REBLOG

Article du Jour : Alors que la République meurt, la prochaine génération doit se lever Par Tom Luongo

Alors que la République meurt, la prochaine génération doit se lever


Par Tom Luongo − Le 16 décembre 2020 − Source Gold Goats’n Guns

La première règle de l’écriture de scénario, ou en fait de toute écriture de fiction, est: «Le conflit ne crée pas de personnage, il le révèle». Les gens sont qui ils sont et nous ne découvrons de quoi ils sont faits que lorsqu’ils sont testés à leur limite. C’est l’essence même de toute bonne narration – créer des personnages qui deviendront des modèles pour nous alors que nous naviguons à travers un univers hostile à notre existence même.

Si j’hésite à attribuer des idées aussi nobles que le «caractère» à un politicien, il y en a quelques-uns qui ont montré un grand potentiel. J’ai écrit sur chacun d’eux à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Matteo Salvini en Italie, le Premier ministre hongrois Viktor Orban, le président russe Vladmir Poutine, Nigel Farage au Royaume-Uni et même une figure imparfaite comme Donald Trump sont tous des exemples d’hommes dont l’histoire se souviendra comme s’étant levés en cas de besoin.

Parfois, chacun d’eux a essayé de remuer ciel et terre pour arrêter la dégradation de la société, de la culture et de la condition humaine face à un ennemi implacable – les idéologues communistes décidés à forcer l’humanité à se soumettre à leur volonté.

Mais avec la Cour suprême qui a abdiqué sa responsabilité principale en vertu de la Constitution la semaine dernière, se citant dans une décision inconstitutionnelle de 1925 signifie que c’est fini pour Trump et les États-Unis d’arrêter la transformation finale des États-Unis en une oligarchie dans la réalité sinon dans l’esprit.

Il n’existe actuellement aucun mécanisme permettant aux États de réparer les griefs de quelque importance que ce soit. Ce qui restait du pacte entre États souverains égaux est mort avec un gémissement dans les couloirs du SCOTUS et sous les applaudissements tonitruants des BlueCheckMarked sneetches sur Twitter.

Cela signifie qu’une élection volée se tiendra vraisemblablement le jour de l’inauguration. L’oligarchie enracinée a remporté ce tour. Bien. Mais cela ne signifie pas que les efforts des hommes que je viens de citer auront été vains. En fait, tout le contraire.

Parce que ce qu’il a fait révèle le caractère de toutes les personnes impliquées. Ce qu’ils feront ensuite, maintenant qu’ils ont le pouvoir dont ils ont toujours rêvé pour transformer l’Amérique, déterminera ce que feront les gens qui ont des principes autres que le pouvoir brut.

Nous commençons à voir cette réponse se former. Cette élection n’est pas terminée, mais le positionnement pour l’avenir d’une Amérique post-république a déjà commencé

« Those who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety. » -Ben Franklin@RepThomasMassie & I intro’d ‘Protect Our Civil Liberties Act’ (HR8970) to repeal the so-called Patriot Act & end illegal government surveillance pic.twitter.com/QEB8gKxFKu

— Tulsi Gabbard 🌺 (@TulsiGabbard) December 16, 2020

Ceux qui renonceraient à la Liberté essentielle, pour acheter un peu de Sécurité temporaire, ne méritent ni la Liberté ni la Sécurité ». -Ben Franklin@RepThomasMassie & I intro’d ‘Protect Our Civil Liberties Act’ (HR8970) pour abroger le Patriot Act et mettre fin à la surveillance gouvernementale illégale

Depuis le jour des élections, Tulsi Gabbard, un tweener entre la génération X et un millénaire, a été une source ininterrompue de factures Quixotic, certes, pour mettre sa campagne d’insurrection payée aux primaires du parti Démocrate en tant que personne intéressée à résoudre de réels problèmes fondamentaux avec le pays. et la corruption bipartite à Washington.

Elle continue de franchir les lignes de parti en introduisant une législation qui forme la base d’une stratégie électorale populiste ciblant les élections de 2022 et 2024.

De la protection des lanceurs d’alerte à l’abrogation de l’article 230 de la CDA en passant par le projet de loi dans le tweet ci-dessus coparrainé avec le libertarien Thomas Massie, Gabbard est un exemple de ce que l’avenir réserve à l’avenir politique une fois ce gouvernement méta-stable et cette période oligarchique dirigée par les hommes de l’Amérique est terminée.

Il est clair que Gabbard ne veut pas faire partie du Parti Démocrate actuellement au pouvoir. C’est la raison pour laquelle elle n’a pas été réélue et je soupçonne que ces décisions jettent toutes les bases d’un retour à la politique en 2024 en tant qu’extérieur indépendant ou semblable à Sanders.

J’écris depuis des années maintenant que nos problèmes proviennent du refus des anciennes générations de politiciens de renoncer au pouvoir. Face à tout, ils persistent parce qu’ils appartiennent aux forces qui les ont mis là en premier lieu pour réussir cette trahison du peuple qui est en marche depuis des décennies.

Et ils resteront en place jusqu’à ce qu’ils ne soient plus nécessaires. Il suffit de demander à Diane Feinstein qui est maintenant sacrifiée pour laisser la place à l’équipe de transition pour terminer le travail qu’elle a commencé.

J’ai toujours vu Trump comme le moment pour la génération X de tirer un Ronald Reagan et de dire: «M. Trump, assèche ce marais ! » mais la vraie histoire est que la génération X a permis à Obama de faire cette démolition avant de rendre ce qui reste aux anciennes élites monétaires.

Le combat est maintenant entre les courants croisés au sein de la Génération X. À parts égales, communiste et libertarien, le seul principe unissant est une volonté de réformer l’ordre ancien.

Selon moi, des gens comme Gabbard, Massie, le sénateur Rand Paul et quelques autres voient le problème. Gabbard est une gauchiste, mais ce n’est pas une communiste doctrinaire. Cela en fait une figure pivot intéressante autour de laquelle une coalition pour reprendre le contrôle ou mieux reconstruire les États-Unis peut être formée. Cela sera nécessaire une fois que l’équipage de vandales d’Obama aura dépassé ses limites et se sera fait botter le cul.

Quel que soit le résultat dans les mois et les années à venir, le changement de garde est proche. L’Amérique post-Trump sera très différente de celle d’avant Trump. Trump était l’apothéose des baby-boomers.

Son héritage sera de forcer l’état profond à sortir à l’air libre, apportant le feu contre eux hors de l’ombre.

Trump, cependant, ne représente pas l’avenir de l’Amérique. Il est accablé par la mythologie d’une Amérique qui n’a jamais vraiment existé.

Cette mythologie, cependant, vaut la peine de s’appuyer sur le fait de ne pas permettre à Obama et aux Vandales de tout démolir. Je crois que Gabbard comprend cela. Je crois également qu’au moins 75 millions d’Américains le comprennent.

Pour que le peuple américain ne soit pas plongé dans le cauchemar dystopique des rêves de Klaus Schwab, ce sera le personnage révélé des Gabbard, Massies et Paul qui mènera une fois que la violence atteindra un crescendo.

Ne vous y trompez pas, il y aura de la violence. C’est inévitable parce que les gens qui ont voté pour Trump ne seront pas apaisés avec un revenu de base ou ne se laisseront pas faire lorsque leurs voix seront réduites au silence.

Les fraudeurs regarderont toujours par-dessus leurs épaules, s’en prenant à l’opposition mineure en tant que traîtres qui doivent être réprimés.

Ici, on nous présente une image mise en scène avec trois gars privilèges blancs tout droit sortis du casting central pour le dernier «documentaire» produit par Obama sur l’égalité à venir sur Netflix au printemps.

C’est votre programme «Unity» du plus étatiste des organes de l’État, la radio d’état NPR, la chambre d’écho de choix pour le shitlib «sous-informé». C’est le visage de l’administration Biden / Harris.

Ce n’est que le début de ce à quoi nous pouvons nous attendre lorsque le GOP perd les deux sièges dans le second tour de la Géorgie et que les Démocrates, malgré un soutien et un engagement historiquement bas avec les électeurs réels, dirigent la table.

Une fois installés, ils persécuteront leurs ennemis politiques d’une manière que seul Alex Jones a envisagée jusqu’à présent. Et ce sera cette escalade qui révélera la qualité du caractère de ces politiciens de la prochaine génération.

Ils auront le choix, des meneurs d’hommes ou des lâches. La république que nous connaissons est morte. C’est peut-être une bonne chose. Mais ce qui vient après ne dépendra pas des gens qui viennent de lA détruire. Ce travail est le travail de la prochaine génération. Leur moment arrive dans les prochaines années. Ils devront être prêts.

Tom Luongo

Traduit par JJ pour le Saker Francophone

Tulsi Gabbard : Redirigez les bénéfices des entreprises autorisées à rester ouvertes vers les petites entreprises contraintes de fermer

Un plan de Tulsi Gabbard (Démocrate) réorienterait les bénéfices excédentaires des multinationales autorisées à rester ouvertes pendant la crise chinoise du coronavirus vers les petites entreprises qui ont été contraintes de fermer en raison de la crise économique.

Mme Gabbard a publié vendredi une loi, connue sous le nom de Pandemic Crisis Excess Profits Tax, pour s’assurer que des entreprises telles qu’Amazon, Facebook, Walmart et Google ne profitent pas des fermetures économiques qui ont contribué à éliminer la concurrence sur le marché.

“Les grandes entreprises technologiques et les grandes surfaces de vente sont parmi celles qui ont réalisé des profits excessifs pendant la pandémie de COVID-19, alors que les magasins de produits ménagers sont obligés de fermer leurs portes en raison des restrictions imposées par le gouvernement”, a déclaré Gabbard.

La législation – adoptée pour la première fois pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale pour empêcher les entreprises de tirer profit des guerres – ajouterait un impôt de 95 % sur les bénéfices excessifs des entreprises, calculé en soustrayant leurs revenus bruts de 2020 de leurs revenus bruts moyens de 2016 à 2019, avant le coronavirus.

Les bénéfices excédentaires des sociétés seraient alors affectés à l’aide aux petites entreprises en difficulté qui ont été forcées de fermer leurs portes en raison de la crise économique, tandis que les conglomérats géants ont été autorisés à poursuivre leurs activités comme si de rien n’était. a déclaré Gabbard :

Grâce à cela, ces grandes entreprises seront mieux positionnées et disposeront d’un avantage concurrentiel sur les petites entreprises dans une économie post-pandémique. Le Congrès doit rétablir l’impôt sur les bénéfices excédentaires de la Seconde Guerre mondiale, utilisé à l’époque pour empêcher les profits de guerre, et consacrer les fonds collectés à aider les petites entreprises à se remettre sur pied.

“Les petites entreprises sont l’épine dorsale de notre économie et ont fait les frais de cette crise”, a poursuivi Gabbard. “Nous devons soutenir nos petites entreprises et nous assurer qu’elles sont capables de prospérer et d’être compétitives”.

Alors que potentiellement 160 000 à 317 000 petites entreprises à travers les États-Unis ont fermé entre février et septembre de cette année en raison des fermetures économiques forcées dues au coronavirus. Cela représente environ 800 à 1 200 fermetures de petites entreprises chaque jour.

Pendant ce temps, les dirigeants des plus grandes entreprises du pays – autorisées à rester ouvertes – ont réalisé d’énormes bénéfices au cours de l’année dernière.

Le PDG d’Amazon, Jeff Bezos, par exemple, a augmenté sa fortune de près de 72,5 milliards de dollars cette année, tandis que le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a augmenté sa fortune de 26,3 milliards de dollars. Les grandes surfaces comme Walmart, Target, Home Depot et Wayfair ont vu leurs bénéfices augmenter à mesure que leurs concurrents disparaissaient.

Traduction de Breitbart par Aube Digitale

Rand Paul : Il y a eu beaucoup de fraudes électorales et ce n’est pas la première fois

Tout en répétant ses commentaires selon lesquels “la fraude a eu lieu”…

“C’est une sorte d’Obama, le manuel de Rahm Emanuel. Ils ont profité de la crise du COVID et ont ensuite modifié la loi électorale… pas en changeant la loi au niveau de la législature de l’État, mais en faisant en sorte que les secrétaires d’État ou les gouverneurs modifient la loi pour dire “oh, vous pouvez continuer à compter les votes” alors que la loi le prévoyait. Donc, cette élection a vraiment été volée d’une certaine manière et elle a été volée parce que les gens ont changé la loi…”

“La fraude a eu lieu. L’élection a été volée à bien des égards… Et la seule façon d’y remédier est, à l’avenir, de renforcer les lois.”

Le sénateur du Kentucky Rand Paul est apparu sur Fox News, notant que “il y a beaucoup de fraudes électorales, et ce n’est pas la première fois…”

[Voir la vidéo sur AIR.Tv]

KILMEADE : “Vous pensez que l’élection a été volée, vous avez tweeté ?”

PAUL : “Absolument. Je pense qu’il y a beaucoup de fraudes et ce n’est pas la première fois. Je veux dire, vous connaissez la célèbre histoire de Lyndon B. Johnson, il a du scotch dans une main, des votes illégaux dans une boîte à chaussures dans l’autre et il les retourne à minuit et ils disent, “Euh oh, votre adversaire a retourné le sien 2 heures plus tard et a gagné l’élection”. Il a dit : “Arg, plus jamais ça”. Il revient donc deux ans plus tard et dit que nous ne rendrons pas nos votes illégaux tant que mon adversaire n’aura pas rendu tous ses votes illégaux. C’est ce qui se passe. Mon père a été victime d’un vol électoral en 1976. Mais la seule façon de régler ce problème est que les tribunaux ne vous entendent pas après l’élection. C’est ce que nous combattons maintenant. C’est comme ça que ça a toujours été. Vous devez y retourner et vous devez surveiller les élections, vous devez élire un secrétaire d’État qui ne mentira pas, ne trichera pas, ne volera pas et ne changera pas la loi électorale“.

KILMEADE : “Je comprends.”

PAUL : “Et ce sont des choses que vous devez faire et vous devez purger les bureaux de vote, vous devez empêcher les étrangers en situation irrégulière de voter, etc.“

KILMEADE : “Ils n’ont pas fait ça. Sénateur Rand Paul, merci beaucoup”.

PAUL : “Merci.”

h/t The Mental Recession blog.

Rand Paul : aucune preuve scientifique que le confinement “tyrannique” fonctionne

Le sénateur Rand Paul s’est prononcé lundi contre la politique de confinement et de restrictions, déclarant qu’il n’y a aucune preuve qu’elles aient un impact sur la propagation du coronavirus, et que ceux qui disent qu’elles ont un tel impact n’y prêtent pas attention.

“Nous devrions au moins continuer à utiliser la logique pour essayer de trouver comment arrêter cela…”, a déclaré Paul lors d’une apparition sur Fox News, ajoutant : “Je ne vois aucune preuve que le contrôle des foules, le lavage des mains, le fait de se tenir à 2 mètres de distance, toutes ces choses qu’ils vous disent de faire – fermer les restaurants, fermer les écoles – il n’y a aucune preuve réelle qu’ils changent la trajectoire de la maladie.”

 

“Si vous regardez la prévalence du COVID, elle augmente … de façon exponentielle malgré tous les efforts déployés. Donc ceux qui disent qu’il y a de la science [derrière les restrictions] n’y prêtent tout simplement pas attention”, a poursuivi Paul.

Rand Paul, qui la semaine dernière a critiqué le Dr Anthony Fauci, un fanatique du confinement, pour avoir fait un virage à 180 degrés complet sur les fermetures des écoles, a insisté sur le fait que “garder tous nos enfants à la maison ne change pas le cours de cette maladie”.

“Ils ont étudié cela dans quatre études différentes à l’échelle du pays. Ils ont étudié l’incidence de la maladie, ils ont étudié le transfert de la maladie, et ils ont découvert que la fermeture des écoles ne fonctionne pas. Même le socialiste [le maire de New York Bill] de Blasio ouvre maintenant des écoles”, a souligné le sénateur.

Paul a demandé l’ouverture des écoles depuis l’été, en soulignant constamment qu’il n’y a pas de science à l’origine des fermetures.

Rand Paul a expliqué qu’il ne recommande pas aux personnes à risque d’ignorer simplement le virus, ajoutant : “Mais je vous dis aussi que le gouvernement ne devrait pas vous dire que vous ne pouvez pas aller à l’église et que le gouvernement ne devrait pas vous dire que vous ne pouvez pas envoyer vos enfants dans une école religieuse.”

“Il y a de bons conseils et vous pouvez prendre des conseils et vous pouvez donner des conseils. Mais une fois que vous l’avez autorisé, il ne devient pas un conseil. Cela devient une forme de tyrannie”, a affirmé le sénateur.

“Je pense donc que le gouvernement ne devrait pas imposer ces choses, parce que parfois la science n’est pas claire et parfois ils changent d’avis sur la science de mois en mois et de semaine en semaine”, a ajouté Paul.

Le sénateur Paul s’est engagé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour résister aux “confinements sans fin” de Joe Biden.

“Il va ruiner le pays. Les confinements ne fonctionnent pas. Et en fait, toutes les preuves sur le port de masques obligatoire montrent qu’ils ne fonctionnent pas non plus”, a insisté le sénateur dans une interview le mois dernier.

Catégories :REBLOG

Tagué:, ,

1 réponse »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s