Art de la guerre monétaire et économique

Etats – Unis : La fausse nouvelle concernant Stephen Bannon

La fausse nouvelle concernant Stephen Bannon

Désigné au poste de directeur exécutif de la campagne présidentielle de Donald Trump en août 2016, Stephen Bannon a été nommé conseiller du Président après la victoire de ce dernier.

Depuis cette nomination, Bannon a été traité de raciste, de suprématiste, voire d’antisémite au point qu’Alan Dershowitz, un démocrate, professeur de droit émérite à l’Université de Harvard a du prendre sa défense !

Les médias, qui se sont enlisés dans leur haine de Trump et de Stephen Bannon (la dépêche de l’AFP le présente comme l’ «ancien patron du site d’extrême droite Breitbart News»), ont fait de gros titres disant que Bannon a été «limogé», «évincé» par Trump du Conseil de Sécurité nationale.

Ce serait un revers, bref un coup de pied au c-l pour Bannon et une victoire pour le général H.R. McMaster qui avait pris le 20 février la succession de Michael Flynn.

Pendant ce temps, à la Maison-Blanche, un responsable a décrit le retrait de Bannon du Conseil de Sécurité comme étant une progression naturelle et non une rétrogradation pour Bannon.

Le vice-président américain, Mike Pence, a assuré mercredi que Bannon continuerait de jouer un rôle important et a présenté le remaniement comme une mesure de routine.

« Il s’agit seulement d’une évolution naturelle pour garantir que le Conseil national de sécurité est organisé de façon à servir au mieux le président, pour (…) prendre ces décisions difficiles », a-t-il déclaré à la chaîne Fox News.

Bannon avait été placée au NSC en partie aussi pour surveiller le premier conseiller de sécurité nationale de Trump, Michael Flynn. Trump a jugé qu’avec McMaster comme responsable du conseil, Bannon pouvait s’en retirer. 

Dans un communiqué, Steve Bannon a expliqué qu’il avait réussi à rendre au Conseil son rôle premier de coordination de la politique étrangère. Le conseil était selon lui devenu un organe exécutif sous l’administration Obama, et la conseillère à la sécurité nationale Susan Rice.

« Susan Rice (ex-responsable de cet entité) avait instrumentalisé le NSC (…) et j’ai donc été placé au NSC pour nous assurer qu’il soit désinstrumentalisé . Le général McMaster dispose d’un NSC rendu à sa fonction première », a déclaré Bannon.

 

Des responsables de la Maison Blanche ont confirmé qu’il n’y a là aucune perte d’influence pour Bannon qui demeure conseiller stratégique du président.

Bannon, qui n’a réellement participé qu’à une seule réunion de la Commission des directeurs, pourra en fait participer aux réunions du NSC s’il le souhaite.

 Selon un proche du président, l’influence de Steve Bannon reste forte. « Il est toujours impliqué dans tout et il garde la pleine confiance du Président, mais, pour être honnête, il ne peut pas tout faire », a-t-il déclaré sous le sceau de l’anonymat.

http://www.dreuz.info/2017/04/06/donald-trump-les-100-premiers-jours-mise-a-jour-quotidienne/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s