Art de la guerre monétaire et économique

Syrie : le général Mattis mérite le prix Nobel de la Paix… pour l’instant

Syrie : le général Mattis mérite le prix Nobel de la Paix… pour l’instant

Ainsi, tout comme Obama l’avait fait pendant huit ans, Mattis et Trump viennent de céder aux néoconservateurs tout en faisant semblant de faire la guerre.

Reprenons : en l’espace de quelques semaines, Trump félicite Poutine pour son élection et lui propose une rencontre pour discuter, entre autres, de la fin de la course aux armements. Il annonce, dans la foulée, en meeting, son retrait de la Syrie. Surviennent miraculeusement les affaires de Salisbury (novitchok) et de Damas (attaque chimique), cependant que la justice se saisit de tous les dossiers de l’avocat personnel de Trump, ce qui fait saliver la presse, dont certains espèrent des révélations sur sa participation aux activités criminelles de la mafia russe.

Trump décide donc de bombarder la Syrie dans la nuit du 13 au 14 avril.

La veille du bombardement, le général Mattis révélait ne pas avoir la preuve de l’origine de l’attaque syrienne, et de nombreuses fuites laissaient à penser qu’il avait repoussé les plans néoconservateurs d’escalade avec la Russie. Le soir même d’un bombardement effectué à 4 heures du matin sur des laboratoires militaires quasi vides, Mattis a insisté sur le côté chirurgical d’une frappe géographiquement ciblée en vue de minimiser les risques de pertes civiles ou russes. Mattis ne semblait, d’ailleurs, pas à la fête face à des journalistes étonnamment circonspects et sur leur faim devant son insistance à se cantonner à la thèse de la dégradation des capacités syriennes de fabrication d’armes chimiques. Leur préoccupation : Trump avait-il prévenu les Russes ?

Trump lui-même, onctueux dans sa nouvelle moraline, envoyait ce qui apparaissait comme une supplique aux Russes et aux Iraniens, leur demandant de rejoindre « le monde civilisé ». Il précisait que cette mission – centrée sur les armes chimiques – n’était pas une invasion (mais…), et fut immédiatement corrigé par un Mattis décidément peu guerrier, qui confirmait qu’il s’agissait bien d’une unique attaque.

Côté médias, les commentaires à chaud des libertariens et des populistes ne cachaient pas leur consternation face au demi-tour de Trump, donc à l’effondrement du dernier rempart face à l’État profond, cependant que les idiots utiles conservateurs s’extasiaient, avant d’être tancés par un McCain spectral, réclamant sa livre de chair russe et iranienne. Quant aux journalistes démocrates, ils ne voyaient dans l’opération que de la poudre aux yeux destinée à protéger Trump de ses problèmes politico-judiciaires. Parmi les élus, Bernie Sanders tout comme certains républicains et démocrates dénonçaient une attaque « illégale », car menée sans autorisation du Congrès, du fait que la Syrie n’avait pas menacé les États-Unis.

Samedi matin, le Pentagone a fait le point en conférence de presse. Le scepticisme des journalistes était palpable, et le malheureux général McKenzie autant que la porte-parole Dana White ont eu un mal fou à répondre aux questions directes. Il en est ressorti cependant que le départ d’Assad n’est pas invoqué, que les Russes doivent s’engager à le discipliner et que tout dépendra d’Assad dans le futur. Très loin de Nikki Haley, dont l’arrogance a précisément fait défaut à White et McKenzie, fuyant pratiquement la salle sur la question des preuves sur la culpabilité d’Assad.

Ainsi, tout comme Obama l’avait fait pendant huit ans, Mattis et Trump viennent de céder aux néoconservateurs tout en faisant semblant de faire la guerre. La boîte de Pandore est ouverte… Non, la mission n’est pas encore « accomplie », Monsieur Trump ! Car l’État profond n’y voit qu’un premier acte.

André Archimbaud Le 15 Avril 2018 Bld Voltaire 

http://www.bvoltaire.fr/syrie-general-mattis-merite-prix-nobel-de-paix-linstant/

Il n’avait pas été possible de réussir le coup d’État contre Erdoğan en 2016. Il n’avait pas été possible d’empêcher l’élection de Trump en 2016. Il n’a pas été possible de saboter l’élection de Poutine en 2018. Mais il a été possible de châtrer Donald Trump lui-même. Et la Coupe du monde est en danger

Chaque fois que Trump joue la partition des républicains traditionnels en appliquant leur programme religieux (Cour suprême) ou celui, économique, de Goldman Sachs (déréglementations, baisse des impôts aux entreprises), il est jugé bon président. Chaque fois qu’il veut appliquer son programme « populiste », le Congrès-fruit-des-donateurs lui accorde quelques hochets (ses baisses d’impôts aux particuliers ne sont que temporaires) et n’hésite pas non plus à l’humilier (le récent budget « omnibus » a rejeté la construction du mur, la réforme de l’immigration, les budgets de la police des frontières, ou des infrastructures).

Enfin, chaque fois que Trump ose ressortir ses promesses électorales relatives à la politique étrangère, il est voué au bonnet d’âne. Invite-t-il Poutine à Washington ? Les mêmes Anglais qui avaient été les manufacturiers du dossier (le « dossier Steele ») destiné à l’abattre s’arrangent pour lui faire fermer un consulat et expulser soixante diplomates russes, « novichok » oblige ! Promet-il de se retirer vite de la Syrie et de ne consacrer aucuns fonds à la reconstruction du pays (traduction : fonds de changement de régime, comme pour l’Ukraine) ? On lui fait punir les méchants oligarques-proches-de-Poutine ! Et, horresco referens, surgit une nouvelle attaque à l’arme chimique en Syrie : donc, non seulement les troupes américaines ne se retireront pas, mais celles des Russes implantées sur place vont probablement connaître la fureur du feu américain. Et dans l’éventualité où ce ne serait le cas, la crise sera suffisante pour débattre du boycott de la Coupe… afin de garantir la sécurité du public et des joueurs.

http://www.bvoltaire.fr/washington-resserre-letau-moscou-coupe-monde-trump-condamne-poutine-assad-liran/

OK+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

EN BANDE SON : 

1 réponse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s