REBLOG

Les mesures de relance massives n’empêchent pas le ralentissement de la zone euro

Le bilan de la BCE est passé à 53,9 % du PIB en juillet 2020. A titre de comparaison, la Réserve fédérale et la Banque d’Angleterre détiennent respectivement 32 % et 33 % du PIB. Cela signifie une augmentation de 1,78 billions d’euros depuis le début de l’année. En outre, l’excédent de liquidités a grimpé à 2 900 milliards d’euros, soit une augmentation de 1 200 milliards d’euros depuis janvier. En plus de cette stimulation monétaire sans précédent, la zone euro a inclus un montant record de 10 % du PIB dans divers programmes de relance budgétaire. Rien de tout cela n’a empêché l’économie de montrer des signes de ralentissement en août.

La raison en est évidente. Toutes les mesures de relance monstrueuses de la zone euro visent à perpétuer les budgets gouvernementaux gonflés et à encourager le rendement non économique ou les dépenses subventionnées

Le problème de ces mesures de relance massives est qu’elles profitent aux mauvaises parties de l’économie. Les dépenses publiques actuelles en droits et subventions, les déficits massifs et les entreprises qui profitent des achats massifs d’obligations privées et des injections de liquidités sont les grandes multinationales et les champions nationaux qui n’ont pas eu de problème pour accéder aux marchés dans le passé.

Alors que la zone euro augmente les taxes « environnementales » pour les citoyens et encourage les dépenses subventionnées dans le cadre de la « nouvelle donne verte », les principaux bénéficiaires du programme d’achat d’obligations d’entreprises de la BCE sont les grandes sociétés automobiles, les multinationales du pétrole et du gaz et les grandes entreprises de services publics. La BCE a acheté des obligations à Shell, Eni, Repsol, OMV, Total, Siemens, Daimler AG, BMW, Volkswagen, Renault, etc. Aucune de ces entreprises n’a eu de difficulté à accéder aux marchés des capitaux ou à émettre des titres de créance à des taux bas, et leurs obligations ne pouvaient en aucun cas être considérées comme bon marché compte tenu des rendements et des écarts. La plupart de ces entreprises ont établi et mûri des activités dans des secteurs où les problèmes de surcapacité et de marge existaient bien avant la crise précédente et actuelle, de sorte qu’elles n’augmenteront pas l’embauche ou les dépenses d’investissement en raison de la relance monétaire.

Pendant ce temps, des milliers de start-ups et de petites entreprises qui n’ont pas accès au crédit parce qu’elles n’ont pas d’actifs corporels s’effondrent chaque mois. Le soutien monstrueux au crédit provenant du mécanisme de transmission de la politique monétaire est thésaurisé par les gouvernements et les multinationales. C’est une incitation massive à dépenser trop et à mal investir. Les gouvernements se contentent d’ajouter des dépenses courantes et des droits sans réel retour économique et les multinationales traditionnelles qui étaient en phase de ralentissement il y a des années sont zombifiées par des taux bas.

Source : Les mesures de relance massives n’empêchent pas le ralentissement de la zone euro

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s