui le facteur déterminant qui a permis au terroriste de passer à l’acte : « Il faut un comportement citoyen. Par exemple, quand c’est une fin de feu d’artifice, eh bien, on n’est pas forcé de se précipiter tout de suite pour partir. Il y a peut-être une file d’attente parce qu’on ne va pas lever le dispositif de sécurité. Donc il faut qu’on l’intègre comme on a commencé à intégrer que désormais, quand vous entrez dans des grandes surfaces, vous acceptez d’être fouillé. Ça n’a pas été facile ».

http://www.valeursactuelles.com/politique/attentat-de-nice-pour-julien-dray-la-faille-securitaire-cest-la-pression-populaire-63798

2 réponses »

  1. Un vrai régal…enfin, une indigestion de pures bêtises. Les petits rois nus qui cherchent un voile désespérément.

    Plus de 1200 caméras vidéo à Nice. C’est beau la sécurité, devant un mur d’écrans. C’est juste pour verbaliser les lanceurs de mégots dans la rue, et encore …

    Pitoyable, comme si le débat n’avez pas eu lieu, que les mises en garde sur l’impuissance du système ne faisaient pas courir de plus grands risques comme celui que nous avons en ce moment avec cette histoire, entres autres… (il y en a bien plus, hélas…)

    La facilité dans ce domaine sécurité est une incompétence. Mais chute, en discuter ne sert plus à rien, la preuve :

    https://www.laquadrature.net/fr/etat-d-urgence-surenchere-dans-la-surveillance-de-masse

    Aujourd’hui encore, de mieux en mieux :

    http://www.20minutes.fr/societe/1896875-20160723-code-securite-interieure-modifie-dispositif-pire-nsa

    Alors, merci pour cette comédie mille fois rejouée, qui n’a jamais fait recette, mais qui ne va pas s’arrêter en si bon chemin ! Il faut plus de caméras à chaque coin de rue, avec la reconnaissance faciale, un traitement plus puissant, plus coûteux, plus…, plus…, plus de vent, plus de pipeaux, plus de bêtises et encore beaucoup plus.

    Allons-y gaiement, c’est l’État qui rince ! enfin, les actionnaires de l’État…

    Et pendant ce temps-là…Le terrorisme fait salle comble et nous qui ne comprenons rien à rien ou faisons semblant de ne pas comprendre. La fin nous la connaissons pourtant, elle n’est pas belle, elle est même affreuse.

    Oui, nos politiques sont tous à poils et ils veulent simplement nous faire porter un chapeau en guise de cache sexe. Mais qu’ils sont laids et monstrueusement vides d’arguments. Qu’ils prennent enfin des vacances, cela nous changera l’air, quoique…S’il n’y avait que ça !

    Merci, même si ce sujet ne vaut même plus une ligne.

Laisser un commentaire