1984

Mondialisme – La toile d’araignée Soros- ACLU, CAP : le plan de subversion anti-Trump des groupes gauchistes financés par Soros, Rockefeller

ACLU, CAP : le plan de subversion anti-Trump des groupes gauchistes financés par Soros, Rockefeller

ACLU CAP subversion Trump financés Soros Rockefeller

La campagne électorale américaine ne finira donc jamais. La contestation de la légitimité de Donald Trump est devenue la ligne directrice de l’oligarchie libérale-libertaire, celle qui espère prendre sa revanche en avril en France avec son sous-produit étiqueté Emmanuel Macron. Aux Etats-Unis c’est une véritable guérilla contre le président souverainiste et conservateur qui se prépare à coups de millions de dollars et de conditionnement des foules. En pointe, l’ACLU (Amercican Civil Liberties Union), dont le directeur politique est Faiz Shakir, ancien associé au Comité national démocrate, ancien communicant au Center for American Progress (CAP) jadis dirigé par l’ineffable John Podesta, bras armé des Clinton. Le président de l’ACLU est Anthony Romero, qui travailla pour les fondations Rockefeller et Ford, lesquelles financent à fonds perdus, comme Soros, ces organismes-clés de la subversion globaliste, relativiste, immigrationniste et LGBT.

L’ACLU mobilise contre Trump pour l’immigration, les « droits religieux » et les LGBT

 
Ce samedi 11 mars était un jour de mobilisation générale pour l’ACLU contre Trump, avec un rassemblement au stade de basket de l’université de Miami. Ordre du jour : rebondir après les nombreuses manifestations anti-Trump organisées depuis la prise de fonctions de ce dernier, en « informant les gens de leur droit à protester » ; contester la nouvelle politique de limitation de l’immigration ; s’appuyer sur la garantie de liberté de parole assurée par le 1er amendement à la constitution américaine ; mettre en avant les droits de liberté de religion, de « reproduction », des communautés gays, lesbiennes et transgenre. Anthony Romero a martelé : « Nous engagerons toutes les poursuites judiciaires nécessaires pour défendre ces droits. Nous agirons devant les tribunaux. Vous, faites le boulot dans les rues ! ».
 
Le Washington Post a relevé que l’ACLU a engagé des millions de dollars dans ses entreprises d’agit-prop pompeusement dénommées « Campagne de pouvoir populaire ». Comme si le pouvoir populaire ne s’était pas manifesté en novembre dernier aux élections présidentielles et législatives ! Le quotidien de l’oligarchie écrit : « La campagne a commencé cette fin de semaine en Floride du Sud et l’ACLU prévoit des milliers de réunions à domicile à travers tout le pays. Tous les militants présents à Miami ont reçus un programme en 9 points pour transformer l’Amérique démocrate en un réseau de « villes libres » visant à défier les décrets du Président, son programme d’assurance maladie et son ministère de la Justice ». Il s’agit de « contester les décisions politiques du Président plus que l’homme et ses discours », note le Post, comme si les attaques ad hominem se révélaient contre-productives.
 

Le très gauchiste CAP est financé par Soros, Bing, Gates, Ford… et l’ambassade des Emirats !

 
L’ACLU travaille main dans la main avec d’autres organisations gauchistes américaines, comme le CAP qui lance une série de « conférences à la base » pour fédérer les activistes en Californie. Le CAP dispose de moyens considérables et leur origine est révélatrice. En 2013, il a été financé à hauteur de 42 millions de dollars par un ensemble de fondations, de syndicats et d’entreprises. Parmi les plus gros pourvoyeurs de fonds, le financier globaliste George Soros, le producteur de cinéma Steve Bing, les banquiers Herb et Marion Sandler, rejoints en 2015 par la Fondation Bill et Melinda Gates (pour 500.000 dollars), le premier distributeur mondial Walmart, la banque Citigroup et… l’ambassade des Emirats Arabes Unis pour 999.999 dollars à elle seule. Si cela ne s’appelle pas de l’ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat étranger, les mots n’ont plus aucun sens. La Fondation Ford quant à elle lui a fourni un million de dollars, ce qui « ne ressemble pas exactement à une contribution de la base », ironise Warren Mass, sur le site thenewamerican.com.
 

Faiz Shakir, étrange défenseur des musulmans et de l’homosexualité tout à la fois

 
Côté ACLU, il est intéressant de noter que Faiz Shakir, d’origine musulmane, fut tout au long de sa carrière d’apparatchik démocrate « un militant des combats clés pour les communautés LGBT et musulmanes », note le Washington Post. Warren Mass ne se prive pas de relever le comique de la cause, « considérant que, sauf de rares exceptions, pratiquement tous les spécialistes de la Charia, la loi islamique, interprètent l’homosexualité comme un délit répréhensible et comme un péché ». A moins que le comique ne se révèle tragiquement cynique : promouvoir l’homosexualité dans la population indigène, pratique évidemment stérile, pour faciliter le grand remplacement. Shakir au demeurant se dit fier d’avoir remporté une victoire en matière d’immigration mahométane, établissant un lien entre les manifestations qui se sont multipliées contre le décret présidentiel qui interdisait provisoirement l’entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane mais surtout à forte dangerosité terroriste (des dizaines d’autres pays musulmans n’étaient pas concernés), et l’arrêt de justice qui l’a finalement annulé. Il pérore : « Je vois ça comme un commencement. La mobilisation de masse n’a pas seulement le pouvoir de modifier la vision que les juges se font de la loi, mais aussi celle des maires, des gouverneurs, des conseils éducatifs et des policiers ».
 

L’ACLU, racines communistes, objectif subversion et globalisme

 
L’ACLU se bat sur tous les fronts du multiculturalisme et de la déconstruction sociétale, défiant les pouvoirs élus avec l’argent des multinationales. En 2015 par exemple, elle a poursuivi le gouvernement fédéral devant les tribunaux pour qu’il oblige les organisations religieuses à fournir des moyens contraceptifs et abortifs aux immigrés clandestins. Elle a obtenu la même année la condamnation d’un fleuriste qui ne voulait pas vendre des fleurs pour un mariage homosexuel. L’ACLU plonge ses racines dans les sectes socialistes et communistes. En 1931, une commission du Congrès dénonçait le fait qu’elle défendît systématiquement les militants communistes en délicatesse avec la loi, et cela « pour 90% de ses activités ». Aujourd’hui, c’est de communisme globaliste et bancaire qu’il s’agit. La logique reste intacte.

http://reinformation.tv/aclu-cap-subversion-trump-finances-soros-rockefeller-lenoir-67342-2/

Voici, selon le minutieux travail d’enquête de discoverthenetworks.org, les organisations de la constellation malfaisante de George Soros.

Vous devez conserver soigneusement cette liste, car la spécialité de Soros consiste à organiser des émeutes, des soulèvements ou des manifestations de protestations « spontanées » en confiant à plusieurs de ses ONG le soin de faire croire qu’elles n’ont aucun lien, et qu’elles se sont donc « spontanément mobilisées » dans un élan civique.

Le tableau est divisé en deux groupes.

Le premier concerne les ONG et associations directement financées par Soros et sa fondation, Open Society Foundation (OSF). Le second groupe liste les ONG et associations qui reçoivent leur financement indirectement, c’est à dire par un ou plusieurs groupes eux-mêmes financés par OSF.

idées de gauche et les faire voter à l’échelon régional.

  • Bend The Arc A Jewish Partnership for Justice cette association condamne les lois qui demandent aux électeurs de présenter une pièce d’identité pour éviter la fraude électorale au prétexte “qu’elles rendent difficile aux communautés de couleurs, aux femmes, et aux nouveaux électeurs, aux retraités et aux pauvres la possibilité de voter.”
  • Bill of Rights Defense Committee Ce groupe offre des conseils de marche à suivre aux activistes qui veulent que leurs villes et leurs universités déclarent publiquement leur opposition au Patriot Act (anti-terroriste), et s’auto-proclamment « zone protégée pour les libertés civiques. » Le groupe a pris la défense de l’avocat Lynne Stewart, qui se déclare avocate radicale, et qui a été condamnée en 2005 pour avoir apporter un soutien au terrorisme.
  • Black Alliance for Just Immigration cette ONG cherche à créer un mouvement unifié pour la “justice sociale et économique” centrée sur l’identité noire.
  • Blueprint North Carolina ce groupe cherche à “influencer la politique de l’Etat de Caroline du nord pour que les résidents de l’Etat bénéficient de lois plus gauchistes comme un meilleur accès aux soins, de plus hauts salaires obligatoires, le blocage des loyers, un environnement plus sûr et plus propre, et l’accès gratuit à l’avortement.”
  • Brennan Center for Justice ce think tank composé d’activistes juridiques publie des études légales, montent des campagnes médias, défend gratuitement les activistes, et fait des procès pour obtenir un changement radical de la société.
  • Brookings Institution cette organisation est impliquée dans de nombreux programmes internationaux et sponsorisés par les Etats, dont l’un deux consiste à l’établissement d’un gouvernement mondial dominé par l’ONU. 9 de ses économistes avaient signé une pétition opposée aux réductions de taxe du Président Bush’s en 2003.
  • Campaign for America’s Future ce groupe est l’avocat de hausses d’impôts, de la médecine socialisée, et une extension extrême des programmes d’aide sociale.
  • Campaign for Better Health Care ce groupe fait campagne pour la création d’une assurance santé unique appartenant à l’Etat, comme en France.
  • Campaign for Youth Justice cette ONG s’oppose au « transfert des criminels mineurs vers le système criminel adulte.”
  • Campus Progress un projet financé par l’ONG de Soros Center for American Progress, qui cherche à « renforcer les voix progressistes dans les universités, à contrer l’influence des groupes de droite, et donner le pouvoir à une nouvelle génération de dirigeants de gauche. »
  • Casa de Maryland Cette ONG poursuit agressivement le législateur pour qu’il vote en faveur de lois qui augmentent les droits, y compris l’amnistie, des étrangers illégaux qui résident aux Etats-Unis.

Je me suis arrêté de traduire : il y en a 7 pages comme ça, et les premières pages donnent je crois assez bien le ton des objectifs très à gauche de Soros : démultiplier les organisations dans l’espoir que dans le nombre, certaines réussiront à imposer ses idées radicales, destructrices et anarchistes.

and Policy Priorities Reasoning from the premise that tax cuts generally help only the wealthy, this organization advocates greater tax expenditures on social welfare programs for low earners.

  • Center on Wisconsin Strategy (COWS) Aiming to redistribute wealth by way of higher taxes imposed on those whose incomes are above average, COWS contends that « it is important that state government be able to harness fair contribution from all parts of society – including corporations and the wealthy. »
  • Change America Now Formed in December 2006, Change America Now describes itself as « an independent political organization created to educate citizens on the failed policies of the Republican Congress and to contrast that record of failure with the promise offered by a Democratic agenda. »
  • Citizens for Responsibility and Ethics in Washington This group litigates and brings ethics charges against « government officials who sacrifice the common good to special interests » and « betray the public trust. » Almost all of its targets are Republicans.
  • Coalition for an International Criminal Court This group seeks to subordinate American criminal-justice procedures to those of an international court.
  • Color Of Change This organization was founded to combat what it viewed as the systemic racism pervading America generally and conservatism in particular.
  • Common Cause This organization aims to bring about campaign-finance reform, pursue media reform resembling the Fairness Doctrine, and cut military budgets in favor of increased social-welfare and environmental spending.
  • Constitution Project This organization seeks to challenge the legality of military commissions; end the detainment of « enemy combatants”; condemn government surveillance of terrorists; and limit the President’s executive privileges.
  • Defenders of Wildlife Action Fund Defenders of Wildlife opposes oil exploration in Alaska’s Arctic National Wildlife Refuge. It condemns logging, ranching, mining, and even the use of recreational motorized vehicles as activities that are destructive to the environment.
  • Democracy Alliance This self-described « liberal organization » aims to raise $200 million to develop a funding clearinghouse for leftist groups. Soros is a major donor to this group.
  • Democracy 21 This group is a staunch supporter of the Bipartisan Campaign Reform Act of 2002, also known as the McCain-Feingold Act.
  • Democracy Now! Democracy Now! was created in 1996 by WBAI radio news director Amy Goodman and four partners to provide « perspectives rarely heard in the U.S. corporate-sponsored media, » i.e., the views of radical and foreign journalists, left and labor activists, and ideological foes of capitalism.
  • Democratic Justice Fund DJF opposes the Patriot Act and most efforts to restrict or regulate immigration into the United States — particularly from countries designated by the State Department as « terrorist nations. »
  • Democratic Party Soros’ funding activities are devoted largely to helping the Democratic Party solidify its power base. In a November 2003 interview, Soros stated that defeating President Bush in 2004 « is the central focus of my life » … « a matter of life and death. » He pledged to raise $75 million to defeat Bush, and personally donated nearly a third of that amount to anti-Bush organizations. « America under Bush, » he said, « is a danger to the world, and I’m willing to put my money where my mouth is. »
  • Demos This organization lobbies federal and state policymakers to “addres[s] the economic insecurity and inequality that characterize American society today”; promotes “ideas for reducing gaps in wealth, income and political influence”; and favors tax hikes for the wealthy.
  • Drum Major Institute This group describes itself as “a non-partisan, non-profit think tank generating the ideas that fuel the progressive movement,” with the ultimate aim of persuading “policymakers and opinion-leaders” to take steps that advance its vision of “social and economic justice.”
  • Earthjustice This group seeks to place severe restrictions on how U.S. land and waterways may be used. It opposes most mining and logging initiatives, commercial fishing businesses, and the use of motorized vehicles in undeveloped areas.
  • Economic Policy Institute This organization believes that “government must play an active role in protecting the economically vulnerable, ensuring equal opportunity, and improving the well-being of all Americans.”
  • Electronic Privacy Information Center This organization has been a harsh critic of the USA PATRIOT Act and has joined the American Civil Liberties Union in litigating two cases calling for the FBI « to publicly release or account for thousands of pages of information about the government’s use of PATRIOT Act powers. »
  • Ella Baker Center for Human Rights Co-founded by the revolutionary communist Van Jones, this anti-poverty organization claims that “decades of disinvestment in our cities” — compounded by “excessive, racist policing and over-incarceration” — have “led to despair and homelessness.”
  • EMILY’s List This political network raises money for Democratic female political candidates who support unrestricted access to taxpayer-funded abortion-on-demand.
  • Energy Action Coalition Founded in 2004, this group describes itself as “a coalition of 50 youth-led environmental and social justice groups working together to build the youth clean energy and climate movement.” For EAC, this means “dismantling oppression” according to its principles of environmental justice.
  • Equal Justice USA This group claims that America’s criminal-justice system is plagued by “significant race and class biases,” and thus seeks to promote major reforms.
  • Fair Immigration Reform Movement This is the open-borders arm of the Center for Community Change.
  • Faithful America This organization promotes the redistribution of wealth, an end to enhanced interrogation procedures vis a vis prisoners-of-war, the enactment of policies to combat global warming, and the creation of a government-run heath care system.
  • Families USA This Washington-based health-care advocacy group favors ever-increasing government control of the American healthcare system.

nation, this group focuses on « advancing the legal, social and political equality of women with men, countering the backlash to women’s advancement, and recruiting and training young feminists to encourage future leadership for the feminist movement in the United States. »

LA SUITE SUR : discoverthenetworks.org

http://www.dreuz.info/2017/02/27/la-toile-daraignee-soros/?utm_content=bufferd0045&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Quand des élus américains se plaignent que l’USAID et George Soros «fomentent des insurrections»

Quand des élus américains se plaignent que l'USAID et George Soros «fomentent des insurrections»© Ralph Orlowski Source: Reuters
Avec l’Open Society, George Soros est accusé d’imposer ses opinions dans la société civile
 

Des membres du Congrès ont écrit au Secrétaire d’Etat Rex Tillerson pour qu’il mette fin à ce qu’ils estiment être une politique d’ingérence menée par l’USAID et Geroge Soros, en s’appuyant sur l’exemple de la Macédoine.

Le courrier envoyé le 14 mars par sept membres du Congrès des Etats-Unis au Secrétaire d’Etat Rex Tillerson, le responsable de la politique extérieur américaine, pourrait faire l’effet d’une bombe.

Les élus dénoncent, sous un vernis humanitaire, un système d’ingérence dans les affaires internes de la Macédoine de l’agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), qui s’appuie sur l’Open Society du sulfureux financier américano-hongrois George Soros.

Dans ce document, les membres du Congrès décrivent comment l’USAID a accordé des subventions à l’Open Society pour qu’elle mette en œuvre un agenda politique marqué très à gauche et déstabilise le gouvernement élu.

«Au cours des dernières années, la Mission américaine est activement intervenue dans les partis politiques macédoniens, elle a façonné ses médias et sa société civile, favorisant certains groupes au détriment d’autres», explique l’élu républicain Christopher Smith, un des signataires.

Le représentant du Texas Louie Gohmert affirme quant à lui que des parlementaires macédoniens lui ont confié que le gouvernement américain de la précédente administration s’était proposé de les aider, à la condition expresse qu’ils votent certaines lois, citant par exemple le mariage homosexuel. «Nous sommes en train d’essayer de forcer des pays à abandonner leurs croyances», affirme le représentant du Texas.

Un avis partagé en Macédoine, où les mouvements de la société civile pour dénoncer l’influence de l’USAID et de George Soros prennent de l’ampleur.

«Nous sommes témoins de la prise de contrôle de la totalité de la société civile et de son instrumentalisation [par l’USAID et l’Open Society]. C’est inacceptable et va bien au delà des principes de bases de ses organisations», a notamment déclaré le journaliste macédonien Nikola Srbov du média en ligne Kurir.

Si le petit Etat de l’ex-Yougoslavie et ses 2,1 millions d’habitants ont été pris pour cible, ce n’est évidemment pas le seul. L’Albanie voisine, pourtant membre de l’OTAN, a subi le même traitement de faveur selon les élus. Ils expliquent comment les experts de l’Open Society, financés par l’USAID, ont écrit la réforme judiciaire du pays qui donne le pouvoir judiciaire au Premier ministre de gauche, et déstabilise ainsi le gouvernement conservateur.

L’Amérique latine, l’Afrique, cibles de l’USAID et George Soros

Mais pour les signataires du courrier, dont fait partie le sénateur et ancien candidat à la présidentielle Ted Cruz, la Macédoine et l’Albanie ne sont qu’une fenêtre sur des maux bien plus profonds. «Il est troublant de constater que cette attitude est devenue un défaut pour beaucoup de nos ambassades, de l’USAID et de nos consulats à travers le monde», poursuit en effet le courrier.

Les élus notent qu’il est fréquent pour des dirigeants étrangers, citant sans plus de précisions des pays d’Amérique latine et d’Afrique, de se plaindre lors de leur visite à Washington que «les impôts des américains sont dépensés de façon contreproductive dans leurs pays respectifs».

Ils concluent leur courrier sans ambiguïté, estimant que les impôts des américains ne devraient pas servir à «fomenter des insurrections», et devraient au contraire «respecter la souveraineté nationale et la société civile».

https://francais.rt.com/international/35279-quand-elus-americains-se-plaignent-usaid-soros-fomentent-insurrections

EN BANDE SON : 

2 réponses »

  1. Bonjour, en complément des informations de Lupus, nous vous proposons avec son autorisation notre Revue de presse quotidienne :

    Revue de presse du jour comprenant l’actualité nationale et internationale de ce jeudi 16 mars 2017

    Est disponible dans la section Revue de presse de Crashdebug.fr
    https://www.crashdebug.fr/revue-de-presse

    Et toujours des documentaires exclusif en intégralité :

    François Fillon et la « stratégie du choc »
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/13102-francois-fillon-et-la-strategie-du-choc

    Merci Lupus,

    Amicalement,

    f.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s