REBLOG

Le Grand Reset, partie II : le Socialisme d’Entreprise (Mises Institute)

Le Grand Reset, partie II : le Socialisme d’Entreprise

4 JANVIER 2021 ASR

Comme je l’ai indiqué dans le précédent épisode, le Grand Reset, si ses architectes le veulent bien, impliquerait des transformations de presque tous les aspects de la vie. Ici, je limiterai ma discussion aux aspects économiques du Grand Reset tels que promus par le Forum économique mondial (FEM), ainsi qu’aux développements récents qui ont fait avancer ces plans.

Comme le suggère F.A. Hayek dans son essai introductif à Collectivist Economic Planning, le socialisme peut être divisé en deux aspects : les fins et les moyens.

Le moyen socialiste est la planification collectiviste, tandis que les fins, du moins sous le socialisme prolétarien, sont la propriété collective des moyens de production et la distribution « égale » ou « équitable » des produits finis. Distinguant ces deux aspects afin d’écarter la question des fins et de se concentrer sur les moyens, Hayek a suggéré que la planification collectiviste pourrait être mise au service d’autres fins que celles associées au socialisme prolétarien :

« Une dictature aristocratique, par exemple, peut utiliser les mêmes méthodes pour servir les intérêts d’une élite raciale ou autre ou pour servir un autre objectif résolument anti-égalitaire. »

La planification collectiviste peut se heurter ou non au problème du calcul, selon que l’on conserve ou non un marché des facteurs de production. Si un marché des facteurs de production est maintenu, alors le problème du calcul ne s’appliquerait pas strictement.

Les planificateurs collectivistes du Grand Reset n’ont pas pour objectif d’éliminer les marchés des facteurs de production. Ils visent plutôt à amener la propriété et le contrôle des facteurs les plus importants à ceux qui sont inscrits dans le « capitalisme des acteurs ». Les activités productives de ces parties prenantes, quant à elles, seraient guidées par les directives d’une coalition de gouvernements dans le cadre d’une mission et d’un ensemble de politiques unifiées, en particulier celles exposées par le FEM lui-même.

Bien que ces entreprises ne soient pas nécessairement des monopoles en soi, le but du FEM est de leur donner le plus de contrôle possible sur la production et la distribution, afin d’éliminer les producteurs dont les produits ou les processus sont jugés inutiles ou contraires aux desiderata des mondialistes pour « un avenir plus juste et plus vert ». Naturellement, cela impliquerait des contraintes sur la production et la consommation, ainsi qu’un rôle accru pour les gouvernements afin de faire respecter ces contraintes – ou, comme Klaus Schwab l’a déclaré dans le contexte de la crise de Covid, « le retour d’un gouvernement important » – comme si le gouvernement n’avait pas été important et ne s’était pas développé pendant tout ce temps.

Schwab et le FEM promeuvent le capitalisme des parties prenantes contre un « néolibéralisme » prétendument rampant. Le néolibéralisme est un mot de fouine qui représente ce que les gauchistes considèrent comme une erreur dans l’ordre socio-économique. Il est l’ennemi commun de la gauche. Il va sans dire que le néolibéralisme – que Schwab définit vaguement comme « un corpus d’idées et de politiques que l’on peut définir vaguement comme favorisant la concurrence plutôt que la solidarité, la destruction créative plutôt que l’intervention gouvernementale et la croissance économique plutôt que le bien-être social » – est un homme de paille. Schwab et compagnie érigent le néolibéralisme en source de nos malheurs économiques. Mais dans la mesure où l’« antinéolibéralisme » a été en jeu, c’est la préférence gouvernementale pour les industries et les acteurs au sein des industries (ou la corporatocratie), et non la concurrence, qui a été la source de ce que Schwab et ses semblables décrient. Le Grand Reset amplifierait les effets de la corporatocratie.

Néanmoins, les objectifs du FEM ne sont pas de planifier chaque aspect de la production et donc de diriger toute l’activité individuelle. Le but est plutôt de limiter les possibilités d’activité individuelle, y compris celle des consommateurs, à force d’évincer de l’économie les industries et les producteurs au sein des industries. « Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée. »

Comme l’a noté Hayek, « lorsque le système de guilde médiéval était à son apogée, et lorsque les restrictions au commerce étaient les plus importantes, elles n’étaient pas utilisées comme un moyen de diriger réellement l’activité individuelle ». De même, le Grand Reset ne vise pas une planification strictement collectiviste de l’économie, mais recommande et exige plutôt des restrictions néofeudistes qui iraient plus loin que tout ce qui a été fait depuis le Moyen Âge – autrement dit, sous le socialisme d’État lui-même. En 1935, Hayek a constaté à quel point les restrictions économiques avaient déjà entraîné des distorsions du marché :

Avec nos tentatives d’utiliser le vieil appareil du restrictionnisme comme un instrument d’ajustement presque quotidien au changement, nous sommes probablement déjà allés beaucoup plus loin dans la direction d’une planification centrale de l’activité actuelle que ce qui a été tenté auparavant…. Il est important de réaliser, dans toute enquête sur les possibilités de planification, qu’il est faux de supposer que le capitalisme tel qu’il existe aujourd’hui est l’alternative. Nous sommes certainement aussi éloignés du capitalisme dans sa forme pure que de tout système de planification centrale. Le monde d’aujourd’hui n’est qu’un chaos interventionniste.

Combien de temps encore, alors, le Grand Reset nous mènerait vers le type de restrictions imposées par le féodalisme, y compris la stase économique qu’il entraînait !

J’appelle ce néofeudalisme « socialisme d’entreprise » – non seulement parce que la rhétorique pour gagner des adhérents dérive de l’idéologie socialiste (« équité »« égalité économique »« bien collectif »« destin partagé », etc.) mais aussi parce que la réalité recherchée est le contrôle monopolistique de facto de la production via l’élimination des producteurs non conformes – c’est-à-dire une tendance au monopole de la production caractéristique du socialisme. Ces interventions ne feraient pas qu’ajouter au « chaos interventionniste » déjà existant, mais fausseraient davantage les marchés à un degré sans précédent en dehors de la planification socialiste centralisée en soi. Les élites pourraient tenter de déterminer, a priori, les besoins et les désirs des consommateurs en limitant la production à des biens et services acceptables. Elles limiteraient également la production aux types de biens et de services pouvant être achetés par les gouvernements et les producteurs qui adhèrent au programme. Les réglementations supplémentaires pousseraient les petits et moyens producteurs à se retirer des affaires ou à se tourner vers le marché noir, dans la mesure où ce dernier pourrait exister dans le cadre d’une monnaie numérique et d’une plus grande centralisation bancaire. En tant que telles, les restrictions et les réglementations tendraient vers un système statique de castes avec des oligarques d’entreprise au sommet, et un « socialisme réellement existant » pour la grande majorité en dessous. Augmentation de la richesse pour quelques-uns, « égalité économique », dans des conditions réduites, y compris un revenu de base universel, pour les autres.

Le confinement du coronavirus, les émeutes et le socialisme d’entreprise

Les confinements de covid-19 et, dans une moindre mesure les émeutes de gauche, nous ont fait évoluer vers le socialisme d’entreprise. Les mesures de confinement draconiennes employées par les gouverneurs et les maires et les destructions perpétrées par les émeutiers se trouvent justement à faire le travail que les socialistes d’entreprise comme le FEM veulent faire. En plus de déstabiliser l’État-nation, ces politiques et ces mesures contribuent à détruire les petites entreprises, éliminant ainsi les concurrents.

Comme le souligne la Fondation pour l’éducation économique (FEE), les confinements et les émeutes se sont combinées pour donner un coup de poing à la fois qui assomme des millions de petites entreprises – « l’épine dorsale de l’économie américaine » – dans toute l’Amérique. La FEE a rapporté que :

7,5 millions de petites entreprises en Amérique risquent de fermer définitivement leurs portes. Une enquête plus récente a montré que même avec des prêts fédéraux, près de la moitié des propriétaires de petites entreprises disent qu’ils devront fermer pour de bon. Le bilan est déjà lourd. Rien qu’à New York, les commandes de produits à domicile ont forcé la fermeture définitive de plus de 100 000 petites entreprises.

Entre-temps, comme l’ont fait remarquer la FEE et d’autres, rien ne prouve que ces fermetures aient fait quoi que ce soit pour ralentir la propagation du virus. De même, rien ne prouve que Black Lives Matter ait fait quoi que ce soit pour aider les vies noires. Au contraire, les campagnes émeutières et meurtrières de Black Lives Matter et d’Antifa ont prouvé que les vies noires n’ont pas d’importance pour Black Lives Matter. En plus d’avoir assassiné des Noirs, les émeutiers de Black Lives Matter et d’Antifa ont fait d’énormes dégâts aux commerces et aux quartiers noirs, et donc aux vies noires.

Alors que les petites entreprises ont été écrasées par la combinaison de fermetures draconiennes et de folies émeutières, des géants de l’entreprise comme Amazon ont prospéré comme jamais auparavant. Comme l’a fait remarquer la BBC, au moins trois des géants de la technologie – Amazon, Apple et Facebook – ont réalisé des gains massifs pendant les confinements, gains qui ont été encouragés, dans une moindre mesure, par des émeutes qui ont coûté 1 à 2 milliards de dollars en dommages matériels. Au cours des trois mois qui se sont terminés en juin, le « bénéfice trimestriel de 5,2 milliards de dollars (4 milliards de livres sterling) d’Amazon a été le plus important depuis la création de la société en 1994 et a été réalisé malgré les dépenses importantes en équipements de protection et autres mesures dues au virus ». Les ventes d’Amazon ont augmenté de 40 % au cours des trois mois qui se sont terminés en juin.

Comme l’a rapporté TechCrunch, Facebook et ses plateformes WhatsApp et Instagram ont vu le nombre d’utilisateurs augmenter de 15 %, ce qui a porté les revenus à un grand total de 17,74 milliards de dollars au premier trimestre. Le nombre total d’utilisateurs de Facebook a atteint 3 milliards en mars, soit les deux tiers des utilisateurs d’Internet dans le monde, ce qui constitue un record. Les revenus d’Apple ont grimpé en flèche au cours de la même période, les bénéfices trimestriels ayant augmenté de 11 % en glissement annuel pour atteindre 59,7 milliards de dollars. « Walmart, le plus grand épicier du pays, a déclaré que les bénéfices ont augmenté de 4 %, pour atteindre 3,99 milliards de dollars », au cours du premier trimestre 2020, selon le Washington Post.

Le nombre de petites entreprises a été presque réduit de moitié par les confinement du covid-19 et les émeutes de Black Lives Matter/Antifa, tandis que les géants de l’industrie ont consolidé leur emprise sur l’économie, ainsi que leur pouvoir sur l’expression individuelle sur Internet et au-delà. Ainsi, il semblerait que les confinements, les fermetures, les fermetures partielles, ainsi que les émeutes soient exactement ce que les Grands Resetters ont ordonné, bien que je ne suggère pas ici qu’ils les aient ordonnées. Il est plus probable qu’elles aient saisi l’occasion de supprimer de l’économie les activités des petites et moyennes entreprises afin de rendre le respect des règles plus simple et plus généralisé.

En fin de compte, le Grand Reset n’est qu’une campagne de propagande, pas un bouton que les oligarques mondialistes peuvent pousser à volonté – bien que le FEM l’ait représenté comme tel. Leurs plans doivent être contrés par de meilleures idées économiques et des actions individuelles concertées. La seule réponse raisonnable au projet du Grand Reset est de le défier, d’introduire et de promouvoir plus de concurrence, et de demander la réouverture complète de l’économie, à quelque péril que ce soit. Si cela signifie que les petits producteurs et distributeurs doivent s’unir pour défier les décrets de l’État, alors qu’il en soit ainsi. De nouvelles associations d’entreprises, dans le but de déjouer le Grand Reset, doivent être formées – avant qu’il ne soit trop tard.

Source : The Mises Institute – Traduit par Anguille sous roche

Catégories :REBLOG

Laisser un commentaire