REBLOG

“Pas de vaccin, pas de travail” – Les employeurs discutent de la possibilité de rendre la vaccination contre le COVID obligatoire pour les travailleurs/Les employeurs peuvent-ils licencier les employés qui choisissent de ne pas se faire vacciner contre le COVID ?/La ruée vers les vaccins est une course contre la fuite des capitaux

“Pas de vaccin, pas de travail” – Les employeurs discutent de la possibilité de rendre la vaccination contre le COVID obligatoire pour les travailleurs

PAR JADE · PUBLIÉ 7 DÉCEMBRE 2020 · MIS À JOUR 7 DÉCEMBRE 2020

Les sondages d’opinion publique des deux dernières semaines semblent montrer qu’un nombre croissant d’Américains prévoient de se faire vacciner contre le coronavirus, même si le Dr Fauci a laissé entendre que la décision du Royaume-Uni d’accorder une autorisation d’urgence au vaccin à ARNm de Pfizer pourrait avoir été quelque peu “précipitée”.

Une récente note de recherche de Goldman Sachs destinée à ses clients institutionnels l’a montré, en citant les chiffres des sondages de YouGov.

Alors que les hospitalisations atteignent des niveaux records et que la Californie se dirige à nouveau vers un confinement, des millions d’Américains prendraient probablement volontiers le vaccin juste pour sentir que la pandémie est “terminée”, même si la durée de cette immunité n’est pas encore très bien comprise et que certains sceptiques “conspirationnistes” se sont interrogés sur les chiffres de l’efficacité.

Mais alors que les États-Unis et le Royaume-Uni se préparent à livrer les premiers vaccins dans une semaine, les industries se bousculent pour essayer de qualifier leurs travailleurs comme “essentiels” afin qu’ils puissent avoir un accès plus rapide au vaccin (pour beaucoup, les profits sont en fin de compte en jeu).

Même si de nombreux Américains estiment qu’il est moralement répréhensible de licencier quelqu’un qui refuse de se faire vacciner, certaines entreprises et certains groupes industriels prévoient d’exiger que les travailleurs soient vaccinés comme condition préalable à leur retour au travail. Ils pensent peut-être qu’une telle prise de position publique pourrait les aider à assurer plus rapidement l’approvisionnement en vaccins.

Quelle que soit la raison, même pour les cols blancs qui sont confortablement installés dans leur maison/appartement depuis neuf mois, le contexte est assez clair : pas de vaccin, pas de travail.

Voici d’autres informations provenant de The Hill :

Les entreprises seront bientôt confrontées à une décision difficile, à savoir si elles doivent exiger de leurs employés qu’ils se fassent vacciner contre le COVID-19 comme condition de retour au travail.

[…]

Les employeurs estiment qu’ils disposent d’une base juridique solide pour imposer des vaccinations, mais cela ne signifie pas que la mise en application ne sera pas sans difficultés, en particulier compte tenu de la réaction brutale dans certaines régions du pays pour masquer les mandats et les petits groupes opposés à toute forme de vaccination.

Cependant, de nombreuses entreprises pourraient bientôt découvrir que leurs employés (pas seulement les ouvriers de l’industrie manufacturière, mais aussi les employés de bureau) ne partagent pas leurs préoccupations, ne peuvent pas mettre la main sur un vaccin ou sont simplement sceptiques quant aux effets secondaires à long terme et préfèrent attendre et voir.

Heureusement pour ces travailleurs, la législation américaine offre un moyen de les faire reculer.

Les entreprises peuvent l’exiger, oui, mais elles peuvent se heurter à des limites légales. Le COVID est un territoire tellement inexploré que lorsque nous voyons les employeurs agir, lorsque nous voyons les autres agir, de nouvelles limites sont définies dans la loi”, a déclaré Allison Hoffman, professeure à la Carey Law School de l’université de Pennsylvanie.

Certains groupes d’entreprises commencent à prendre les devants en exprimant leur soutien public aux exigences de vaccination.

Jay Timmons, PDG de la National Association of Manufacturers, a souligné que le vaccin est nécessaire pour protéger le personnel essentiel, y compris les travailleurs de l’industrie manufacturière, et que son groupe soutiendrait les entreprises membres dans la mise en œuvre des exigences de vaccination.

“Bien qu’il y ait probablement des préoccupations juridiques concernant les obligations générales, si l’un de nos membres estime qu’une exigence au sein de son entreprise est la bonne chose à faire, nous soutiendrons certainement cette démarche dans les limites de la loi.

“Parce que l’avenir de l’Amérique dépend des gens qui se retroussent les manches d’une nouvelle manière”, a déclaré M. Timmons au Hill.

Les limites légales auxquelles les employeurs pourraient se heurter sont liées à la loi américaine sur les handicaps (ADA) et au Titre VII de la loi sur les droits civils de 1964, qui autorisent des exemptions de vaccination des employés pour certaines raisons sanitaires et religieuses.

En mars, la Commission pour l’égalité des chances dans l’emploi (EEOC) a déclaré qu’un employeur couvert par l’ADA et le Titre VII ne peut pas obliger tous ses employés à se faire vacciner.

“La Commission continue de suivre de près les développements d’un vaccin contre le COVID-19 et évalue activement comment un éventuel vaccin interagirait avec les obligations des employeurs en vertu de l’Americans with Disabilities Act, du Titre VII du Civil Rights Act de 1964, et des autres lois que la Commission applique”, a déclaré Christina Saah Nazer, porte-parole de l’EEOC, à The Hill.

La semaine dernière, Joe Biden – qui s’est engagé lors des débats à rendre les masques obligatoires dans tout le pays – a changé d’avis et a déclaré qu’il ne rendrait pas les vaccins obligatoires pour tous, tout comme il ne “demanderait” pas que les vaccinations soient rendues obligatoires. Le Britannique Boris Johnson s’est engagé à ne pas rendre les vaccinations obligatoires, et d’autres dirigeants mondiaux l’ont également fait.

Mais revenons un peu en arrière : une sorte de décret fédéral rendant les vaccinations obligatoires n’est pas la seule méthode pour contraindre l’ensemble de la population à se faire vacciner. Souvent, les dirigeants politiques – quelles que soient leurs raisons – opteront plutôt pour une approche plus subtile.

Si ceux qui refusent de se faire vacciner ne peuvent pas travailler, ne peuvent pas faire leurs courses et sont effectivement exclus de la société, alors peut-on honnêtement dire que les vaccinations sont vraiment “volontaires” ?

Et qu’est-ce que cela signifie pour les travailleurs qui se retrouvent tout simplement exclus alors que les riches et les personnes bien connectées se frayent un chemin vers les premières lignes ?

Les employeurs peuvent-ils licencier les employés qui choisissent de ne pas se faire vacciner contre le COVID ?

Le vaccin contre le COVID n’est même pas encore disponible, mais les grands médias regorgent déjà de reportages sur la légalité ou non pour les employeurs de licencier les employés qui refusent de le prendre. Pour moi, ce n’est même pas un débat que nous devrions avoir. Il serait fondamentalement anti-américain et moralement répréhensible qu’un employeur licencie quelqu’un parce qu’il a choisi de ne pas se faire vacciner. Malheureusement, les grands médias ne voient pas les choses de cette façon, et ils interviewent de nombreux experts juridiques qui assurent aux employeurs qu’il est parfaitement légal de licencier des personnes qui ne veulent pas se faire vacciner.

Par exemple, ce qui suit provient d’un article de CNBC

“En général, oui, les employeurs peuvent rendre le vaccin obligatoire lorsqu’il devient disponible, avec bien sûr un tas de réserves”, explique l’avocate spécialisée dans le droit du travail, Lindsay Ryan, en énumérant les exemptions possibles pour les personnes souffrant de conditions médicales spécifiques et celles ayant des convictions religieuses sincères.

Si les convictions religieuses protégeaient vraiment les employés, ce serait formidable.

De mon point de vue, tout employé qui refuse de se faire vacciner sur la base d’une conviction religieuse sincère devrait absolument être protégé contre le licenciement en vertu de la loi fédérale.

Malheureusement, l’article de la CNBC poursuit en expliquant pourquoi la loi fédérale ne protégera probablement pas toute personne de foi des exigences de vaccination obligatoire…

M. Ryan souligne que les lois des États régissant ce qui constitue des accommodements raisonnables pour les groupes religieux varient considérablement, mais qu’”en vertu de la loi fédérale, les employeurs ne sont pas tenus d’accorder un accommodement religieux si cela entraîne un coût supérieur à un coût de minimis pour l’exploitation de l’entreprise”.

“De minimis” est le terme latin pour “d’importance minimale” et est utilisé dans la loi pour désigner un total si faible qu’il n’est même pas reconnu. Étant donné l’impact important de la pandémie sur les entreprises, M. Ryan affirme que “cette norme est assez faible”. Cela signifie que de nombreux employeurs auront probablement un motif légal pour exiger la vaccination.

En d’autres termes, la loi fédérale ne protège guère les travailleurs qui souhaitent refuser le vaccin contre le COVID.

D’autres grands médias ont publié des articles similaires. Cet extrait est tiré d’un article publié par Reuters…

M. Gostin et cinq autres experts en droit de la santé ont déclaré que les entreprises privées aux États-Unis jouissent d’une grande liberté pour fixer des normes de santé et de sécurité, ce qui leur permettrait d’imposer des vaccinations comme condition d’emploi, à quelques exceptions près.

C’est presque comme s’il y avait un effort coordonné pour faire prendre conscience aux employeurs de tout le pays qu’ils peuvent imposer de tels impératifs.

Il y a un peu plus d’une décennie, l’administration américaine de la sécurité et de la santé au travail a décidé que les employeurs pouvaient rendre les vaccins obligatoires pendant la pandémie de grippe, mais bien sûr, cette crise s’est assez rapidement atténuée et très peu d’employeurs ont réellement pris cette voie.

Mais maintenant, il semble que le COVID-19 va rester avec nous pendant un bon moment, et certains employeurs ont déjà décidé de rendre la vaccination obligatoire pour tous les employés

Quelques mois seulement après le début de la pandémie de coronavirus, Holly Smith avait déjà pris sa décision. Elle n’allait pas rouvrir son restaurant aux clients avant qu’un vaccin ne soit disponible. Elle pensait simplement que ce n’était pas sûr. Lorsqu’elle a fait part de sa décision à son personnel, celui-ci lui a posé la question : Le vaccin serait-il obligatoire ?

Oui, elle a répondu. Il le serait.

“Je n’ouvrirai pas avant d’être sûre que tous les membres de mon personnel sont vaccinés”, déclare Mme Smith, chef et propriétaire du Cafe Juanita à Kirkland, dans l’État de Washington. “Les membres de l’équipe immédiate – vous devez prendre soin d’eux. Si vous ne prenez pas soin d’eux, ils ne peuvent pas vous aider à vous occuper de vos affaires”.

Si certains de ses employés ne veulent pas se faire vacciner, ils vont se retrouver au pied du mur.

Et comme je l’ai expliqué à plusieurs reprises ces dernières semaines, il n’est pas facile de trouver un autre emploi dans cette économie.

La bonne nouvelle, c’est que la plupart des employeurs hésiteront probablement à rendre les vaccins obligatoires en raison du risque de refus de la part de leurs employés.Selon un récent sondage Gallup, 42 % des Américains ne prévoient pas de se faire vacciner contre le COVID-19…

La volonté des Américains de se faire vacciner contre le COVID-19 a un peu rebondi en octobre, comme le montre un sondage Gallup réalisé avant que Pfizer/BioNTech et Moderna ne fassent des annonces prometteuses sur l’efficacité probable de leurs vaccins contre le coronavirus. 58 % des Américains interrogés lors du dernier sondage ont déclaré qu’ils se feraient vacciner contre le COVID-19, contre 50 % en septembre.

On estime que 328 millions de personnes vivent actuellement aux États-Unis, et que 42 % de ces 328 millions représentent 137 millions de personnes.

Si ces 137 millions de personnes défendent les droits que Dieu leur a donnés, il est presque certain que nous ne verrons pas se généraliser les mandats de vaccination.

Mais le feront-ils ?

Nous verrons bien.

Dans les mois à venir, l’opinion publique va faire pression pour se faire vacciner, et les CDC prévoit de promouvoir énergiquement sa campagne de vaccination.

Ils prévoient même de distribuer des “badges ou des autocollants” pour que les personnes qui ont reçu une injection puissent en faire la publicité auprès des autres…

Les Centers for Disease Control and Prevention prévoient de proposer aux prestataires de soins de santé un modèle qu’ils pourront utiliser pour imprimer des badges ou des autocollants qui annonceraient le statut de vaccination d’une personne. L’idée est que le badge serait remis aux patients après qu’ils aient reçu leurs vaccins.

Cet effort fait partie d’une “boîte à outils” que les CDC prévoient de fournir aux systèmes de santé pour “éduquer et promouvoir la vaccination”, a déclaré un porte-parole des CDC à ABC News.

En outre, ces derniers jours, Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton et Joe Biden se sont tous engagés à se faire vacciner publiquement

Le président élu Joe Biden a déclaré qu’il prendrait publiquement un vaccin lorsqu’il sera disponible pour encourager le public à se faire vacciner, rejoignant ainsi trois anciens présidents qui se sont récemment engagés à faire de même.

M. Biden a déclaré qu’il serait “heureux” de se joindre aux anciens présidents Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton pour que le vaccin soit rendu public afin de prouver qu’il est sans danger.

Cela semble être un véritable coup de relations publiques pour les sociétés pharmaceutiques, mais si l’une d’entre elles a une quelconque réaction indésirable au vaccin, cela se transformera rapidement en un cauchemar de relations publiques.

Bien sûr, la vérité est que personne ne sait vraiment quels seront les effets secondaires à long terme des vaccins contre le COVID pour l’ensemble de la population.

Comme je l’ai déjà dit, cette toute nouvelle catégorie de vaccins à ARNm n’a jamais été testée auparavant, et ceux qui se présenteront les premiers pour obtenir un vaccin contre le COVID seront des cobayes.

Traduction de TheMostImportantNews.com par Aube Digitale

La ruée vers les vaccins est une course contre la fuite des capitaux

Il n’y a pas de plus grand événement aujourd’hui que la course pour mettre un vaccin contre le COVID-19 entre les mains du plus grand nombre de personnes possible. Ce n’est pas parce que les vaccins commandés sont si efficaces ou que le COVID-19 est si mortel.

Il est nécessaire parce qu’on pense que le COVID-19 est si mortel qu’un vaccin apportera une certaine forme de soulagement.

Cette perception est authentique dans l’esprit de ceux qui craignent encore le virus.

Mais cette perception est elle-même un programme politique créé pour maintenir suffisamment de personnes dans la crainte du virus pour qu’elles acceptent le vaccin. Il s’agit simplement d’une demande fabriquée et elle a infecté tout le complexe du marché.

C’était une course contre la montre pour que l’histoire de COVID-19 reste pertinente jusqu’à ce qu’ils puissent obtenir un vaccin pour construire la prochaine couche des fondations du Grand Reset.

C’est pourquoi la perception devait persister grâce à un immense chantage politique exercé par les dirigeants mondiaux et leurs agents dans les médias.

C’est pourquoi, maintenant que l’élection est pratiquement terminée, nous sommes entrés dans la phase suivante avec une propagande sans fin sur les deuxièmes vagues et d’énormes (et pour la plupart frauduleux) résultats positifs aux tests PCR donnant aux gouverneurs la couverture nécessaire pour émettre de nouveaux ordres de verrouillage de plus en plus stridents en Californie, à New York, dans le Michigan et dans toute l’Europe.

Même si le nombre de décès ne suit pas du tout les taux précédents. L’explosion du nombre de cas n’est qu’une autre opération psychologique pour justifier la destruction massive de la société, pour ouvrir la voie à d’interminables contrôles de sauvetage et, une fois le vaccin distribué, pour revenir sur les protocoles de test (c’est-à-dire faire passer le test PCR par moins de cycles) afin de “prouver” avec “les données” que nous avons été sauvés de l’extinction et c’est pourquoi tous ceux qui s’y opposent sont les véritables hérétiques et les nouveaux “platistes”.

Le président sélectionné Joe Biden demande maintenant un “port obligatoire du masque” pendant 100 jours comme “mesure de guérison” pour vaincre ce virus une fois pour toutes durant la distribution des vaccins.

Joe essayant de faire passer cela comme un petit sacrifice pour s’engager dans un grand effort comme celui de la Seconde Guerre mondiale est, franchement, insultant à ce stade, d’autant plus qu’il n’est pas vraiment le président et ne le sera jamais.

Mais tout cela est du théâtre pour un virus qui a pour la plupart suivi son cours, et l’aurait certainement fait si nous l’avions traité au niveau de la politique publique comme des singes intelligents, utilisant des outils, plutôt que des singes qui balancent leurs ca.cas l’année dernière.

Le véritable programme nous attend maintenant.

Lorsque tout cela sera accompli, le masque sera remplacé par “l’injection” et le vaccin deviendra obligatoire pour que chacun d’entre nous puisse être réintégré dans la société normale.

J’avais déjà mis en garde contre le “traçage des contacts” l’année dernière et maintenant les API sont dans votre téléphone, que vous le vouliez ou non, et le passeport médical (“Papiers s’il vous plaît !”) est déjà sur la chaîne de montage.

D’abord, vous détruisez la vie des gens, puis vous imprimez des milliers de milliards de billets fantoches pour renflouer les incompétents et continuer à payer les agents de police, en veillant à ce qu’ils soient nourris. Puis, lorsque le désespoir atteint son paroxysme, vous créez un nouveau programme gouvernemental et vous transformez les gens en mouchards pour assurer le respect des règles.

Nous allons permettre aux pires des agents qui sont déjà fous de peur de courir partout pour collecter des données pour le gouvernement.

Tout cela au nom de la relance de l’économie !

Je suis presque sûr que lorsque j’ai lu La lettre écarlate au lycée, nous n’avons pas considéré Hester Prynne comme la méchante. Parce que la personne qui est positive au COVID-19 aura désormais un gros “CV” rouge sur elle, ce qui limitera sa capacité à participer à la société.

Il sera placé sur la personne qui refuse de se faire vacciner contre le virus de l’année dernière, car il n’a jamais été question de sécurité publique, mais bien de contrôle.

Et la réalité est que dans une situation de santé publique, même les personnes désagréables peuvent être contraintes d’accepter toutes sortes de tyrannie si cela leur permet de passer leur journée avec un minimum d’agacement.

C’est pathétique et triste, mais c’est vrai. Et pour ceux qui pensent que j’exagère peut-être, posez-vous une simple question : “Enlevez-vous vos chaussures à l’aéroport et passez au scanner po.rno ?”

Bien sûr que vous le faites.

Si le “vaccin contre le COVID-19” est la condition préalable à votre retour au gouvernement, les seuls qui vous restent après le Grand Rétablissement, allez-vous encore crier hystériquement “MON CORPS, MON CHOIX” ?

Réveillez-moi quand Alyssa Milano vous le dira.

Et ne pensez pas une seconde que pour l’instant les marchés ne sont pas aussi esclaves de cette folie. Chaque gros titre sur un vaccin de Pfizer ou de Moderna envoie les marchés dans des paroxysmes de comportement extrêmement haussier ou baissier.

Personne ne semble se soucier du fait que les Russes distribuent aujourd’hui des millions de doses de leur vaccin Sputnik V parce que personne en Occident n’est autorisé à l’acheter ou à se faire piquer avec celui-ci.

Je me demande pourquoi ?

Vous savez pourquoi.

Cela dit, c’est la raison pour laquelle les marchés russes continuent de tenir extrêmement bien, voire de surpasser leurs homologues occidentaux, malgré les mesures de confinement qui empêchent d’investir dans ces marchés, ce qui est encore plus draconien que les dernières balivernes de Gavin Newsom en Californie.

Les chiffres les plus récents sont tous solides. Le taux de chômage est de 6,3 %, il a finalement atteint un plateau, l’indice des prix à la consommation (IPC) est de 4,4 % et, surtout, la demande d’actifs russes se poursuit à un rythme effréné.

L’indice de Moscou menace d’atteindre un niveau record (voir graphique), ce qui entraînera un fort renversement de tendance haussière mensuelle d’une barre en novembre. Il s’agit également de la clôture mensuelle la plus élevée jamais enregistrée de l’indice MOEX, avec un fort suivi au début du mois de décembre.

Dans le même temps, la courbe des taux d’intérêt russes, qui est finalement en hausse après des années de politique monétaire trop stricte, est fixée à 10 points de base en dessous du taux de référence de la Banque de Russie à 4,25%.

Cela me dit qu’il y a une autre baisse de taux dans l’avenir de la Banque de Russie, probablement à 4 % ou même 3,75 %. La présidente de la Banque de Russie, Elvira Nabullina, est notoirement lente à réduire les taux et attend presque toujours que le marché des obligations soit en désordre et que les liquidités en roubles soient bien trop serrées pour enfin appuyer sur la gâchette.

Le rouble a fortement augmenté par rapport au dollar cette semaine, s’effondrant sous le niveau critique de 76 pour terminer cette semaine en dessous de 74. Une preuve de plus qu’avec l’annonce par Poutine de la distribution du vaccin Sputnik V en Russie, les marchés cherchent une demeure où le capital peut avoir une prière en enfer d’être bien traité.

Car ce ne sera certainement pas le cas en Europe. Les seules raisons de la hausse de l’euro sont l’instabilité politique aux États-Unis et l’absence de budget prévisionnel grâce au veto de la Hongrie et de la Pologne. Parce que si l’euro est en train de s’échapper par rapport au dollar, les marchés obligataires européens, notamment les emprunts allemands, sont en hausse.

Bien qu’il ne s’agisse pas d’un marché baissier dans un sens puisque les ventes n’ont pas submergé les achats de la BCE, il est également difficile de déterminer si cela se produira un jour étant donné la part du marché européen de la dette souveraine que la BCE possède actuellement.

Les investisseurs occidentaux tentent de déjouer le récit du COVID-19, en plaçant leur espoir de reprise économique sur le vaccin qui rétablit la normalité. Mais s’il y a une chose que j’ai constatée à maintes reprises au cours des dix derniers mois, c’est que les objectifs de normalité ne cessent de bouger.

Vous souvenez-vous des 15 jours pour aplatir la courbe ? Maintenant, c’est un masque de 100 jours avec des mandats de blocage complet par État. Quiconque pense que nous reviendrons un jour à quelque chose qui ressemble à l’ancien monde est d’une naïveté extrême.

La course au capital mondial commence maintenant avec le lancement de Sputnik V par la Russie, par millions de doses. Peu importe que le vaccin fonctionne ou non.

Celui de Pfizer ne fonctionne pas.

Ce qui importe, c’est de savoir quelles excuses les politiciens peuvent trouver pour s’adapter à leur programme. Poutine veut faire de la Russie une destination pour les capitaux mondiaux, en gardant la Russie ouverte aux affaires. La Russie qui pousse Sputnik V aussi rapidement à la porte, c’est forcer la main de l’Occident. Ils voulaient de plus grands verrous pour plus longtemps. L’Asie restera ouverte pendant que l’Occident jouera à des jeux de réinitialisation de son système.

Ils sont vraiment en colère contre les Russes parce qu’ils sont bons en maths et en sciences.

C’est pourquoi la course au vaccin est en fait la course au capital mondial en fin de compte. Car le déploiement asymétrique du vaccin dans le monde sera suivi d’une surveillance de la destination des capitaux.

La Russie sera l’un de ces endroits, ainsi que tous ceux à qui elle vend le vaccin et tous ceux avec qui elle fait des affaires. Le COVID-19 est un test décisif pour les gouvernements. Les investisseurs regardent maintenant autour d’eux pour savoir où se situe vraiment le risque politique pour la prochaine décennie. Les sanctions, les menaces et le contrôle des capitaux ne peuvent que ralentir la fuite, mais pas l’arrêter.

Traduction du blog Gold, Goats,’n Guns par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

9 réponses »

  1. les gens qui refuseront le vaccin selon le calendrier où ils sont destinés, que ce soit janvier, février, mars, avril mai juin seront fichés comme opposants de l’état et peut être pire incarcérés dans les camps de concentration et interdits de sortir sauf s’ils acceptent le vaccin OGM transhumaniste qui peut les tuer vu que les labos refusent d’être responsables des effets secondaires de leurs vaccins prouvant que leurs vaccins ne sont pas surs

    les médecins libéraux et des hôpitaux prétendent qu’ils accepteront le vaccin, sauf qu’eux ils se feront des faux certificats de vaccin pour eux mêmes pour faire croire qu’ils ont eu le vaccin, mais le pire, c’est qu’ils vont utiliser leur statut de faux vacciné pour faire croire à leurs patients que les vaccins sont sûrs et qu’ils peuvent se faire vacciner

    Alain Fisher compte sur ces menteurs faux vaccinés qui se créent de faux papiers de vaccination pour eux mêmes pour rassurer la population à prendre les vrais vaccins

    https://www.lefigaro.fr/sciences/covid-19-voici-les-trois-phases-de-la-campagne-de-vaccination-en-france-20201205

    seul un contrat montrant que les labos sont judiciairement responsables des effets secondaires de leurs vaccins prouvera la sureté des vaccins, le témoignage de ceux qui l’auraient soit disant pris sans aucune preuve ne vaut rien

    J'aime

  2. 04 Décembre 2020 : L’ONU vient d’annoncer la mise en œuvre d’une identification numérique intégrale et globalisée pour chaque individu, où tout son pedigree et son suivi seront intégrés :
    Sa Naissance, ses diplômes, ses contrats de travail, ses certificats de vaccinations en continu, ses autorisations ou non de voyager,
    son salaire, sa retraite, ses comptes bancaires, son état de santé, ses droits, ses autorisations d’accès pour pouvoir entrer ou pas dans un bâtiment, ect, ect …
    et ils pourront suivre le comportement des individus 24/24 grâce à la 5G et bloquer les gens s’ils dérogent, ou les contraindre à se soumettre en paralysant toute leur vie quotidienne et tous leurs droits jusqu’à obéissance, acceptation, soumission ….
    Alors « Vaccins obligatoires » pour avoir un job ???
    C’est dans le Moove de la Politique Globale qui arrive….
    Un Projet Mondial avec Objectif pour 2030….
    –> Bienvenue dans le 21ème siècle,…. c’est pour demain matin !!!
    (et c’est déjà largement en test…)
    https://www.fawkes-news.com/2020/12/lonu-annonce-un-portefeuille-didentite.html
    ou sinon sur Youtube :
    https://youtu.be/E-7caAeCExI

    J'aime

    • Effectivement réaliste…
      A nous de nous comporter en loups de combat!
      Une meute de loups décidés peut réussir car le loup est un être intelligent et un stratège!
      Ceux qu’ils dévorent n’ont jamais eu le temps de rédiger leurs testaments!

      J'aime

  3. Pfizer admet que son vaccin peut causer la sterilisation des femmes, et qu’il n’a fait aucune etude sur les animaux :

    « It is unknown whether COVID-19 mRNA Vaccine BNT162b2 has an impact on fertility” page 6

    Cliquer pour accéder à Information_for_healthcare_professionals.pdf

    “There are no or limited amount of data from the use of COVID-19 mRNAVaccine BNT162b2.Animal reproductive toxicity studies have not been completed.

    COVID-19 mRNA Vaccine BNT162b2is not recommended during pregnancy.

    For women of childbearing age, pregnancy should be excluded before vaccination. “ page 5 https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/941452/Information_for_healthcare_professionals.pdf

    J'aime

  4. l’armée pour forcer la vaccination?

    La vaccination pourrait avoir lieu à l’hôpital mais aussi dans des centres de santé, des maisons pluriprofessionnelles de santé, ou des « centres Covid ».

    Il n’est pas exclu non plus que l’armée soit appelée à jouer un rôle dans une campagne de vaccination extraordinaire, nécessitant une logistique massive.

    « ce qui n’empêche pas que d’autres intervenants de terrain » comme les infirmiers et les pharmaciens « puissent vacciner » aussi.https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/covid-la-campagne-de-vaccination-en-france-1266158

    Emmanuel Macron a annoncé la constitution d’« un comité scientifique […] chargé du suivi de la vaccination » et d’« un collectif de citoyens » visant à « associer plus largement la population ».La présidence vante une certaine symétrie entre le collectif de citoyens et la Convention citoyenne sur le climat. https://www.dossierfamilial.com/actualites/social-sante/campagne-de-vaccination-contre-le-covid-19-comment-ca-va-se-passer-873288

    le collectif citoyen qui s’occupe de réchauffement climatique bidon va également s’occuper de la vaccination, comme quoi dépopulation rime avec RCA bidon

    Première phase : La vaccination commencera en janvier avec les vaccins Pfizer/BioNTech pour les seniors en établissements, notamment en Ehpad, parce qu’elles cumulent les risques à cause de leur âge et de la vie en collectivité, et les personnels âgés ou malades chroniques qui s’occupent d’eux. Soit environ 1 million de personnes.

    Deuxième phase : en février-mars, le spectre va s’ouvrir par étapes à 14 millions de personnes à l’aide des vaccins AstraZeneca et Moderna. Avec d’abord les personnes âgées de plus de 75 ans, puis celles de plus de 65 ans et les professionnels de santé et médico-sociaux vulnérables en raison de leur âge ou de leur santé.

    roisième phase : au printemps, interviendra la phase grand public et ce en fonction de la disponibilité des doses. Il y aura là encore des publics prioritaires : les personnes âgées de 50 à 64 ans, « les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique » (sécurité, éducation, alimentation), les personnes vulnérables et précaires et ceux qui les prennent en charge, « les personnes qui vivent dans des hébergements confinés ou des lieux clos ». Ensuite, sera concerné « le reste de la population majeure ». Les mineurs ne font pas l’objet de recommandations car les études cliniques les plus avancées n’ont pas inclus cette population. https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/covid-la-campagne-de-vaccination-en-france-1266158

    Paris se prépare à vacciner « 30 à 40 % » de sa population « dès janvier »

    https://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/covid-paris-se-prepare-a-vacciner-30-a-40-de-sa-population-des-janvier-1266958

    comment sont ils sur qu’ils vont réussir à vacciner 40% de la population parisienne si ce n’est pas obligatoire?

    Cette « campagne de vaccination, beaucoup plus rapide » que d’autres scénarios envisagés dans un premier temps par l’Hôtel de Ville et la préfecture de police, permettrait au public prioritaire d’être vacciné sur « convocation de la CPAM », a-t-elle indiqué. Cinq sites de la Ville seront réquisitionnés. « Les personnels soignants seront également prioritaires mais ne seraient pas pris en charge dans les centres dédiés », a ajouté l’élue écologiste. (donc les personnels soignants pourront se faire de faux certificats de vaccins sans que personne ne le sache) https://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/covid-paris-se-prepare-a-vacciner-30-a-40-de-sa-population-des-janvier-1266958

    « Nos lycées pourraient servir comme lieux de vaccination. Nous pourrons aussi acheter des réfrigérateurs », illustre Jean Rottner, le président LR de la région Grand Est. Les collectivités « peuvent aussi assurer du transport à la demande, par exemple en milieu rural pour les personnes âgées isolées qui voudraient aller se faire vacciner », ajoute-t-il. « Les étudiants des formations sanitaires et sociales pourraient être mobilisés », avaient également indiqué les trois associations d’élus, via leur structure Territoires Unis, dans un courrier à Olivier Véran, fin novembre. https://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/covid-les-collectivites-locales-veulent-prendre-leur-part-dans-la-campagne-de-vaccination-1271955

    J'aime

  5. « Pauvre monde, insupportable monde, c’en est trop, tu es tombé trop bas… »

    Pfizer, empereur de la mort, Les Gaulois te défient!

    Il y a du plomb dans l’aile de l’ange déçu.
    Ne sachant nous faire avaler la trompette de la mort, il appuie sur le champignon pour se convertir en effaçeur armé de seringues, façon Léon mondialiste.
    Son traitement principal repose sur l’utilisation massive de zélateurs, confluences qui fixent le con et permettent son éradication.
    Il n’existe pas de concentration de cons du rang qui soit sans danger.

    Quelles actions peuvent alors entreprendre les refusants de la seringue face à un tel déferlement de clones?
    User d’intelligence?
    Lorsque l’on est seuls à avoir raison dans la multitude, c’est que nous avons forcément tort!

    Refuser de repartir au boulot, enlever ses enfants des camps d’éducateurs gauchistes et jouer de la démerde?
    Consommer à minima, c’est un très efficace moyen pour couler un gouvernement.
    Mais peut-être le plus dur à mettre en oeuvre pour des citadins!

    Ne devant jamais sous-estimer l’ennemi, raisonnons à son niveau! Utilisons ses failles car il ne brille ni par le goût ni par l’esprit et laissons le venir, une fois qu’on en connaît ses moyens.

    Les refusants doivent-ils envisager l’usage du plomb qui, ainsi que chacun le sait, nuit gravement à la santé et à l’écologie?

    L’exposition au plomb agrave (s’il ne tue pas sur le champ), soyons-en convaincus, la frénésie, la prétention et la déficience gouvernementale et a des effets toxiques sur le système communautaire et l’appareil magouilleur. Les effets neurologiques et comportementaux sont irréversibles.
    Une ligne bleue apparaîtra alors, en sommation devant les refusants qui en prendront plein les gençives et qui, pour finir, suivront la ligne verte…Couic!

    Certes, il a des qualités létales mais, outre ses faiblesses sus-nommées, il ne sait pas s’affranchir de certains obstacles.
    Le plomb face aux technologies modernes? Ce serait notre dernier cri sans thèmes à planter dans le champ des mémoires perdues!
    Aucun accord agréable à l’oreille ne sortirait en pissant dans un violon; soyons réalistes!

    Mais que faire, alors?
    Porter ses couilles, pas le masque? Ce fut un moyen de montrer nos désaccords; moyen qui n’a plus lieu d’être sauf pour les piqués qui croient encore à l’amour et l’écoute inconditionnels des zélateurs.

    Se faire « genrer » et mettre enceint pourrait nous éviter la piqouze et ses rappels. Nul doute que le foetus genré soit alors un premier de cordée qui coupera son cordon pour nous étrangler avec, vilain petit monstre!
    Oh, bonne mère cette solution n’est pas envisageable pour un Gaulois réfractaire, entre autres au transhumanisme, quand bien même le ciel lui tomberait sur la tête à bras raccourcis avec ses anges décus et déchus!

    Faire causer le « Full Metal Jacket » est une solution potentielle, à très bien étudier, solution non liquide qui ne crée pas de pollution et encore moins de saturnisme…

    Mettre la main sur les stocks de doses « vaccinales »…Les centres qui le stockent ne sont guère nombreux en France…

    Empereur Pfizer et tous tes sbires! Je vous combattrai, nous vous combattrons jusqu’à la mort!
    Nous vous réservons de bonnes doses, si le « Full Metal Jacket » ne fonctionne pas.

    « Ave Pfizer, ceux qui ne vont pas mourir te tueront »

    J'aime

  6. En voulant regarder un vidéo de Maths, j’ai d’abord eu affaire à une pub qui alertait contre les « complotistes », comment les reconnaitre et comment les combattre

    pourquoi mettre cette pub sur une vidéo de maths? Sans doute pour que tous les étudiants qui apprennent les maths, se mettent à combattre les opposants politiques du NVO, et faire en sorte que les scientifiques restent du côté de bill gates

    ils ont peur des complotistes

    Bill Gates a dit que tous ceux qui refusaient la vaccination sont des complotistes

    des neuropsychiatres à sa solde veulent combattre les complotistes (sans doute les mettre dans des asiles)
    https://www.heidi.news/explorations/au-coeur-de-la-complosphere/il-existe-des-dispositions-psychologiques-sociales-et-culturelles-au-complotisme
    https://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/construire-des-digues-contre-les-vagues-complotistes-1266884

    ceux qui refuseront la vaccination, se feront-ils mettre dans des asiles?
    après tout les mairies ont reçu le pouvoir d’interner les gens en asile psychiatrique

    « es soins psychiatriques sans consentement en France (anciennement, hospitalisation à la demande d’un tiers ou HDT) sont une mesure qui s’applique aux personnes qui souffrent de troubles d’origine psychiatriques. C’est à la fois une mesure de privation de liberté (qui peut être prise pour des raisons d’ordre public) et une mesure d’obligation de soins. Les patients ne reconnaissant pas leur état pathologique et refusant les soins libres (qui restent la règle comme toute prise en charge médicale) sont contraints à rester au sein d’un établissement spécialisé. Il y a deux types de soins psychiatriques sans consentement : ceux effectués à la demande d’un tiers (SPDT) et ceux ordonnés par l’autorité administrative ou judiciaire (soins psychiatriques à la demande du représentant de l’État : SPDRE, ou soins sur décision judiciaire, SDJ, en application de l’article 706-135 du code de procédure pénale). Ces soins sans consentement ne concernent pas les personnes inconscientes, dont l’hospitalisation relève alors de l’urgence. En France, les hospitalisations sans consentement représentent environ 30 % des patients hospitalisés à temps pleinhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Soins_psychiatriques_sans_consentement_en_France

    le vaccinateur peut prétendre avoir été agressé (méthode classique qu’utilise déjà les poseurs linky), et ensuite c’est l’excuse pour incarcére le soit disant fou dangereux, l’opposant à la vaccination dans un asile, et ensuite le vacciner de force, en faisant croire qu’il a consenti et qu’il aurait guéri de son complotisme en asile et qu’il aurait accepté la vaccination

    J'aime

  7. Le jour d’après?

    La surpopulation mène inévitablement au nihilisme d’Etat et à l’hédonisme des peuples; les deux parties n’ayant plus aucune connaissance d’une Nature ni bonne ni mauvaise mais qui, sans état d’âme, équilibre toujours et immuablement le tout.
    Et si nous attribuions à cette dernière les causes des férocités déjà présentes, allant crescendo vers notre proche destruction, ce serait reconnaître notre totale responsabilité qu’elle nous fera réparer, par nos propres soins, en nous gommant! Nous qui avons oublié que nous lui appartenions, recevrons notre auto-flagellation de sado-maso!
    Les hédonistes sauront vite ce qu’est la véritable douleur tandis qu’ils subissent déjà le gommage des plaisirs pendant que les nihilistes, aveuglés par essence, ne voient pas leur fin arriver!

    Laissez-moi vous conter deux anecdotes offertes dans leurs réalités par Dame Nature:

    – Dans une réserve de Tanzanie, les scientifiques observèrent la mort d’une quantité importante d’antilopes et d’acacias. N’en comprenant pas immédiatement les causes, ils firent de nombreuses recherches dont l’une trouva réponse via les interactions cellulaires entre plantes et animaux.
    Ils s’aperçurent que ces antilopes avaient été empoisonnées par l’écorce; les acacias avaient développé ce poison pour se prémunir des antilopes, pour survivre…No comment!
    Ces bêtes sont nos nihilistes!

    – En Europe certains résineux ont développés de la même façon un poison pour lutter contre les chenilles processionnaires, et avec un résultat plutôt probant…No comment!
    Ces insectes sont nos nihilistes!

    Nous savons aujourd’hui que les arbres, les végétaux, sont capables de « communiquer » entre eux, grâce aux phéromones qu’il émettent; les animaux aussi (dont les hommes font partie).
    Connaissez les féroces luttes spatiales des arbres entre eux et aussi le « racisme » dont beaucoup font preuve envers d’autres variétés! Cherchez et vous trouverez!
    Chaque espèce dominante impose ses frontières.

    Dame Nature est d’une intelligence et d’une sagesse qui nous dépassent tous, sans exception et qui reprendra tous ses droits, avec ou sans l’homme.

    Un rapide flash non exhaustif sur l ‘aujourd’hui:

    Les marchants modernes de rêves, ceux du « Nouveau Temple » nous ont vendu l’ignoble et mensongère croissance avant que de mettre les peuples sous perfusion » covidienne. »
    Des humains meurent de faim, de soif, par millions alors que plus de 20% de la production alimentaire des pays riches part à la poubelle !
    La maltraitance animale, la cruauté assénée est une réalité !
    Les océans deviennent un égout à ciel ouvert, dans lesquels nous jetons nos barils emplis de déchets toxiques, présente épée de Damoclès !
    L’atmosphère est à ce point polluée qu’il devient obligatoire de réguler la circulation des villes, la couche d’ozone est dramatiquement menacée !
    Notre nourriture, notre eau sont empoisonnées.
    Un grand nombre d’espèces animales disparaît chaque jour!
    La surpêche affame, année après année, davantage les pays pauvres et vide les océans!
    La forêt amazonienne subit la destruction journalière d’un hectare à la minute !
    Etc, etc…

    Force est de constater que la pieuvre financière mondiale se fout de tout cela comme de l’an quarante (qui, rappelons-le, lui procura d’énormes bénéfices) !
    Que l’anormalité est devenu le normal quotidien des habitants lambda de cette planète ,n’est-ce pas ?
    Depuis la « Grande guerre », nos têtes dirigeantes ont pratiqué le remembrement des terres, le démembrent de toutes les valeurs morales, spirituelles, familiales et sociales aux noms de raisons politico-financières qui se découvrent jour après jour, notamment dans le fonctionnement et l’aboutissement du complexe militaro-industriel.
    Aujourd’hui, l’alchimie est faite : tout est consommable !
    Nous avons laissé faire.
    Nous sommes tous des putes œuvrant pour les quelques familles qui dirigent le monde !
    Le roi est mort ! « Vivent les oligarques ! » La transmutation est réussie !

    Les écoles ne sont plus là pour faire des têtes bien faites mais bien pour créer de bons petits esclaves..
    Nos médias, télévisés ou sur papier qui appartiennent à quelques grands groupes (vous avez dit familles ?) n’ont plus de journalistes libres ; ils ont fini par instaurer la soupe populaire de l’information, le mensonge et la désinformation.

    Certes, ces constats qui sont aussi les vôtres, j’imagine, ne font pas avancer le « schmilblic ».

    J’en ai juste fait un très rapide tour d’horizon pour en venir au fait suivant:
    Qu’importent, au bout du compte, la covid-19, les pandémies réelles ou imaginaires à venir, encore et encore, les Soros, Bill Gates et consors, les Georgia Guidestones, les complexes militaro-industriels, la mort des économies, nous allons inéluctablement vers notre fin programmée, et naturelle en même temps!
    Demeurant convaincu que le N.O.M a déjà perdu la partie pour toutes les raisons argumentées, écrites aux fils du « Blog à Lupus »; nous avons, nous-aussi perdu la partie.

    le quart-monde en route pour tous les peuples!

    Ceux qui survivront, riches comme pauvres, n’auront plus à se soucier d’argent, de leurs racines, des frontières, des couleurs de peaux, de la propriété; bref d’un passé dépassé! Ils bénéficieront d’immenses territoires majoritairement désolés.
    Mais ils auront comme plus gros soucis ceux de s’alimenter et de boire, de se protéger du froid comme d’une chaleur déjà actuellement brûlante avec un soleil non plus jaune mais devenu blanc; de dévastations gigantesques dues au changement climatique (que je crois cyclique).

    Un Exemple parmi la pléthore existante:
    L’érosion des rivages maritimes de la Côte d’Ivoire se mesurait en moyenne à 2 mètres/an…A présent des houles dévastatrices, souvent causées par des tremblements de terre lointains, rognent jusqu’à 18 mètres sur le continent, en une seule journée!!!

    Ces homo erectus, à défaut d’être sapiens sauront-ils recréer une société avec toutes ses tares dans l’emballage?
    Referont-ils, des siècles plus tard, un remake du « Jour d’Après » (1983 avec Jason Robards)?

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s