REBLOG

Guerre Froide US/Chine : “Ils auraient pu le stopper” – L’ambassadeur des États-Unis accuse la Chine d’avoir tenté de “couvrir” l’épidémie de COVID-19 à Wuhan/Le Département de la sécurité intérieure bloque les produits liés aux camps de travail ouïghours et à l’”esclavage moderne” dès leur entrée aux États-Unis

L’ancien gouverneur de l’Iowa et ambassadeur américain sortant en Chine, Terry Branstad, a eu quelques propos sévères à l’égard de son ancien ami, le président chinois Xi Jinping. Lors d’une interview accordée à CNN, M. Branstad a accusé Xi et la Chine d’avoir mal géré l’épidémie de coronavirus à Wuhan qui a déclenché une pandémie mondiale : “Ce qui aurait pu être contenu à Wuhan a fini par devenir une pandémie mondiale”, a déclaré M. Branstad.

C’est l’un des reproches les plus sévères que Branstad ait jamais adressés à la Chine et au président Xi, que Branstad connaît depuis le milieu des années 80, lorsque les deux hommes étaient des fonctionnaires de rang relativement bas. Ce n’est pas la première fois que Branstad est obligé de se retourner contre Pékin ; au cours des derniers mois seulement, Branstad a dénoncé la décision de Pékin d’expulser les journalistes américains, ainsi que l’adoption forcée de la loi de “sécurité nationale” de Hong Kong et la fermeture d’un consulat américain à Chengdu (représailles pour la fermeture d’un consulat chinois au Texas qui aurait été un “nid d’espions”).

Cette accusation est extrêmement dure et fait écho à la rhétorique agressive du président Trump qui tient la Chine pour responsable de la pandémie. Le président Xi, quant à lui, s’est engagé à fournir une aide – sous forme de vaccins et d’assistance financière – aux pays les plus pauvres qui luttent contre le virus.

S’adressant à CNN depuis Pékin vendredi, Terry Branstad, ancien gouverneur de longue date de l’Iowa, a convenu avec le président Donald Trump que la Chine était responsable de la pandémie, ajoutant que “le système chinois était tel qu’il a couvert la situation et a même pénalisé les médecins qui l’ont signalée au début”.

Faisant écho aux critiques du Parti communiste chinois formulées par le secrétaire d’État américain Mike Pompeo et d’autres responsables de la Maison Blanche, Branstad a également reproché au système chinois d’avoir entraîné une montée des tensions et une dégradation de l’une des relations bilatérales les plus importantes de Washington.

Les commentaires de Mme Branstad surviennent quelques jours seulement après qu’une scientifique chinoise “rebelle” a accusé Pékin de réduire au silence les médecins qui discutent du virus, qui, selon elle, a été “fabriqué par l’homme” dans un laboratoire de Wuhan. Ses commentaires ont immédiatement été censurés par Facebook. Son compte a été supprimé de Twitter en moins de 48 heures. La décision de l’ambassadeur de démissionner a surpris le monde entier, bien qu’il ait souligné qu’il avait occupé ce poste depuis plus longtemps que les trois ambassadeurs précédents.

Son départ intervient quelques jours seulement après que Pékin a menacé d’imposer des restrictions non spécifiées aux hauts diplomates américains après que le président Trump a signé une ordonnance d’urgence visant les responsables du PCC et les hommes d’affaires chinois prétendument impliqués dans des violations des droits de l’homme dans le Xinjiang.

Interrogé par CNN pour savoir s’il ferait campagne pour Trump, Branstad a déclaré qu’il le ferait, si on le lui demandait.

Il a déclaré à CNN qu’il avait hâte de rentrer à la maison, soulignant qu’il avait occupé ce poste “depuis plus longtemps que les trois ambassadeurs précédents”.

A la question de savoir s’il ferait campagne au nom de M. Trump, qui pourrait compter sur M. Branstad pour aider à faire basculer les principaux États du Midwest, l’ambassadeur a répondu que “si le président me demande de participer à certains de ses événements, je le ferai, comme je l’ai fait en 2016”.

Branstad a été l’un des premiers ambassadeurs nommés par Trump. Sa relation de plusieurs décennies avec Xi a été citée comme un élément essentiel de cette nomination, reflétant la volonté du président Trump de construire une relation “personnelle” avec le président chinois.

Toutefois, l’approche agressive et sans précédent de l’administration a fait basculer les relations bilatérales entre les deux plus grandes économies du monde dans une nouvelle “guerre froide”. M. Branstad devrait quitter ses fonctions d’ici la fin du mois prochain, laissant les États-Unis sans diplomate de haut niveau en Chine lors du vote présidentiel de 2020.

Source : “Ils auraient pu le stopper” – L’ambassadeur des États-Unis accuse la Chine d’avoir tenté de “couvrir” l’épidémie de COVID-19 à Wuhan

Le Département de la sécurité intérieure bloque les produits liés aux camps de travail ouïghours et à l’”esclavage moderne” dès leur entrée aux États-Unis

Plus d’un mois après les allégations généralisées selon lesquelles la Chine utilise régulièrement sa population musulmane ouïghoure comme main-d’œuvre carcérale pour les produits expédiés en Occident – plus précisément après la saisie de 13 tonnes de cheveux humains dans des produits de tissage d’une valeur estimée à plus de 800 000 dollars dans un port américain – le Département de la sécurité intérieure (DHS) a annoncé lundi cinq nouvelles commandes bloquant l’importation de produits qui seraient le résultat du travail forcé.

Mark Morgan, commissaire en charge des douanes et de la protection des frontières (CBP), a souligné que ces nouvelles mesures envoient un “message clair” concernant le travail forcé qui pénètre dans les chaînes d’approvisionnement américaines.

“Les ‘Withhold Release Orders’ d’aujourd’hui envoient un message clair à la communauté internationale, à savoir que nous ne tolérerons pas les pratiques illicites, inhumaines et exploitantes du travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement américaines“, a déclaré M. Morgan, selon The Hill.

Dans l’enceinte du Centre de réhabilitation obligatoire de la municipalité de Kunming en Chine, Getty Images/The Telegraph.

Les directives visent à bloquer les produits provenant de plusieurs installations de la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine, qui sont soupçonnés d’être des camps d’internement ou de rééducation ou d’inclure du personnel constitué de travailleurs forcés.

Voici une brève liste des cinq commandes passées via le site web du DHS :

  1. Tous les produits fabriqués avec la main-d’œuvre du Centre d’éducation et de formation professionnelle n° 4 du comté de Lop, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  2. Les produits capillaires fabriqués dans le parc industriel de produits capillaires du comté de Lop, dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  3. Les vêtements fabriqués par Yili Zhuowan Garment Manufacturing Co. et Baoding LYSZD Trade and Business Co. dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  4. Le coton produit et transformé par la société Xinjiang Junggar Cotton and Linen Co. dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, en Chine.
  5. Des composants informatiques fabriqués par Hefei Bitland Information Technology Co., Ltd. dans l’Anhui, en Chine.

Morgan a ajouté, à propos de ce renforcement des contrôles, que “l’administration Trump ne restera pas inactive et ne permettra pas aux entreprises étrangères de soumettre des travailleurs vulnérables au travail forcé tout en portant préjudice aux entreprises américaines qui respectent les droits de l’homme et l’État de droit”.

AFP/Getty via NBC : Un centre de haute sécurité près de ce que l’on croit être un camp de rééducation où sont détenues des minorités ethniques majoritairement musulmanes dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine.

La déclaration est allée jusqu’à qualifier la pratique de la Chine d’”esclavage moderne” et a déclaré que le DHS ferait tout ce qui est en son pouvoir pour protéger les travailleurs, les citoyens et la chaîne d’approvisionnement américains. Elle intervient après qu’une grande partie de l’année dernière, des groupes internationaux de défense des droits de l’homme aient publié une montagne de preuves photographiques et satellitaires montrant un réseau tentaculaire de camps musulmans ouïgours gérés par le gouvernement communiste chinois, ce que Pékin a constamment minimisé ou nié.

Auparavant, la Chine a imposé des sanctions de représailles contre les États-Unis en raison de critiques liées à la question sensible du traitement de la communauté musulmane chinoise minoritaire.

Le Département du commerce prévoit de bloquer les téléchargements de TikTok et WeChat aux États-Unis ce dimanche

Alors que la Maison Blanche continue de faire monter la pression sur ByteDance et la Chine, Reuters vient de confirmer les pires craintes des millennials aux USA : En effet, si un accord pour le contrôle de TikTok par les Américains n’est pas conclu d’ici dimanche soir aux États-Unis, le Département du commerce s’efforcera de bloquer tout téléchargement futur des applications aux États-Unis, une étape essentielle pour les arrêter aux États-Unis, comme l’a insisté le président Trump.

Quelques instants plus tard, le ministre du commerce Wilbur Ross a déclaré aux journalistes que WeChat – une autre application chinoise visée par l’un des décrets de Trump – sera “fermée aux États-Unis” d’ici le 20 septembre si un accord n’est pas conclu. Il a également déclaré que les pourparlers entre TikTok et le Comité pour l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS) sont “en cours”, ce qui laisse entendre que l’accord est loin d’être conclu.

Des rapports datant de la nuit dernière ont suggéré que Pékin serait à l’aise avec l’accord TikTok-Oracle-Maison Blanche, tant que l’algorithme de recommandation de contenu de TikTok n’est pas transféré aux États-Unis.

Alors que les négociations se rapprochent, le ministère du commerce se préparerait à émettre un ordre vendredi interdisant à quiconque aux États-Unis de télécharger les applications chinoises – WeChat et TikTok – à partir du 20 septembre, à moins que le président Trump n’annule l’ordre dimanche soir.

Selon le secrétaire d’État Ross, le Département du commerce annoncera vendredi l’interdiction des transactions relatives aux deux applications mobiles.

“Le Parti communiste chinois PCC a démontré les moyens et les motifs d’utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis”, a déclaré le ministère du commerce dans une déclaration à la presse, publiée il y a quelques instants.

Bien que les commentaires aient également introduit plus de confusion, car l’administration a apparemment donné un nouveau coup de pied dans la boîte de conserve, en disant que TikTok aura jusqu’au 12 novembre avant une interdiction totale, ce qui donne aux négociateurs plus d’espace pour conclure un accord.

Les entreprises américaines de médias sociaux comme Snap et Facebook se sont ralliées à la nouvelle. Reuters a notamment indiqué que la nouvelle directive n’aurait pas d’impact sur les interactions des entreprises américaines avec ces applications en dehors des Etats-Unis, une disposition que les entreprises américaines faisant des affaires en Chine ont exigée, puisque WeChat est la plateforme de communication dominante pour les personnes en Chine.

La déclaration suggère également que les négociations vont probablement s’éterniser dimanche dernier.

Selon le SCMP, ByteDance affirme qu’un “accord” définitif n’a pas encore été signé. Et même une fois que les États-Unis et les deux entreprises auront donné leur accord, le ministère chinois du commerce aura également son mot à dire sur le plan final. Les soi-disant “experts” qui se sont adressés au SCMP ont déclaré qu’il y a encore un potentiel pour la Chine d’abattre l’accord.

* * *

Le ministère du commerce a publié une déclaration sur sa dernière série d’actions “dures pour la Chine” visant TikTok et WeChat :

En réponse aux décrets du président Trump signés le 6 août 2020, le ministère du commerce (Department of Commerce) a annoncé aujourd’hui l’interdiction des transactions relatives aux applications mobiles (apps) WeChat et TikTok afin de préserver la sécurité nationale des États-Unis. Le Parti communiste chinois (PCC) a démontré les moyens et les motifs d’utiliser ces applications pour menacer la sécurité nationale, la politique étrangère et l’économie des États-Unis. Les interdictions annoncées aujourd’hui, lorsqu’elles sont combinées, protègent les utilisateurs aux États-Unis en éliminant l’accès à ces applications et en réduisant considérablement leurs fonctionnalités.

“Les mesures prises aujourd’hui prouvent une fois de plus que le président Trump fera tout ce qui est en son pouvoir pour garantir notre sécurité nationale et protéger les Américains contre les menaces du parti communiste chinois”, a déclaré le secrétaire du ministère américain du commerce, Wilbur Ross. “Sous la direction du président, nous avons pris des mesures importantes pour lutter contre la collecte malveillante par la Chine des données personnelles des citoyens américains, tout en promouvant nos valeurs nationales, les normes démocratiques fondées sur des règles et l’application agressive des lois et règlements américains”.

Bien que les menaces posées par WeChat et TikTok ne soient pas identiques, elles sont similaires. Chacun d’entre eux collecte de vastes pans de données auprès des utilisateurs, y compris l’activité du réseau, les données de localisation et les historiques de navigation et de recherche. Chacun participe activement à la fusion civilo-militaire de la Chine et est soumis à une coopération obligatoire avec les services de renseignement du PCC. Cette combinaison fait que l’utilisation de WeChat et de TikTok crée des risques inacceptables pour notre sécurité nationale.

À compter du 20 septembre 2020, les transactions suivantes sont interdites :

  1. Toute prestation de service visant à distribuer ou à maintenir les applications mobiles WeChat ou TikTok, le code constitutif ou les mises à jour des applications par l’intermédiaire d’un magasin d’applications mobiles en ligne aux États-Unis ;
  2. Toute prestation de services par l’intermédiaire de l’application mobile WeChat dans le but de transférer des fonds ou de traiter des paiements aux États-Unis.

À compter du 20 septembre 2020 pour WeChat et du 12 novembre 2020 pour TikTok, les transactions suivantes sont interdites :

  1. Toute prestation de services d’hébergement Internet permettant le fonctionnement ou l’optimisation de l’application mobile aux États-Unis ;
  2. Toute fourniture de services de réseau de diffusion de contenu permettant le fonctionnement ou l’optimisation de l’application mobile aux États-Unis ;
  3. Toute prestation de services de transit ou de peering internet directement contractés ou arrangés permettant le fonctionnement ou l’optimisation de l’application mobile aux États-Unis ;
  4. Toute utilisation du code constitutif, des fonctions ou des services de l’application mobile dans le fonctionnement de logiciels ou de services développés et/ou accessibles aux États-Unis.

Toute autre transaction interdite liée à WeChat ou TikTok pourra être identifiée à une date ultérieure. Si le gouvernement américain détermine que le comportement illicite de WeChat ou de TikTok est reproduit par une autre application ne relevant pas du champ d’application de ces décrets, le président a le pouvoir d’examiner si des décrets supplémentaires peuvent être appropriés pour traiter de telles activités. Le Président a prévu jusqu’au 12 novembre pour résoudre les problèmes de sécurité nationale posés par TikTok. Si elles le sont, les interdictions prévues dans ce décret peuvent être levées.

Les avis relatifs à ces actions seront publiés sur le registre fédéral à environ 8h45 HAE le vendredi 18 septembre 2020.

Contexte :

Le 6 août 2020, le président Trump a signé les décrets présidentiels (E.O.) 13942, concernant la menace posée par TikTok, et E.O. 13943, concernant la menace posée par WeChat. Dans ces décrets, le président a déterminé que les applications capturaient de vastes pans d’informations provenant d’utilisateurs américains, laissant les données vulnérables à l’accès au PCC à des fins malveillantes. Le commerce, sous la direction du président, devait identifier les transactions dans un délai de 45 jours pour protéger la sécurité nationale et les données privées de millions de personnes à travers le pays. Les interdictions annoncées aujourd’hui répondent à la directive du président et atténuent les risques pour la sécurité nationale.

TikTok deviendra une société indépendante basée aux États-Unis dans le cadre d’un accord modifié avec Oracle

Alors que nous attendons le mot officiel du Comité pour l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS), le président Trump a déclaré mardi que le plan TikTok-Oracle serait probablement approuvé, et qu’il est un “fan” du PDG d’Oracle Larry Ellison, connu pour faire partie d’un petit groupe de personnalités du monde de la technologie qui soutiennent le président.

– TRUMP DIT QUE TIKTOK EST “TRÈS PROCHE” D’UN ACCORD
– TRUMP DIT QU’IL EST FAN DE LARRY ELLISON D’ORACLE

* * *

Maintenant que le président Trump et son équipe commerciale ont eu quelques jours pour lire toutes les “analyses de l’actualité” qui présentent l’accord de TikTok comme un “yaurarien” au même titre que la phase 1 de l’accord commercial, il semble qu’ils puissent avoir quelques réserves sur la façon dont les choses ont tourné. Ou peut-être que Trump a vu certains des titres et a exigé des changements, dès que possible.

Quelle que soit la raison, il semble qu’Oracle, ByteDance, les partenaires minoritaires comme Sequoia, se sont réunis et ont essentiellement élaboré un nouvel accord, qui placera TikTok dans une entreprise commune séparée.

Certains pourraient dire que la nouvelle structure, qui a fait l’objet d’une fuite au sein du Financial Times plus tôt hier, s’apparente à la “coentreprise” chinoise souvent imposée aux entreprises américaines opérant en Chine. Sauf qu’au lieu de couvrir uniquement ses activités américaines, la coentreprise inclura l’ensemble des activités, formant essentiellement TikTok en tant qu’entité corporative séparée, avec Oracle, ByteDance, Wal-Mart et les autres “partenaires” émergeant comme actionnaires.

L’avantage pour Oracle est qu’elle va maintenant quitter l’entreprise avec une participation dans un actif qui pourrait prendre de la valeur. Une poignée de sociétés de capital-risque de la Silicon Valley pensent que TikTok pourrait un jour devenir aussi précieux que Facebook.

ByteDance placera l’activité mondiale de TikTok dans une nouvelle société dont le siège social sera aux États-Unis, Oracle investissant en tant qu’actionnaire minoritaire, a déclaré la population informée d’un plan présenté aux responsables américains pour éviter une interdiction de la populaire application vidéo par le président Donald Trump.

Dans le cadre de cette proposition, Oracle aura une participation dans l’ensemble de TikTok et pas seulement dans les opérations américaines, tandis que ByteDance, le groupe chinois qui possède l’application utilisée par des millions d’adolescents, sera l’actionnaire majoritaire de la nouvelle entité.

D’autres investisseurs américains, dont potentiellement le plus grand détaillant mondial Walmart, qui avait lancé une offre conjointe avec Microsoft, détiendraient une participation minoritaire.

Les personnes informées des discussions ont souligné que les détails exacts sont encore susceptibles d’être modifiés.

Dans une interview accordée à CNBC lundi, Steven Mnuchin, secrétaire au Trésor, a déclaré que ByteDance s’était engagé à “créer TikTok Global en tant que société basée aux États-Unis”. CNBC a indiqué mardi que l’administration Trump pourrait approuver l’accord dès mardi après-midi.

La nuit dernière, le Wall Street Journal a rapporté que, dans le cadre de l’accord, TikTok s’est engagé à ajouter 25.000 emplois américains dans le cadre de l’accord. Le document spécule que cela pourrait être une façon de satisfaire la demande du président Trump que l’accord comprenne un versement au Trésor. Quant à la raison de la victoire d’Oracle sur Microsoft, le WSJ a cité plusieurs analystes qui ont souligné qu’Oracle avait besoin d’une grande victoire dans le domaine du cloud computing – et l’hébergement du contenu vidéo de TikTok serait un coup fantastique.

Ainsi, une entreprise ayant des liens étroits avec la Maison Blanche Trump et ByteDance – qui était coincée entre Washington et Pékin – ont pu trouver un accord mutuellement avantageux. Mais au final, travailler avec TikTok pourrait être une aubaine pour Oracle – du moins en ce qui concerne le cours de son action.

Travailler avec TikTok pourrait ternir les références d’Oracle dans le domaine du cloud, en partie parce que la nature lourde en vidéo de l’application en fait un utilisateur particulièrement exigeant, a déclaré Ray Wang, fondateur de la société de conseil Constellation Research Inc. basée dans la Silicon Valley.

“Oracle montre qu’il est capable d’exécuter les charges de travail les plus lourdes dans le cloud public, et c’est ce qu’il cherche à faire”, a déclaré M. Wang. “La vidéo nécessite un nuage stable et massivement élastique.”

Brent Hill, analyste chez Jefferies, a été encore plus direct : l’accord avec TikTok montre qu’Oracle “supplie pour une victoire du cloud”.

“Microsoft, Amazon et Google leur enlèvent une part massive.”

Revenant sur le rapport du Financial Times, le journal a déclaré que l’accord de scission montrerait au monde que ByteDance est sérieux dans sa volonté de se “distancer” du PCC. La nouvelle entité sera supervisée de manière indépendante, tout en étant gérée par ByteDance “à distance”. Oracle s’occupera de l’ensemble du processus.

Le CFIUS a déclaré que sa réunion pour examiner la proposition à 1500ET. Mais selon le WSJ, la validation du plan actuel est pratiquement assurée.

La nouvelle entité TikTok aura un contrôle indépendant et sera gérée indépendamment de ByteDance, ont déclaré les personnes informées des discussions. La société chinoise continuera à collaborer avec TikTok à l’échelle mondiale et gardera le contrôle du puissant algorithme qui maintient les utilisateurs engagés en prédisant le type de vidéos qu’ils apprécieront. Les données de TikTok à travers le monde seront traitées indépendamment par Oracle, ont déclaré les personnes informées des discussions.

Les données américaines seront gérées et stockées aux États-Unis pour répondre aux préoccupations de sécurité nationale dans ce pays, ont-ils ajouté. Le plan actuel est conforme aux recommandations faites par le Comité sur l’investissement étranger – un panel gouvernemental inter-agences qui peut bloquer des accords pour des raisons de sécurité nationale – avant que le président américain Donald Trump ne menace d’interdire TikTok en août. Suite à l’intervention de M. Trump, la Chine a annoncé de nouvelles règles restrictives sur les exportations de technologies, qui auraient empêché ByteDance de vendre ses algorithmes à une société non chinoise.

Deux personnes impliquées dans les négociations ont déclaré que l’offre de ByteDance de créer une nouvelle entité dont le siège social serait aux États-Unis ainsi que la promesse de créer 20 000 emplois seraient probablement bien accueillies par M. Trump en année électorale, et à un moment où des millions d’Américains ont perdu leur emploi à cause des retombées de la pandémie de coronavirus. L’implication de M. Ellison et du chef d’Oracle Safra Catz, l’un des rares cadres de la Silicon Valley à soutenir ouvertement l’administration Trump, devrait également bien plaire au président, ont déclaré les personnes impliquées dans les négociations.

Ainsi, ByteDance offre au président Trump une victoire majeure en pleine année électorale, avec la promesse de créer des dizaines de milliers de nouveaux emplois – créant ainsi une plus grande partie de la “croissance économique” que le président a promis d’apporter – en échange, ByteDance et Oracle obtiennent un nouvel atout précieux basé aux États-Unis et créé pratiquement de toutes pièces.

On peut confiner mille personnes une fois , on peut confiner une personne mille fois mais on ne peut pas confiner mille personnes mille fois. Mao Ze Dong ( ou Elon Musk, je ne me souviens plus )

Catégories :REBLOG

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s