REBLOG

Covid19-84 : Un ex-dirigeant de Pfizer demande à l’UE de mettre fin aux études sur le vaccin contre le COVID-19 concernant la “stérilité indéfinie” et d’autres problèmes de santé/La campagne de vaccination promet,… 2 cobayes déjà morts lors de l’essai du vaccin Pfizer… Ca donne envie !!/CNN : “Ne vous alarmez pas si des personnes commencent à mourir après avoir été vaccinées”

Un ex-dirigeant de Pfizer demande à l’UE de mettre fin aux études sur le vaccin contre le COVID-19 concernant la “stérilité indéfinie” et d’autres problèmes de santé

PAR JADE · PUBLIÉ 7 DÉCEMBRE 2020 · MIS À JOUR 7 DÉCEMBRE 2020

L’ancien vice-président et directeur scientifique de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, et le Dr Wolfgang Wodarg, spécialiste des poumons et parlementaire allemand, ont déposé une demande urgente auprès de l’Agence européenne du médicament pour demander la suspension immédiate de toutes les études sur le vaccin contre le SARS-CoV-2 – en particulier l’étude BioNtech/Pfizer sur le BNT162b (numéro EudraCT 2020-002641-42).

Yeadon et Wodarg affirment que les études devraient être interrompues jusqu’à ce qu’une étude de conception soit disponible, répondant à une série de graves préoccupations en matière de sécurité exprimées par un nombre croissant de scientifiques renommés qui sont sceptiques quant à la rapidité avec laquelle les vaccins sont mis au point, selon le journal allemand 2020 News.

D’une part, les pétitionnaires demandent qu’en raison du manque connu de précision du test PCR dans une étude sérieuse, un séquençage dit de Sanger soit utilisé. C’est la seule façon de faire des déclarations fiables sur l’efficacité d’un vaccin contre le Covid-19. Sur la base des nombreux tests PCR de qualité très variable, ni le risque de maladie ni l’éventuel bénéfice d’un vaccin ne peuvent être déterminés avec la certitude nécessaire, c’est pourquoi le fait de tester le vaccin sur des humains est contraire à l’éthique en soi. –2020 News

Ils soulignent également les préoccupations soulevées dans des études antérieures portant sur d’autres coronavirus, notamment (via 2020 News) :

  • La formation d’anticorps dits “non neutralisants” peut entraîner une réaction immunitaire exagérée, en particulier lorsque la personne testée est confrontée au vrai virus “sauvage” après la vaccination. Cette amplification dite dépendante des anticorps, l’ADE, est connue depuis longtemps grâce à des expériences de vaccins corona chez les chats, par exemple. Au cours de ces études, tous les chats qui avaient initialement bien toléré la vaccination sont morts après avoir attrapé le virus sauvage.
  • On s’attend à ce que les vaccins produisent des anticorps contre les protéines de pointe du SARS-CoV-2. Cependant, les protéines de spicule contiennent également des protéines homologues de la syncytine, qui sont essentielles à la formation du placenta chez les mammifères tels que l’homme. Il faut absolument exclure qu’un vaccin contre le SARS-CoV-2 puisse déclencher une réaction immunitaire contre la syncytine 1, car sinon une stérilité de durée indéterminée pourrait survenir chez les femmes vaccinées.
  • Les vaccins à ARNm de BioNTech/Pfizer contiennent du polyéthylène glycol (PEG). 70% des personnes développent des anticorps contre cette substance – cela signifie que de nombreuses personnes peuvent développer des réactions allergiques, potentiellement mortelles, à la vaccination.
  • La durée beaucoup trop courte de l’étude ne permet pas une estimation réaliste des effets tardifs. Comme dans les cas de narcolepsie après la vaccination contre la grippe porcine, des millions de personnes en bonne santé seraient exposées à un risque inacceptable si une autorisation d’urgence était accordée et que la possibilité d’observer les effets tardifs de la vaccination suivait. Néanmoins, BioNTech/Pfizer a apparemment soumis une demande d’approbation d’urgence le 1er décembre 2020.

Le Dr Yeadon a fait la une des journaux le mois dernier lorsqu’il a déclaré qu’“aucune donnée scientifique ne permet de suggérer qu’une deuxième vague devrait avoir lieu” et que des faux résultats positifs provenant de tests COVID-19 intrinsèquement défectueux sont utilisés pour ‘créer’ une deuxième vague.”

Comme l’écrit Ralph Lopez sur HubPages, M. Yeadon prévient que la moitié, voire “presque tous” les tests de dépistage du COVID sont des faux positifs. Le Dr. Yeadon affirme également que le seuil d’immunité collective peut être beaucoup plus bas que ce que l’on pensait auparavant, et qu’il a peut-être déjà été atteint dans de nombreux pays.

Dans une interview accordée le mois dernier (voir ci-dessous), le Dr Yeadon a été interrogé :

“nous basons une politique gouvernementale, une politique économique, une politique des libertés civiles, en termes de limitation des personnes à six personnes dans une réunion… toutes basées sur, ce qui pourrait bien être, des données complètement fausses sur ce coronavirus ?”

Le Dr. Yeadon a répondu par un simple “oui”.

Il a ensuite déploré les vies perdues en raison des politiques de confinement, et les innombrables vies “sauvées” qui seront encore perdues, en raison d’importantes opérations chirurgicales et d’autres soins de santé différés, si le confinement est réimposé.

La campagne de vaccination promet,… 2 cobayes déjà morts lors de l’essai du vaccin Pfizer… Ca donne envie !!

 
Alors que la FDA (Food and Drug Administration) devait accorder jeudi l’approbation de l’utilisation d’urgence du vaccin Pfizer-BionTech Covid après avoir publié une évaluation préliminaire des données d’essai que le groupe d’experts utilisera pour évaluer le médicament plus tôt dans la journée, l’agence a admis que deux participants à la phase 3 des essais sont morts. L’un deux était immunodéprimé, selon le Jerusalem Post, citant des données publiées plus tôt.

La FDA devrait publier deux évaluations distinctes des données de l’essai avant qu’un groupe d’experts ne se réunisse pour examiner les données et approuver la demande d’approbation d’urgence de Pfizer ou la refuser. Cela vient également après que la FDA ait averti d’une « réaction inversée sévère » fréquemment observée chez les patients après avoir pris la deuxième dose. Aux Etats-Unis, il y a eu au moins un autre participant à l’essai qui serait décédé peu de temps après avoir reçu la deuxième dose. Le participant dans cette affaire était un prêtre de Philadelphie qui a participé à l’essai « Moderna ». Au Royaume-Uni, deux patients ont été gravement malades pendant l’essai du vaccin AstraZeneca-Oxford (bien qu’Oxford ait déclaré plus tard que les maladies n’avaient rien à voir avec l’essai). Au Brésil, des autorités ont brièvement interrompu un essai du vaccin Covid expérimental de « Sinovac » après un décès d’un participant.
Israël a acheté 8 millions de doses du vaccin Pfizer (suffisamment pour vacciner 4 millions de personnes), et bien que certains responsables de la santé aient suggéré que les vaccinations puissent commencer dès l’arrivée des doses, le directeur général du ministère de la santé, Chezy Levy, a déclaré au Jerusalem Post que commencer la vaccination dans n’importe quel endroit avant l’approbation de la FDA était interdite.

Pour être franc, on ne sait pas si les participants décédés ont succombé à des complications liées au vaccin ou s’ils ont même vraiment été vaccinés Au Royaume-Uni, qui a inoculé mardi les premiers patients sous l’approbation d’utilisation d’urgence, une grand-mère de 90 ans et un homme de 81 ans de nom de « William S. » qui ont été parmi les premiers à recevoir le fameux vaccin.

Source: zerohedge

CNN : “Ne vous alarmez pas si des personnes commencent à mourir après avoir été vaccinées”

“Cela n’aura pas nécessairement de rapport avec le vaccin.”

Dans un article sur le déploiement du vaccin contre le COVID, CNN affirme que les Américains ne devraient pas s’alarmer si des personnes commencent à mourir après avoir pris le vaccin car “des décès peuvent survenir qui n’auront pas nécessairement de rapport avec le vaccin”.

L’avis a été publié dans un article intitulé “Pourquoi vacciner nos plus frêles ? Un vote bizarre montre le dilemme” dans lequel la Dre Kelly Moore, directeur associé de la Coalition pour l’action en faveur de la vaccination, avertit que les vaccins n’agissent pas aussi bien sur les personnes fragiles et âgées que sur les personnes en bonne santé.

“Lorsque les vaccins commencent à être administrés dans les bras des résidents, Moore a déclaré que les Américains doivent comprendre que des décès peuvent survenir qui n’auront pas nécessairement un rapport avec le vaccin”, indique le rapport.

“Nous ne serions pas du tout surpris de voir, par coïncidence, une vaccination se produire puis de voir quelqu’un décéder peu de temps après avoir reçu un vaccin, non pas parce que cela a un rapport avec la vaccination mais simplement parce que c’est là que se trouvent les personnes en fin de vie”, a déclaré M. Moore.

Elle a ensuite ajouté que les Américains ne devraient pas s’alarmer de voir des gens mourir un jour ou deux après avoir reçu le vaccin contre le COVID.

“L’une des choses que nous voulons nous assurer que les gens comprennent, c’est qu’ils ne devraient pas être inutilement alarmés si l’on rapporte, une fois que nous avons commencé à vacciner, qu’une ou plusieurs personnes qui résident dans un établissement de soins de longue durée meurent un jour ou deux après leur vaccination. C’est une situation à laquelle nous devrions nous attendre, comme c’est normal, car les gens meurent fréquemment dans les maisons de retraite”.

Alors que les décès dans les maisons de soins des personnes qui prennent le vaccin sont décrits comme normaux et n’ont rien à voir avec le vaccin, certains suggèrent que vous pourriez faire valoir exactement le même argument concernant les décès des personnes présentant des comorbidités multiples dans les maisons de soins qui ont été liés au COVID.

Beaucoup l’ont fait et ont été critiqués pour l’avoir fait.

Catégories :REBLOG

2 réponses »

  1. les banksters ont dit à Macron qu’ils n’auraient plus besoin de lui et qu’il se dépêche pour détruire (vacciner) ce qui doit être détruit avant son remplacement .
    Rappelez-vous quand jacques Attali, l’homme qui murmure à l’oreille des présidents a annoncé que pour 2022 le président de ripoublique sioniste française serait une femme…
    Elle appelle Audrey Tcherkoff.

    à 5 minutes 18, Audrey Tcherkoff fait l’éloge de son maitre Jacques Attali, et parle du nouveau gouvernement mondial à venir, et a le toupet de dire que tout cela est démocratique et voulu et demandé par les citoyens (les multinationales sont les citoyens pour elle), au passage, elle parle du réchauffement climatique bidon arnaque

    J'aime

  2. En France, ce qui est gênant, c’est l’arrivée de A. Fischer dit « monsieur vaccin ».
    On pourrait croire que le partant, Viossat, avait des relents d’encens un peu trop accentués : ancien de la Banque Mondiale, ancien des laboratoires Eli Lilly, ancien des laboratoires Abbott : peut-être commençait-il à sentir le souffre, faute de conflits d’intérêts … !
    Mais il ne semble pas perdu pour autant, juste mis en retrait.
    Il semblerait qu’il s’agit plutôt d’une magouille qui consiste à « se passer le relais » !
    Le « nouveau venu », Fischer, n’est pas si nouveau que ça puisqu’il est à l’origine des 11 vaccins d’Agnès Buzyn en 2018… ! …et est toujours resté en coulisses comme va le faire Viossat à son tour…!
    Seulement, Fischer est un gros, gros problème ! C’est « le » spécialiste de la thérapie génique, en particulier, dans le traitement des enfants-bulles.
    Or, après toutes ses récompenses et toutes ces apparentes réussites, il s’est avéré que c’était un fiasco : bien que les enfants traités aient été guéris (ou plutôt « réparés »), 33 % d’entre eux sont morts, 2 ans plus tard de maladies provoquées par le traitement (leucémie pour la plupart).
    10 ans plus tard, d’aucuns prétendent que quelques autres de ces enfants ont également souffert de leucémie…mais impossible d’en savoir plus sur le secret des dieux….
    Cette technique thérapeutique a donc été mise en veilleuse, d’autant plus qu’elle manquait d’argent pour les besoins de sa recherche.
    Mais, comme il arrive souvent que l’élève dépasse le maître, 2 de ses « collaboratrices » on mis au point une nouvelle technique de thérapie génique pour traiter des défaillances immunitaires plus ciblées,avec quelques succès puisque, parmi la poignée d’enfants traités, le seul décès enregistré est celui d’un adolescent victime d’un herpès devenu multirésistant.
    Etant donné que la technique utilisée par Pfizer (qui, par ailleurs, procède à des recherches sur l’immunothérapie) ressemble étrangement à la technique antérieurement mise au point par Fisher, l’on peut se poser des questions sur l’intégrité morale de ce dernier.
    Si c’est le cas, il se pourrait bien que, dans 1 an ou 2, des leucémies et des maladies auto-immunes se manifestent.
    C’est peut-être bien pour ça qu’ils commencent par ne vacciner que les vieux : d’une part,ils vont mourir de toute façon, d’autre part s’il y a des effets secondaires graves ils coûteront bien moins cher que des jeunes (rente + indemnisation) car leur espérance de vie est réduite.
    En relation avec ces questions, on peut raisonnablement se demander pourquoi la France, qui rechignait à indemniser les victimes de la narcolepsie qui a fait suite au vaccin contre la grippe A-H1N1, s’est soudain mise à les à indemniser …?!
    -Le 8 Juillet 2020, dans le Maine et Loire, l’une de ces victimes s’est vue attribuer une indemnisation de l’Etat de 557.918 € (intérêts courus aidant, la somme atteint ~700.000 €) ainsi qu’une somme de 17.304 euros de rente viagère annuelle afin de lui permettre de se faire assister par une tierce personne. Elle avait 13 ans lorsqu’elle a été vaccinée contre le H1N1, elle en a 24 aujourd’hui ;
    – Novembre 2020, à Nantes, 2 ados nantais aujourd’hui étudiants obtiennent une indemnité de 366 000 € pour l’un et 375 000 € pour l’autre, ainsi que des rentes viagères annuelles de 11 000 € et 21 000 €.
    … et ils sont 60 comme cela, connus… ou tout au moins « reconnus » après que l’on ait invoqué toutes les autres causes possibles permettant de les exclure de l’accès à un droit légitime.
    Finalement, Un vieux, ça n’a que quelques années à vivre et le temps que la « justice » se prononce, il sera mort… !
    Un jeune, a fortiori un en enfant ou un adolescent, ça a toute sa vie devant lui : une vie flinguée avec, souvent, besoin d’une assistance permanente et des soins récurrents.
    … et, même si la « Justice » prend son temps, il faudra raquer, indemnités, rentes …et même pendant 40ans, 50 ans ou plus !
    Ceci explique cela, d’autant plus que « En achetant des millions de doses de vaccins à l’industrie en 2009, la France a signé une clause : en cas d’effets indésirables, c’est l’État qui prendra en charge les indemnisations des éventuelles victimes et non les laboratoires »
    … c’était donc ça, le classement de cette opération en « secret-défense » ?
    ……Tout le monde a remarqué qu’il se passe exactement la même chose pour le Corona Virus !
    Un lien d’information sur les suite du H1N1 : https://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/09/10/21238-troubles-neurologiques-rares-lies-vaccin-anti-h1n1

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :