REBLOG

Facebook a banni des centaines de groupes, pages et comptes Instagram QAnon

Mercredi, Facebook a annoncé avoir banni des centaines de pages, de groupes et de comptes Instagram liés aux « organisations de milices basées aux Etats-Unis et à QAnon », selon l’article d’un blog.

La société affirme avoir « vu se développer des mouvements qui, sans organiser directement la violence, ont célébré des actes violents, montré qu’ils avaient des armes et laissé entendre qu’ils allaient les utiliser, ou ont des fans individuels ayant des comportements violents ».

Ainsi, un groupe qui n’a rien fait de mal, mais qui pourrait le faire, et qui a des fans effrayants, n’est plus autorisé sur la plateforme.

Les partisans de QAnon pensent que le président Trump fait partie d’une opération de renseignement militaire menée par des initiés de type « white hat » pour faire tomber l’État profond en arrêtant et en poursuivant des fonctionnaires corrompus et des pédophiles sataniques. Que cela soit vrai ou non, la gauche a décidé que le mouvement QAnon est une menace, et la liste noire de Facebook fait suite à une démarche similaire de Twitter le mois dernier.

Et alors que Facebook prétend avoir supprimé « 980 groupes, 520 pages et 160 publicités » par « les milices et les personnes encourageant les émeutes, y compris certaines qui pourraient s’identifier comme appartenant à Antifa » – un nombre surprenant de comptes Antifa subsistent, qui comprennent des membres agressifs et armés qui organisent régulièrement des manifestations sur Facebook. Par exemple, une cellule Antifa du Texas, Red Guards Austin, a un article de blog intitulé « Partout un champ de bataille » dans lequel ils affirment que « la guerre ne viendra pas – elle est là ici et maintenant ».

Et leur page Facebook est actuellement active :

Parallèlement, Antifa a également utilisé Facebook pour organiser une violente manifestation à Provo, dans l’Utah, au cours de laquelle un membre d’Antifa a tiré sur un homme innocent conduisant un camion.

Un autre groupe Antifa, le Civil Defense Corps – composé « d’ex soldats » et ayant formé des « unités de réserve », a encouragé ses fans sur Facebook à tirer sur des agents fédéraux « en plein visage ».

Via Far Left Watch :

La page Facebook (archives) du chef de cette milice, Walid Hakim, est jonchée d’iconographie communiste et de logos de Black Lives Matter. Et après avoir encouragé ses adeptes sur Facebook à tirer « en plein visage » sur des agents fédéraux en utilisant son compte du Corps de défense civile, il a ensuite utilisé son compte personnel pour encourager les gens à assister à une prochaine manifestation à la South Carolina Law Enforcement Division (SLED) dans le centre-ville de Columbia, en Caroline du Sud.

La page Facebook de Hakim est toujours en ligne au moment où nous écrivons ces lignes.

Pourtant, les groupes partisans de QAnon qui « n’organisent pas directement la violence » sont bannis. En d’autres termes, des dizaines de milliers de partisans non violents de Trump ne peuvent pas rassembler l’énergie nécessaire à l’élection.

De quoi s’agit-il vraiment, Zuck ?

Source : Facebook a banni des centaines de groupes, pages et comptes Instagram QAnon

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s