REBLOG

La directrice de la CIA, Mme Haspel, et les conspirateurs Anti-trump / La directrice de la CIA, Mme Haspel, a personnellement bloqué la déclassification des documents sur le RussiaGate

La directrice de la CIA, Mme Haspel, et les conspirateurs Anti-trump

PAR JADE · PUBLIÉ 6 OCTOBRE 2020 · MIS À JOUR 6 OCTOBRE 2020

Gina Haspel est la directrice de l’Agence centrale de renseignement (CIA). Haspel est la première femme officier de carrière du service clandestin à en devenir la directrice. Elle a été chef de station de la CIA à Londres — deux fois, et cette affectation répétée est très inhabituelle. Le plus intéressant est la date de la dernière mission de Haspel en tant que chef de gare de Londres, de 2014 à début 2017. C’est la même période (plus précisément, la fin de l’été 2016) lorsque le FBI a contacté Stefan Halper, universitaire en politique étrangère et « agent de service public », pour commencer l’opération ciblant Carter Page et George Papadopoulos dans le cadre d’une opération de contre-espionnage étrangère conçue par le FBI, contre la Team Trump, qui devait être lancée à Cambridge, en Angleterre.

Rien de spéculatif ici – l’inspecteur général du Département de la Justice a fixé la date exacte de la rencontre entre le FBI et Halper au 10 août 2016. Halper était sous contrat (à nouveau) avec le gouvernement américain depuis le début des caucus de l’Iowa en octobre 2015. Par souci de concision, je ne parle pas du rôle de Halper dans le ciblage de l’ex directeur de la Defense Intelligence Agency, le lieutenant général Mike Flynn. C’est une autre chronique pour un autre jour – et Haspel en sait certainement beaucoup à ce sujet aussi.

Le calendrier (2014-2017) est important, car Haspel, en tant que chef de station de Londres, aurait été informée du plan de contre-espionnage du FBI avant que toute action ne soit approuvée pour aller de l’avant. Le chef de station de la CIA est le plus haut responsable du renseignement dans un pays donné. Le FBI doit informer le chef de station de ce qu’il a l’intention de faire et obtenir l’approbation du chef de station. Le FBI déteste cela, mais ce sont les règles.

Comme les différentes agences de renseignement sont sensibles, elles n’utilisent pas le mot « approuvé ». Ils utilisent plutôt le mot « coordonné ».

Le jargon mis à part, rien ne serait arrivé sans l’accord de Haspel.

Pensez-y un peu : L’actuel directrice de la CIA a participé activement et en connaissance de cause aux efforts visant à cibler le candidat Trump par une enquête de contre-espionnage étranger. Cette enquête a débouché sur un plan plus sophistiqué et plus agressif visant à mener un coup d’État en douceur contre le président Trump. Les personnes entourant le président Trump ont été poursuivies et/ou ont vu leur vie détruite sur la base d’un plan de mensonges du gouvernement américain. Qui semble avoir été « dans le coup » dès le premier jour ? Gina Haspel.

Ainsi, lorsque nous lisons dans un article de Sean Davis, co-fondateur de The Federalist, que Haspel résiste personnellement à la déclassification et à la publication de documents sur le « Russiagate », nous ne sommes pas surpris. En fait, nous sommes soulagés, parce que certains d’entre nous crient depuis des années sur Haspel depuis les sommets des montagnes, en vain. Le malin James Comey est plus facile à identifier et à détester que l’insaisissable Haspel.

Pour ceux qui cherchent plus d’informations sur Haspel, Shane Harris du Washington Post a écrit une hagiographie nauséabonde de Haspel en juillet 2019. Conformément aux normes du Washington Post, on y trouve plusieurs erreurs factuelles et une foule d’opinions déguisées en « reportage dur ». Harris (et on suppose que Haspel) s’assure que les lecteurs savent que Haspel et sa société « réduisent » les briefings des services de renseignements présidentiels à « quelques points clés que, selon eux, Trump doit absolument connaître ». Nous sommes également censés croire que « Trump préfère les images et les graphiques au texte ». Bien sûr, le bureau de la directrice de la CIA n’a pas coopéré avec Harris. Non, pas du tout.

Le FBI n’est pas autorisé à pénétrer et à subvertir une campagne présidentielle. L’Executive Order 12333, section 2.9, « Undisclosed Participation in Organizations in the United States », l’interdit en langage clair. Historiquement, l’interdiction est une conséquence de la percée du contre-espionnage de l’armée américaine dans les années 1960, à la demande du FBI, dans les rangs des étudiants pour une société démocratique (SDS), entre autres abus de pouvoir et d’autorité. Cette interdiction légale est la raison pour laquelle le FBI a ressenti le besoin de fabriquer une « menace de contre-espionnage étranger » au Royaume-Uni, puis de « rapatrier » l’enquête aux États-Unis.

Les comploteurs du FBI avaient besoin d’établir un « événement » de contre-espionnage étranger pour mener leur opération. Le Royaume-Uni était l’endroit le plus facile et le plus sûr/amical sur le plan opérationnel pour y parvenir, surtout avec les liens de Stefan Halper avec Cambridge. Haspel était clairement bien informée et avait « coordonné » l’opération. Elle a également entretenu des relations cordiales avec le MI6 et le GCHQ. Maintenant, nous savons (en grande partie, mais imparfaitement) ce qui s’est passé. Halper sous serment, en public, remplissait beaucoup de blancs. Gina Haspel, dans les mêmes circonstances et conditions, pourrait tout simplement compléter le puzzle.

Si le président Trump était réélu, cela pourrait arriver ; Un président Biden garantirait que nous n’entendrions plus jamais une seule syllabe de la suite de l’affaire.

Traduction de The Gatestone Institute par Aube Digitale

La directrice de la CIA, Mme Haspel, a personnellement bloqué la déclassification des documents sur le RussiaGate

Le co-fondateur du « Federalist » Sean Davis rapporte que la directrice de la CIA Gina Haspel a personnellement bloqué la publication de documents qui montreront « ce qui s’est réellement passé » avec le Russiagate.
 

« Ce n’est pas seulement un scandale sur la projection des démocrates, c’est un scandale sur ce qui était un coup d’Etat planifié contre l’administration entrante au plus haut niveau et je peux rapporter ici ce soir que ces déclassifications qui ont été faites », a déclaré M. Davis à l’animateur de FOX News, Tucker Carlson, mercredi. « Celles-ci n’ont pas été faciles à sortir et il y en a bien plus qui sont en attente de parution. »

« Malheureusement, ces communiqués et déclassifications selon de multiples sources auxquelles j’ai parlé sont bloqués par la directrice de la CIA, Gina Haspel, qui était elle-même le principal lien entre Washington et Londres« , a déclaré M. Davis.

« En tant que chef de la station de Londres de la CIA de John Brennan lors de l’élection de 2016. Rappelons que c’est à Londres que Christopher Steele faisait tout ce travail. Et on me dit que c’est Gina Haspel qui a personnellement bloqué une déclassification continue de ces documents qui montreront au peuple américain la vérité sur ce qui s’est réellement passé« .

Regardez :

Traduction de Real Clear Politics par Aube Digitale

Des documents récemment déclassifiés révèlent qu’Hillary Clinton a concocté tout le canular de la collusion russe pour détruire le président Donald Trump.

Les allégations explosives ont été exposées dans des documents déclassifiés par le directeur du renseignement national (DNI) John Ratcliffe.

Les documents affirment que l’administration Obama a été informée du plan astucieux de Clinton pour piéger Trump dans l’espoir de détourner l’attention de son scandale au sujets de ses e-mails..

L’administration Obama a obtenu des renseignements russes en juillet 2016 avec des allégations contre Clinton, a admis le DNI John Ratcliffe devant la commission judiciaire du Sénat mardi.

Selon les renseignements, Clinton a approuvé un plan visant à relier le candidat Donald Trump au prétendu piratage russe du Comité national démocrate (DNC).

Ratcliffe a fait cet aveu dans une lettre adressée au sénateur Lindsey Graham mardi.

Rapports du Daily Caller : Ratcliffe a déclaré dans cette lettre que le 7 septembre 2016, les services de renseignement américains ont transmis une demande d’enquête concernant Clinton au directeur du FBI de l’époque, James Comey, et à Peter Strzok, le chef adjoint du contre-espionnage.

Ratcliffe cite le renvoi comme traitant de l’« approbation par Clinton d’un plan concernant le candidat présidentiel américain Donald Trump et les hackers russes entravant les élections américaines comme moyen de distraire le public de son utilisation d’un serveur de messagerie privé ».

On ignore qui a soumis la saisine au FBI et si le bureau a ouvert une enquête à ce sujet. La lettre ne dit pas que l’enquête était de nature criminelle, ou directement axée sur Clinton. Elle ne décrit pas non plus les informations qui sous-tendent la saisine de Clinton ni le prétendu plan de ciblage de Trump.

Comey doit témoigner devant la commission judiciaire du Sénat mercredi. Le FBI n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

La campagne de Clinton a autorisé l’embauche d’une société de recherche de l’opposition, Fusion GPS, pour enquêter sur les liens possibles de Donald Trump avec la Russie. Fusion a à son tour engagé l’ancien espion britannique Christopher Steele, qui a compilé un dossier accusant la campagne de Trump d’une « conspiration de coopération bien développée » avec le Kremlin pour influencer les élections de 2016.

Alors que le gouvernement russe a piraté les e-mails de la campagne du DNC et de Clinton, le bureau du conseiller spécial a déterminé que personne de la campagne Trump n’avait conspiré avec le Kremlin.

Les principales allégations du dossier de Steele restent non corroborées ou ont été démystifiées. Un rapport de l’inspecteur général du ministère de la Justice a déclaré que le FBI a reçu des preuves début 2017 que des agents des services de renseignement russes pourraient avoir alimenté le dossier en désinformation.

La semaine dernière, M. Graham a publié un mémo déclassifié du FBI qui indique que le bureau a ouvert une enquête de contre-espionnage en 2009 contre Igor Danchenko, la source principale de Christopher Steele.

Le FBI s’est fortement appuyé sur ce dossier pour obtenir des mandats d’arrêt en vertu du Foreign Intelligence Surveillance Act contre Carter Page.

Selon Ratcliffe, les agences de renseignement américaines ont, fin juillet 2016, « obtenu un aperçu de l’analyse du renseignement russe » qui a allégué que Clinton avait approuvé une campagne visant à lier Trump au piratage russe de la DNC.

« La communauté du renseignement ne connaît pas l’exactitude de cette allégation ou la mesure dans laquelle l’analyse des services de renseignement russes peut refléter une exagération ou une fabrication », a écrit Ratcliffe.

La lettre n’indique pas clairement si le terme « analyse des renseignements russes » se réfère aux activités de renseignement menées par les États-Unis ou par la Russie.

Selon Ratcliffe, l’ancien directeur de la CIA John Brennan a informé le président Obama fin juillet 2016 de l’approbation par Clinton d’un plan visant à lier Trump aux efforts de manipulation des élections par la Russie.

Ratcliffe a déclaré que les notes manuscrites de Brennan provenant d’un briefing à Obama font référence à « l’approbation présumée par Hillary Clinton le 26 juillet 2016 d’une proposition d’un de ses conseillers en politique étrangère visant à vilipender Donald Trump en attisant un scandale prétendant à l’ingérence des services de sécurité russes ».

Graham a déclaré que Ratcliffe mettait les informations sous-jacentes à disposition pour examen dans un cadre classifié.

Ratcliffe a publié une déclaration peu après la publication de la lettre disant qu’il informera le Congrès dans les prochains jours sur les sources et les méthodes par lesquelles les renseignements ont été obtenus.

« Pour être clair, il ne s’agit pas d’une désinformation russe et elle n’a pas été évaluée comme telle par la communauté du renseignement », a-t-il déclaré dans une déclaration publiée par le bureau du directeur du renseignement national.

Documents déclassifiés : Hillary Clinton a fabriqué une collusion avec la Russie pour détruire Trump

Catégories :REBLOG

1 réponse »

  1. source: Pepe Escobar
    ·
    C ‘EST L’ HEURE DE BIOWEAPON PARTOUT ENCORE
    Il y a des grondement insistants dans l’axe NYC-DC suggérant que Sars-Cov-2 pourrait avoir servi de BIOWEAPON contre Trump.
    Pas de pistolet fumeur : seulement une série de ′′ coïncidences ′′ très intéressantes.
    Bien sûr, rien n’est au-delà des factions les plus sombres de l’État profond.
    Une de mes sources est allée droit au but : ′′ La question la plus profonde est de savoir si Sars-Cov-2 est originaire d’une arme biologique. »
    Il faisait référence à ce brevet délivré au CDC :
    https://patents.google.com/patent/US7220852B1/en
    Ici, nous apprenons que ′′ le coronavirus n’était pas connu auparavant pour provoquer des maladies graves chez les humains « .
    Et cela reste un problème très sérieux.
    Sars-Cov et Sars-Cov-2 peuvent être des virus inoffensifs.
    Et ils ont toujours été brevetés par le gouvernement américain.
    Et Sars-Cov-2 a été manipulé au célèbre Ft. Laboratoire de Detrick pour LA RECHERCHE ARMÉE.
    Traduction : le virus a effectivement pu être arme.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s