Americanism

Marx et le malin génie de la dette américaine

Marx et le malin génie de la dette américaine

Une étude Bloomberg montre que toute la richesse US repose sur la dette.

Certains experts estiment que la dette US est trop élevée, qu’elle coulera donc l’Amérique et son eschatologique arrogance. Cette dramatisation est ancienne. En 1950 le libertarien John T. Flynn se plaint de la dette étasunienne qui se monte à 260  milliards alors (voyez aussi David Stockman et sa « grande déformation »). Elle est cent fois plus élevée aujourd’hui. Les Donald et autres illuminés du Deep State la verraient bien deux ou dix fois plus élevée encore, histoire de financer guerres, bases, porte-avions rouillés, forages pétroliers bidons, murs-simulacres, emplettes groenlandaises, baisses d’impôts, cadeaux, sanctions et postillons. Il serait ainsi possible de voir ce delirium se prolonger longtemps.  Voyez l’exemple de l’Angleterre, dont la dette valait trois fois le produit national en 1815, et qui passa le dix-neuvième siècle à rembourser l’ardoise de ses bonnes  guerres napoléoniennes, les enfants et les irlandais martyrs payant les notes aux banquiers.

Et comme le monde continue d’être hypnotisé par la décidément trop charismatique imagerie ricaine, les récents navets hollywoodiens sont financés par les fonds d’investissement des pays émergents. Alors…

Mais le monde moderne n’est pas né d’hier. On va relire Marx qui rappelle dans le plus effrayant chapitre du Capital :

« Le système du crédit public, c’est-à-dire des dettes publiques, dont Venise et Gênes avaient, au moyen âge, posé les premiers jalons, envahit l’Europe définitivement pendant l’époque manufacturière. Le régime colonial, avec son commerce maritime et ses guerres commerciales, lui servant de serre chaude, il s’installa d’abord en Hollande. »                                                         

On cultive depuis la dette, preuve de richesse. Marx :

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste. La seule partie de la soi-disant richesse nationale qui entre réellement dans la possession collective des peuples modernes, c’est leur dette publique. Il n’y a donc pas à s’étonner de la doctrine moderne que plus un peuple s’endette, plus il s’enrichit. Le crédit public, voilà le credo du capital. Aussi le manque de foi en la dette publique vient-il, dès l’incubation de celle-ci, prendre la place du péché contre le Saint-Esprit, jadis le seul impardonnables. » 

Le crédit remplace le credo. On n’a jamais mieux défini le monde moderne…

Marx poursuit sur la magie de la dette immonde :

« La dette publique opère comme un des agents les plus énergiques de l’accumulation primitive. Par un coup de baguette, elle dote l’argent improductif de la vertu reproductive et le convertit ainsi en capital, sans qu’il ait pour cela à subir les risques, les troubles inséparables de son emploi industriel et même de l’usure privée. Les créditeurs publics, à vrai dire, ne donnent rien, car leur principal, métamorphosé en effets publics d’un transfert facile, continue à fonctionner entre leurs mains comme autant de numéraire. »

La finance contrôle, qui n’a pas attendu Reagan et Wall Street :

« Mais, à part la classe de rentiers oisifs ainsi créée, à part la fortune improvisée des financiers intermédiaires entre le gouvernement et la nation – de même que celle des traitants, marchands, manufacturiers particuliers, auxquels une bonne partie de tout emprunt rend le service d’un capital tombé du ciel – la dette publique a donné le branle aux sociétés par actions, au commerce de toute sorte de papiers négociables, aux opérations aléatoires, à l’agiotage, en somme, aux jeux de bourse et à la bancocratie moderne. »

Puis Marx définit ces associations de malfaiteurs qui ruinent pauvres et classes moyennes, et qu’on nomme indûment banques centrales :

« Dès leur naissance les grandes banques, affublées de titres nationaux, n’étaient que des associations de spéculateurs privés s’établissant à côté des gouvernements et, grâce aux privilèges qu’ils en obtenaient, à même de leur prêter l’argent du public. »

Retour aux banquiers d’Angleterre :

« Aussi l’accumulation de la dette publique n’a-t-elle pas de gradimètre plus infaillible que la hausse successive des actions de ces banques, dont le développement intégral date de la fondation de la Banque d’Angleterre, en 1694. Celle-ci commença par prêter tout son capital argent au gouvernement à un intérêt de 8 %%, en même temps elle était autorisée par le Parlement à battre monnaie du même capital en le prêtant de nouveau au public sous forme de billets qu’on lui permit de jeter en circulation, en escomptant avec eux des billets d’échange, en les avançant sur des marchandises et en les employant à l’achat de métaux précieux. »

L’important est de récupérer dix fois ce qu’on donne :

« Bientôt après, cette monnaie de crédit de sa propre fabrique devint l’argent avec lequel la Banque d’Angleterre effectua ses prêts à l’État et paya pour lui les intérêts de la dette publique. Elle donnait d’une main, non seulement pour recevoir davantage, mais, tout en recevant, elle restait créancière de la nation à perpétuité, jusqu’à concurrence du dernier liard donné. Peu à peu elle devint nécessairement le réceptacle des trésors métalliques du pays et le grand centre autour duquel gravita dès lors le crédit commercial. »

Et Marx rappelle, le crédit ayant remplacé le credo :

« Dans le même temps qu’on cessait en Angleterre de brûler les sorcières, on commença à y pendre les falsificateurs de billets de banque. »

Au passage, découvrez l’Homme qui rit de Victor Hugo, roman préféré d’Ayn Rand, modèle du Joker de Batman, et qui éclaire fantastiquement cette méphitique époque proto-capitaliste.

Marx poursuit :

« Il faut avoir parcouru les écrits de ce temps-là, ceux de Bolingbroke, par exemple, pour comprendre tout l’effet que produisit sur les contemporains l’apparition soudaine de cette engeance de bancocrates, financiers, rentiers, courtiers, agents de change, brasseurs d’affaires et loups-cerviers. »

Après le monde devint un simple mouvement/battement d’argent :

« Avec les dettes publiques naquit un système de crédit international qui cache souvent une des sources de l’accumulation primitive chez tel ou tel peuple. C’est ainsi, par exemple, que les rapines et les violences vénitiennes forment une des bases de la richesse en capital de la Hollande, à qui Venise en décadence prêtait des sommes considérables. A son tour, la Hollande, déchue vers la fin du XVII° siècle de sa suprématie industrielle et commerciale, se vit contrainte à faire valoir des capitaux énormes en les prêtant à l’étranger et, de 1701 à 1776, spécialement à l’Angleterre, sa rivale victorieuse. Et il en est de même à présent de l’Angleterre et des États-Unis. Maint capital qui fait aujourd’hui son apparition aux États-Unis sans extrait de naissance n’est que du sang d’enfants de fabrique capitalisé hier en Angleterre. »

Simple question : le monde pourra-t-il ou voudra-t-il alors se passer de cette fascinante/proliférante dette américaine ?

NICOLAS BONNAL

Sources :

  • Karl Marx – Le capital, I, chapitre VIII, l’accumulation primitive
  • Victor Hugo – L’homme qui rit
  • David Stockman – the great deformation
  • John T. Flynn – The decline of the American republic

EN BANDE SON :

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s