REBLOG

Fraude électorale US – Giuliani : 650 000 votes ont été comptés illégalement à Philadelphie et à Pittsburgh/McEnany dévoile 234 pages d’affidavits alléguant des irrégularités électorales dans le Michigan/Une juge de la Pennsylvanie statue que certains bulletins de vote en retard ne comptent pas

Giuliani : 650 000 votes ont été comptés illégalement à Philadelphie et à Pittsburgh

PAR JADE · PUBLIÉ 12 NOVEMBRE 2020 · MIS À JOUR 12 NOVEMBRE 2020

Rudy Giuliani, l’un des avocats personnels du président Donald Trump, a affirmé le 11 novembre qu’environ 650 000 bulletins de vote illégaux avaient été déposés à Philadelphie et à Pittsburgh, en Pennsylvanie.

En parlant avec Lou Dobbs de Fox Business, Giuliani a affirmé que “presque aucun” des centaines de milliers de bulletins de vote n’a été observé par les observateurs républicains. La loi électorale de l’État exige la présence d’observateurs de tous les partis.

“Nous en sommes maintenant à un décompte d’environ 650 000 bulletins de vote qui sont des bulletins illégaux qui ont été déposés à Philadelphie et à Pittsburgh”, a-t-il déclaré.

“Ce qui est dit dans les médias, que nous n’avons aucune preuve, est un mensonge complet, absolu, tout comme ils ont menti pendant des années.”

Lundi, le bureau du gouvernement Tom Wolf a déclaré dans une déclaration que les observateurs des élections de tous les partis ont eu des observateurs tout au long du processus et que “toute autre insinuation est un mensonge”.

Quelques jours plus tôt, M. Giuliani avait déclaré que la campagne Trump pourrait disposer de preuves suffisantes pour modifier les résultats des élections dans l’État de Pennsylvanie.

Il a déclaré dimanche à Maria Bartiromo, de Fox News, que les procès intentés par la campagne de réélection de Trump pourraient montrer que jusqu’à 900 000 bulletins nuls ont été déposés dans l’État charnière.

Selon un décompte non officiel des votes du Département d’Etat de Pennsylvanie, Biden a reçu 3,35 millions de voix contre 3,31 millions pour Trump. En pourcentage, Biden a obtenu 49,7 % des voix, contre 49,1 % pour Trump.

(à gauche) Le candidat démocrate à la présidence Joe Biden s’exprime au Chase Center de Wilmington, Del, le 4 novembre 2020. (Jim Watson / AFP via Getty Images) ; (à droite) Le président Donald Trump s’exprime le soir de l’élection dans la salle Est de la Maison Blanche à Washington, aux premières heures du 4 novembre 2020. (Chip Somodevilla / Getty Images)
 

“Je pense que nous en avons assez pour changer la Pennsylvanie. L’élection en Pennsylvanie a été un désastre”, a déclaré M. Giuliani, en réponse à une question de l’animateur sur la question de savoir si les preuves sont suffisantes pour changer le sort de l’élection présidentielle.

“Nous avons des gens qui ont observé que des personnes ont été poussées hors du bureau de vote. Nous avons des gens à qui l’on a suggéré de voter dans l’autre sens et qui ont reçu une démonstration de la manière de le faire. Je vous donne une vue d’ensemble”, a-t-il déclaré.

Pendant le dépouillement des bulletins de vote par correspondance, les observateurs du Parti Républicain à Pittsburgh ont été “tenus hors de la salle ou éloignés de la salle” pendant une période de 24 heures, a allégué M. Giuliani.

“Même si nous sommes allés au tribunal et que nous avons été autorisés à nous rapprocher de six pieds, les gens de la machine démocrate ont déplacé le lieu de comptage de six pieds plus loin. Ceci est documenté sur une cassette vidéo. Il y a plus de 50 témoins”, a-t-il poursuivi.

Les bulletins de vote par correspondance sont comptés dans le comté de Lehigh, en Pennsylvanie, le 4 novembre 2020. (Rachel Wisniewski/Reuters)

Ce lundi, l’équipe de campagne de M. Trump a lancé un nouveau procès visant à mettre fin à la certification des résultats des élections en Pennsylvanie, alléguant que les comtés démocrates et républicains n’ont pas suivi les mêmes règles concernant les bulletins de vote par correspondance défectueux, et que les observateurs républicains ne pouvaient pas voir le processus de dépouillement des bulletins de vote d’une distance significative.

“Si vous étiez démocrate à Philadelphie, vous étiez autorisé à travailler en dehors des limites des restrictions concernant la réparation des bulletins défectueux, parfois appelée ‘réparation’”, a expliqué Matt Morgan, avocat général de la campagne Trump, lors d’une conférence de presse lundi.

“Mais si vous étiez dans les comtés républicains de l’État de Pennsylvanie, vous n’étiez pas autorisé à le faire car ils suivaient strictement le texte de la loi en Pennsylvanie”.

Le procès inclut également un employé de la poste du comté d’Erie qui a affirmé avoir entendu ses superviseurs parler de bulletins de vote antidatés illégalement qui sont arrivés en retard de sorte qu’ils semblaient légitimes. Sa plainte a également été citée par le sénateur Lindsey Graham (Républicain-Caroline du Sud) dans une lettre adressée au département de la justice, demandant une enquête fédérale.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

McEnany dévoile 234 pages d’affidavits alléguant des irrégularités électorales dans le Michigan

Mise à jour : Lisez les affidavits et autres preuves ci-dessous :

 

Pièce 1

Pièce 2

 

Pièce 3

Pièce 4

* * *

Rédigé par Mimi Nguyen,

La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Kayleigh McEnany, a annoncé mardi dernier que 234 pages de ce qu’elle a déclaré être des déclarations sous serment alléguant des irrégularités électorales dans un comté du Michigan.

Mme McEnany est apparue aux côtés de la présidente du Comité national républicain, Ronna McDaniel, dans l’émission “Hannity” sur Fox News, où elle a fait part de plusieurs allégations énumérées dans les déclarations sous serment – sous peine de parjure – du comté de Wayne.

“Nous continuons à entendre le battement de tambour de “où sont les preuves ? Ici, Sean, 234 pages de déclarations sous serment, ce sont de vraies personnes, de vraies allégations, signées avec des notaires”, a déclaré McEnany.

“Ils affirment – c’est un comté, Wayne County, Michigan – ils disent qu’il y a eu un lot de bulletins de vote où 60 % avaient la même signature”, a-t-elle déclaré à l’animateur Sean Hannity.

“Ils disent que 35 bulletins n’avaient pas de dossier d’électeur mais qu’ils ont quand même été comptés, que 50 bulletins ont été passés plusieurs fois dans une machine à totaliser.”

 

McEnany a également donné des détails sur une autre déclaration sous serment où une femme a affirmé que “son fils était décédé mais qu’il avait néanmoins voté d’une manière ou d’une autre”.

“Ce n’est qu’une des nombreuses allégations dans un comté, et un comté pas moins, où les observateurs des sondages ont été dans de nombreux cas menacés de harcèlement racial, ils ont été poussés hors du chemin, et les opposants démocrates distribuaient des documents, comment distraire les opposants du Parti Républicain”, a-t-elle poursuivi.

“Ce sont des faits réels, et toute personne qui se soucie de la transparence et de l’intégrité du système devrait vouloir que cela se poursuive jusqu’à la phase de découverte”.

Lundi, la campagne de réélection du président Donald Trump a déposé une plainte devant la Cour de circuit du comté de Wayne, alléguant une fraude électorale dans les procédures de comptage des bulletins de vote. La poursuite allègue que les fonctionnaires électoraux du comté ont permis divers traitements frauduleux des votes, notamment en disant aux travailleurs électoraux d’antidater les bulletins de vote et de ne pas vérifier les signatures sur les bulletins de vote par correspondance. Plusieurs témoins ont déposé des déclarations sous serment attestant de la fraude électorale alléguée. Les plaignants, deux participants au scrutin, demandent une ordonnance de restriction temporaire sur le dépouillement des bulletins de vote. L’affaire est en cours.

Mardi dernier, la campagne Trump a annoncé le dépôt d’une plainte devant la Cour de district des États-Unis dans le district ouest du Michigan qui allègue des irrégularités et des violations généralisées des élections dans le comté de Wayne et demande une révision du logiciel Dominion Voting qui a causé des problèmes dans plusieurs États.

Un certain nombre de médias ont déclaré le candidat démocrate Joe Biden président élu le 7 novembre après avoir projeté des victoires pour lui en Pennsylvanie et au Nevada, le portant ainsi au-delà du seuil de 270 voix du collège électoral, bien que le comptage des voix n’ait pas été achevé dans ces États. Le comptage des voix se poursuit également en Géorgie et en Arizona. La Géorgie et le Wisconsin auront des recomptages des votes, où les résultats ont initialement donné une avance de Biden.

Trump a allégué des fraudes électorales et déclaré que toute déclaration de victoire était prématurée, sa campagne ayant lancé de multiples contestations judiciaires en Pennsylvanie, au Wisconsin, en Géorgie, en Arizona, dans le Nevada et le Michigan. Le président a déclaré mardi que sa campagne progresse et a déclaré qu’il sera finalement déclaré vainqueur de l’élection de 2020.

La présidente du Comité National Républicain (RNC), Ronna McDaniel, s’exprime lors d’une conférence de presse au siège du RNC à Washington le 9 novembre 2020. (Samuel Corum/Getty Images)

McDaniel a déclaré à Hannity que la campagne Trump a reçu 11 000 rapports d’incidents et a compilé au moins 500 déclarations sous serment de témoins dans différents États.

“C’est un long processus et les gens doivent être patients. Les médias n’arrêtent pas de dire ‘où sont les preuves, où sont les preuves’, parce qu’ils ne nous laissent pas le temps de les montrer”, a-t-elle déclaré.

Mais même les preuves que nous présentons, ils décident “oh, nous n’allons pas les rapporter” ou “nous allons nous éloigner des conférences de presse” et nous ne voulons pas entendre ces 500 personnes qui ont signé des déclarations sous serment parler de ce qu’elles ont vu avec cette élection”.

Les commentaires de McDaniel surviennent après que Fox News a rapidement coupé la diffusion d’un briefing de la campagne Trump, lundi dernier, après que McEnany a semblé alléguer que le Parti démocrate était impliqué dans une fraude électorale. La chaîne a affirmé que Mme McEnany n’avait pas de détails pour étayer ses allégations.

The Epoch Times ne lance pas la course tant que les batailles juridiques ne sont pas résolues, que tous les résultats ne sont pas certifiés et que les votes du Collège électoral ne sont pas exprimés.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Une juge de la Pennsylvanie statue que certains bulletins de vote en retard ne comptent pas

Une juge de Pennsylvanie a statué jeudi que l’État ne pouvait pas compter les bulletins de vote envoyé en retard, ce qui obligeait les électeurs à fournir une preuve d’identité pour les “valider” dans un délai arbitraire fixé par la secrétaire de l’État.

Après que la Cour suprême de Pennsylvanie ait décidé que les bulletins de vote par correspondance pouvaient être acceptés trois jours après le jour du scrutin, une question distincte en litige, la secrétaire du Commonwealth de Pennsylvanie, Kathy Boockvar, a soumis ses propres directives selon lesquelles une preuve d’identité pouvait être fournie jusqu’au 12 novembre, trois jours après la date limite d’acceptation des bulletins de vote.

Cette ordonnance est notamment distincte d’une contestation de la décision de la Cour suprême de la Pennsylvanie d’autoriser les bulletins de vote tardifs, et n’invalide que les bulletins soumis à l’extension de Boockvar pour remédier à un manque d’identification entre le 10 et le 12 novembre.

“[L]a Cour conclut que la défenderesse Kathy Boockvar, en sa qualité officielle de secrétaire du Commonwealth, n’avait pas l’autorité requise pour émettre les directives du 1er novembre 2020 à l’intention des comités électoraux des comtés de la défenderesse, dans la mesure où ces directives visaient à modifier la date limite … pour que certains électeurs vérifient leur preuve d’identité”, a écrit la juge Mary Hannah Leavitt dans une ordonnance de la Cour.

“En conséquence, la Cour ordonne que les Respondents County Boards of Elections ne comptent pas les bulletins de vote qui ont été séparés conformément au paragraphe 1 de l’ordonnance de la Cour du 5 novembre 2020, accordant une injonction spéciale”.

Il est à noter qu’avec moins de 10 000 bulletins de vote reçus après le 3 novembre, le nombre de bulletins “validés” du 10 au 12 novembre qui sont maintenant invalides ne sera probablement pas élevé.

Traduction : La décision de justice rendue aujourd’hui en Pennsylvanie est importante non pas en raison du nombre de bulletins de vote qu’elle affecte, mais parce qu’elle établit la jurisprudence selon laquelle la secrétaire de l’Etat de Pennsylvanie n’avait pas le pouvoir légal de passer outre la loi électorale. La Cour suprême de la Pennsylvanie ne l’a pas fait non plus. Seulement le pouvoir législatif.

Catégories :REBLOG

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s