REBLOG

« Accommodation monétaire perpétuelle » : Voici l’avertissement de la Fed sur les conséquences de ce qu’elle vient de faire (+commentaire de Bruno Bertez)

C’est officiel : comme Powell l’a dévoilé hier, la Fed opère désormais dans le cadre d’une plate-forme explicite de ciblage de l’inflation moyenne (Average Inflation Targeting – AIT), la Fed recherchant une inflation moyenne de 2 % sur la durée, une étape qui implique de prévoir des périodes de dépassement et de s’assurer qu’aucune hausse de taux ne sera effectuée dans les années à venir (selon les simulations de la Bank of America – BofA -, un AIT de 2 % signifierait aucune hausse de taux pendant 42 ans). Dans le même temps, le changement de cap de la Fed sur l’emploi maximum permettra aux gains sur le marché du travail de se généraliser.

En ce qui concerne les pressions sur les prix, le document indique que la commission visera une « inflation qui s’élève en moyenne à 2 % au fil du temps » et s’efforcera de faire passer l’inflation au-dessus de l’objectif de 2 % après les périodes où l’inflation est inférieure à ce niveau.

« Le niveau maximum d’emploi est un objectif large et inclusif », a déclaré M. Powell dans un discours prononcé pratiquement à l’occasion du symposium annuel de politique de la banque centrale qui se tient traditionnellement à Jackson Hole, dans le Wyoming. « Ce changement reflète notre appréciation des avantages d’un marché du travail fort, en particulier pour de nombreuses personnes dans les communautés à faibles et modérés revenus ».

Dans sa déclaration, la Fed a également déclaré que ses décisions seraient éclairées par son évaluation des « déficits d’emploi par rapport à son niveau maximum ». La version précédente, comme le note Bloomberg, avait fait référence à des « écarts par rapport à son niveau maximum ». Le changement met en évidence les préoccupations précédentes selon lesquelles un faible taux de chômage peut provoquer une inflation excessive.

Il est certain que les observateurs pragmatiques de la Fed admettront immédiatement qu’il n’y a rien de nouveau ici : après tout, l’objectif implicite de la Fed en matière d’inflation de base de la mesure des dépenses de consommation personnelle (PCE) est déjà de 2 % et pourtant, même avec un bilan record de 7 000 milliards de dollars, la Fed n’a pas réussi à l’atteindre pendant des années.

En d’autres termes, la Fed n’a même pas réussi à atteindre durablement son objectif, mais cette fois-ci, ce sera différent. Oui, c’est vrai.

Mais il y a des problèmes plus importants avec l’AIT : comme l’a écrit la BofA en début de semaine, un AIT explicite pourrait également paralyser la crédibilité déjà déclinante de la Fed, notamment parce que « cela soulèverait également des questions difficiles concernant la période appropriée pour calculer les moyennes et les taux d’inflation maximum réalisés que la Fed tolérerait alors que la moyenne grimpe plus haut ». En effet, la crédibilité de la Fed est déjà sur la ligne donnée :

  • la fixation par le marché des prix des anticipations d’inflation bien en dessous de 2 % pour les 30 prochaines années, et
  • son incapacité à remplir son mandat en matière d’inflation pendant une décennie

De plus, la Fed doit maintenant révéler la période spécifique pendant laquelle l’inflation de la PCE doit atteindre une moyenne de 2 % avant d’entamer un processus de normalisation de la politique (hiking). C’est un problème, car dans les simulations effectuées par l’équipe des taux de la BofA, elle a constaté que cela pourrait obliger la Fed à rester en attente pendant 42 ans !

Michael Every, de Rabobank, avait une critique plus pragmatique :

Quelqu’un pense-t-il que cela va contribuer à générer de l’inflation et des emplois dans l’économie américaine ? Non. Le coût de l’emprunt est-il vraiment le problème à l’heure actuelle ? Non. Y a-t-il quelqu’un qui prévoit une hausse des taux pendant au moins cinq ans ? Non. S’ils devaient le faire pendant dix ans, une entreprise serait-elle plus encline à embaucher quelqu’un maintenant ? Non. Le contrôle de la courbe des rendements (YCC – yield curve control) a-t-il contribué à la relance de l’économie japonaise ? Non. Oui, à la marge, il est négatif en USD, en ce sens qu’il implique que les rendements futurs ne seraient pas autorisés à augmenter même si l’inflation le faisait : mais vraisemblablement, une fois que (SI !) l’inflation (et les salaires !) augmenteront durablement, la Fed tiendra un autre discours de Jackson Hole et modifiera à nouveau son cadre opérationnel.

Mais la meilleure explication pour laquelle l’AIT pourrait être un désastre vient de nul autre que la Fed elle-même qui, dans un rapport de janvier intitulé « Raising the Inflation Target » (Relever l’objectif d’inflation) : Leçons du Japon », a écrit ce qui suit :

… en réfléchissant à l’opportunité de relever la cible d’inflation à un certain niveau, les banques centrales doivent prendre en compte leur capacité à relever l’inflation au nouveau niveau cible. Si un nouvel objectif d’inflation est trop ambitieux et que la banque centrale ne parvient pas à l’atteindre, elle risque de perdre sa crédibilité, ce qui peut rendre moins efficace toute autre politique qu’elle mène. En outre, la banque centrale peut être confrontée au risque de se retrouver piégée dans un accommodement monétaire sans fin, même lorsque l’activité économique réelle est forte ou lorsque les risques pour la stabilité financière s’accumulent.

Comme l’ont montré les événements de la dernière décennie, la Fed est déjà prisonnière d’une « accommodation monétaire perpétuelle » – la pandémie de coronavirus qui a gonflé le bilan de la Fed de 3 000 milliards de dollars n’a fait qu’empirer les choses. Quant à savoir si un objectif d’inflation de 2 % est trop ambitieux, il faut savoir que nous avons vu tout cela il y a 7 ans avec la Banque du Japon en janvier 2013, lorsqu’elle a adopté un objectif d’inflation plus élevé dans le but de mettre fin à une déflation chronique. Près d’une décennie plus tard, la déception a été épique

Source : « Accommodation monétaire perpétuelle » : Voici l’avertissement de la Fed sur les conséquences de ce qu’elle vient de faire

RÉSUMÉ DE POWELL HIER: NOUS NE CASSERONS PAS LA SPÉCULATION BOURSIÈRE .

Je vous conseille vivement de lire et relire mon commentaire méprisant écrit hier a propos des idioties de jay Powell.

Le relisant je le trouve encore très très indulgent. Ces gens sont des incapables alors que les temps sont graves, mais en plus ils se foutent de nous. Mon mépris va également à la presse, toute la presse qui se rend coupable de flagornerie en présentant ces vieilleries comme des nouveautées et ainsi trompent leur public.

Il n’y avait nul besoin de compétence ou de savoir monétaire hier pour descendre en flammes les escroqueries intellectuelles de Powell et de sa clique, il suffisait juste d’un peu de bon sens. Il suffisait de ne pas etre tordu, intoxiqué et de comprendre ce que parler veut dire.

Ce qu’a dit Powell, se résume à ceci:

« après avoir échoué à atteindre l’objectif d’inflation de 2% pendant plus d’une décennie, je vais maintenant vous sortir un tour de mon chapeau et laisser l’inflation dépasser l’objectif que ni moi ni mes prédecesseurs n’avons jamais pu atteindre »

« personne d’entre nous n’a atteint cette cible, personne ne sait comment l’atteindre mais je vous annonce solennellement après des mois de reflexion de moi et mon staff que je vais la laisser dépasser« .

« atteindre la cible est impossiblle? Faisons mieux , dépassons là! »

Il faudrait en rire, si la situation mondiale n’était pas aussi dramatique.

Je me suis demandé si je n’étais pas débile ou fou en lisant les idioties des journaux et les commentaires, mais heureusement il y a quelques commentateurs de grande classe, des vrais qui connaissent la chose monétaire, qui ont fait exactement la même analyse que moi!

Snider par exemple, qui est l’un des meilleurs s’est demandé si Powell plaisantait et faisait del’humour Je ne vais pas jusque là car ces gesn n’ont aucun sens de l’humour. L’humour est une qualité qui permet de prendre ses distances avec sa propre connerie et cette qualité ils ne l’ont pas. Ils sont serieux et ce sont des criminels en col blanc.

Powell s’est foutu de nous mais il ne le sait pas.

Tous ces gens sont tellement enfermés dans leur névrose, dans leur monde, qu’ils n’ont pas la possibilité de prendre leur distance et d’apprécier ce qu’ils font.

La chose monétaire est gérée par des aliénés qui ne regardent pas le réel, ils ne regardent que les fiches établies par les équipes des bureaux d’études lesquels ne font que gloser et se re-pomper les uns les autres à la faveur d’incantations mathématiques dont la vraie fonction systémique est de rendre le réel incompréhensible. Ils sont coupés du réel et croient que les romans qu’ils inventent sont le Réel.

Ils ne se relisent même pas !

En effet il n’y a aucune diffrence entre ce que Powell a annoncé comme une nouveauté hier et ce qui a été présenté comme une grande innovation en … mai 2018: l’introduction de la notion de symétrie en matière d’inflation.

Qu’est ce que cette notion?

Elle est bête comme chou! Elle consiste à dire que si nous n’avons pas atteint notre cible de 2% d’inflation pendant 40 ans alors , lorsque cette inflation miraculeuse se montrera enfin, nous la laisserons dépasser notre fameuse cible de 2% pour que sur le long terme nos 2% soient atteints .. en moyenne.

Bullard avait déja évoqué cette idée 4 ans avant; vous parlez d’une nouveauté!

Notre génie du faux Jackson Hole ne fait que reprendre avec roulements de tambour une idée banale qui est que si on a du retard en matière d’inflation et de devalorisation du stock de dettes, on va essyaer de se rattrapper en la laissant se devlopper plus longtemps que d’habitude. On ne luttera pas contre l’inflation préemptivement.

Une idée stupide qui neglige l’autre aspect de la question à savoir que si on laisse filer la politique monétaire et l’inflation, alors les indices boursiers risquent de devenir stratosphériques et que la stabilité financière est irrémédiablement compromise.

Le trait de génie de Powell est une vieille lune qui avait encore été developpée en Juin 2018 par Harker de la Fed de Philadelphie.

«Nous disons depuis longtemps que l’objectif d’inflation de 2% est symétrique, ce qui signifie que nous devons le dépasser. Nous avions du mal à faire cela, comme toutes les économies développées », a déclaré Harker mercredi lors d’une interview à Bloomberg Television avec Michael McKee. « Je soutiens l’idée de laisser l’inflation dépasser 2% avant de prendre des mesures concernant le taux des fonds fédéraux. »

“We’ve been saying for a long time that the 2% inflation goal is symmetric, which means we should overshoot it. We were having a difficult time doing that, like all developed economies,” Harker said Wednesday during a Bloomberg Television interview with Michael McKee. “I’m supportive of the idea of letting inflation get above 2% before we take any action with respect to the fed funds rate.”

bloomberg.com/news/articles/2020-07-15/fed-s-harker-supports-no-fed-hikes-until-inflation-overshoots-

Pourquoi ressortir cette vieille lune avec roulements de tambours et flonflons?

Pour plusieurs raisons:

Powell crève de peur d’un choc boursier qui ferait dégringoler les indices de plus de 20% , car il sait que c’est la limite du tolérable pour le système

-parce que l’on vient de monter fortement et que la qualité de cette hausse est terriblement mauvaise, elle n’ a jamais été aussi pourrrie

-parce qu’il sait qu’en 2021 il n’est pas exclu que pour des raisons puremement circonstancielles les indices de prix dépassent les 2% voire les 3%

-parce que Powell se dit que si la perspective d’une inflation a 3% est prise en compte par les anticipations alors les risques deviennent importants, les opérateurs vont craindre que la Fed ne resserre la politique monétaire

-donc il faut desamorcer cette crainte dès maintenant et dire que l’on ne touchera à rien et surtout que l’on ne cassera pas la spéculation

BRUNO BERTEZ

Catégories :REBLOG

Tagué:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s