Bitcoin et Monnaies virtuelles

Infos : Le premier casse en bitcoin, et d’autres péripéties en cryptomonnaie !

En 40 heures, le bitcoin a gagné 40 %, et son cours dépasse maintenant les 16 000 $. Depuis le début de cette année, la progression atteint 1500 %. Mais à partir de la semaine prochaine, le cours pourrait commencer à redescendre. En effet, la bourse de Chicago commencera à émettre des contrats à terme basés sur le bitcoin dès ce dimanche.

Cela signifie que les spéculateurs pourront parier sur la baisse des cours (‘shorter’, ou ‘vendre à découvert’, dans le jargon boursier) de la cryptomonnaie, mais aussi que le marché va s’ouvrir aux traders professionnels, avec, à la clé, des arrivées de capitaux qui pourraient être très importantes.

Or, selon Ihor Dusaniwsky de la firme de recherche S3 Partners, les détenteurs moyens du bitcoin sont des Millennials, des geeks qui s’intéressent à la technologie, ou des personnes adoptant des conceptions contre-culture. Ces profils ne correspondent pas à celui des investisseurs chevronnés capables de s’adapter à cette nouvelle donne, et à la volatilité qui en découlera.

Certains enregistreront donc probablement des pertes. Et pour les détenteurs de contrats à terme ayant parié sur la baisse des cours, la débâcle pourrait être colossale. En effet, dans le cas des ventes à découvert, les pertes s’amplifient si les cours continuent de monter. Leur montant final ne cesse de croître que lorsque ces derniers se stabilisent.

L’envolée des cours du bitcoin suscite bien des convoitises… et des remords dans certains cas. Ces derniers jours, les médias ont rapporté des histoires étonnantes.

Le premier casse en bitcoin : plus de 60 millions de dollars dérobés

Le site de minage slovène NiceHash a dénoncé à la police le vol de son portefeuille de bitcoin par des pirates. Simultanément, il a demandé ses utilisateurs de changer leur mot de passe.

NiceHash est une place de marché sur laquelle les utilisateurs peuvent vendre la capacité de leur ordinateur. En échange, ils obtiennent des bitcoin, qui étaient laissés dans un compte ouvert à leur nom sur la plateforme de paiement. Mais les hackers sont parvenus à compromettre cette dernière, et à s’emparer du butin de 4736,42 bitcoin qu’elle avait enregistré. Au cours actuel, il y en a plus pour plus de 60 millions de dollars.

Une décharge à 120 millions de dollars

Le cas de James Howells est plus cocasse. Ce programmeur a commencé à s’intéresser au bitcoin en 2009, et grâce à ses connaissances, il avait miné 7500 bitcoins.

Mais sa petite amie, agacée par le bruit de son ordinateur portable (le minage est très gourmand en ressources informatiques), lui avait demandé de cesser cette activité. Il avait donc démantelé son ordinateur, revenu les pièces détachées. Toutefois, il avait conservé le disque dur, lequel contenait son portefeuille de bitcoin.

Mais en 2013, en faisant le ménage dans ses affaires, il s’était débarrassé par erreur du disque dur en question. Au cours actuel, son portefeuille serait évalué à près de 120 millions de dollars…

En conséquence, Howells envisage maintenant de lancer des fouilles dans le tas d’ordures de la déchetterie avec l’espoir de retrouver son disque dur. Mais cela ne se résume pas à retrouver une aiguille dans une meule de foin. Fouiller une décharge pose des risques environnementaux en raison des gaz toxiques qui peuvent être libérés et aux incendies qui peuvent se déclencher.

Howells n’est pas le seul, et d’autres histoires de bitcoin perdus commencent à émerger. Campbell Simpson, le rédacteur en chef de Gizmodo Australie, indique qu’il a lui aussi jeté un disque dur contenant 1400 bitcoin en 2012 (plus de 22 millions de dollars au cours d’aujourd’hui). Quant à Laszlo Hanyecz, un autre programmeur, il s’est fendu de 10 000 bitcoin (160 millions de dollars) pour s’acheter des pizzasen 2010…

Les grands débuts du Bitcoin à 15 000 dollars

Le bitcoin a fait ses débuts « dans le calme » dimanche sur une bourse mondiale au prix de 15.000 dollars l’unité, franchissant ainsi une première étape importante dans sa quête de reconnaissance populaire.

Vers 23h00 GMT, un des premiers produits financiers permettant de parier sur l’évolution et l’avenir de la monnaie virtuelle et proposé sous le symbole boursier « XBT » par le Chicago board options exchange (Cboe), une des deux plateformes boursières américaines de contrats à terme, a été proposé au prix de 15.000 dollars.

S’en est suivie une forte volatilité pendant une vingtaine de minutes ayant vu le cours monter jusqu’à 16.600 dollars, avant de redescendre, et le site internet du Cboe devenir inaccessible.

Vers 23h40, le bitcoin se stabilisait aux alentours de 15.940 et était ainsi à bonne distance des 17.000 dollars franchis sur des plateformes alternatives sur internet non régulées.

D’après Bob Fitzsimmons, le responsable des contrats à terme chez la maison de courtage Wedbush Securities, environ 150 opérations ont été effectuées dès les premières minutes. Les volumes étaient bas, selon lui.

C’est « assez calme », a-t-il déclaré à l’AFP.

Lors des échanges de pré-ouverture qui ont eu lieu 45 minutes avant le lancement officiel des transactions, le prix s’est élevé à 15.250 dollars, a encore dit M. Fitzsimmons.

Les instruments financiers proposés dimanche par le Cboe sont la première opportunité officielle pour les investisseurs professionnels d’investir dans le bitcoin.

De la respectabilité

Le Cboe donne au bitcoin « de la légitimité car il reconnaît que le bitcoin est un actif comme un autre (dollar, euro, pétrole, gaz, soja, NDLR) qu’on peut échanger », ajoute Nick Colas, expert chez Data Trek Research.

La reconnaissance par Wall Street est une première étape dans l’ambition affichée du bitcoin de devenir un actif aussi populaire que l’or auprès du grand public.

Ses défenseurs envisagent de passer à la vitesse supérieure en demandant à la SEC, le gendarme de la Bourse américain, d’autoriser la création d’un ETF en bitcoin, .

La SEC s’est refusée jusqu’ici à accéder à une telle demande, expliquant qu’il y a un manque de transparence dans la fixation du prix du bitcoin et que ce dernier peut être facilement manipulé.

Les premiers échanges sur un marché financier ayant pignon sur rue devraient apporter à terme une certaine stabilité à la monnaie virtuelle, espèrent les traders professionnels, car le prix des contrats à terme va forcément influencer le cours sur les plateformes alternatives, calculent-ils.

Le Cboe indique avoir mis des garde-fous pour éviter des fluctuations folles: il suspendra par exemple les échanges pendant deux minutes si les prix des produits augmentent ou chutent soudain de 10%. L’arrêt sera de cinq minutes si les mouvements à la hausse ou à la baisse atteignent 20%.

JPMorgan, Bank of America Merrill Lynch, Citigroup et Barclays ne jouaient pas les intermédiaires dimanche pour leurs clients voulant investir dans les produits bitcoin, ont indiqué à l’AFP des sources proches du dossier.

Seules Goldman Sachs et ABN Amro ont accepté de jouer les interfaces pour un nombre de clients triés sur le volet afin de minimiser les risques attachés à la volatilité du bitcoin, ont-elles fait savoir à l’AFP.

Pour éviter de mauvaises surprises, il était demandé aux participants dimanche de disposer d’au moins 44% de la somme misée en dollars, selon le Cboe. D’ordinaire, les traders doivent disposer de 10% des sommes misées.

Le marché des contrats à terme n’est accessible que via de grandes banques et maisons de courtage agréées, qui s’engagent à régler en dollars aux investisseurs l’argent qui leur est dû. Elles s’exposent à des risques importants si leurs clients ne peuvent payer.

Outre le Cboe, le CME (Chicago Mercantile Exchange), autre opérateur boursier mondial, compte lancer des échanges de produits en bitcoins le 18 décembre et devrait être suivi en 2018 par le Nasdaq, la plateforme des géants de la Silicon Valley tels Google et Facebook.

AFP

40 % de tous les bitcoin sont détenus par moins de 1000 personnes. C’est ce qu’a affirmé Kyle Samani, Managing Partner de Multicoin Capital, à l’agence de presse Bloomberg. En outre, 17,3% de tous les Bitcoins seraient détenus par moins de 100 personnes.

Les analystes craignent que ces « whales » (ou ‘baleines’) aient le pouvoir d’influencer le marché à tout moment en vendant de grandes quantités de Bitcoin.

« Tous ces gens sont maintenant milliardaires. La vente de [une partie de] leurs Bitcoin peut immédiatement faire baisser le cours ».

En outre, 90 % des cryptomonnaies concurrentes sont entre les mains d’un petit groupe de personnes. Par exemple, Gnosis, la Qtum et Storj. Ce groupe de personnes contrôle également les plateformes de négociation, où ces monnaies virtuelles s’achètent et se revendent.

Beaucoup ont intérêt à ce que le cours implose

Dimanche, le marché des contrats à terme a été ouvert au Bitcoin pour la première fois. A partir de ce moment, on trouvera plus de personnes qui pourront bénéficier d’un effondrement des cours. Le marché à terme permettra de spéculer sur 100 % d’une encaisse en Bitcoins avec un acompte de 33 % à 35 %. Dans les deux sens. Aussi bien sur une augmentation que sur une baisse des cours. Ce qui signifie que cela créera un effet de levier sur un instrument financier qui était déjà ultra-spéculatif.

« Tous ces gens peuvent s’appeler les uns les autres parce qu’ils se connaissent et ils l’ont probablement déjà fait », a indiqué Samani.

Mais comme le Bitcoin est une monnaie numérique, et qu’il ne s’agit pas d’actions, le délit d’initié (‘insider trading’), qui consiste pour les parties à s’échanger des informations ou à définir ensemble une stratégie, n’est donc pas interdit.

Ils pourront donc acheter assez de Bitcoins pour pousser les cours à la hausse, avant de les revendre quelques minutes plus tard pour prendre leurs bénéfices, selon les spécialistes de la bourse.

Conclusion : Les grands détenteurs de bitcoin peuvent facilement s’accorder d’une stratégie commune. Cela pose un risque réel pour les petits porteurs…

EN BANDE SON : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s