Divide and Conquer

Le Paradigme progressiste

Le Paradigme progressiste

© Romée de Saint Céran pour L’Incorrect
Comment se fait-il que le grand remplacement qui apparaît à certains comme une évidence indiscutable soit perçu par d’autres comme une illusion ridicule, un fantasme aberrant? C’est que le désir d’enracinement n’est pas intelligible dans un paradigme progressiste.

Même si beaucoup d’explications peuvent être avancées, on peut se demander s’il ne serait pas pertinent de reprendre ici la fameuse « théorie des paradigmes » inventée par le philosophe des sciences T.-S. Kuhn, selon qui le paradigme est une doctrine scientifique universellement reconnue qui « établit la vision du monde à l’intérieur de laquelle la science doit travailler », dirait Jacques Ellul.

Ce faisant, il fournit aux chercheurs les problèmes à résoudre, mais aussi le type de réponse recevable. Le paradigme, déterminant entièrement le champ des recherches, se trouve doté d’une double fonction normative et cognitive, qui interdit de traiter et qui empêche même d’apercevoir les faits « non significatifs », les « plages d’anomalie » échappant au cadre délimité par le paradigme.

On peut se demander si cette théorie, établie à propos des sciences dures, ne pourrait être étendue à l’ensemble de ce qui peut être objet d’observation, d’analyse et de connaissance : c’est-à-dire aux « sciences humaines et sociales », et en particulier, à un phénomène (réel ou non) comme le « grand remplacement ».

Le paradigme culturel dominant demeure incontestablement celui du progressisme. Autrement dit, d’un système organisé autour de l’idée selon laquelle tout ce qui se rapporte à l’homme tend à s’améliorer de façon inéluctable et illimitée

Si l’on considère l’époque actuelle, le paradigme culturel dominant demeure incontestablement celui du progressisme. Autrement dit, d’un système organisé autour de l’idée selon laquelle tout ce qui se rapporte à l’homme tend à s’améliorer de façon inéluctable et illimitée : autour de l’idée de Progrès, qui constitue elle-même le fondement de la modernité.

Sans doute ce paradigme, établi comme tel au XIXe siècle, a-t-il subi depuis des chocs gravissimes. Kuhn note à ce propos que c’est à force de connaître des échecs et de rencontrer des faits inexpliqués, des données qui ne rentrent pas dans le cadre explicatif qu’il a délimité, que le paradigme finit par s’affaiblir, puis par disparaître : or, Dieu sait si le paradigme progressiste en a rencontré depuis le début du XXe siècle !

Pour autant, il subsiste, se nourrissant entre autres des conquêtes technologiques et des transformations sociétales contemporaines, et continue d’être dominant : c’est-à-dire de définir le cadre « normal » de compréhension du monde – pour plagier Kuhn, qui parlait de science « normale » en décrivant celle qui correspond au paradigme.

Normal, mais pas unique : le paradigme progressiste se heurte désormais à un paradigme contraire, que l’on pourrait faute de mieux qualifier de « conservateur » et qui, lui, se fonde sur la reconnaissance de l’imperfection de l’homme et de ses œuvres, de la fragilité des choses, de la valeur de la nature et d’une certaine défiance à l’égard du changement.

Éternellement nomade

Si, maintenant, on en revient à la question du « grand remplacement », on comprend que (contrairement au paradigme conservateur), le paradigme progressiste interdit d’en reconnaître l’existence – de même qu’il a longtemps empêché de prendre au sérieux les cataclysmes écologiques que préparaient en douce la mondialisation heureuse et la religion de la croissance.

La catastrophe et le désastre n’entrent pas dans le champ de vision d’un système construit sur l’idée que tout se perfectionne avec le temps. Envisagé à partir du paradigme progressiste, le grand remplacement apparaît donc soit comme une illusion, soit comme une difficulté temporaire, soit comme une chance.

En réalité, explique-t-on, le développement de l’humanité s’est toujours accompagné de mélanges, de métissages, depuis les premières rencontres entre hommes de Néandertal et Cro-Magnon.

Ce flux irrégulier a connu des ralentissements et des accélérations, des hauts et des bas, mais sans jamais cesser, et on ne saurait par conséquent parler de grand remplacement, que ce soit sur un plan ethnique ou sur un plan culturel, dès lors qu’il n’y a jamais eu « d’emplacement » fixe.

Il n’y a jamais eu d’autochtones, il n’y a que les voyageurs. Nul grand remplacement donc, tout au plus une accélération de flux rendus plus visibles qu’auparavant grâce aux moyens de communication et aux outils statistiques plus perfectionnés.

Richard de Seze

© Romée de Saint Céran pour L’Incorrect

Pour l’Insee, est « immigrée » toute « personne née à l’étranger de parents étrangers et résidant en France ». Ne sont donc pas immigrés, les Français nés à l’étranger, les Français nés en France partis longuement à l’étranger puis revenus vivre dans leur pays natal, et les descendants d’immigrés nés en France. Quiconque voudra tenter d’évaluer l’impact réel de l’immigration sur la composition de la population française contemporaine se fera donc fort de trouver des études relatives aux descendants d’immigrés. Parue le 8 février 2017, l’analyse « Être né en France d’un parent immigré – Une population diverse reflétant l’histoire des flux migratoires » de Chantal Brutel de la cellule des Statistiques et des études sur l’immigration de l’Insee, donne une version assez fidèle du paysage dessiné par l’immigration en France, sans toutefois pouvoir prétendre à l’exhaustivité. On y apprend qu’en 2015, 7,3 millions de personnes nées en France et résidant en ménages ordinaires (ne sont pas comptabilisées les personnes résidant en communauté, hôpitaux ou foyers par exemple) avaient au moins un parent immigré, parmi lesquels 3 millions 285 mille ayant leurs deux parents immigrés, ce qui correspond à environ 11 % de la population. On observe aussi que l’âge moyen des immigrés, pour la période comprise entre 1999 et aujourd’hui, était toujours supérieur d’au moins cinq années à l’âge moyen de la population globale. Que cela signifie-t-il ?  Tout simplement qu’il y a peu d’enfants et d’adolescents répondant aux critères définis par l’Insee pour désigner un « immigré ». Cet âge moyen a d’ailleurs diminué depuis le milieu des années 2000, conséquence de l’arrivée de nouvelles vagues migratoires importantes venues d’Afrique. Un constat étayé par un examen des tableaux montrant l’évolution de la provenance des immigrés entre 1962 et 2017 : diminution par plus de la moitié du taux d’immigrés européens (de 79 à environ 36 %), multiplication par trois du taux des immigrés africains (de 15 à environ 45 %) et multiplication par six du taux d’immigrés venus d’Asie (de 2,5  à environ 14 %).

Les choses se précisent encore un peu plus quand on s’intéresse à la « nationalité d’origine des acquérants de la nationalité française par décret ou mariage », qui place les immigrés africains à plus de 60% de desdits « acquérants » lors de l’intégralité des années 2000, avec des pics à 68%. L’étude du nombre d’immigrés se trouvant en France chaque année, y compris quand on y ajoute le nombre de descendants d’immigrés, ne suffit donc pas. Ces chiffres ne permettent qu’une évaluation grossière du changement de population à l’œuvre en France.Attardons-nous, à titre d’exemple, sur les effectifs des immigrés algériens, pays dont le contingent est le plus nombreux, en faisant un petit calcul très concret et facilement compréhensible. En 1999, il y avait 576 000 immigrés algériens en France, dont 155 520 avaient été déjà naturalisés. Vivaient en France, 420 480 personnes strictement étrangères de nationalité algérienne. Vieillissement de la population oblige, ce chiffre aurait dû décroître entre 1999 et 2008.

Que nenni, la fiche thématique « Population immigrée – Immigrés – Insee Références – édition 2012 » fait état d’une population de 713 000 immigrés algériens présents en France en 2008, soit une augmentation de 137 000 personnes (l’équivalent exact des villes de Limoges ou de Clermont-Ferrand). Notons de surcroît que 299 460 (42 %) des 713 000 immigrés algériens avaient déjà acquis la nationalité française en 2008… La même année, toujours, 93 % des descendants d’immigrés algériens étaient de nationalité française, dont 65 % de binationaux. Dire que « l’immigration n’a pas augmenté » en cinquante ans est le produit d’une malhonnêteté intellectuelle carabinée.

Sachez par ailleurs que plus d’un enfant sur quatre né en France en 2016 avait un parent né hors de l’Union européenne. Ces confusions permanentes entre les notions d’« immigré», de « descendant d’immigré », d’ « étranger » ou de « personne d’origine étrangère » entretiennent un climat de désinformation qui dessert par avance le débat de première importance que la France devrait livrer. En conclusion : tous les indicateurs confirment ce que vous pressentez.

EN BANDE SON : 

2 réponses »

  1. La dernière lettre de Dominique Venner.
    Je suis sain de corps et d’esprit, et suis comblé d’amour par ma femme et mes enfants. J’aime la vie et n’attend rien au-delà, sinon la perpétuation de ma race et de mon esprit. Pourtant, au soir de cette vie, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation. Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales.
    Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté. Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies. Je m’insurge contre la fatalité. Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire. Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations.
    Le discours dominant ne pouvant sortir de ses ambiguïtés toxiques, il appartient aux Européens d’en tirer les conséquences. À défaut de posséder une religion identitaire à laquelle nous amarrer, nous avons en partage depuis Homère une mémoire propre, dépôt de toutes les valeurs sur lesquelles refonder notre future renaissance en rupture avec la métaphysique de l’illimité, source néfaste de toutes les dérives modernes.
    Je demande pardon par avance à tous ceux que ma mort fera souffrir, et d’abord à ma femme, à mes enfants et petits-enfants, ainsi qu’à mes amis et fidèles. Mais, une fois estompé le choc de la douleur, je ne doute pas que les uns et les autres comprendront le sens de mon geste et transcenderont leur peine en fierté. Je souhaite que ceux-là se concertent pour durer. Ils trouveront dans mes écrits récents la préfiguration et l’explication de mon geste.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s