1984

Douce France : L’ÉTAT PRIVÉ

L’ÉTAT PRIVÉ

Quel lien peut-il exister entre un conseiller à l’Élysée, Bnai Brith, une obscure compagnie de sécurité privée, les rebelles islamistes, certains milieux financiers et des Républiques en carton pâte ?

Le fond a été atteint depuis longtemps. Un scandale en cache d’autres bien plus graves.

On assiste véritablement à la fin du concept d’État-Nation. Nous sommes dans l’ère de l’État privatisé, simple succursale d’un Consortium hétéroclite et intégré.

Jadis, un Roi de France pouvait bien affirmer que « L’État, c’est moi ! « . Absolutisme conforme à l’esprit d’une certaine époque historique révolue.

Aujourd’hui, l’État n’est même plus un VRP comme l’est sa déclinaison en France ou en Grande-Bretagne.

C’est une propriété privée dans un autre domaine privé. Nuance de taille, le fermier général faisant figure de chef de l’exécutif n’est que de passage dans un rôle de figuration avec des petites marges de pillage.

On a longtemps ri de certaines républiques bananières dont les citoyens ne pouvaient s’offrir le luxe de s’offrir une banane. Ce produit faisant l’objet d’un monopole horizontal. Maintenant, les favoris de la cour républicaine poussent le bouchon jusqu’à tabasser les sans-dents disposant d’un forfait de téléphonie mobile sur du vent et imposant le joug du crédit aux serfs post-modernes.

2018 est assurément une année de progrès.

La féodalité était quand même plus distinguée que ces parvenus…

https://strategika51.wordpress.com/2018/07/23/letat-prive/

OK++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

10 réponses »

  1. la grande charte de 1215 en Angleterre
    Magna Carta libertatum – le contrôle du Roi
    A plus forte raison la démocratie elle-même.
    j’ajoute qu’une démocratie sans contrôle est un leurre.
    « C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser (…) Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir » Montesquieu, l’Esprit des Lois, Livre XI, Chapitre IV, ed.1748
    En démocratie, le pouvoir vient des citoyens et donc seuls, ceux là seuls, sont fondés à exercer leur devoir et droit de contrôle et sanction envers les abus des « autorités constituées » dont il est dénié d’être non seulement juges et parties mais qui plus est jugés par leurs pairs (l’entre-soi bien disant).
    Ce sont les citoyens qui doivent contrôler les agissements des élus et les sanctionner si besoin en est.
    Il est spécifié ici que venants de toutes les parties de l’échiquier politique et de la société civile (du cantonnier au président de multinationale) il appert que pour ne pas gêner ceux qui sont en activité, ceux là en sont dispensés, les retraités en revanche, en bonne santé, s’y obligent.
    Quant aux gauchiards de toutes espèces . . .


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

  2. Avec ces 3 photos de Trump puis Poutine et enfin Macron on a le symbole, pour chacun, d’un message marketing représentant en quelque sorte la société que chacun défend et représente. Trump et la société paillette du spectacle, Poutine celle de la force, de l’ordre et de l’esthétique consociée et Macron celle de la bouffonnerie LGBTique matinée d’immigrationnisme.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    Aimé par 1 personne

  3. Dans le livre 15 ANS DE MAFIA (15 ans pour un militaire français à avoir travaillé au milieu de la mafia et pour l’avoir surveillé), vous avez des tas de profils comme celui de BENALLA. Il n’est pas une exception. Beaucoup de mythomanes y sont cités. L’expertise développée durant ces quinze ans, pourraient affirmer que d’autres « Secret Défense » (impensable en fonction des individus qui sont habilité à « en connaître » par copinage) bi-nationaux franco-marocains mais plutôt tendance marocains +++, pourraient tourner autour de … Si la commission d’enquête va jusqu’au bout de son raisonnement …
    Ce livre témoignage 15 ANS DE MAFIA pourrait même devenir le livre de référence pour comprendre l’affaire BENALLA et ce qui pourrait suivre…Mais attention, les barbouzes ont tendance à s’entraider. Un simple commentaire comme celui-ci peut susciter des réactions violentes contre son auteur.

    J'aime

  4. mettons les pieds dans le plat :
    la lâcheté, la couardise, les volte-faces inexpliquées de certains élus, voire juges et/ou collatéraux, forces de l’ordre, montrent à tout le moins qu’ils seraient l’objet de menaces (que je vous laisse imaginer) directes ou indirectes en ce qui les concerne,
    Les styles allusifs, les évocations, les pressions amicales sur les hommes politiques de pouvoir (ou supposé tel) sont depuis belle lurette abandonnées au profit (si l’on peut dire) de chantages inqualifiables auxquels ils cèderaient de la part certains ressortissants du Maghreb ou autres…

    J'aime

  5. Il est particulièrement aujourd’hui devenu incontestable, aux vues et aux sus des actions et réactions de Trump, qu’une alliance tacite, si ce n’est de principe, s’échevauche entre la Russie, les USA anti deep-state et Israël. Les félicitations récentes de Netanyahu pour la rencontre d’Helsinki entre Trump et Poutine solidifie une partition à 3. J’avais eu l’occasion d’expliciter les raisons qui tournoyaient au dessus de l’élection faussement inattendue du bulldozer Trump et à quel type de soutien extérieur dont il avait pu bénéficier et les raisons implicites de ce soutien dans la guerre fratricide que cela déclencherait avec le deep-state US.
    Cette guerre n’est pas feutrée même si elle reste soft en surface car elle prélude d’une possible poussée hystérique irréversible jusqu’au délire mortifère face à un Trump qui a paru fou à beaucoup (ses adversaires), illogiques et devoir se condamner rapidement ainsi à plier face aux pressions démocrates et républicaines du « camps du bien » auto désigné (Mc Cain…).
    Or, il n’en a rien été et tout ceci est parfaitement logique si l’on veut bien admettre 2 principes: Le 1er tient à la psychologie de base, à savoir que rationalité et logique sont imbriquées et que la 1ère est inclusive de la 2nde. La rationalité fonctionne en relation aux mémoires de l’individu, de sa lignée familiale historique (et plus encore est-elle enracinée dans le terreau de la ou des Traditions qui ont pu influencer ses ancêtres). Il y a au surplus une conjugaison affective qui se traduit dans et par l’éducation et qui relève de l’affect par l’ajout des traumatismes infantiles qui cartographieront son identité jusqu’à sa mort. Ainsi psycho-logiquement éprouvé nous nous définissons systématiquement selon une carte de notre histoire passée sur laquelle nous superposons inconsciemment le plus souvent (ou non parfois) le territoire expérimental de nos expériences issues d’un passé récent dans une réflexion ou un agissement formulés au présent et projeté mentalement dans le futur (celui que traduira nos désirs)
    Trump évidemment n’échappe pas à ce type de fonctionnement car malgré un narcissisme certain, un égo transfiguré, il a l’art et la manière de négocier les difficultés rencontrées sur son chemin (entre carte du vécu et territoire de l’action sensible, il y a évidemment superposition) et on peut affirmer sans se tromper qu’il tire en particulier et de manière tout à fait singulière son efficacité dans l’impossibilité pour l’adversaire de lire la Logique et le raisonnement afférent au personnage/acteur qu’il nous présente dans son excentricité … cela est clairement un puissant avantage car le traiter de fou renvoie ses dénonciateurs à leur propre incurie intellectuelle et démontre qu’ils ne comprennent jamais ses réactions, ne découvrent le résultat de son action qu’une fois le fait accomplis mais pire puisque en terme de stratégie longue, ils ne peuvent percevoir le mobile absolu et surdéterminant qui motive ce feu d’artifice aux projections apparemment aléatoires et donc sans cohésion lisibles. Il y a peu, ses adversaires ont commencé à comprendre qu’il remplissait ses engagements de campagne et certainement et qu’il poussera jusqu’à la caricature les objectifs fixés… Le monde va tanguer et chavirer sous peu!… USA inclus.
    Trump est redevable de ses maîtres apatrides (pour rappel sur ce blog) qui l’ont sortis de la faillite, il doit accomplir ce pourquoi il a été élu: sortir l’empire du rôle qu’il jouait jusqu’alors en tant que superpuissance unilatérale et monopolistique que conférait le sceptre du pouvoir absolu: le dollar. Je réaffirme ce que j’ai toujours dit ici: Trump est l’artificier de l’ancien ordre mondial et ses vrais alliés sont russes, israéliens mais aussi chinois. De ce fait, les félicitations de Nétanyahu la poutinophilie de trump et en contrepartie l’hystérie du deep-state US paraissent tout ensemble- logique si l’on a en tète les véritables objectifs d’une oligarchie internationale et apatride qui désire passer au stade supérieur de gouvernance mondiale de ce « grand village mondial Potemkine » dont chacun veut sa part… Les acteurs du deep-state sont prêts à entraîner les USA tout entier au fond de la fosse commune d’une guerre civile plutôt que de plier face à leurs redoutables adversaires. Trump, vivant ou mort, sera le fossoyeur de l’empire, des accords du passé mais aussi de l’américanisme dans toute sa splendeur … délirante.


    https://polldaddy.com/js/rating/rating.js

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s