REBLOG

Covid19-84 : Castex démasque le totalitarisme sous prétexte sanitaire/Pandémie : les détaillants d’alcool et de cannabis sont en plein essor

Covid : Castex démasque le totalitarisme sous prétexte sanitaire

Hier soir, le Gouvernement français a officiellement déclaré le totalitarisme sous prétexte sanitaire : il ne peut plus y avoir d’espace privé ; tout espace, même et surtout le domicile à l’heure du reconfinement, est occupé par le masque. Tout comme il ne peut plus y a voir de classes d’âge épargnées : dès 6 ans, les enfants doivent avoir le visage barricadé, leur individualité ne doit pouvoir se construire, ils doivent être écrasés et formatés – « pour leur bien ». Le fanatisme qui s’épanouit aujourd’hui, notamment en France, montre bien à quel point le virus n’est qu’un prétexte. Un prétexte pour changer de société, pour changer d’homme, pour déshumaniser. Il ne reste que la résistance, à chaque instant, chaque jour. Notre vie est à ce prix. 

Chers amis, oui, il y a des virus – quelle surprise ! Non pas un virus, mais bien des virus. Il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Mais ce qui se passe autour de ce pauvre Covid, maintenu à l’ordre du jour par une propagande globale et des complicités intérieures, est parfaitement inédit. Et n’a rien à voir avec le sanitaire – « l’optimisation » de la médecine continue, les statistiques de l’hépatite n’intéressent pas les médias (alors qu’elles rendraient jaloux notre petit Covid). Et si l’on pense à la Suède, qui sans masque ni confinement, n’a quasiment plus de décès liés au coronavirus, l’on est en droit de s’interroger sérieusement sur l’utilité sanitaire des mesures radicales imposées en France.

Car c’est officiel, depuis hier soir, le Gouvernement l’a annoncé au 20h de TF1 : le totalitarisme – sanitaire – est décrété. Totalitarisme, car aucun espace privé ne peut échapper au dogme. Et le Premier ministre l’a affirmé, soutenu sur BFM par l’ancien directeur de la Santé (qui est quand même une prison, pour le rappeler) : le masque devrait être porté à la maison. Et par les enfants.

Même la journaliste, un peu surprise, de demander : et on fait comment pour les repas ? La réponse est simple, cinglante, fanatique à souhait : « On n’est pas obligés de tous manger en même temps. C’est un bouleversement…, a-t-il concédé. Mais si on ne contrôle pas ça, on ne va pas arriver à concilier notre obligation éducative et malgré tout, ralentir cette épidémie, pour éviter des malades et des morts et limiter la casse économique et sociale.  Il faut dire aux jeunes qu’ils doivent garder le masque à la maison. »

Bref, le modèle d’isolement carcéral a de l’avenir dans ce nouveau monde. Et pour cela, il est fondamental de prendre en main dès le plus jeune âge la population, pour qu’elle s’habitue aux nouvelles règles du jeu, qu’elle considère un comportement pathologique comme une norme. Et ce sera possible grâce à l’imposition du port du masque dès 6 ans – avec la déconstruction de la personnalité qui s’en suit. Donc, la création d’une génération faible psychiquement, intellectuellement réduite au minimum et socialement impossible à intégrer.

Pour Patrick-Ange Raoult, psychologue clinicien et membre du bureau du Syndicat national des psychologues (SNP), « la plupart des enfants vont s’y adapter ». (…) Mais quel sera l’impact de cette mesure, qui entrera en vigueur dès la rentrée prochaine fixée au 2 novembre ? Pour Patrick-Ange Raoult, psychologue clinicien et membre du bureau du Syndicat national des psychologues (SNP), « la plupart des enfants vont s’y adapter ». Une chose qui devrait rassurer bon nombre de parents.

Le spécialiste ajoute toutefois : « Tout l’apprentissage de décodage des émotions ou des affects, ce qui se lit sur les mimiques, va être complètement décalé. Le visage a une importance qui va au-delà d’une simple partie du corps. C’est quand même le lien à l’autre. Cela risque d’affecter la qualité de relation que les enfants vont pouvoir construire avec autrui ».

« Je pense que ça impactera le type de personnalité qu’on est en train de construire, mais aussi les modes de relation avec les autres et une partie de leurs apprentissages. Les structures de pensée elles-mêmes seront forcément modifiées. Dans quelles mesures ? Pour l’instant, on ne le sait pas, c’est difficile à évaluer, mais ça va changer nos jeunes gens », conclut le psychologue clinicien.

En Russie, avec une certaine hésitation, discrètement encore, le masque est recommandé dans les ascenseurs. Ce ne sera pas plus contrôlable qu’au domicile en France, que les repas séparés, chacun dans son coin. Plus de communication humaine, plus de famille, il sera possible de discuter d’une pièce à l’autre sur les réseaux sociaux, entre deux séances virtuelles de psychothérapie de groupe pour gérer l’isolement et d’un yoga sur smartphone, seul, chez soi. Car, à moins de mettre en place une milice sanitaire (tout est encore possible), qui aura le droit d’entrer dans nos domiciles, cela ressort de la propagande, d’un rapport de faiblesse : ils ne sont pas (encore) assez fort pour l’imposer dans la réalité, tout dépend de votre faiblesse. Ils ont déjà gagné l’espace de l’école, il ne reste plus que votre maison. Votre forteresse. La question étant bien de savoir qui est le plus faible. 
Et le chantage se porte à merveille : si vous ne suivez pas nos diktats, ça va durer longtemps …

Cela fait des mois que ça dure. Au printemps, déjà, l’on expliquait aux populations qu’il fallait juste faire un petit effort. Les gens ont fait un grand effort. Et rien ne change. Car il y aura toujours un virus qui traîne, parce que les gens tomberont toujours malades, parce que chaque jour il meurt 1700 personnes en France en moyenne, parce qu’il y aura toujours des pics de virus saisonniers. Ce pouvoir global est encore trop faible pour dire ouvertement que c’est une nouvelle réalité, que cela n’a rien de temporaire, car c’est la seule réalité, inhumaine, qui permette leur pouvoir. Qui permette ce qui ressemble de plus en plus à coups d’Etat mondial.
Plus vous accepterez ces mesures ubuesques, plus longtemps ça durera. Car vous vous affaiblirez autant que vous renforcerez ce mouvement.

http://russiepolitics.blogspot.com/2020/11/covid-castex-demasque-le-totalitarisme.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+RussiePolitics+%28Russie+politics%29

Pandémie : les détaillants d’alcool et de cannabis sont en plein essor

Les propriétaires sont déjà au courant : Les gens se la mettent plus que d’habitude…
 

Le Happy Hour commence à 3 heures. Les locataires qui proposent un soulagement contre la réalité sont en train de la tuer. J’ai appelé un certain nombre de détaillants pour vérifier mes anecdotes désolantes. L’un d’eux, propriétaire d’une chaîne de supermarchés de premier ordre, a déclaré que ses ventes d’alcool avaient augmenté de 25 % depuis le mois de mars. Cela n’a rien de surprenant, mais l’identité de sa bière la plus vendue – Corona – l’a été.

Avec la moitié de l’Amérique, j’ai supposé que la bière Corona était destinée à devenir l’Adolf des marques de bière. Ce n’est pas le cas. Les buveurs adorent ça – certains pensent qu’il est amusant d’appeler une gueule de bois de “virus de la Corona”. Ce commerçant a déclaré que la seule limite à ses ventes de Corona était le manque de stock. Ni lui ni aucun autre vendeur d’alcool ne demande de rupture de loyer.

J’ai appelé un grand distributeur de bière dans la Central Valley. C’est la même histoire. En hausse de 25 % dans tous les cas. Aucune marque ne vend plus que le pack ? “Chérie, tout ce qui se vend en canette ou en bouteille, nos clients l’achètent.”

L’alcool est facile à contrôler, les ventes sont déclarées – personne ne mijote de l’alcool de contrebande dans son jardin. Du cannabis ? Disons que les chiffres sont un peu flous. Sans se perdre dans les mauvaises herbes, le tableau d’ensemble est le suivant : La consommation de cannabis à des fins récréatives a considérablement augmenté cette année, mais les chiffres précis sont difficiles à obtenir. Les chiffres des points de vente de cannabis légal en Californie ont augmenté de 29 % au mois d’août.

Ces ventes n’incluent bien sûr pas les alternatives quotidiennes à bas prix de la drogue illégale et locale. Quelle est l’importance du commerce illégal ? Personne ne le sait vraiment, mais il y a quelques semaines, le procureur général de Californie, Xavier Becerra, a vanté l’éradication de plus d’un million de plantes sur 455 sites de culture par le programme CAMP (Campaign Against Marijuana Planting) du ministère de la justice. À moins que la CAMP ne soit considérablement plus efficace que la plupart des programmes gouvernementaux, ses chiffres signifient qu’il y a suffisamment de poteries illégales dans les collines de l’État d’Or pour couvrir un État de moindre importance. Ou deux.

Quant aux bricoleurs, vous pouvez faire pousser une seule plante sur le rebord de votre fenêtre de cuisine et, selon les résultats, récolter quelques centaines de joints, assez pour éclairer votre quartier comme un générateur diesel. Faites pousser les six plantes que la loi californienne vous autorise à cultiver et vous pourrez vous acheter un tracteur. Personne ne sait combien de transactions de cannabis sont faites gratuitement ou avec contreparties ; peut-être que Netflix pourrait-il faire une estimation éclairée en comptant le nombre de fois où “Harold et Kumar vont à White Castle” a été téléchargé.

D’un autre côté, le cannabis médical – les lotions et lotions anti-douleur – se prête à une comptabilité précise. Elle est très réglementée, légale dans 33 États et personne ne la vend à l’arrière d’un camion. J’ai demandé au président d’une grande entreprise de cannabis médical comment le virus avait affecté son entreprise. Étonnamment, il m’a répondu que ses ventes avaient chuté de 50 % au début du printemps, au plus fort de la fermeture, mais qu’elles avaient lentement rebondi au cours de l’été et qu’elles dépassaient maintenant leur niveau pré-Covid. Il a eu besoin d’une pause locative au printemps.

Je pensais que c’était exactement le contraire : que si tout le monde avait souffert, ses ventes auraient explosé. Il m’a répondu : “Les teintures et les produits courants sont chers. Quand la fermeture a frappé et que les gens se sont retrouvés soudainement au chômage, il y a eu un mouvement de va-et-vient entre la médecine et les soins de santé, entre la quantité et la qualité”.

Je pense qu’il voulait dire que vous pouvez traiter le mal de dos de plusieurs manières différentes : en appliquant une lotion coûteuse sur la région lombaire ou en roulant un gros spliff. En plus d’être moins chère, cette dernière approche a l’avantage de rendre la comédie télévisée vraiment drôle.

Réfléchissant sur Cannabiz en général, il a déclaré que le prix des “têtes” (dans la rue) est passé de 2 500 dollars le kg (plus ou moins) en janvier à 3 000 dollars aujourd’hui, en raison de sa demande accrue. Il a déclaré que l’industrie a bénéficié de l’affectation de fonds essentiels dès le départ. (Les armes et les munitions ont également été classées essentielles dès le premier jour ; espérons que le chevauchement entre les deux groupes de consommateurs est faible).

Plus que sa classification essentielle, il pense que l’entreprise a été aidée par les 600 dollars de relance fédérale versés aux chômeurs. Ce sont des chiffres. Et, reflétant les tendances de l’économie en général, il pense qu’un des gagnants évidents de Cannabiz est son sous-industrie de livraison à domicile ; elle a connu une croissance exponentielle aux dépens des dispensaires de briques et de mortier.

Comme pour l’alcool, l’industrie immobilière n’a pas à se soucier de ses locataires accrocs au cannabis. Soyons réalistes, la vente de produits hautement addictifs a un avantage certain (demandez le à Starbucks).

La grande course au papier toilette a peut-être fait la une des journaux, mais elle n’a rien à voir avec celle du cannabis. Lorsque les drogués ont réalisé tardivement que leurs dispensaires étaient sur le point de fermer à la mi-mars (“Whoa, mec, c’est sûr ? Non ? Whoa. C’est lourd”), ils ont pris d’assaut la Bastille, leurs files d’attente serpentant autour des magasins de cannabis sur plusieurs blocs, achetant tout ce qui est vert sauf l’AstroTurf. Une réaction raisonnable à la pire année de mémoire récente.

Traduction de Wolf Street par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

4 réponses »

  1. Les virus, je les vois partout jusqu’au fond de mes draps! Ils me hantent le jour, la nuit! Et lorsque je prie, bon et fervent catholique romain ils s’imposent dans ma pauvre caboche, déconnectent les quelques neurones encore valides! Je ne vois plus que Lucifer qui se fend la pipe et je ne comprends pas car je suis un citoyen modèle parfaitement moulé; je n’ai rien à prévoir, rien à penser, grâce à l’amour protecteur et universel de Papa Castex.
    Ma provision de masques est conséquente; du reste je bouche avec toutes les entrées possibles; vous me comprenez, n’est-ce pas?
    Ma femme m’a quitté pour un migrant malheureux et super diplômé (mais je ne sais plus en quoi); j’approuve ce beau et noble sacrifice: Ils auront beaucoup d’enfants pour repeupler notre pays en pleine dénatalité. Mon ex s’occupera d’une ribambelle de beaux enfants, fera le ménage, la bouffe, la vaisselle comme jamais elle ne le fit à mes côtés. La France retrouvera enfin de vraies valeurs!
    Papa Castex ne nous confine pas par millions par sordide calcul pendant qu’il laisse entrer les migrants par milliers; le multiculturalisme n’est-il pas la plus belle des richesses?
    Réfléchissez-y, vous qui moquez les policiers gardant avec efficience des palettes de P.Q ! Ne savez-vous pas que l’alcool et le cannabis donnent la courante?
    Ainsi, ceux qui viendraient s’approvisionner ne pourraient être que des délinquants drogués et (ou) alcoolisés! Je loue nos Forces de l’ordre, je les aime, ne vous en déplaise!
    Soyez cependant assurés, sur ce blog de loups, que vous n’aurez pas ma haine!
    ……….
    Je me réveille c’est le grand reset à ma petite échelle d’où je tombe sur mon grassouillet séant. Il faut vous dire que confiné, je mange, que dis-je, je baffre et me voici gras comme un ortolan…Manque d’exercice.

    Bien que Je n’ai plus la lumière à tous les étages, Le noir recule et que discerné-je avec horreur? Celui que j’aimais tant, mon pape François avec deux cornes et une longue fourche qui m’enfourne dans un camp de la mort en chantant: « Je vous ai bien eu, je vous l’ai mis dans l’c..l »

    J'aime

  2. Il est certain que pas même les flics, ne peuvent pénétrer chez quelqu’un sans un motif légitime via un ordre de perquisition. Et un ordre de perquisition ne se fait pas à la légère; en aucun cas cet ordre ne peut être donné aux forces du désordre pour un motif sanitaire… Mais peut-être qu’un certain cache monsieur, madame Covid sous le tapis ou dans la buanderie, auquel cas il y aurait recel et possible association de malfaiteurs.
    S’ils trouvent l’évadé(e) du bocal de Wuhan; ils repartiront avec…
    Quant à pénétrer chez vous pour vérifier si la famille porte un masque, c’est ce qui s’appelle une « Violation de Domicile » et c’est le pénal garanti pour nos poulets.
    Il n’existe aucune loi, actuellement, votée par le parlement pour permettre ce genre d’exaction.
    Et au vu et au su de la magnifique sortie du Véran de Komodo à l’assemblée nationale, je doute fort qu’une telle loi puisse être proposée et votée!
    Merci Monsieur Véran de vous être mis à dos tout un collège!
    Vous appartenez à une grosse équipe de branquignols et vous nous le prouvez chaque jour!
    Pour un peu je vous permettrais d’embrasser mon cul!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s