REBLOG

Article du Jour : La Grande Mutation – Admirez l’aube de l’ère du Verseau Par Pepe Escobar

La Grande Mutation – Admirez l’aube de l’ère du Verseau

PAR JADE · 24 DÉCEMBRE 2020

Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d’entre nous regardent les étoiles. – Oscar Wilde

Aujourd’hui, toutes les stations de radio de la planète Terre devraient jouer cette chanson. Ce que le bien nommé Fifth Dimension a immortalisé dans leur classique psychédélique du printemps 1969 est maintenant littéralement vrai : C’est l’aube de l’ère du Verseau – la grande conjonction de Jupiter et de Saturne le 21 décembre à 0° dans le Verseau.

Le Verseau démarre au moment où des élites douteuses et prétentieuses s’apprêtent à imposer un Grand Reset à la majeure partie de la planète – en suivant un programme politique très spécifique, réductionniste et exclusionniste. Pourtant, le vrai problème n’est pas la Réinitialisation, mais la Mutation.

Nous sommes donc tous dans quelque chose de bien plus grand que n’importe quel scénario néo-orwellien. Pour faire la lumière sur ce qui semble être notre obscurité actuelle et interminable, j’ai posé des questions à Vanessa Guazzelli, une astrologue respectée, écrivain et conférencière dans des congrès d’astrologie du monde entier, ainsi qu’une psychanalyste et une psychologue en activité.

Que l’astrologie fertilise la géopolitique. Laissez le soleil briller.

La carte astro-cartographique de la Grande Mutation

Tout ce qui est solide se transforme en air

PE : On peut dire que peu de gens dans le monde savent qu’une conjonction Jupiter-Saturne ce 21 décembre semble représenter le changement de jeu ultime – défini par de sérieux spécialistes de l’astrologie comme la Grande Mutation.

Pourriez-vous nous expliquer ce que cette mutation signifie réellement, d’un point de vue astrologique, puisqu’elle semble se produire tous les 200 ans ? Et en la ramenant à la vie quotidienne et à la politique, sommes-nous autorisés à déduire des parallèles géopolitiques à partir de ce que nous disent les étoiles ?

VG : Par Grande Mutation, nous entendons le moment où les conjonctions Jupiter-Saturne changent d’éléments, ce qui se produit tous les 200 ans comme vous l’avez mentionné. Jupiter et Saturne sont en conjonction, astrologiquement, par longitude écliptique, tous les 20 ans, ce qui n’est pas une période très longue. Cependant, ils continuent à se croiser dans les signes d’un même élément pendant 200 ans, avec la possibilité d’une autre transition de 40 ans, indiquant un cycle plus long.

Jupiter et Saturne sont ce que nous appelons des planètes sociales et doivent être prises en compte en matière de politique et de géopolitique. Lorsque la conjonction Jupiter-Saturne commence à se produire effectivement dans l’élément suivant, elle marque la Grande Mutation, dénotant des changements socio-économiques et culturels importants. C’est ce qui se produit actuellement.

Vanessa Guazzelli.

Nous venons d’une période de deux siècles de conjonctions dans les signes terrestres. L’accent a été placé sur la matière et la dimension plus tangible de la vie – des garçons et des filles matériels dans un monde matériel. Alors que nous passons maintenant à l’élément air, alors qu’ils se rejoignent à 0º dans le Verseau, un appel à la sublimation a lieu.

Tout ce qui est solide se transforme en air. Les choses et les procédures peuvent être moins matérielles et plus numériques et, dans une certaine mesure, virtuelles. Mais ce n’est pas tout. Les idées et les idéaux partagés gagnent encore en importance. Plus que ce que nous avons matériellement, avec qui et pour quoi, c’est ce qui compte le plus. La collaboration et la coopération sont, aujourd’hui plus que jamais, les vents qui font tourner le monde.

C’est en effet un aspect et une configuration astrologiques très importants qui se produisent le 21 décembre, à 18h20 UTC. Dans certaines régions d’Asie et d’Océanie, il sera déjà passé minuit, le 22 décembre.

Il ne s’agit pas seulement de la Grande Mutation, mais d’une Grande Conjonction, lorsque les deux planètes les plus lointaines visibles se rejoignent non seulement par la longitude mais aussi par la latitude (coordonnées écliptiques), à la fois par l’ascension droite et la déclinaison (coordonnées équatoriales). Cela signifie qu’elles ne sont pas seulement alignées dans la même direction, mais qu’elles sont vraiment, vraiment proches l’une de l’autre dans le ciel, vues de la Terre, presque comme si elles étaient une seule et même étoile.

La dernière fois que les deux corps célestes ont été aussi proches, c’était en 1623, mais ce n’était pas une Grande Mutation, juste une conjonction régulière en termes de longitude écliptique. Astrologiquement, le fait que toutes ces améliorations se produisent ensemble à cette époque intensifie la signification de ce que cette conjonction indique maintenant, à savoir la puissance d’une mutation qu’elle marque.

Dans la vie de tous les jours, il est également question d’une augmentation du développement technologique, de la numérisation des choses et des procédures, y compris des crypto-monnaies et de la monnaie numérique comme une sorte de monnaie “sublimée”, de la matière à une “substance” plus légère, moins matérielle, qui peut rapidement circuler dans l’air.

Sur un plan plus personnel, nous avons tendance à nous désintéresser des contextes sociaux qui ne sont pas en accord avec nos idées et nos idéaux, et nous sommes attirés par des groupes, des associations et des projets sur la même longueur d’onde que nous. Ce n’est pas le moment de s’en remettre simplement aux institutions pour s’occuper des gens, mais le moment de discerner par soi-même et de se mettre ensuite en rapport avec d’autres personnes ayant des intérêts, des idéaux et des objectifs communs.

L’élément de l’air est l’endroit où nous ouvrons l’espace et faisons de la place à l’Autre, que ce soit dans le respect des différences ou pour collaborer et coopérer en vue d’intérêts et de projets communs. Les coopératives, où chaque participant reçoit une part équitable et proportionnelle, dans une entreprise commune, sont certainement une bonne solution.

Le Verseau est à l’opposé du signe centralisateur du Lion. Géopolitiquement, c’est-à-dire que ce n’est pas le moment pour une seule étoile hégémonique de dominer le monde, mais un temps où de nombreuses étoiles illuminent le ciel tout entier. Ce n’est pas le moment pour un seul empire. Il peut y avoir des empires, si c’est au pluriel. La force des nations puissantes réside aujourd’hui, plus que jamais, dans la qualité de leurs partenariats et de leurs alliances dans le respect mutuel, sur un pied d’égalité.

Toute puissance qui perdrait de vue cette clé cruciale la verrait, à court ou à long terme, se retourner contre elle. Certaines sont plus puissantes que d’autres et certaines seront plus importantes que d’autres. Néanmoins, ils ne sont pas seuls. Il est temps de créer un monde multipolaire – c’est le mandat du Ciel.

En ce qui concerne la carte astro-cartographique de la Grande Mutation, qui montre les lignes des positions planétaires sur la face de la Terre, il est intéressant de noter que les lignes IC de Jupiter et de Saturne passent par Pékin, ce qui indique la pertinence de la Chine dans la fondation de ce cycle de 200 ans, car l’IC est la racine d’une carte astrologique.

De l’autre côté du globe, nous voyons les lignes MC des deux planètes passer par l’Amérique du Sud (Venezuela, Amazonie brésilienne, Bolivie, Argentine), ce qui montre la valeur des ressources du continent dans ce nouveau cycle.

Ce que fait le groupe de Davos

PE : Notre conjoncture actuelle, turbulente, semble pointer vers une biosécurité accrue et vers ce que certaines analyses systémiques sérieuses définissent comme du techno-féodalisme. Tout cela implique une hyper-concentration du pouvoir – et pas seulement du pouvoir exercé par cet hégémon géopolitique qu’est les États-Unis. Devons-nous maintenant nous attendre à une mutation sérieuse du système mondial – comme l’a étudié Immanuel Wallerstein, dans le sens de changements sérieux de notre système capitaliste ?

Immanuel Wallerstein. Source : Wikimedia Commons

VG : Oui, nous devrions. Nous sommes à un tournant du système mondial. Outre la Grande Mutation, un autre aspect immensément significatif dans les années 2020 est la conjonction Saturne-Neptune, en février 2026, à 0º dans le Bélier. C’est précisément le premier degré de l’ensemble du Zodiaque, également appelé le Point Vernal – crucial dans l’interprétation astrologique.

Saturne et Neptune se rejoignent tous les 36 ans, ce qui représente un cycle historique relativement court. Cependant, comme pour la Grande Mutation, la façon dont elle se produit et l’endroit où elle se produit dans le Zodiaque peuvent nous conduire à des perspectives historiques plus larges et indiquer des moments historiques plus expressifs.

Si nous remontons jusqu’à il y a 7 000 ans, cette conjonction ne s’est produite au Point Vernal qu’en -4361 et -1742 avant JC. Si nous regardons trois mille ans en avant, le point le plus proche du Point Vernal est le 3º du Bélier en 3172. C’est assez rare. Cette conjonction au premier degré du zodiaque, 0º dans le Bélier – le tout début – n’est donc pas une si petite affaire.

Neptune imprègne et conçoit ; Saturne fait référence à la structure concrète de la réalité ; et 0º dans le Bélier signifie nouveau, naissant. Saturne-Neptune à 0º dans le Bélier signifie une nouvelle conception de la réalité.

Les aspects entre Saturne et Neptune, par observation historique, sont associés au socialisme et au communisme – ces mouvements sur Terre coïncident avec les contacts de transit entre ces deux planètes dans le ciel. Cela a déjà été prouvé historiquement dans l’astrologie mondaine. De plus, cela ne nous renseigne pas seulement sur le passé, car il est en fait sur le point de commencer – il se modernise et progresse, se reconfigurant dans des formes encore nouvelles de socialisme.

Selon Wallerstein, pendant la crise structurelle qui caractérise la période finale d’un système mondial, une bifurcation du système peut basculer dans l’une ou l’autre direction, ou dans plusieurs systèmes. Avant son décès l’année dernière, il considérait que nous étions en plein milieu de la crise structurelle du capitalisme, qui dure de 60 à 80 ans.

Je dirais qu’en ce moment, nous avons dépassé le point médian. Elle pourrait, dans un premier temps, aller vers des systèmes multiples dans deux directions : d’une part, la fraîcheur des vents de l’Est inspirant le socialisme et la multipolarité à travers l’initiative “Nouvelle Route de la Soie” et l’intégration de l’Eurasie et de ses partenaires ; d’autre part, le tourbillon de l’empire qui s’effondre et de ses alliés occidentaux en tant que cyborg terminator opéré par les 0,0001% pervers qui sont tellement sans vie qu’ils ne peuvent concevoir le droit d’exister des autres.

Lorsque j’en ai entendu parler pour la première fois en juin 2020, j’ai été étonné de voir comment ils ont fixé le “Grand Reset” à janvier 2021, si près de la Grande Mutation de fin décembre 2020. Je doute qu’il s’agisse d’une simple coïncidence ou d’une “synchronicité”. La JPMorgan est connue pour avoir affirmé que les millionnaires n’ont pas besoin d’astrologues, mais les milliardaires oui.

Probablement conscients de cette grande transition, les membres de l’équipage de Davos semblent en fait essayer de réinitialiser le système qu’ils dirigent déjà avec leurs propres paramètres et de faire renaître le système mourant comme un cyborg de l’enfer.

“Wall Street Bubbles – always the same”, dessin animé de Keppler datant de 1901, représente la JPMorgan comme un taureau faisant des bulles de savon pour des investisseurs avides. Source : Wikimedia Commons

Le potentiel néfaste de l’accent mis par le Verseau est le contrôle de la société par la technologie, qu’il s’agisse de techno-féodalisme ou, dieu nous en préserve, de techno-esclavage. Du côté positif de la Force, le Verseau est un projet social visant à maintenir la vie et à répondre aux besoins des gens. Ces deux dimensions ou systèmes pourraient coexister sur Terre pendant un certain temps.

Les puissances occidentales – sans parler des Maîtres de l’Univers, comme vous dites, qui tirent leurs ficelles – semblent avoir un long chemin à parcourir avant d’atteindre un état de coopération réelle et respectueuse. Peut-être que les civilisations plus anciennes que l’on trouve en Orient ont une racine plus profonde et plus cohérente dans laquelle puiser la sagesse et la maturité nécessaires en ces temps difficiles pour l’humanité.

On se souvient souvent de la nourriture et des biens échangés le long de la route, les Routes de la Soie impliquaient autrefois et impliquent aujourd’hui l’échange d’idées. Il est intéressant d’observer la forte bordure du Verseau activée dans les progressions astrologiques de la Chine lorsque l’Initiative de la Ceinture et de la Route a été proposée pour la première fois par Xi Jinping à Astana, en 2013, et comment elle s’est connectée au degré de la Grande Mutation (Vénus et Jupiter progressent conjointement AC au 1º du Verseau).

Lorsque quelques années auparavant, Vladimir Poutine avait fait son discours historique à Munich, proposant l’intégration eurasienne, en février 2007, il y avait un aspect Saturne-Neptune – une opposition. Lorsque, lors de la 70e Assemblée des Nations unies, Poutine et Xi ont tous deux prononcé des discours longs, forts et synchronisés affirmant la multipolarité du monde, en 2015, il y avait également un aspect Saturne-Neptune – un carré.

Le prochain aspect de Saturne-Neptune sera la conjonction, en février 2026, inaugurant un tout nouveau cycle et nous pouvons nous attendre à ce qu’il soit lié à ces mouvements précédents, en gardant à l’esprit que le cycle pointe vers la multipolarité et les nouvelles formes de socialisme.

Le sort de la Lune noire

PE : Le Covid-19, à un certain niveau, pourrait-il être interprété comme le – désagréable – préambule vers une Grande Mutation ? Après tout, la nouvelle (dé)réalité sociale représente un système à l’envers : dévastation économique quasi-totale, en particulier des petites entreprises ; annulation des droits constitutionnels ; gouvernements gouvernant pratiquement par décret, sans consultation populaire ; sociétés mondiales censurant toute forme de dissidence éclairée ; sociétés entières pratiquement assignées à résidence ; la plus grande partie de la planète réduite à une sorte de parc d’attractions totalitaire.

VG : Oh, le Covid-19 – nous pourrions avoir toute une conversation juste sur les implications de ce phénomène à tant de dimensions, et comment il peut être, dans une certaine mesure, suivi astrologiquement. On peut certainement l’interpréter comme le désagréable préambule, visant peut-être le Grand Reset, pourrait-on se demander.

Une expérience collective mondiale sans précédent – et une expérience. Néanmoins, elle sert à tout bouleverser, à transformer notre perception même du temps, à préparer la conception d’un temps nouveau. À tous ceux qui y prêtent attention, un appel à être encore plus vivants, plus vifs, contre vents et marées.

Une lune presque noire. Image : Getty/AFP

La dichotomie qui a été tant soulignée entre “se soucier de la vie ou se soucier de l’économie” montre en soi à quel point le monde était déjà absurde. Combien de gens se sont si facilement fait prendre à séparer une chose de l’autre, comme si c’était un moyen de résister au système et de dire finalement non aux exigences de l’accumulation du capital. Pour finalement voir, en effet, les petites entreprises dévastées, la pauvreté augmenter de façon drastique, tandis que les milliardaires concentrent la richesse à des niveaux encore plus bizarres.

Un élément fondamental à considérer est la manière dont cela a affecté le corps humain. La pandémie a été déclarée avec la Lune Noire (l’apogée lunaire) dans le Bélier et cela indique l’importance d’être très présent et réactif alors que Michael Jackson danse, Bruce Lee s’émeut et Maria Zakharova réagit.

En octobre, la Lune noire, ce point astrologique représentant la dimension viscérale et instinctive de l’existence, s’est déplacée dans le Taureau, soulignant l’importance d’être conscient de la façon dont la force vitale en nous est conditionnée ou canalisée, façonnant la façon dont nous percevons notre propre existence. Par exemple, comment le confinement du corps peut – ou ne peut pas – confiner notre psyché.

Quels sont les effets psychologiques de l’absence de contact ou de l’expérience physique d’avoir constamment la bouche couverte ? La manière dont ces situations affectent notre psyché n’est pas sans importance. René Descartes et Wilhelm Reich ont tous deux eu la Lune noire dans le Taureau. Quel est le lien entre le corps et l’esprit ? S’agit-il d’une dichotomie cartésienne ou d’une unité bio-énergétique animée par la libido ?

Il s’agit d’une question sous-jacente importante dans notre collectif jusqu’en juillet 2021.

Le sort de l’empire américain

PE : L’astrologie dans l’histoire est pleine d’histoires fascinantes sur les interprétations célestes ouvrant la voie à un mouvement politique ou militaire crucial. Par exemple, juste avant la conquête de Bagdad par les Mongols en 1258, le Grand Khan, Hulegu, a interrogé l’astrologue de la cour sur les perspectives d’avenir. L’astrologue, Husam al-Din, a déclaré que s’il suivait ses généraux et envahissait Bagdad, les conséquences seraient sinistre.

Mais Hulegu s’est alors tourné vers un astronome chiite, Tusi, un polymathématicien. Tusi a déclaré que l’invasion serait un succès majeur. C’est ce qui s’est passé – et Tusi a été admis dans le cercle restreint de Hulegu. Les Mongols – qui ont construit le plus grand empire de l’histoire – étaient donc de grands fans de “l’assurance céleste”. L’”assurance céleste” pourrait-elle, à notre époque, finir par prédire le sort d’un autre empire – celui des États-Unis ?

VG : C’est vrai, il y a tellement d’histoires fascinantes. La fin de l’Empire byzantin et la conquête de Constantinople par le sultan Mehmet II de l’Empire ottoman ont également été marquées par une prédiction astrologique de la victoire ottomane liée à une éclipse.

Le retour de Pluton aux États-Unis a lieu en 2022. C’est énorme. C’est un cycle d’environ 247 ans. Pluton a le sens du destin. Le retour du seigneur du monde souterrain parle aussi du retour de ce qui était réprimé, caché ou rejeté. Il aura trois coups exacts tout au long de 2022, et le dernier et définitif du prochain cycle de Pluton a la planète de la mort et de la régénération face à la Lune noire Lilith en Cancer, en opposition. Le karma est une s**ope qui frappe à la porte.

C’est aussi un cycle lié au pouvoir et à l’état de pouvoir. Tout ne sera pas mauvais et il y aura des moments victorieux, mais il y a un changement de position dans l’équilibre des pouvoirs dans le monde qui n’est pas si facile à digérer. La lutte pour le pouvoir sera intense, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, avec des risques considérables de manifestations destructrices. La meilleure façon de traverser un tel moment serait de se purger – bien qu’il soit difficile de croire que “le marais” puisse être si facilement asséché.

C’est un appel à une transformation profonde, quand il faut s’occuper de tout ce qui se trouve sous le tapis et des cadavres qui sortent du sous-sol. Pour le peuple de la nation, c’est un appel à la maturité (Saturne rejoint la Lune), à la compassion et à une disposition plus réceptive sur le plan humain (opposition à Neptune), en laissant les illusions se dissoudre et en réalisant que l’empire perd son hégémonie et son statut, mais la nation continuera. Quelle nation devrait-elle être pour son peuple – par opposition à l’opposition aux autres peuples ?

Cela ne signifie pas que l’Empire américain tombera d’ici 2022, mais il s’effondre et connaîtra des transformations spectaculaires au cours de la prochaine décennie.

Une renaissance dystopique

PE : Au milieu de cette morosité, on dirait que vous introduisez un concept très prometteur : “Renaissance dystopique”. C’est exactement le contraire de ce qui est largement interprété comme notre inévitable avenir néo-orwellien. Comment caractériseriez-vous cette Renaissance dystopique – en termes de lutte individuelle, collective, politique et culturelle ?

VG : Le concept émerge précisément pour élucider l’extrême complexité de notre époque. La partie renaissance semble très prometteuse, n’est-ce pas ? Mais il y a aussi la partie dystopique. Ce n’est pas une renaissance utopique, comme nous le savons bien. Peut-être que dans 200 ans, lorsque nous atteindrons la Grande Mutation dans l’eau, le même élément que la magnifique Renaissance italienne, l’humanité sera capable de ressentir et de mieux comprendre les dimensions plus profondes de la vie. Pourquoi ne pas viser l’utopie ensuite ? Mais tout ce qui est possible d’ici là passe maintenant.

C’est maintenant que, parallèlement à cette Grande Mutation spéciale, quelques aspects astrologiques significatifs indiquent un réel changement du système mondial. Il faut ce moment crucial dans le temps et cette période d’air pour élever les perspectives, partager les idées et les idéaux et comprendre combien il peut être enrichissant de construire “une communauté avec un avenir partagé pour l’humanité”, comme le dit Xi Jinping.

Un tournant hautement valorisé, ouvrant de nouveaux horizons, offrant la possibilité d’enrichir les échanges dans un monde multipolaire, et avec un appel au socialisme comme nous n’en avons jamais connu.

Atlas catalan, détail montrant la famille de Marco Polo 1254-1324 voyageant en caravane de chameaux, 1375, dessin de l’école espagnole. Source : Wikimedia

N’oublions pas que ce moment dans le temps résonne aussi avec le 13ème siècle, lorsque le vénitien Marco Polo, voyageant à travers les routes de la soie vers l’Asie, ramena en Europe la fraîcheur des vents d’Est, avec des nouvelles de la dynastie Yuan de Kublai Khan, y compris la “sublimation” de la monnaie sous une forme plus légère, de la pièce de monnaie au papier.

À cette époque, il y avait un stellium (une concentration de planètes) en Capricorne comme nous l’avions en 2020, avec la conjonction Jupiter-Saturne suivante dans le Verseau (mais pas comme une Grande Mutation), et l’entrée de Pluton dans le Verseau comme nous l’aurons aussi en 2023/2024. C’est un contexte absurdement dystopique, mais un tournant pour une nouvelle conception de la réalité et la possibilité de surprendre de nouveaux horizons.

Un nouveau système mondial est dans l’air

PE : Giorgio Agamben a fait référence à cette fameuse intuition de Foucault dans Les Mots et les Choses, lorsque Foucault écrit que l’humanité peut disparaître comme une figure dessinée dans le sable et effacée par les vagues qui frappent le rivage. Cette image frappante peut s’appliquer à notre condition actuelle, en pleine mutation, alors que nous sommes sur le point d’entrer dans une ère transhumaniste et même post-humaine, dominée par l’intelligence artificielle (IA) et le génie génétique.

Agamben soutient que le Covid-19, le réchauffement climatique et, plus radicalement, l’accès numérique direct à notre vie psychique – tous ces éléments détruisent l’humanité. La Grande Mutation mettrait-elle en place un paradigme différent – et nous éloignerait-elle de la post-humanité ?

FG : Le développement rapide de la technologie sera quelque chose de très complexe à gérer. Il sera étonnant à bien des égards, mais pas toujours joli, et présentera des défis indéniables, dont certains sont déjà là et vont s’intensifier.

Quels sont les effets de la technologie et de l’intelligence artificielle dans nos corps organiques et subjectifs ? Le contrôle de l’esprit à l’aide de dispositifs bidirectionnels, tant pour collecter des informations que pour induire des commandes, est un travail en cours.

Les niveaux pervers de contrôle technologique de la société sont très préoccupants car Pluton, alias Hadès, seigneur des enfers, passera lui aussi dans le Verseau technologique et futuriste à partir de 2023/24, jusqu’en 2043/44 – une période d’intenses transformations sociales, où les progrès technologiques nous feront perdre la tête et où la conception même de la science changera considérablement, mais avec de sérieux risques de folie transhumaniste et post-humaine.

Nous ne pouvons pas ignorer notre caractère organique. Nous ne pouvons pas non plus ignorer notre subjectivité. Pluton parle de transformation ou de domination – en d’autres termes, il cite un de vos récents articles : “Voici notre avenir : hackers ou esclaves.”

Nous devons aller hacker non seulement au sens objectif – ce qui devient certainement de plus en plus une compétence souhaitable – mais aussi au sens subjectif, en trouvant des lignes de fuite et en gardant Eros vivante, la force vitale en nous.

Étant donné que nous sommes déjà là, à vivre des temps dystopiques, autant tirer le meilleur parti de cette aventure incontestablement épique. Au lieu de succomber à la peur et à l’isolement, dépassés par le pessimisme, n’oublions pas l’observation de Wallerstein sur le destin par rapport au libre arbitre – une prise de position très cool, d’ailleurs, que mon expérience d’astrologue observant les cycles collectifs et individuels confirme largement : Les deux existent.

Pendant la période de stabilité d’un système mondial, sa vie normale quand sa structure fonctionne bien, même s’il y a quelques fluctuations, il est très difficile de changer les choses dans le système, il tend à la stabilisation. C’est le destin : il faut faire beaucoup d’efforts pour obtenir peut-être très peu de changement en essayant d’échapper au destin.

Mais quand le système mondial entrera dans sa phase finale, il ne pourra plus être sauvé et il y aura beaucoup d’instabilité. La crise ne disparaîtra pas et la seule possibilité est le changement, d’une manière ou d’une autre – c’est le temps du libre arbitre. Dans la crise structurelle, M. Wallerstein affirme que nous avons plus de libre arbitre, que nos actions ont un impact plus fort et que chaque petit geste compte pour décider dans quelle direction le changement du système va aller.

Dans notre vie personnelle à ce tournant historique, comme les questions de Foucault, nous pouvons aussi nous poser : En tant qu’humains, sommes-nous un obstacle ou une obstruction ? Sommes-nous un moyen d’emprisonner la vie – ou sommes-nous une ouverture, une ligne de fuite ?

En ce qui concerne les mots de Foucault que vous et Agamben mettez en lumière, permettez-moi de me référer au paragraphe précédent, juste avant le dernier dans Les Mots et les Choses, lorsqu’il déclare qu’en “prélevant un échantillon chronologique relativement court dans une zone géographique restreinte – la culture européenne depuis le XVIe siècle – on peut être certain que l’homme est une invention récente en son sein”.

L’”homme” auquel il fait référence comme étant l’effet d’un changement dans les arrangements fondamentaux de la connaissance il y a quelques siècles, les arrangements plus récents étant peut-être sur le point de prendre fin, se trouve dans les références européennes. Ce n’est ni le début ni la fin de l’homme, ni sa seule expression intéressante. Avec une appréciation énorme et profonde d’une si grande partie de la culture européenne, l’une des choses qui arrive peut-être à une fin nécessaire est l’eurocentrisme.

Néanmoins, bien sûr, il est profondément inquiétant de voir comment des visages sont à la fois tracés numériquement par des machines et cachés aux autres humains par des masques – surtout les effets de cela chez les enfants. La transition actuelle n’est pas sans effets épistémologiques et effets sur la façon dont nous concevons l’homme, les humains. Mais tout n’est pas dit et fait.

Pour contrer l’objectivation de l’homme, il est peut-être opportun de s’inspirer de la conception que Tupis se faisait de l’être humain : tu + pi , son posé. Un être humain est un son qui a pris place, qui a eu lieu et qui vibre. Il faut que notre corps, nos visages et nos mots restent vibrants. Pour les Tupis, originaires d’Amérique du Sud, chaque être humain est une nouvelle musique, un nouveau mot qui vibre et co-créé la vie avec les autres et la nature.

Albert Eckhout peignant un homme Tupi. Source : Wikipedia

Il semble que les racines profondes de la sagesse autochtone doivent encore être plus pleinement reconnues et réintégrées dans les Amériques avant que la réinvention du monde en occident puisse avoir lieu.

Aujourd’hui, des vents soufflent de l’Est et de l’Eurasie, inspirant de nouvelles formes de coexistence. Mais les maîtres du capital, de la richesse et du pouvoir mondial ne renonceront pas sans se battre – ou sans quelques guerres et une lourde charge de contrôle social via la technologie, capturant les corps et les esprits. Qu’est-ce que ce sera – une grande réinitialisation ou une grande mutation ?

Y a-t-il une issue ? Oui. Et cela semble suivre les nouvelles routes de la soie et l’intégration de l’Eurasie – littéralement dans une certaine mesure, mais symboliquement aussi. L’Occident a beaucoup à gagner à s’ouvrir aux vents de l’Est, aux informations et aux idées qu’ils apportent, aux histoires d’une communauté de futur partagé pour l’humanité. Un nouveau système mondial est dans l’air.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

Catégories :REBLOG

Tagué:

2 réponses »

  1. Intéressant de mettre en lien astrologie et grand reset.Pas de quoi être rassuré par ce qui est dit pour autant, et le point de mirobolance en la Renaissance me fait valoriser le Moyen-Age, dans la cardinalité du corps et de la foi, d’un homme entier et inspiré (que j’idéalise certainement, mais peu m’importe là où compte la représentation motrice). L’inaction physique, l’absence de gestes profondément manuels par exemple, me semblent creuser notre tombe tandis que le monde que nos sens perçoivent y perd en beauté. Cette progressive désertion humaine du réel… je ne peux personnellement m’y résoudre et ne cède, nul attrait en l’IA (libératrice ?), l’ailleurs est en nous.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s