REBLOG

France : Mort de la liberté d’expression/Mort de la liberté d’expression aux Pays-Bas – Une fois de plus

France : Mort de la liberté d’expression

PAR ASR · 20 OCTOBRE 2020

Paris, le 16 octobre. Un professeur d’histoire qui avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet et leur avait parlé de la liberté d’expression a été décapité à Conflans-Sainte-Honorine, une petite ville de la banlieue parisienne.

Le meurtrier, qui avait tenté d’attaquer la police qui tentait de l’arrêter, a été abattu en criant « Allahu Akbar ». Selon le procureur de la République, il était un membre de la famille d’un des étudiants. Les faits se déroulent toujours….

Quelques semaines auparavant, le 25 septembre, Zaheer Hassan Mehmood, un Pakistanais de 25 ans, avait attaqué et gravement blessé deux personnes avec une machette. Alors qu’il tentait de s’échapper, il a été arrêté par la police. Il était entré illégalement en France en 2018, avait comparu devant un juge pour demander l’asile et bénéficier du statut de « mineur isolé ». L’information qu’il a donnée au juge était fausse : il avait dit avoir 18 ans. Le juge a accepté sa demande et a refusé toute méthode de détermination de son âge réel. Depuis lors, Mehmood est soutenu financièrement par le gouvernement français. Il lui a donné un logement, une formation et une allocation mensuelle.

Juste avant l’attaque, Mehmood a posté une vidéo sur un réseau social dans laquelle il essayait de justifier son acte. Il voulait, dit-il, tuer les personnes travaillant pour le magazine satirique Charlie Hebdo parce que celui-ci avait republié les dessins animés qui avaient déclenché l’attaque meurtrière du magazine en janvier 2015. Il voulait, dit-il, venger l’offense faite au Prophète Mahomet. Il a déclaré son allégeance à Ilyas Qadri, fondateur de Dawat-e-Islami, un mouvement soufi qui prétend condamner la violence, même si ses membres ont néanmoins assassiné des personnes qu’ils accusaient de blasphème.

En septembre, Mehmood s’était rendu à l’ancienne adresse du magazine. Les personnes qu’il a blessées ne travaillaient pas pour Charlie Hebdo, qui a déménagé depuis longtemps, mais pour une société de production de documentaires. Ils sont maintenant défigurés pour le reste de leur vie.

Cet attentat montre malheureusement que critiquer l’Islam reste une activité extrêmement dangereuse. Toute personne même soupçonnée de le faire peut être blessée ou tuée, à tout moment et en tout lieu. Il montre également que l’on peut décider d’attaquer ou de devenir un meurtrier même si l’on n’appartient pas à une organisation définie comme djihadiste, ou si l’on ne montre aucun signe de radicalisation. Cette attaque confirme une fois de plus l’existence de ce que Daniel Pipes a appelé le « syndrome du djihad soudain ».

L’attentat montre en outre que la France, comme d’autres pays occidentaux, fait preuve d’un laxisme abyssal pour guider ceux qui arrivent sur son sol et lui demandent son aide. Un homme peut mentir sur son âge et son identité sans qu’ils soient détectés et sans que les contrôles soient renforcés. L’attentat montre que le fait de se déclarer « mineur isolé » en France peut suffire à ne pas être observé du tout et à recevoir quand même une aide complète du gouvernement. L’attentat suggère également une note de reconnaissance décevante.

La logique voudrait qu’une défense de la liberté d’expression soit immédiatement et unanimement affirmée, que le gouvernement appelle à la vigilance face à un danger extrémiste qui semble persistant et que des contrôles plus stricts soient mis en place pour les demandeurs d’asile. Aucune de ces améliorations n’a eu lieu.

Le 23 septembre, deux jours avant l’attaque de Mehmood, un article prétendant défendre la liberté d’expression a été publié en France par 90 journaux. L’article disait que « des femmes et des hommes de notre pays ont été assassinés par des fanatiques, à cause de leurs opinions… nous devons unir nos forces », ajoutait-il, « pour chasser la peur et faire triompher notre amour indestructible de la liberté ». L’article semblait délibérément vague. Il ne mentionne pas qui sont les meurtriers ni ce qui a pu les motiver.

Le lendemain de l’attentat, plusieurs commentateurs ont conseillé qu’en France, l’amour de la liberté n’était pas indestructible. Ils ont prescrit l’autocensure et se sont risqués — malheureusement en « accusant la victime » — à dire que ceux qui avaient décidé de republier les caricatures étaient les responsables de l’attentat. « Quand vous republier des caricatures », a déclaré à la télévision Anne Giudicelli, journaliste, « vous faites le jeu de ces organisations. En ne disant pas certaines choses, vous réduisez les risques ».

« Quand on choque une personne », a osé l’animateur de télévision Cyril Hanouna, « il faut s’arrêter. Les dessins de Charlie Hebdo versent de l’huile sur le feu ».

La persistance du danger islamique n’a pas été mentionnée, sauf par le journaliste Éric Zemmour. Ironiquement, le jour de l’attentat, Zemmour a été condamné à une lourde amende (10 000 euros, soit près de 12 000 dollars) pour avoir tenu des propos sur l’islam en septembre 2019. Il avait alors déclaré que des « enclaves musulmanes étrangères » existaient en France. Elles existent. Au moins 750 d’entre elles. Il avait également noté que les attaques au nom de l’islam n’ont pas disparu et semblent susceptibles d’augmenter. La justice française a décidé de considérer ces mots comme une « incitation à la haine ».

Après l’attaque à la machette, personne n’a demandé un renforcement des contrôles sur les demandeurs d’asile, sauf, encore une fois, Zemmour. Il a déclaré que « la présence incontrôlée de mineurs non accompagnés sur le territoire français est un problème très grave » et que « nous ne devons plus accueillir de mineurs non accompagnés en France tant que des contrôles drastiques ne sont pas mis en place ». Il a rappelé que de nombreux mineurs non accompagnés autoproclamés mentent sur leur âge, commettent des crimes et s’avèrent être « des voleurs et des assassins ».

Ses propos ont immédiatement provoqué un scandale massif. Bien qu’il n’ait pas dit un seul mot sur la race ou la religion, des dizaines de plaintes ont été déposées contre lui par des « associations antiracistes », et le ministère français de la justice a ouvert une autre enquête, robotisée, contre lui pour « incitation à la haine raciale » et « préjugés islamophobes ». Il sera très probablement à nouveau condamné par les tribunaux.

Les faits, cependant, prouvent que Zemmour a raison. L’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), un organisme qui analyse la criminalité en France, a récemment publié des rapports indiquant que 60 % des agressions, meurtres et vols violents commis en France en 2019 l’ont effectivement été par des « mineurs non accompagnés ». L’ONDRP a publié une autre étude, révélant qu’en moyenne 120 attaques à l’arme blanche par jour ont lieu en France et que ces attaques sont commises par des « mineurs non accompagnés » ou des « réfugiés » venant du monde musulman.

En outre, la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) a indiqué il y a quelques semaines que, depuis janvier 2015, 59 attentats islamistes ont été déjoués en France. Parmi ceux qui n’ont pas été déjoués, on peut citer l’attentat contre Charlie Hebdo, les meurtres commis le même jour dans un supermarché casher, un meurtre de masse au théâtre Bataclan, le meurtre d’Arnaud Beltrame, qui a pris une balle pour protéger d’autres personnes, les meurtres du père Jacques Hamel, d’écoliers et d’autres personnes à Toulouse, de Juifs âgés à Paris et d’au moins 84 personnes regardant des feux d’artifice à Nice. Ces attentats ont tous été commis par des musulmans français ou des musulmans légalement présents en France.

La législation française permet actuellement de poursuivre à peu près tout ce qui est considéré comme « incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence contre une personne ou un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion ». Une organisation de magistrats ouvertement marxiste, le Syndicat de la magistrature, n’a cessé de gagner en influence et utilise les lois applicables pour réprimer toute critique de l’Islam ou de l’immigration. Ils collaborent avec des organisations telles que SOS Racisme, fondée en 1984 par des membres de la gauche du Parti socialiste ; le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), créé en 1949 par des membres du Parti communiste français (le MRAP s’appelait initialement Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix, et a supprimé « antisémitisme et pour la paix » de son nom en 1989, lorsqu’il s’est consacré presque entièrement à la lutte contre le « racisme islamophobe ») ; le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), créé en 2003 par les membres de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), la branche française des Frères musulmans, et la Coordination contre le racisme et l’islamophobie (CRI), créée en 2009.

Toute critique de l’islam en France peut donner lieu à des poursuites judiciaires. Les grands médias français, menacés de poursuites par leur propre gouvernement, ont manifestement décidé de ne plus inviter à l’antenne toute personne susceptible de faire des commentaires pouvant entraîner des condamnations ou des plaintes. Zemmour peut toujours apparaître à la télévision, mais les amendes de plus en plus lourdes qui lui sont infligées visent à le réduire au silence et à punir éventuellement les stations qui l’invitent.

Aucun leader politique français n’ose dire ce qu’il dit, pas même Marine Le Pen. Elle a été condamnée à plusieurs reprises par la justice française et, comme dans l’ex-Union soviétique, a dû subir une évaluation psychiatrique pour avoir montré au public ce que l’ISIS faisait aux « infidèles ». Il est évident qu’elle a maintenant décidé d’être « prudente ».

Les autorités françaises continuent d’ignorer la plupart des attaques violentes commises au nom de l’Islam. Lorsqu’elles se sont produites – contre une école juive à Toulouse en 2012, ou contre Charlie Hebdo et un supermarché casher en 2015, ou au Théâtre Bataclan en 2015, ou par le pillage de camions à Nice en 2016 – les dirigeants du pays ont promis la « fermeté » mais n’ont rien fait.

Une semaine après l’attentat du 25 septembre, le président français Emmanuel Macron a de nouveau prononcé un discours qui promettait la « fermeté ». Il a dénoncé le « séparatisme islamique » et l’« endoctrinement islamique » pratiqué par les prédicateurs radicaux. Il a déclaré qu’il allait lutter contre le terrorisme et « libérer l’Islam français des influences étrangères » et que dans les écoles et universités françaises, il allait « renforcer l’enseignement de la civilisation islamique » et « l’enseignement de la langue arabe ». Il n’a rien dit qu’il n’ait déjà dit auparavant. Il y a sept mois, le 18 février, il a prononcé un discours presque identique en Alsace.

Ibrahim Mounir, porte-parole des Frères musulmans en Europe, a néanmoins accusé Macron de « blesser les sentiments de plus de deux milliards de musulmans » et d’« agir délibérément pour inciter les musulmans à renoncer à leur religion ». Il a ajouté : « Les croyances des Frères musulmans ont toujours été capables de surmonter les erreurs des régimes qui utilisent des abus illégaux et inhumains pour déformer notre religion. » Manon Aubry, députée européenne du parti de gauche France rebelle, a commenté que « Macron veut obsessionnellement stigmatiser les musulmans ».

Marine Le Pen, chef du Parti du Rassemblement national, a déclaré que « Macron a omis certains sujets, probablement délibérément : il n’a rien dit sur le terrorisme, et rien sur l’immigration ». Elle a ajouté que « l’immigration massive est le terreau du communautarisme [qui donne du pouvoir aux groupes plutôt qu’aux individus], qui est lui-même le terreau du fondamentalisme islamiste ».

La journaliste Céline Pina a noté que Macron n’a pas parlé du statut des demandeurs d’asile. « Une fois de plus »écrit-elle, « Macron refuse de s’attaquer réellement aux causes des problèmes dont souffrent les Français. Le gouvernement lutte contre le terrorisme en prétendant ne pas voir le lien entre la propagande de l’Islam politique et la multiplication des actes de violence ».

Le chroniqueur Ivan Rioufol a écrit que « les mesures préconisées par Macron ne répondent pas du tout à l’urgence de la menace ».

Jean Messiha, haut fonctionnaire d’origine chrétienne copte et membre du parti du Rassemblement national, a noté que « l’islam ne cherche pas à séparer mais à conquérir ». Il a ajouté que « parler d’un Islam de France dissocié de l’Islam lui-même n’a aucun sens ». Comme l’a correctement noté le président turc Recep Tayyip Erdogan, « il n’y a pas d’islam extrémiste ou d’islam modéré ; l’islam est l’islam et c’est tout ».

Messiha a également suggéré que « le renforcement de l’enseignement de la civilisation islamique n’est pas une priorité à un moment où tant de jeunes Français ne savent plus ce qu’est la civilisation française », et que « le renforcement de l’enseignement de l’arabe contribuera simplement à nourrir le “remplacement culturel” ».

La France est aujourd’hui le pays européen qui compte la plus grande population musulmane (environ six millions, soit près de 10 % de la population totale) ; chaque année, en outre, des milliers de personnes supplémentaires du monde musulman arrivent en France. La plupart des musulmans vivant en France aujourd’hui résident dans des quartiers musulmans que la plupart des non-musulmans ont fui.

Une étude de 2016 a montré que 29 % des musulmans vivant en France estiment que la loi islamique est supérieure à la loi française, et qu’ils doivent avant tout obéir aux lois de l’Islam. Une étude récente montre que quatre ans plus tard, la situation n’a fait que s’aggraver. Aujourd’hui, 40 % des musulmans vivant en France estiment que la loi islamique est supérieure à la loi française. 18 % des musulmans français pensent également, semble-t-il, que l’attentat meurtrier contre Charlie Hebdo en 2015 était justifié. Parmi les musulmans âgés de 18 à 25 ans, ce chiffre s’élève à 26 %.

Des études montrent que si les flux migratoires se poursuivent au rythme actuel, la France pourrait devenir un pays à majorité musulmane d’ici 30 à 40 ans. D’autres pays européens vont dans le même sens ; leurs dirigeants ne se comportent pas plus courageusement que les dirigeants français. La censure contre les déclarations anti-islamiques s’accroît rapidement sur tout le continent.

Abdelaziz Chaambi, directeur du groupe Coordination contre le racisme et l’islamophobie, a récemment déclaré que « les données montrent que la France sera musulmane dans quelques décennies… L’islam est la deuxième religion, la deuxième communauté en France, et ceux qui n’aiment pas les musulmans doivent quitter la France ».

À la fin du discours qui a valu à Zemmour sa condamnation au tribunal le 25 septembre, il a déclaré aux Français : « Vous avez raison d’avoir peur. »

Un procès est actuellement en cours à Paris pour ceux qui ont attaqué Charlie Hebdo et le supermarché kasher en 2015. Mais ce procès est en grande partie vide de sens. Tous les terroristes sont morts. Les accusés sont simplement des personnes qui ont fourni des armes ou un abri aux terroristes. Il est facile pour eux de dire qu’ils ne savaient pas qui ils hébergeaient ni à quoi les armes étaient destinées. Ils ont même dit qu’ils ne savaient rien du jihad.

Commentant un récent reportage qui déclarait : « Le procès a déclenché des manifestations dans toute la France, avec des milliers de manifestants se ralliant contre Charlie Hebdo et le gouvernement français », l’avocat et commentateur américain John Hinderaker a écrit : « Lorsque des milliers de personnes manifestent contre la poursuite des meurtriers présumés, vous savez que vous avez un problème. »

Le 9 octobre, Macron a annoncé qu’il avait obtenu la libération d’une femme retenue en otage par un groupe djihadiste au Mali. Cette libération a été obtenue en échange d’une rançon de 12 millions de dollars et de la libération de 200 djihadistes prêts à reprendre le combat contre l’armée française. L’otage, Sophie Petronin, une travailleuse humanitaire de 75 ans, a déclaré qu’elle s’était convertie à l’Islam, qu’elle s’appelle maintenant Myriam et qu’elle veut retourner rapidement au Mali pour vivre parmi les djihadistes. Elle a dit qu’elle comprenait pourquoi les djihadistes combattent l’armée française. La France est officiellement en guerre contre les djihadistes au Mali. Macron, semble-t-il, a une façon bizarre et idiosyncrasique de faire la guerre.

Ce n’est pas la première fois que la France paie une rançon – une pratique que de nombreux pays rejettent catégoriquement parce qu’elle ne fait qu’inciter à plus de prises d’otages. Entre 2008 et 2014, la France a versé 58 millions de dollars pour la libération d’otages, soit plus que tout autre pays. Où peut-on s’inscrire ?

Source : The Gatestone Institute – Traduit par Anguille sous roche

France : Mort de la liberté d’expression

Mort de la liberté d’expression aux Pays-Bas – Une fois de plus

Une cour d’appel néerlandaise a récemment confirmé la condamnation de l’homme politique néerlandais Geert Wilders pour avoir prétendument insulté les Marocains dans des commentaires qu’il a faits lors d’un rassemblement électoral en 2014. Dans le même temps, cependant, la cour d’appel a annulé la condamnation de Wilders pour incitation à la haine ou à la discrimination contre les Marocains.

Lors d’un rassemblement électoral à La Haye en mars 2014, en tant que leader du Partij voor de Vrijheid (Parti pour la liberté), qui serait le parti d’opposition le plus populaire du pays aujourd’hui, Wilders a demandé aux personnes présentes si elles voulaient “plus ou moins de Marocains”. Après que la foule a scandé “moins, moins”, Wilders a déclaré : “Nous allons organiser cela.”

Wilders a été poursuivi et condamné en décembre 2016 pour deux chefs d’accusation : D’abord pour “avoir délibérément insulté un groupe de personnes en raison de leurs origines”. Deuxièmement, pour “incitation à la haine ou à la discrimination contre ces personnes”. Wilders n’a reçu aucune sanction à l’époque, et n’en recevra aucune aujourd’hui : Le juge Jan Maarten Reinking a déclaré : “L’accusé a déjà payé pendant des années un prix élevé pour avoir exprimé son opinion”, en référence au fait que Wilders a vécu sous la protection constante de la police pendant plus d’une décennie et qu’il reçoit toujours des menaces constantes. Plus récemment, Al-Qaïda a émis une menace contre Geert Wilders, entre autres. “Terrible nouvelle”, a déclaré Wilders.

“J’étais déjà sur leur liste de cibles, j’ai déjà deux fatwas du Pakistan et maintenant un autre appel au meurtre d’Al-Qaida. C’est répugnant. Cela m’a coûté ma liberté pendant 16 ans, ce que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi.”

Dans son raisonnement pour confirmer le verdict pour “insulte à un groupe de personnes en raison de leurs origines”, Reinking a déclaré que les commentaires de Wilders “peuvent contribuer à la polarisation au sein de la société néerlandaise, alors que dans notre société démocratique et pluraliste, le respect des autres, en particulier des groupes minoritaires, est d’une grande importance”. Reinking a ajouté :

“Bien que les déclarations offensantes soient protégées dans une certaine mesure par le droit à la liberté d’expression, dans ce cas, le suspect est allé trop loin et est donc coupable d’une infraction pénale”.

 

Il n’y avait pas de clin d’œil à la primauté dans une société libre de pouvoir parler librement sans craindre – comme dans l’ancienne Union soviétique – d’être traîné en justice par l’État. Comme l’a déclaré le dissident soviétique Natan Sharansky :

“Mais pour nous tous, il était absolument évident que nous voulions tous vivre dans une société où les gens peuvent…. présenter leurs points de vue… et ne pas être punis pour cela. C’est ce qu’on appelle le test de la place publique, où chaque personne peut aller au centre de la ville, dire ce qu’elle pense, ce qu’elle croit, pour insister sur son droit à promouvoir ces opinions, et ne sera pas arrêtée ni punie pour cela. Et si cela est possible, c’est une société libre. Si ce n’est pas permis, c’est une société de la peur. Et il n’y a rien entre les deux”.

“Les Pays-Bas sont devenus un pays corrompu”, a déclaré Wilders après le verdict.

“Les Marocains qui mettent le feu à nos villes et à nos quartiers s’en tirent généralement… mais le chef du plus grand parti d’opposition qui pose une question sur les Marocains avec laquelle des millions de Néerlandais sont d’accord, a été condamné lors d’un procès politique. Parce que c’est exactement cela… le juge a disposé de… la liberté d’expression… Et il ne s’agit pas seulement de ma liberté d’expression, mais de celle de tout le monde. Je suis bien sûr heureux que l’accusation… dans la condamnation antérieure, par le tribunal, lorsqu’il s’agit d’incitation à la discrimination, soit maintenant devenue un acquittement. Cette incitation à la haine n’a pas non plus été prouvée… Mais condamnée – bien que sans peine – pour insulte collective, dans un procès politique”.

Wilders faisait probablement référence aux émeutes qui ont récemment eu lieu dans plusieurs villes néerlandaises, au cours desquelles de jeunes Néerlandais-Marocains, parmi des émeutiers issus d’autres communautés d’immigrés, auraient participé à “des émeutes, des agressions publiques, des comportements menaçants et la violation de l’ordre d’urgence mis en place pour mettre fin aux troubles”.

Wilders a également annoncé qu’il ferait appel du verdict de la cour d’appel devant la Cour suprême néerlandaise. “Bien sûr, nous ferons appel et nous irons devant la Cour suprême parce que le verdict et la condamnation sont ridicules”a déclaré M. Wilders.

Les Pays-Bas sont parties à la Convention européenne des droits de l’homme, dont l’article 10 stipule ce qui suit :

1. Tout individu a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières…

2. L’exercice de ces libertés, qui comporte des devoirs et des responsabilités, peut être soumis à des formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui sont nécessaires dans une société démocratique, dans l’intérêt de la sécurité nationale, de l’intégrité territoriale ou de la sûreté publique, pour la défense de l’ordre et la prévention du crime, pour la protection de la santé ou de la morale, pour la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations reçues à titre confidentiel ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire.

Dans sa jurisprudence, la Cour européenne des droits de l’homme a déclaré que l’article 10 protège non seulement “les informations ou les idées considérées comme inoffensives, mais aussi celles qui heurtent, choquent ou inquiètent ; telles sont les exigences de ce pluralisme, de cette tolérance et de cette largeur d’esprit sans lesquels il n’est pas de société démocratique. Les opinions exprimées dans un langage fort ou exagéré sont également protégées”.

Aussi, selon la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme,

“…l’étendue de la protection dépend du contexte et de l’objectif de la critique. En matière de controverse publique ou d’intérêt public, lors de débats politiques, de campagnes électorales… des propos forts et des critiques sévères peuvent être attendus et seront tolérés dans une plus large mesure par la Cour”.

Demander aux électeurs s’ils veulent moins de Marocains dans leur ville ou leur pays peut sembler, pour certains, offensant. Cependant, ce qui semble offensant est souvent extrêmement subjectif. Au Maroc, en mai, l’acteur Rafik Boubker a été arrêté pour “blasphème” pour avoir publié une vidéo dans laquelle il disait aux gens “de faire leurs ablutions avec du vin et de faire leurs prières avec du whisky”. La vidéo aurait “mis en colère des millions de Marocains”. L’acteur a rapidement diffusé une autre vidéo, s’excusant auprès de ses fans et de ses fidèles pour ces déclarations”.

Au Soudan, en 2007, les autorités ont condamné une enseignante d’anglais à deux semaines de prison et à l’expulsion pour “insulte à l’islam”, parce qu’elle avait permis à ses élèves de l’école primaire d’y nommer un ours en peluche du nom d’un homme ordinaire, Mohammed. Entre-temps, elle a été menacée de mort.

La liberté d’expression signifie le droit d’offenser. Comme l’aurait dit Sigmund Freud, citant le neurologue John Hughlings Jackson, “l’homme qui a le premier lancé un mot d’injures à son ennemi au lieu d’une lance est le fondateur de la civilisation”. Un discours avec lequel tout le monde est d’accord n’a pas besoin d’être protégé.

À la lumière de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, qui protège spécifiquement le discours politique des acteurs politiques et des campagnes politiques, il est difficile de voir comment la question posée par Wilders pourrait légitimement être limitée conformément à l’article 10 (2). Wilders n’a pas incité à la violence et n’a pas non plus mis en danger la sécurité nationale ou la sécurité publique, ni aucune des autres préoccupations relevées comme étant pertinentes pour limiter la liberté d’expression.

Il appartiendra maintenant à la Cour suprême des Pays-Bas de déterminer si elle souhaite une “société libre” ou une “société de la peur”. Comme le note Sharansky, “il n’y a rien entre les deux”.

Traduction de The Gatestone Institute par Aube Digitale

Mort de la liberté d’expression aux Pays-Bas – Une fois de plus

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s