1984

L’idéologie LREM à travers la gestion du covid 19 Par Maxime Tandonnet

L’idéologie LREM à travers la gestion du covid 19

« […] il n’existe au fond qu’un seul parti, celui de la bourgeoisie, des libéraux […]. » — Oswald Spengler, Le Déclin de l’Occident (1918-1922)

Hier, le chef de l’Etat a déclaré: « Il n’y a jamais eu de rupture de masques ». Une phrase symptomatique de l’idéologie au pouvoir, axée sur le culte de la personnalité. Le réel, les faits,  que chaque Français a vécus, constatés pendant au moins deux mois, n’ont aucune importance. La parole du chef efface le monde des réalités, se substitue à l’évidence, tient lieu de vérité; par elle, le faux devient le vrai. L’idéologie sous-jacente au mouvement LREM est imprégnée de traces totalitaires.

Les interdits qui ont marqué le déroulement de cette crise n’ont jamais été neutres, mais chargés de signification quant à la sensibilité qui les a animés. Il fallait annihiler tout ce qui fait la liberté, la vie intérieure,  le jardin secret des uns et des autres.

Interdire les marches solitaires dans la forêt, en montagne ou sur la plage n’avait pas le moindre intérêt sur la plan de la lutte contre la pandémie. Il fallait tuer l’image de la solitude et de la richesse intérieure source de force de caractère, d’insoumission et de distance à l’égard du pouvoir idéologique.

De même, les librairies ont été longtemps fermées, contrairement aux commerces alimentaires. Tout un symbole: cette mesure reflétait le mépris de la culture, de la pensée, de la lecture qui libère, favorise l’esprit critique et éloigne de l’allégeance à l’ordre établi.

Les messes et autres célébrations religieuses sont restées interdites. Il a fallu une décision de justice, du Conseil d’Etat, pour rétablir la liberté de culte. Là aussi, la vie de l’esprit ou l’expression de la foi est, au regard de l’idéologie dominante, valeur maudite: elle est marque d’indépendance envers le discours dominant, le culte du chef. Le souverain de celui qui prie n’est jamais de ce monde.

Les voyages aussi ont subi un triste sort. Ils sont l’expression même de la liberté. Celui qui se déplace, dépasse ses frontières intérieures ou extérieures, s’affranchit du contrôle social. Il est en mouvement, sans lien, sans attache. Il quitte sa télévision et le matraquage quotidien de la propagande. Après 50 jours de confinement ou d’assignation à résidence, il fallait donc interdire aux Français de franchir la limite de cent kilomètres de leur domicile.

Stupéfaction: si les marches solitaires, les librairies, les messes et les voyages ont été interdits, la fête de la musique, évidemment plus dangereuse que toutes ces pratiques sur le plan sanitaire, se traduisant par des regroupements spontanés, elle, aura bien lieu. La fête de la musique, la fête en général, est au centre de l’idéologie. Sa source est le socialisme à la française de 1981 (Jack Lang). Elle est donc intouchable. Et puis la fête est fusion des émotions et de la chair. Elle confond, mélange, annihile l’individu dans le groupe, l’enchaîne dans une jubilation collective, allume des néants mais éteint la pensée. Elle peut être un parfait outil de soumission.

« Abstraite et stérile, la Culture de la politique culturelle est le masque insinuant du pouvoir, et le miroir où il veut jouir de soi. » — Marc Fumaroli, L’État culturel, Essai sur une religion moderne (1991)

« La liberté à laquelle aspire l’homme moderne n’est pas celle de l’homme libre, mais celle de l’esclave un jour de fête. » — Nicolás Gómez Dávila, Le Réactionnaire authentique

Maxime TANDONNET

EN BANDE SON :

 

5 réponses »

  1. « Stupéfaction: si les marches solitaires, les librairies, les messes et les voyages ont été interdits, la fête de la musique, évidemment plus dangereuse que toutes ces pratiques sur le plan sanitaire, se traduisant par des regroupements spontanés, elle, aura bien lieu. La fête de la musique, la fête en général, est au centre de l’idéologie. Sa source est le socialisme à la française de 1981 (Jack Lang). »
    Jack lang le fossoyeur de la culture …toutes création artistique confondues ..fossoyeur est maître de cérémonies macabres au sens propre comme au figuré ..comprenne qui voudra .. sa » fête « du bruit et non pas de la musique ..sa » fête « le jour du solstice d’été est une injure (occulte)a..fête de la lumière Sol Invictus .!

    J'aime

  2. Les mensonges, les manipulations de la novlangue, les interdictions, la privation des libertés, la violence (amendes, drones de surveillance) : le Coronavirus est une aubaine !
    Il me semble que nous nous trouvons dans une phase de fragmentation intégrale de la société.
    En effet, pourquoi au coeur de cette novlangue qui nous manipule et nous conditionne en permanence, voyons-nous apparaître concurremment les termes »clusters » et « distanciation sociale » ?
    Autant l’expression « foyer de contamination » qui est le sens théorique de ce mot, nous renvoie à un contexte bien connu à travers le mot « foyer », autant le terme « cluster » crée une nouvelle définition d’isolation toute différente.
    Pour ce qui est de l’expression « distanciation sociale », elle n’a d’autre signification que « ségrégation culturelle ».
    Ne s’agit-il vraiment que de prendre ses distances avec le virus ? de « distanciation physique » ?
    …Je n’en suis pas si sûr à voir les différentes façons dont sont traités les enfants,(classés par tranches d’âges ils ne reprennent pas l’école tous en même temps), leurs parents selon qu’ils appartiennent à la grande catégorie des « utiles » …ou pas, c-à-d. les autres qu’on renvoie au télétravail, les planqués à domicile (c’est ainsi que les perçoivent bon nombre de français contraints de travailler en dehors de chez eux), les vieux,les régions (qui se battent pour ne pas être « rouges » !).
    Je crois bien que les vieux ne sont qu’un accessoire sur lequel l’attention générale est focalisée pendant que la structure sociale subit un profond un clivage, organisé et précipité.
    Je ne saurais croire un instant que les gens qui construisent cette forme de communication puissent ignorer ce qui se cache derrière leurs mots.

    De plus, il est inquiétant de voir comment toute une population peut être manipulée, attirée par un fanon rouge… il faut avouer que la Presse y est pour beaucoup.
    Le sujet du jour est « Il n’y a jamais eu de rupture de masques » ce n’est pas seulement qu’un fanon rouge, il est aussi phosphorescent.
    Pourtant, ce Président-là, menteur pathologique n’a pas dit que cela.
    Si vous l’écoutez sur n’importe quelle vidéo qui circulent sur le sujet, basculez à 0:49 et prêtez bien attention à ce qu’il affirme :
    « ayons collectivement l’honnêteté de dire que, au début du mois de mars, encore plus, en Février et en Janvier personne ne parlait des masques  »
    Et pourtant… En Février et même en Janvier on parlait DÉJÀ de masques !
    Ce sont même ses Ministères qui en parlaient : vous pouvez vérifier leur origine « gouv.fr »

    >>Source : Direction générale de la Santé – Ministère des Affaires Sociales et de la Santé – Message d’Alerte du 14 Janvier 2020 – attardez-vous sur les 2 dernières lignes-
    https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/dgsurgent/inter/detailsMessageBuilder.do?id=30250&cmd=visualiserMessage

    >>Source : COREB Mission Nationale – En complément d’un Message d’Alerte du 22 Janvier identique au précédent diffusé par le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé -un document on ne peut plus explicite-

    Cliquer pour accéder à 2019-ncov-fichesoignants22janv-vf.pdf

    …et parce que personne ne l’a vérifié, ses paroles resterons dans l’Histoire : « en Février et en Janvier personne ne parlait des masques »
    …alors que ce qu’il dit sur l’absence de « rupture de masques » est en soi tout à fait exact :
    Pour qu’il y ait rupture de stock encore aurait-il fallu qu’il y ait des stocks.
    Ecoutez-le bien à nouveau : en dehors d’une « doctrine restrictive » où a-t-il dit qu’il y avait des stocks ?
    …mais on ne parle que de cela !

    J'aime

  3. Buvez de l’eau où le cheval boit. Le cheval ne boira jamais de l’eau trouble. Placez votre lit où le chat dort confortablement. Mangez des fruits là où le ver s’arrête. Choisissez les champignons qui ont des mouches. Plantez un arbre où une taupe creuse. Construisez une maison où un serpent se rencontre. Creusez un puits où les oiseaux nichent à la chaleur. Allez vous coucher et levez-vous avec les poules, vous aurez une perspective en or pour la journée. Si vous mangez plus de vert, vous aurez des jambes fortes et un cœur de lion durable. Si vous regardez souvent le ciel, vos pensées seront claires et légères. Préférez le silence à la parole: le silence descendra en votre âme et votre esprit sera détendu et calme !

    Seraphim de Sarov (Серафи́м Саро́вский), moine et mystique russe (1754-1833)

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s