REBLOG

Covid19-84 : Delingpole : Le totalitarisme de la vaccination obligatoire n’est plus une théorie du complot folle…/Les vaccins contre le COVID-19 ouvrent la voie à une nouvelle frontière de la surveillance/Klaus Schwab : La maladie a été une chance

Delingpole : Le totalitarisme de la vaccination obligatoire n’est plus une théorie du complot folle…

PAR JADE · PUBLIÉ 4 DÉCEMBRE 2020 · MIS À JOUR 4 DÉCEMBRE 2020

La jubilation générale a salué l’annonce que le Royaume-Uni allait devenir le premier pays à lancer un vaccin contre le coronavirus chinois. Personnellement, je ne me réjouis pas.

Il n’est pas nécessaire d’être un théoricien du complot pour avoir des réserves sur un vaccin distribué à la hâte. Il suffit d’écouter les propres experts du gouvernement britannique, qui ont averti mercredi qu’en raison d’un manque de tests, il ne pouvait être garanti que le vaccin serait sûr pour les femmes déjà enceintes ou qui prévoient de l’être à moyen terme, et qu’il ne fallait donc pas les encourager à se faire vacciner tant que l’on ne disposait pas de plus de données.

Ou bien les docteurs Michael Yeadon et Wolfgang Wodarg, qui ont écrit à l’Agence européenne des médicaments, en citant des problèmes de sécurité pour les essais sur l’homme et en disant qu’ils devraient être arrêtés immédiatement jusqu’à ce que ces problèmes puissent être résolus.

Oui, M. Yeadon était à la tête de la recherche respiratoire de la société même – Pfizer – responsable du premier vaccin utilisé sur la population britannique. Wodarg, quant à lui, est l’ancien chef d’un département de santé publique en Allemagne. Leurs inquiétudes concernant le vaccin peuvent donc difficilement être rejetées comme étant le fait de manivelles.

Parmi les effets secondaires potentiels, avertissent-ils, figure la formation d’”anticorps non neutralisants” qui peuvent provoquer une réaction immunitaire exagérée, voire mortelle, en particulier lorsque la personne testée est confrontée, après la vaccination, au véritable virus “sauvage”. Il existe également un risque de “stérilité à durée indéterminée” chez les femmes vaccinées, ainsi que la possibilité de réactions allergiques mortelles au polyéthylène glycol (PEG) utilisé dans les vaccins à ARNm de BioNTech/Pfizer.

La plus grande inquiétude à propos de ce vaccin est peut-être qu’il soit rendu obligatoire. Le Premier ministre Boris Johnson a insisté sur le fait qu’il n’existe aucun plan gouvernemental pour obliger les gens à prendre ce vaccin. Mais Vaughan Gething, le “ministre de la santé” du “gouvernement” gallois de gauche, a déjà pris les devants en lançant des cartes d’identité de santé au Pays de Galles.

M. Gething a déclaré “Les personnes qui seront inoculer avec un vaccin contre le Covid-19 recevront un certificat de vaccination gallois du NHS de la taille d’une carte de crédit sur laquelle seront inscrits le nom du vaccin, la date de la vaccination et le numéro de lot de chacune des doses administrées”.

“Ces cartes serviront de rappel pour une deuxième dose et pour le type de vaccin, et elles donneront également des informations sur la manière de signaler les effets secondaires”, a-t-il ajouté.

Cela a naturellement fait craindre que les vaccins ne soient rendus obligatoires par des moyens détournés. Le ministre des vaccins du gouvernement britannique, Nadhim Zahawi, a déjà fait allusion à ce problème. En début de semaine, il a déclaré que certains lieux ou entreprises pourraient exiger une preuve de vaccination avant d’autoriser l’accès à leurs clients.

Comme le rapporte le Daily Mail :

“Vous trouverez probablement des restaurants, des bars, des cinémas et d’autres lieux – sportifs – qui utiliseront également ce système comme ils l’ont fait avec l’application”, a déclaré M. Zahawi à la BBC.

En d’autres termes, même si le gouvernement tient sa promesse de ne pas faire des “passeports d’immunité” une condition pour être un citoyen libre, il peut compter sur des entreprises sympathisantes pour faire le sale boulot à sa place.

Certaines compagnies aériennes – dont la compagnie australienne Qantas – ont déjà indiqué qu’elles envisageaient la vaccination obligatoire comme condition de voyage.

D’où l’intervention concernée au Parlement lors du débat sur le tiers/lockdown cette semaine par le député Steve Baker, lors d’un discours de son collègue conservateur Desmond Swayne, sceptique du confinement.

The Government would set the seal on its reputation as the most authoritarian since the Commonwealth of the 1650s should they use coercion to ensure vaccination. But it is as nothing as the enthusiasm of Labour for even more coercive and restrictive measures. pic.twitter.com/xMfxVFoAuH

— Desmond Swayne (@DesmondSwayne) December 1, 2020

Baker a déclaré :

Est-ce qu’il [Swayne] sera d’accord avec moi pour dire qu’il ne suffit pas que le gouvernement s’abstienne simplement de contraindre les gens ? Le gouvernement doit également prêter attention à la coercition implicite. C’est-à-dire, si le gouvernement ferme les yeux sur le fait de permettre à des entreprises comme les compagnies aériennes et les restaurants de refuser de laisser entrer des gens à moins qu’ils n’aient été vaccinés. Le gouvernement doit décider s’il est prêt à permettre aux gens de faire des discriminations sur cette base”.

Il marque un point.

Le Royaume-Uni – et tous les autres pays du monde qui se préparent à lancer leur vaccin miracle – est au bord du totalitarisme sanitaire. Il risque de créer un système à deux vitesses dans lequel une classe marginale persécutée – y compris toute personne qui, pour quelque raison que ce soit, choisit de ne pas se faire vacciner – se voit refuser les libertés d’une vie normale, ne peut pas réserver de billets d’avion, ni même sortir dans les pubs et les restaurants à bord avec le système de passeport santé.

C’est une perspective terrifiante, comme dans un roman de science-fiction dystopique. Les personnes qui avertissaient que cela allait arriver depuis de nombreux mois maintenant ont été rejetées par les grands médias comme des théoriciens du complot cinglés. On commence à croire qu’ils avaient peut-être raison depuis le début…

Traduction de Breitbart par Aube Digitale

Les vaccins contre le COVID-19 ouvrent la voie à une nouvelle frontière de la surveillance

“La conquête de la nature par l’homme, si les rêves de certains planificateurs scientifiques se réalisent, signifie la domination de quelques centaines d’hommes sur des milliards et des milliards d’hommes.”

– C. S. Lewis, L’abolition de l’homme

Qu’on le veuille ou non, la pandémie de COVID-19, avec sa menace voilée de vaccinations forcées, de traçage des contacts et de vaccins génétiquement codés, propulse l’humanité à une vitesse vertigineuse vers une toute nouvelle frontière – une matrice de surveillance – comme on n’en a vu que dans la science-fiction.

Ceux qui regardent ces développements avec une méfiance persistante ont de bonnes raisons de se méfier : le gouvernement a longtemps eu tendance à déclencher des horreurs indicibles sur le monde au nom de la conquête mondiale, de l’acquisition de plus grandes richesses, de l’expérimentation scientifique et des progrès technologiques, le tout sous l’apparence du bien commun.

En effet, depuis des décennies, “nous, le peuple”, sommes traités comme des rats de laboratoire par les agences gouvernementales : mis en cage, étiquetés, expérimentés à notre insu et sans notre consentement, puis jetés de manière pratique et laissés à souffrir des conséquences.

Il n’est pas nécessaire de creuser très profondément ou de remonter très loin dans l’histoire de la nation pour découvrir de nombreux cas où le gouvernement a délibérément mené des expériences secrètes sur une population sans méfiancerendant malades des personnes en bonne santé en les aspergeant de produits chimiques, en leur injectant des maladies infectieuses et en les exposant à des toxines aéroportées.

Aujourd’hui, ce même gouvernement – qui a utilisé toutes les technologies qui nous ont été vendues comme étant dans notre intérêt (dispositifs GPS, surveillance, armes non létales, etc.) pour nous suivre, nous contrôler et nous piéger – veut que nous suivions son exemple alors qu’il se prépare à lancer les vaccins contre le COVID-19, qui doivent beaucoup à l’Agence des projets de recherche avancée de la défense du Pentagone pour ses travaux passés sur la manière d’armer et de se défendre contre les maladies infectieuses.

L’administration Trump, par l’intermédiaire de l’Institut national de la santé, a accordé 22,8 millions de dollars à sept sociétés pour développer l’intelligence artificielle (IA), l’apprentissage machine, etc., avec des applications pour smartphones, des appareils portables et des logiciels “qui peuvent identifier et retracer les contacts des personnes infectées, suivre les résultats vérifiés des tests de dépistage du COVID-19 et contrôler l’état de santé des personnes infectées et potentiellement infectées“.

Tout cela fait partie de l’opération Warp Speed, que le président Trump a comparée au projet Manhattan, un effort gouvernemental secret mené par l’armée pour concevoir et construire la première bombe atomique au monde.

Il y a toutes les raisons de faire preuve de prudence.

Il existe un monde sinistre au-delà de ce que nous percevons, un monde dans lequel les acteurs du pouvoir se disputent le contrôle de la seule marchandise qui est un ingrédient nécessaire à une domination totale : vous.

Par vous, j’entends l’individu dans toute sa singulière humanité.

Rester singulièrement humain et conserver votre individualité et votre domination sur vous-même – esprit, corps et âme – face aux technologies des entreprises et des gouvernements qui visent à nous envahir, nous envahir, nous surveiller, nous manipuler et nous contrôler peut être l’un des plus grands défis qui se présentent à nous.

Ces vaccins contre le COVID-19, qui reposent sur la technologie à ARN messager qui influence tout, des virus à la mémoire, ne sont que le tournant.

Le travail de base effectué avec ces vaccins est un prologue à ce qui deviendra la conquête par l’État policier d’une nouvelle frontière relativement inexplorée : l’espace intérieur, plus précisément les rouages internes (génétiques, biologiques, biométriques, mentaux, émotionnels) de la race humaine.

Si vous avez été déconcerté par la détérioration rapide de la vie privée dans le cadre de l’État de surveillance, préparez-vous à être terrifié par la matrice de surveillance qui sera mise en place dans la foulée du lancement par le gouvernement de ce vaccin contre le COVID-19.

Le terme “matrice” a été introduit dans notre lexique culturel par le film The Matrix de 1999 dans lequel Neo, un programmeur/hacker informatique, s’éveille à la réalité que les humains ont été asservis par l’intelligence artificielle et sont récoltés pour leur énergie bioélectrique.

Câblé à une simulation neuro-interactive de la réalité appelée “La Matrice”, les humains sont maintenus immobiles et dociles tandis que des androïdes robotiques recueillent l’électricité que leur corps produit. Pour que les machines qui font fonctionner la matrice puissent garder le contrôle, elles imposent ce qui semble être un monde parfait pour les humains afin de les distraire, de les contenter et de les soumettre.

Voici le problème : la matrice de Neo n’est pas si éloignée de nos propres mondes technologiquement câblés dans lesquels nous sommes de plus en plus redevables à des géants de l’industrie tels que Google pour alimenter une grande partie de nos vies. Comme l’explique le journaliste Ben Thompson :

Google+ consiste à unifier tous les services de Google sous une seule connexion qui peut être suivie sur Internet sur chaque site qui diffuse des annonces Google, utilise la connexion Google ou utilise Google Analytics. Chaque fonctionnalité de Google+ – ou de YouTube, ou de Maps, ou de Gmail, ou de tout autre service – est un “piège à mouches” destiné à garantir que vous êtes connecté et que vous êtes connecté par Google à tout moment.

Tout ce que nous faisons dépend de plus en plus de nos appareils électroniques connectés à Internet et, en fin de compte, est contrôlé par eux. Par exemple, en 2007, on estimait à 10 millions le nombre de capteurs connectant des appareils électroniques utilisés par l’homme (téléphones portables, ordinateurs portables, etc.) à internet. En 2013, ce chiffre était passé à 3,5 milliards. En 2030, on estime qu’il atteindra 100 000 milliards.

Une grande partie, sinon la totalité, de nos appareils électroniques seront connectés à Google, un réseau neuronal qui se rapproche d’un cerveau mondial massif.

Les ressources de Google, au-delà de tout ce que le monde a jamais vu, comprennent les énormes ensembles de données qui résultent du fait qu’un milliard de personnes utilisent Google chaque jour et le graphique de connaissances de Google “qui est constitué de 800 millions de concepts et de milliards de relations entre eux“.

L’objectif final ? La création d’une nouvelle espèce “humaine”, pour ainsi dire, et la NSA, le Pentagone et la “matrice” des agences de surveillance font partie du plan. Comme l’a dit William Binney, l’un des plus grands lanceurs d’alertes de la NSA, “Le but ultime de la NSA est le contrôle total de la population”.

Attention, il ne s’agit pas de contrôle de la population au sens classique du terme. Il s’agit plutôt de contrôler la population par la singularité, une sorte de combinaison entre la machine et les êtres humains dans laquelle l’intelligence artificielle et le cerveau humain fusionnent pour former un esprit surhumain.

“Google connaîtra la réponse à votre question avant que vous ne l’ayez posée”, prédit le scientifique transhumaniste Ray Kurzweil. “Il lira tous les courriels que vous aurez écrits, tous les documents, toutes les pensées oiseuses que vous aurez tapés dans la fenêtre de requêtes d’un moteur de recherche. Il vous connaîtra mieux que votre partenaire intime. Mieux, peut-être, que vous-même“.

Le terme “singularité” – c’est-à-dire des ordinateurs simulant la vie humaine elle-même – a été inventé il y a des années par les génies des mathématiques Stanislaw Ulam et John von Neumann. “Le progrès toujours plus rapide de la technologie”, avertissait von Neumann, “donne l’impression de s’approcher d’une singularité essentielle dans l’histoire de la race, au-delà de laquelle les affaires humaines, telles que nous les connaissons, ne pourraient pas continuer”.

Le plan consiste à développer un réseau informatique qui présentera un comportement intelligent équivalent à celui des êtres humains ou impossible à distinguer d’ici 2029. Et cet objectif est d’avoir des ordinateurs qui seront “un milliard de fois plus puissants que tous les cerveaux humains sur terre”.

Neuralink, une interface cerveau-puce informatique (BCI), ouvre la voie au contrôle de l’IA du cerveau humain. À ce stade, la déconnexion entre les humains et les ordinateurs contrôlés par l’IA deviendra floue et les esprits humains et les ordinateurs ne feront plus qu’un. Dans le scénario le plus grave, le piratage d’un dispositif de type Neuralink pourrait transformer les “hôtes” en armées de drones programmables capables de faire tout ce que leur “maître” veut”, écrit Jason Lau pour Forbes.

Les progrès des neurosciences indiquent que le comportement futur peut être prédit sur la base de l’activité de certaines parties du cerveau, ce qui pourrait créer un scénario cauchemardesque dans lequel les responsables gouvernementaux sélectionneraient certains segments de la population pour une surveillance plus invasive ou une quarantaine en se basant uniquement sur la chimie de leur cerveau.

Exemple : les chercheurs du Mind Research Center ont scanné les cerveaux de milliers de détenus afin de suivre leur chimie cérébrale et leur comportement après leur libération. Dans une expérience, les chercheurs ont déterminé que les détenus ayant un niveau d’activité plus faible dans la zone du cerveau associée au traitement des erreurs auraient une plus grande probabilité de commettre un crime dans les quatre ans suivant leur sortie de prison. Bien que les chercheurs aient mis en garde contre l’utilisation des résultats de leurs recherches comme méthode de prédiction de la criminalité future, il ne fait aucun doute qu’elle deviendra un centre d’étude pour les fonctionnaires du gouvernement.

Il n’y a pas de limite à ce qui peut être accompli, qu’il s’agisse de bonnes ou de mauvaises utilisations des interfaces cerveau-ordinateur.

Les chercheurs du centre médical de l’université de Duke ont créé une interface cerveau-cerveau entre des rats de laboratoire, qui leur permet de transférer des informations directement entre leurs cerveaux. Dans le cadre d’une expérience particulière, les chercheurs ont entraîné un rat à effectuer une tâche où il frapperait un levier lorsqu’il est allumé. Le cerveau du rat entraîné était ensuite connecté au cerveau d’un rat non entraîné par des électrodes. Le rat non entraîné était alors capable d’apprendre le comportement du rat entraîné par stimulation électrique. Cela a même fonctionné sur de grandes distances en utilisant Internet, un rat de laboratoire en Caroline du Nord guidant les actions d’un rat de laboratoire au Brésil.

Il est clair que nous entrons rapidement dans l’”ère post-humaine”, une ère où l’homme deviendra un nouveau type d’être. “Les dispositifs technologiques”, écrit le journaliste Marcelo Gleiser, “seront implantés dans nos têtes et nos corps, ou utilisés de manière périphérique, comme les Google Glass, en étendant nos sens et nos capacités cognitives“.

Le transhumanisme – la fusion des machines et des personnes – est là pour rester et continuera à se développer.

En fait, à mesure que la science et la technologie progressent, la capacité à contrôler les humains ne fera qu’augmenter. En 2014, par exemple, il a été révélé que les scientifiques ont découvert comment désactiver la partie de notre cerveau qui contrôle si nous sommes conscients ou non. Lorsque des chercheurs de l’université George Washington ont envoyé des signaux électriques à haute fréquence au claustrum – cette fine couche de neurones qui s’étend entre les côtés gauche et droit du cerveau – leurs patients ont perdu conscience. En effet, une patiente a commencé à parler plus lentement jusqu’à ce qu’elle devienne silencieuse et immobile. Lorsqu’elle a repris conscience, elle n’avait plus aucun souvenir de l’événement.

Ajoutez à cela le fait que de plus en plus d’êtres humains se verront implanter des micropuces à des fins bénignes, comme pour suivre des enfants ou comme dispositifs médicaux pour nous aider à rester en bonne santé. De tels dispositifs “indiquent une société de sur-surveillance qui est Big Brother à l’intérieur et qui regarde vers l’extérieur”, prévient la Dre Katina Michael. “Les gouvernements ou les grandes entreprises auraient la capacité de suivre les actions et les mouvements des gens, de les classer en différents groupes socio-économiques, politiques, raciaux ou de consommateurs et même, en fin de compte, de les contrôler”.

 

Comme je l’explique clairement dans mon livre “Battlefield America : The War on the American People”, le problème est le contrôle.

En fait, Facebook et le Département de la défense s’efforcent de manipuler notre comportement. Dans une étude de 2012, Facebook a suivi l’état émotionnel de plus de 600 000 de ses utilisateurs. L’objectif de l’étude était de voir si les émotions des utilisateurs pouvaient être manipulées selon qu’ils recevaient des informations positives ou négatives dans leurs flux d’informations. La conclusion de l’étude était que “les états émotionnels peuvent être transférés à d’autres personnes par contagion émotionnelle, conduisant les gens à vivre les mêmes émotions sans qu’ils en soient conscients”.

Tout cela indique une nouvelle voie pour les grandes entreprises et les entités gouvernementales qui veulent obtenir un contrôle social absolu. Au lieu de se reposer uniquement sur des équipes du SWAT en maraude et des appareils de surveillance à part entière, elles s’efforceront de manipuler nos émotions pour nous maintenir au diapason de l’État policier américain.

Ajoutez maintenant à ce mélange ce vaccin déployé à grande vitesse, avec toutes les possibilités inconnues et redoutables qui y sont associées pour modifier ou contrôler l’épigénétique humaine, et vous commencez à voir les dangers inhérents à l’adoption aveugle de technologies émergentes sans aucune restriction pour se prémunir contre la tyrannie et les abus technologiques.

C’est une chose pour le vaisseau Enterprise d’aller audacieusement là où aucun homme n’est allé auparavant, mais même M. Spock a reconnu les dangers d’un monde dominé par l’IA“Les ordinateurs font d’excellents et efficaces serviteurs”, a-t-il observé dans l’épisode “The Ultimate Computer” de Star Trek, “mais je n’ai pas envie de servir sous leurs ordres.”

Traduction de The Rutherford Institute par Aube Digitale

Klaus Schwab : La maladie a été une chance

On nous promet un monde nouveau, forgé sur l’enclume de la pandémie. Nos bienfaiteurs seront nos bourreaux.

Depuis l’arrivée de la maladie qui a bouleversé le monde, certains ont acquis la certitude qu’elle avait été créée à dessein et répandue dans un but malveillant. Ce sont, nous préviennent les vérificateurs de la pensée, des complotistes, des conspirationnistes qu’il ne faut pas écouter, leurs propos étant nuisibles.

Soit. Mais on a au moins le droit de dire que la crise qu’a provoquée cette maladie et sa gestion aux effets dévastateurs a offert une formidable opportunité aux partisans de quelques vieilles et inquiétantes idées, présentées immédiatement comme seul rempart possible contre les catastrophes sans nombre qui guettent l’humanité ?

Beaucoup de ces idées se retrouvent dans un projet dont le nom fait penser à un roman de science-fiction : The Great Reset (la grande réinitialisation ou la grande remise à zéro). Le monde et les humains seraient donc, pour les instigateurs de ce chambardement, semblables à un jeu vidéo bloqué : c’est ennuyeux, certes, mais il suffit d’appuyer sur la touche « reset » pour commencer une nouvelle partie.

Au cœur de ce prétendu recommencement se trouve le Nouvel ordre mondial, lubie qui, pendant des décennies, a agité conjointement les esprits soviétiques et américains – chose jamais bien définie, impliquant, sinon un gouvernement mondial, au moins la soumission des États à un centre de pouvoir auto-désigné qui les transcende. S’y ajoute la globalisation, si chère à Emmanuel Macron, consubstantielle au Nouvel ordre, et qui n’est que l’internationalisme des socialistes passé au tamis du faux libéralisme dont on observe partout les échecs et les méfaits. Un ersatz, donc, qui transformerait le monde en une vaste coopérative, où tout serait grand-ouvert et dont on ne sait pas qui le dirigerait. Et, bien entendu, la lutte contre le réchauffement climatique ne pouvait manquer à cette construction.

Les apologètes du Great Reset – le prince Charles et Klaus Schwab, ce dernier étant le père du Forum de Davos – sont enthousiastes. Pour l’un, la maladie a été « une occasion en or », pour l’autre elle « nous a donné une chance ». Les deux pensent à un changement radical du monde. « Il s’agit, selon M. Schwab, de [le] rendre moins clivant, moins polluant, moins destructeur, plus inclusif, plus équitable et plus juste que celui dans lequel nous vivions à l’ère pré-pandémique. » Un monde, en somme, comme un slogan bien-pensant. Le monde nouveau d’Emmanuel Macron qui, en l’annonçant dès 2017, a eu une fulgurante intuition, ou peut-être commençait-il à appliquer un plan. Dans ce cas, on peut imaginer que le programme de « réinitialisation » n’est pas la conséquence de la maladie, mais qu’il était préparé de longue date, et que le fléau est utilisé comme prétexte pour justifier son lancement.

Il faut tout réorganiser

Plus rien ne doit demeurer comme avant : ni la politique, ni l’économie, ni la société. « Sacrifier la vie pour sauver la vie » risque, bientôt, de devenir le cri de guerre des nouveaux apôtres d’une humanité saine, propre, frugale, éternellement repentante et, surtout, soumise. Cette guerre qu’ils mènent à l’ancien monde, afin de le transformer, de l’adapter à leurs fantasmes, caprices et intérêts. George Soros est du nombre, bien sûr, ainsi qu’Al Gore, la désormais incontournable Greta Thunberg, ou Bill Gates. Ils s’appliqueront tous, sans doute, à nous réinitialiser, à nous mettre au pas, à nous rééduquer.

Klaus Schwab prévient, et ses injonctions ne sont pas très éloignées de la menace : « Le monde doit agir ensemble et rapidement, afin de réorganiser tous les aspects de nos sociétés et de nos économies, de l’éducation aux contrats sociaux et aux conditions de travail. Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée. »

Que veulent, en fin de compte, tous ces grands bienfaiteurs ? Sauver le monde de l’humain néfaste, nous mettre à l’abri de nous-mêmes. Ils sont bons, alors que nous sommes coupables de tous les maux. À partir de ce postulat se développent la pensée et l’action de tout dictateur. Quelques personnages que la fortune politique ou financière a mis sur le devant de la scène viennent dire que le monde va mal, prétendent avoir la solution à toutes les défaillances, et s’arrogent les fonctions de guérisseurs. Soit nous les suivons, clament-ils, soit nous continuons nos activités destructrices et nous périrons sous les décombres. Cependant, ce deuxième choix ne nous est pas vraiment laissé ; nous devons accepter leur Bien, fût-il insupportable comme tout ce qui est total.

La maladie a été « une occasion en or », elle « nous a donné une chance »

Ce qu’ils proposent, c’est une révolution, avec tout ce que cela peut avoir de radical. Au nom de ce qui pourrait passer pour une chimère, mais qui n’est que la somme des intérêts d’un groupe qui a su devenir influent, les derniers vestiges du monde ancien, déclaré suicidaire, doivent disparaître, afin qu’un despotisme aseptisé et hautement profitable s’installe. La mort elle-même devra s’incliner devant la suprême volonté de ces porteurs d’un triste espoir.

La maladie, nous dit Klaus Schwab, a été une chance. De son point de vue, la chose est indéniable, car il a été enfin possible de vérifier jusqu’à quel point les sociétés, soumises à la peur, sont prêtes à sacrifier leur liberté sur l’autel de la survie. Les menaces de mort par réchauffement ont, bien sûr, fait plier quelques-uns, mais ils ne sont pas assez nombreux ; deux degrés de plus d’ici quatre-vingts ans, malgré les anticipations apocalyptiques, ne troublent que les militants. Mais un fléau qui est déjà parmi nous, qui a fait des morts, est très convaincant, surtout quand la plupart des gouvernements, par l’absurdité de leurs mesures, arrivent à créer l’impression que la fin du monde est là, devant nos portes. MM. Schwab, Soros, Gates et leurs amis savent comment nous éviter ce funeste destin. Ils ont aussi la certitude que d’autres maladies impitoyables vont nous frapper. Ils se proposent, donc, du haut de leur sagesse, de régenter le monde, de le transformer en un vaste sanatorium écologique. En somme, ils veulent s’assurer que, pour notre bien, la vie devienne véritablement invivable.

Source : Politique Magazine

 

Catégories :REBLOG

2 réponses »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s