REBLOG

États-Unis : les hommes blancs gagnent désormais moins d’argent que les femmes d’origine turque, libanaise, indienne ou iranienne/Le racisme anti-blanc en mode mineur dans les médias

États-Unis : les hommes blancs gagnent désormais moins d’argent que les femmes d’origine turque, libanaise, indienne ou iranienne

24 DÉCEMBRE 2020 ASR

Les commentateurs et les théoriciens de la gauche progressiste et libérale nous disent souvent que nous vivons dans une société patriarcale et raciste systémique.

La croyance selon laquelle les sociétés occidentales privilégient les hommes blancs et oppriment les personnes de couleur, les femmes et les citoyens LGBT est particulièrement populaire dans les institutions universitaires, les médias traditionnels, l’industrie du divertissement et même le sport. Cependant, les statistiques récemment publiées par le ministère américain du travail pour le troisième trimestre 2020 remettent en cause ce discours. Les femmes asiatiques ont désormais dépassé les hommes blancs en termes de revenus hebdomadaires.

Cette tendance a été constante tout au long de l’année dernière, ce qui est sans précédent. Les femmes asiatiques travaillant à plein temps ont gagné 1 224 dollars de salaire hebdomadaire médian au troisième trimestre de cette année, contre 1 122 dollars pour leurs homologues masculins blancs. En outre, l’écart de revenus entre les hommes noirs et latinos et les femmes asiatiques est plus important que jamais. L’écart de revenu entre les femmes blanches et noires, quant à lui, est beaucoup plus faible que l’écart entre leurs homologues masculins.

Ces résultats ne peuvent exister dans une société imprégnée de misogynie et de racisme. […]

Le concept spécieux d’intersectionnalité sous-tend les récits d’oppression avancés par les militants progressistes contemporains. Ses partisans soutiennent que la classe, la race, l’orientation sexuelle, l’âge, le sexe et le handicap peuvent aggraver l’oppression ou les privilèges d’un individu. Par exemple, une femme d’origine ethnique est non seulement confrontée au racisme et au sexisme, mais aussi à un troisième préjugé croisé (appelé « misogynoir » dans le cas des femmes noires) que les hommes et les femmes blancs d’origine ethnique ne connaissent pas. Ainsi, les femmes d’origine ethnique sont plus opprimées et cette oppression est au cœur de leur identité et délimite leur réussite dans notre société.

Hormis le défaut théorique le plus évident de l’intersectionnalité – à savoir qu’elle aplatit la complexité diverse de l’expérience humaine en quelques caractéristiques arbitraires – sa validité s’effondre après observation. Par exemple, malgré l’oppression plus grande que les femmes noires sont censées subir par rapport aux femmes blanches, une étude de 2018 très médiatisée et présentée dans le New York Times a révélé que les femmes noires avaient des revenus légèrement supérieurs à ceux des femmes blanches élevées dans des familles aux revenus comparables. Les revenus des hommes noirs, en revanche, se sont avérés systématiquement beaucoup plus faibles que ceux des hommes blancs issus de milieux économiques similaires. Si l’on tient compte des revenus des parents, on constate que les femmes noires ont un taux de fréquentation des universités plus élevé que les hommes blancs.

Une étude de l’université du Michigan a comparé les trajectoires de revenus des immigrés africains, hommes et femmes, à celles de leurs homologues nés aux États-Unis. Les chercheurs (très à gauche) se sont lancés dans l’étude avec un cadre analytique intersectionnel, en déclarant « Le double désavantage prédirait que les femmes africaines noires seraient désavantagées par l’interaction de leur race et de leur sexe ». Mais après avoir analysé les données, les auteurs ont conclu : « Cependant, ce ne sont pas les modèles que nous avons trouvés. » Alors que les hommes noirs nés en Afrique ont des revenus inférieurs à ceux des hommes blancs nés aux États-Unis, les femmes noires nées en Afrique ont des revenus supérieurs à ceux des femmes blanches nées aux États-Unis. Il est intéressant de noter que les chercheurs ont constaté que le taux de croissance des revenus des immigrantes africaines a dépassé celui des hommes et des femmes nés aux États-Unis. Les immigrantes noires d’Afrique ont vu leurs revenus augmenter de 130 % entre 1990 et 2010, éclipsant les gains des Américaines blanches et noires. Aucune variation du cadre trop simplifié du « racisme institutionnalisé » ou de l’intersectionnalité ne peut expliquer adéquatement ces résultats socio-économiques complexes, même lorsque les chercheurs sont biaisés dans ce sens.

L’intersectionnalité est une lentille si mal conçue pour comprendre le monde que souvent les hommes blancs s’en sortent moins bien que certains des groupes de victimes les plus « opprimés » de notre société. Par exemple, les dernières données du recensement indiquent que les revenus médians des travailleuses palestiniennes américaines à temps plein et à l’année (52 061 dollars), des travailleuses iraniennes américaines (64 220 dollars) et des travailleuses turques américaines (67 759 dollars) étaient tous plus élevés que ceux des femmes blanches (45 581 dollars). Les femmes turques et iraniennes gagnaient également plus que les hommes blancs (57 003 dollars). La grande majorité de ces femmes présentent non pas deux mais trois “variables d’oppression” en raison de leur sexe, de leur appartenance ethnique et de leur religion (Islam).

La discrimination perçue est nécessairement subjective et une sorte de préjugé minoritaire peut fausser la perception des préjugés raciaux. Néanmoins, je ne doute pas que de nombreuses femmes de couleur soient victimes de discrimination en raison de leur sexe, de leur appartenance ethnique ou de leur religion, voire des trois. Selon une enquête Pew de 2017, 83 % des femmes musulmanes américaines ont déclaré qu’il y avait beaucoup de discrimination contre les musulmans et plus de la moitié des femmes musulmanes américaines ont déclaré avoir subi une discrimination anti-musulmane au cours des 12 derniers mois au moment de l’enquête. Cependant, si l’on veut prendre les résultats économiques au sérieux, le pouvoir du sexisme, de l’islamophobie et du racisme « croisés » ne semble pas être un obstacle à la réussite ou suffisant pour supprimer le potentiel humain. Au contraire, la théorie de l’intersection exagère largement l’ampleur et l’impact des préjugés dans notre société, et donne l’impression illusoire d’une concurrence sociétale à somme nulle entre les groupes. Comme l’a fait valoir Jordan Peterson, l’intersectionnalité « renvoie les gens dans un antagonisme tribal ».

Le succès des Asiatiques en Occident a longtemps été contesté comme un exemple du « mythe de la minorité modèle » qui, selon les critiques, est utilisé pour minimiser l’impact du racisme sociétal. Les immigrants asiatiques, affirment-ils, proviennent des échelons supérieurs très instruits de leur pays d’origine, ce qui leur donnerait un avantage sur les citoyens nés dans le pays. Mais cette affirmation s’auto-réfute – elle admet que le « capital humain » (valeurs familiales, compétences professionnelles, éthique du travail, modèles culturels favorables) l’emporte sur la discrimination perçue et l’impact de tout racisme systémique ou institutionnel. Les immigrants qui arrivent dans un nouveau pays auquel ils ne sont pas acculturés, mais dont l’intelligence et les habitudes culturelles leur permettent de surpasser les blancs de souche au fil du temps, répudient un récit progressiste qui insiste sur le fait que la race et non le mérite détermine la réussite.

Si la sélectivité de l’immigration est un facteur de réussite asiatique relative, elle n’explique qu’en partie pourquoi certains groupes asiatiques ont excellé dans l’Ouest – les groupes d’immigrants ne sont pas uniformément instruits ou économiquement aisés. Par exemple, environ 50 % des immigrants chinois, pakistanais, indonésiens, coréens et philippins sont titulaires d’une licence ou d’un diplôme supérieur. Mais il en va de même pour seulement un quart des immigrants vietnamiens, soit moins que les Américains blancs (35 % en 2016). Les immigrants syriens ont à peu près le même niveau d’éducation que les Américains blancs, mais les Américains syriens et les autres groupes susmentionnés gagnent plus que les Blancs selon les dernières données. Et ce, malgré le fait que les barrières linguistiques désavantagent les immigrants par rapport aux Américains de naissance. Seuls 34 % des immigrés vietnamiens et 51 % des immigrés japonais (pour prendre deux exemples) maîtrisent l’anglais (par rapport à la quasi-totalité des Américains blancs), mais leurs revenus médians par ménage restent supérieurs à ceux des Blancs, d’environ 2 000 et 15 000 dollars respectivement. L’idée que tous les immigrants, ou la plupart d’entre eux, sont conditionnés par la réussite est un mythe. La sélectivité n’est qu’une partie du puzzle.

Certains groupes d’immigrants présentant des taux de pauvreté élevés défient les probabilités et s’épanouissent aux États-Unis. Par exemple, les enfants d’immigrés originaires de pays d’Asie du Sud-Est comme le Cambodge, le Vietnam et le Laos atteignent régulièrement des niveaux élevés de réussite scolaire malgré leur faible statut socio-économique par rapport aux Blancs. […]

Les mères asiatiques sont les moins susceptibles d’avoir des enfants hors mariage. Seuls 11,7 % des enfants asiatiques naissent hors mariage, contre 28,2 % des blancs, 51,8 % des hispaniques et 69,4 % des noirs (il convient de noter, au passage, que le taux d’illégitimité des noirs en 1940 était inférieur au taux d’illégitimité des blancs aujourd’hui). En outre, l’âge moyen d’une mère asiatique au moment où elle donne naissance à son premier enfant est d’un peu plus de 30 ans. En comparaison, l’âge moyen est de 28 ans pour les blancs et de 25 ans pour les Hispaniques et les Noirs. Les Asiatiques ont également un taux de natalité inférieur à celui des Noirs et des Hispaniques (mais pas des Blancs) et le taux de divorce le plus bas. Les femmes japonaises, coréennes et chinoises ont un taux de natalité inférieur à celui de tous les grands groupes raciaux [figure 2 dans le document lié]. Et comme le soulignent les sociologues Arthur Sakamoto et Sharron Xuanren Wang dans leur nouveau document, les enfants asiatiques bénéficient d’un soutien familial :

En plus d’être plus susceptibles d’avoir leurs deux parents biologiques, les enfants asiatiques américains bénéficient de la supervision supplémentaire de leurs grands-parents à la maison (Raley et al., 2019), qui contribuent à fournir des soins de qualité aux enfants et à leur inculquer des valeurs asiatiques plus traditionnelles (Tam et Detzner, 1998).

L’énoncé de ces faits est devenu controversé en raison de la crainte de stéréotyper et de stigmatiser les membres de groupes peu performants. Mais quelles que soient les opinions personnelles sur l’illégitimité, le mariage et la parentalité, les habitudes culturelles des femmes asiatiques en moyenne – travailler dans des domaines plus rémunérateurs, avoir rarement des enfants hors mariage, avoir moins d’enfants et bénéficier d’un soutien familial plus important pour les élever – sont en corrélation avec de meilleurs résultats : des familles plus stables, une sécurité financière et du temps consacré à la poursuite d’une carrière.

Mais c’est devenu un domaine d’analyse tabou dans une culture préoccupée par la dynamique structurelle de la société, car il implique des choix personnels et des normes culturelles dans la détermination des résultats de la vie. Comme le conseille Malcolm Gladwell dans son livre Outliers, les traits comportementaux communs aux cultures asiatiques ne doivent pas être écartés – nous devons en tirer des leçons. En moyenne, les Asiatiques passent le plus de temps à faire leurs devoirs et le moins de temps à regarder la télévision par rapport aux autres groupes raciaux. Les Asiatiques sont plus susceptibles de croire à l’idée de réussite personnelle que les autres grands groupes raciaux. Une enquête du Pew Research Center a révélé que 69 % des Américains d’origine asiatique, contre 58 % du grand public, pensent que « la plupart des gens qui veulent progresser peuvent le faire s’ils sont prêts à travailler dur ». Dans leur article intitulé « Explaining Asian Americans’ Academic Advantage over Whites », des chercheurs de l’Université du Michigan et de la City University de New York examinent les résultats universitaires supérieurs des Américains d’origine asiatique. Ils constatent que les Américains d’origine asiatique sont plus susceptibles de croire que l’effort personnel, plutôt que les capacités naturelles, est le principal déterminant de la réussite scolaire :

Ces différences sont importantes car les étudiants qui considèrent l’effort comme important manifestent un intérêt intrinsèque plus grand pour les tâches académiques et sont plus susceptibles d’interpréter les défis comme des indices d’un effort accru. La conviction que la réussite n’est pas prédestinée mais qu’elle est le résultat d’un travail acharné peut motiver les parents asiatiques-américains à fixer des attentes élevées en matière d’éducation pour leurs enfants. […]

L’affirmation selon laquelle l’Amérique reste une société profondément patriarcale repose en grande partie sur les disparités entre les sexes qui subsistent. L’existence d’un « écart salarial entre les sexes », par exemple, est censée être étayée par l’affirmation selon laquelle « les femmes gagnent 0,77 dollar pour chaque dollar que gagnent les hommes ». Mais les femmes ne gagnent pas 77 cents pour chaque dollar que gagne un homme en faisant le même travail. Les femmes (en moyenne) gagnent 77 % de ce que les hommes gagnent dans des carrières différentes, en travaillant moins d’heures et en faisant moins d’heures supplémentaires. Si l’on tient compte de la disparité du nombre d’heures travaillées, du niveau d’occupation, des choix de carrière, de l’ancienneté, de la durée du travail et de divers autres facteurs, le “fossé salarial entre les sexes” disparaît. […]

Source : Quillette via FDS

Le racisme anti-blanc en mode mineur dans les médias

Le traitement journalistique d’un récent fait-divers vient de nous le rappeler, le racisme anti-blanc est un angle mort des médias de grand chemin.

La réaction de Laurence Ferrare face à un déchainement de violence à Rezé contre un « blanc », désigné comme tel, en dit long sur leur embarras à ce sujet.

Lynchage à Rezé : What else ? (Mais encore ?)

Le 12 décembre, dans la banlieue de Nantes, à Rezé, un homme de 52 ans a voulu récupérer la moto volée à son fils. Il a été sauvagement lynché par une bande de jeunes de la cité. Ouest-France relate l’événement dans l’édition du 14 décembre de la façon suivante : « ça se bagarrait durement, salement ». Le quotidien de l’ouest reprend à son compte les propos d’un témoin de la scène en évoquant une « bagarre ». En fait de « bagarre », il s’agit à la vue des images filmées par un habitant du quartier plutôt d’un lynchage en règle avec un appel à tuer le père de famille.

L’avocat Gilles William-Goldnadel a voulu évoquer cette agression sauvage sur le plateau de Laurence Ferrari, sur CNews le 16 décembre. Alors que l’on peut distinctement entendre « Wallah ! Nique le ! Tue le ! Sale Gwer! ( sale blanc) » dans la vidéo, Laurence Ferrari réagit au quart de tour :

« On n’a pas encore toutes les explications sur cette affaire, mais vous avez le droit d’en parler. (…) Oh n’exagérez pas, il faut juste savoir de quoi on parle dans cette affaire (…). On ne connaît pas encore les tenants et les aboutissants. Point à la ligne (…). Je pense que vous ne comprenez pas le sens général de cette histoire et qu’on attend d’en avoir les éclaircissements du côté de la police et de la justice, si vous le permettez. Voilà ».

Il faut toute la ténacité de Gilles William-Goldnadel pour que l’évocation de cette agression et son caractère possiblement raciste ne passent pas trop rapidement à trappe sur le plateau de CNews.

On ne se souvient pas d’autant de précautions lors de l’accusation de racisme d’un arbitre qui a désigné un joueur de football par sa couleur de peau, lors du match PSG-Basaksehir mardi 8 décembre. Comme L’Équipe le relate le 9 décembre« toute l’Europe (en a) parlé ». Pour L’Équipe, c’était aussi immédiatement le lendemain de l’incident « le ras le bol ».

Peut-importe qu’il n’y avait peut-être pas de connotation raciste dans la désignation du joueur de couleur. On aura compris que désigner un français de souche comme un « blanc », c’est normal, tandis que désigner un homme de couleur par sa couleur de peu, c’est mal.

Flagrant délit de déni

Le déni du racisme anti-blancs n’est pas une nouveauté. En 2012, le sociologue Stéphane Beaud et l’historien Gérard Noiriel publiaient une tribune dans le journal Le Monde pour dénoncer « l’imposture du racisme anti-blancs ».

France Culture a consacré en 2018 une émission sur le sujet. La radio affiliée à l’État français choisit toujours précautionneusement ses invités. Éric Fassin est catégorique : « le racisme anti-blancs n’existe pas pour les sciences sociales ». Si l’on peut comprendre que choisir ce sujet d’étude recueillera difficilement l’approbation d’un directeur de recherche ou d’une commission accordant des crédits de recherche, est-ce pour autant que le racisme anti-blancs n’existe pas ? Le sociologue poursuit :

« Si on commence à reprendre à son compte le discours de l’extrême-droite qui nous dit qu’au fond tous les racismes se valent, on est en train de nier la réalité de l’expérience d’une partie importante de nos concitoyens et concitoyennes ».

Il y aurait donc une hiérarchie dans le racisme à établir. Nous y voilà…

Dans les colonnes de Libération en octobre 2018, un politologue est catégorique : « le racisme anti-blancs n’existe pas ». La raison : « Les insultes dont peuvent être victimes les membres de la population majoritaire ne correspondent pas à une idéologie essentialisante ». Il fallait y penser…

Pour balayer d’un revers de main la possibilité de racisme anti-blancs, le député LFI Adrien Quatennens répond du tac au tac à Jean-Jacques Bourdin qui l’interroge sur le sujet le 11 septembre 2019 sur RMC :

Sur France Inter, l’humoriste Fréderick Sigrist prend la défense de Lilian Thuram qui a affirmé le 13 septembre 2019 que « les blancs se sentent parfois supérieurs ». L’occasion était trop belle sur la radio de service public pour tourner en dérision ceux qui se posent en opposant au racisme anti-blancs. Mais l’on n’en attendait pas moins de France Inter.

L’inévitable Edwy Plenel ne pouvait également manquer de s’exprimer sur la question. C’est chose faite sur Médiapart le 24 septembre 2019 :

« Le “racisme anti-Blancs” est une construction idéologique destinée à relativiser le racisme systémique, social et culturel, subi en France par les Noirs et les Arabes. Son ascension dans le débat public témoigne de l’aveuglement français à la question coloniale, à sa longue durée comme à sa persistante actualité ».

Il aurait été effectivement étonnant que le directeur de la publication de Médiapart ne se saisisse pas de l’occasion pour se livrer à un exercice de dénigrement de la France dont il a l’habitude.

White lives don’t matter ? (Les vies blanches ne comptent pas ?)

Depuis l’affaire George Floyd aux États-Unis, on ne compte plus les tentatives pour importer en France le mouvement Black lives matter, bien qu’il soit né outre-Atlantique dans un contexte bien particulier. Ainsi, le New York Timesse félicitait le 15 juillet de la « prise de conscience raciale en France ». Plus récemment, le Time faisait d’Assa Traoré la « gardienne de l’année ». Le soft power américain diffusé dans les médias français commence donc à porter ses fruits.

Si l’accusation de racisme est immédiatement validée quand la victime, ou supposée telle, est de couleur, le racisme anti-blanc est un angle mort des médias de grand chemin. Comme s’il fallait appartenir à l’immigration d’origine africaine pour pouvoir utiliser cette qualification.

Face à ce déni dans les médias, les langues commencent à se délier, timidement. Une association a vu le jour il y a deux ans afin d’agir contre tous les racismes, y compris le racisme anti-blanc.

Plusieurs faits divers de racisme anti-blanc sont relatés sur son site, comme l’agression de trois ingénieurs à Nouméa, parce que blancs, l’agression au couteau à Argentan dans l’Orne en juillet 2019 d’un homme parce que blanc, etc. L’association a porté plainte contre l’ancienne ministre de la culture Françoise Nyssen pour ses propos sur les « hommes blancs ».

Plus récemment, un collectif appelé « French lives matter » (les vies des Français comptent aussi) s’est constitué. Partant du constat que « personne ne s’intéresse aux victimes françaises ou plus largement n’appartenant à aucune minorité », le collectif a décidé « de trier, cartographier et comptabiliser les victimes de ces crimes, en commençant par les plus emblématiques d’entre-deux ».

On pourrait conseiller à celles et ceux qui auraient des doutes sur le phénomène du racisme anti-blancs à bas bruit médiatique de consulter les articles accessibles sur le site Fdesouche à la requête « racisme anti blancs ». 48 pages d’articles, excusez du peu. Qui pourraient peut-être être communiqués pour info à Laurence Ferrari…

Source : Observatoire du journalisme | Ojim.fr www.ojim.fr

Catégories :REBLOG

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s