Art de la guerre monétaire et économique

Soros annonce un nouvel investissement de 220 millions de dollars pour contrer l’« injustice raciale » en Amérique, Soros double son influence sur les élections, il a déjà dépensé près de deux fois plus qu’en 2016

Soros annonce un nouvel investissement de 220 millions de dollars pour contrer l’« injustice raciale » en Amérique

Un investissement de plus pendant cette année électorale.

Lundi matin, l’investisseur militant milliardaire George Soros a tweeté :

« Pendant des décennies, mes fondations ont investi dans le démantèlement du racisme systémique, de la fin de la guerre contre la drogue à la garantie du droit de vote.

Aujourd’hui, un nouvel investissement de 220 millions de dollars permettra de renforcer le pouvoir des communautés noires et de mettre en place de nouvelles politiques antiracistes aux États-Unis. »

Dans une déclaration séparée, son fils, Alexander Soros, a déclaré : « Il est temps de prendre des mesures urgentes et audacieuses pour lutter contre l’injustice raciale en Amérique. Ces investissements donneront aux dirigeants éprouvés de la communauté noire les moyens de ré-imaginer le maintien de l’ordre, de mettre fin aux incarcérations de masse et d’éliminer les obstacles aux opportunités qui ont été la source d’iniquités pendant trop longtemps. »

Soros double son influence sur les élections, il a déjà dépensé près de deux fois plus qu’en 2016

L’argent de la campagne du milliardaire libéral George Soros circule à un rythme effréné, selon un nouveau rapport.

Soros injecte de l’argent dans le Democracy PAC, selon The Washington Free Beacon, qui a déclaré que le super PAC sert de point de connexion pour d’autres comités et campagnes d’action politique libérale qui sont à leur tour soutenus par le Democracy PAC.

Un rapport de la Commission électorale fédérale montre que le Democracy PAC a reçu plus de 40 millions de dollars, soit directement de Soros, soit du Fund for Policy Reform, un groupe à but non lucratif qui opère sous l’égide du réseau de l’Open Society Foundation, financé par Soros.

Le site web OpenSecrets indique que Soros a donné 22,1 millions de dollars aux candidats en 2016, 100 % de l’argent finançant ceux que le site appelle les démocrates et les libéraux.

Les fonds que Soros a injectés en 2020 vont à des endroits tels que le Senate Majority PAC, un comité lié au leader de la minorité au Sénat Chuck Schumer ; Priorities USA Action, un PAC pro-Joe Biden qui a beaucoup investi dans des publicités contre son adversaire, le président Donald Trump ; et dans des courses d’état et locales à travers le pays pour soutenir les candidats de gauche.

Soros a essayer de démolir Trump dans une récente interview publiée sur le site du Conseil européen des relations extérieures.

Dans cette interview, il a déclaré que le président ne remporterait pas un second mandat.

« Trump – qui est aussi un dictateur en puissance – peut être accusé de ne pas être intelligent », a déclaré M. Soros. « Trump ne peut pas vraiment gagner le second mandat à cause de la façon dont il a mal géré le virus et causé de nombreux décès inutiles. »

Cependant, il a raconté une histoire malheureuse en imaginant comment le président pourrait être réélu.

« La seule chance pour lui de gagner est de voler l’élection en utilisant l’urgence du virus pour introduire des mesures qui décourageraient les gens de voter par correspondance. C’est sa seule chance, et il l’a d’ailleurs admis même si cela conduit à la faillite du service postal », a déclaré M. Soros.

Trump ne lutte pas seulement contre ses ennemis de gauche. Le candidat républicain qui a dû lutter contre le mouvement « never Trump » au sein de son parti en 2016 se heurte une fois de plus à l’opposition des membres du GOP.

Un super PAC appelé 43 Alumni for Biden a été formé dans le but d’amener les membres de l’administration de l’ancien président George W. Bush à soutenir le candidat démocrate présumé à la présidence Joe Biden, selon The Guardian.

Le super PAC a été co-fondé par Kristopher Purcell et John Farner, qui ont travaillé dans l’administration Bush, et Karen Kirksey, un agent du GOP qui est le directeur du super PAC.

« Nous sommes vraiment une organisation de base. Notre objectif est de faire tout ce que nous pouvons pour élire Joe Biden comme président », a déclaré Farner.

Après avoir vu trois ans et demi de chaos, d’incompétence et de division, beaucoup de gens ont été poussés à dire : « Nous devons faire autre chose », a déclaré Purcell. « Nous ne sommes peut-être pas tout à fait d’accord avec le programme des démocrates, mais il s’agit d’une élection à un seul enjeu. Êtes-vous pour Donald Trump, ou êtes-vous pour l’Amérique ? »

« Nous savons ce qui est normal et ce qui est anormal, et ce que nous voyons est très anormal. Le président est un danger », a déclaré à Reuters Jennifer Millikin, l’une des 43 organisateurs de l’Association des anciens élèves.

Trump doit également faire face à l’opposition du projet Lincoln, basé sur le GOP, qui compte parmi ses dirigeants George Conway, le mari de la conseillère de Trump, Kellyanne Conway, et les Republican Voters Against Trump (Républicains contre Trump), qui est dirigé par Bill Kristol.

« Lincoln fait deux choses très bien », a déclaré Tim Miller de Republican Voters Against Trump au Guardian« L’une est la mise en place d’une narration, et le fait de frapper Trump à la tête avec des attaques percutantes. Et ils travaillent également sur les courses au Sénat, ce que nous ne faisons pas. Je pense que, franchement, ils apportent le marteau de forgeron et travaillent sur les courses au Sénat, et nous élevons ces voix de pairs de manière à persuader les électeurs. »

Source : The Western Journal – Traduit par Anguille sous roche

La plupart des membres du comité de censure de Facebook ont des liens avec George Soros

Le conseil de surveillance de Facebook, récemment nommé, qui décidera quels messages seront bloqués sur le site de réseau social le plus populaire au monde, est composé de gauchistes, dont un ami proche du milliardaire de gauche George Soros qui a siégé au conseil d’administration de son Open Society Foundations (OSF).

Judicial Watch a plongé dans le nouveau panel qui rendra des décisions sur le contenu pour la société technologique ayant été condamnée l’année dernière à une amende de 5 milliards de dollars pour violation de la vie privée. Les informations découvertes par Judicial Watch montrent que le groupe des 20 est en grande majorité de gauche et qu’il est susceptible de restreindre les opinions conservatrices.

Plus de la moitié des membres ont des liens avec Soros, le philanthrope qui consacre des sommes énormes à la diffusion d’un programme de gauche radicale qui inclut le ciblage des politiciens conservateurs. D’autres membres du conseil de surveillance de Facebook ont publiquement exprimé leur mépris pour le président Donald Trump ou ont apporté des contributions politiques à des démocrates de premier plan comme Barack Obama, Hillary Clinton et Elizabeth Warren. Comme un éditorial du New York Post l’a déterminé ce mois-ci, le nouveau conseil de surveillance de Facebook est une « recette pour la censure de gauche ».

Parmi les personnalités qui se distinguent, on trouve András Sajó, le doyen fondateur des études juridiques de l’université d’Europe centrale de Soros. Sajó a été juge à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pendant près d’une décennie. Il a également siégé au conseil d’administration de The Open Society Justice Initiative. Sajó a été l’un des juges de la CEDH dans une affaire italienne (Latusi c. Italie) qui a statué à l’unanimité que l’affichage d’un crucifix dans les écoles publiques en Italie violait la Convention européenne des droits de l’homme. La décision a ensuite été annulée. Les liens profonds de Sajó avec Soros sont également préoccupants. Par le biais de son OSF, Soros finance une multitude de projets dans le monde entier visant à diffuser un programme de gauche en déstabilisant, entre autres, les gouvernements légitimes, en effaçant les frontières et les identités nationales, en finançant les troubles civils et en orchestrant les crises de réfugiés à des fins politiques. Incroyablement, il existe un lien financier et en termes de personnel entre le gouvernement américain et l’OSF de Soros. Lisez à ce sujet le rapport spécial de Judicial Watch qui décrit comment Soros fait avancer son programme de gauche aux dépens des contribuables américains.

Au moins 10 autres membres du conseil de surveillance de Facebook sont connectés à des groupes de gauche liés à Soros qui ont bénéficié de ses généreuses donations, selon les recherches de Judicial Watch. Alan Rusbridger, ancien rédacteur en chef d’un journal britannique et directeur de l’université d’Oxford, siège au conseil d’administration du Comité pour la protection des journalistes, qui a reçu 750 000 dollars de l’OSF en 2018. M. Rusbridger a également été gouverneur d’un groupe de réflexion mondial, la Ditchley Foundation, qui a co-organisé une conférence avec l’OSF sur le changement au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ainsi que sur la compréhension de l’Islam politique. Afia Asantewaa Sariyev, avocate des droits de l’homme, est la responsable du programme de l’Open Society Initiative de Soros pour l’Afrique de l’Ouest. Ses recherches portent notamment sur le féminisme racial critique et les droits socio-économiques des pauvres. Sudhir Krishnaswamy, avocat indien et activiste de la société civile, dirige une organisation à but non lucratif progressiste appelée Center for Law and Policy Research qui se concentre sur les droits des transgenres, l’égalité des sexes et la santé publique. Le groupe est subventionné par une fondation pour la justice qui a reçu 1,4 million de dollars de l’OSF entre 2016 et 2018. Le Centre de Krishnaswamy a également reçu de l’argent d’un groupe radical pro-avortement, le Center for Reproductive Rights, généreusement financé par l’OSF.

La liste des juges de Facebook connectés à Soros et à la gauche organisée se poursuit. Julie Owono est la directrice exécutive d’une association à but non lucratif basée à Paris, Internet Sans Frontières, qui défend la vie privée et la liberté d’expression en ligne. En 2018, Internet Sans Frontières est devenu membre de la Global Network Initiative, un consortium de surveillance et de politique Internet financé par Soros. Nighat Dad est un avocat pakistanais et le fondateur de la Digital Rights Foundation, une organisation à but non lucratif basée au Pakistan qui a reçu 114 000 dollars de subventions de l’OSF. Le groupe de Dad est également financé par Facebook Ireland. Ronaldo Lemos, un professeur de droit brésilien, a siégé au conseil d’administration de la Fondation Mozilla, qui a collecté 350 000 dollars de l’OSF en 2016 et a également été membre du conseil d’administration d’un autre groupe, Access Now, qui a également reçu des milliers de dollars de Soros. Tawakkol Karman, journaliste et militant des droits civils, siège au conseil consultatif de Transparency International, qui reçoit des fonds importants de l’OSF de Soros.

Helle Thorning-Schmidt, Catalina Botero-Marino et Maina Kiai complètent le groupe affilié à Soros au sein du nouveau comité de censure de Facebook. Thorning-Schmidt, ancienne première ministre du Danemark, siège au conseil d’administration du Conseil européen des relations extérieures, qui a reçu plus de 3,6 millions de dollars de l’OSF en 2016 et 2017. Elle est également administratrice de l’International Crisis Group, qui a collecté plus de 8,2 millions de dollars auprès de l’OSF et dont le conseil d’administration comprend George et Alexander Soros. L’ancien premier ministre danois est également membre du Conseil consultatif international du Conseil atlantique, qui a reçu environ 325 000 dollars d’OSF ces dernières années, et du Conseil consultatif européen du Center for Global Development, qui a reçu plus d’un demi-million de dollars d’OSF en 2018. Botero-Marino est le doyen d’une école de droit colombienne appelée Universidad de Los Andes qui a obtenu plus de 1,3 million de dollars d’OSF entre 2016 et 2018, comme le montrent les dossiers obtenus par Judicial Watch. Mme Botero-Marino fait également partie du groupe d’experts du projet Global Freedom Expression Project de l’université de Columbia, qui est financé par OSF, et elle a été membre du conseil d’administration d’Article 19, un groupe qui a obtenu environ 1,7 million de dollars d’OSF entre 2016 et 2018. Kiai est le directeur des alliances et partenariats mondiaux de Human Rights Watch, qui a accepté 275 000 dollars de l’OSF en 2018. Il est également membre du conseil consultatif de l’Initiative pour les droits de l’homme d’OSF et a été le directeur exécutif fondateur de la Commission kenyane des droits de l’homme, qui a reçu 615 000 dollars de Soros au cours des deux dernières années.

D’autres membres du conseil d’administration de Facebook ont diffamé le président Trump dans les médias sociaux et ont fait des dons aux démocrates les plus en vue. Le compte Twitter de Katherine Chen, professeur de communication taïwanaise, comprend des retweets de nombreux messages et articles anti-Trump et pro-Obama. Nicolas Suzor, professeur de droit en Australie, a retweeté une colonne comparant implicitement le président Trump à Hitler. Jamal Greene, professeur de droit à l’université de Columbia, a contribué à la campagne d’Obama, d’Hillary Clinton et de Warren. Pamela Karlan, professeur de droit à Stanford, qui a lancé une attaque facile contre le fils adolescent du président Trump lors des audiences de mise en accusation de Brett Kavanaugh, a également contribué à la campagne d’Obama, d’Hillary Clinton et de Warren. Le nouveau conseil d’administration ne compte que quelques conservateurs de pure forme, comme le professeur de droit de Stanford Michael McConnell, chercheur principal à la Hoover Institution. L’écrasante majorité des personnes qui prennent les « décisions finales et contraignantes sur l’autorisation ou la suppression de certains contenus » sont des gauchistes. Ils représentent un nouveau modèle de modération des contenus qui préservera « la liberté d’expression dans le cadre des normes internationales des droits de l’homme ». Les intérêts économiques, politiques ou de réputation de Facebook n’interviendront pas dans le processus, écrit la société dans son introduction au nouveau conseil d’administration. À terme, le conseil d’administration, qui commencera à entendre des affaires plus tard dans l’année, doublera de taille. « Les affaires que nous choisissons d’entendre peuvent être litigieuses, et nous ne satisferons pas tout le monde avec nos décisions », prévient Facebook.

Source : Judicial Watch – Traduit par Anguille sous roche

« De nombreux radicaux s’insurgent encore contre la famille autoritaire, le moralisme antisexuel, la censure littéraire, la morale du travail et autres piliers de l’ordre bourgeois, alors que ceux-ci ont déjà été sapés ou détruits par le capitalisme avancé. » — Christopher Lasch

EN BANDE SON :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s