REBLOG

US : Les Économies D’État Bleues S’effondreront Bientôt – Mais Prendront-Elles Des États Rouges Avec Elles? Par Brandon Smith

Les Économies D’État Bleues S’effondreront Bientôt – Mais Prendront-Elles Des États Rouges Avec Elles?

15 Janvier 2021  Alt Market

Cet article a été écrit par Brandon Smith et initialement publié chez Birch Gold Group

Au cours des six à huit derniers mois, les États-Unis ont peut-être connu l’une des plus grandes migrations de personnes fondées sur des préoccupations économiques et idéologiques depuis près d’un siècle. Depuis la Grande Dépression, autant d’Américains n’ont pas déménagé à la recherche d’une vie meilleure. Aujourd’hui, cependant, ceux qui déménagent semblent être en grande partie conservateurs et modérés. Il y a une très bonne raison à plusieurs facettes.

L’une des meilleures explications récentes de la migration conservatrice est visible dans le revirement de près de 180 degrés du gouverneur de New York Andrew Cuomo sur ses mandats draconiens de verrouillage. Tout à coup, Cuomo a annoncé que  New York ne pouvait tout simplement plus rester fermé  et que les entreprises devaient rouvrir rapidement.

Qu’est-ce qui aurait pu forcer le Cuomo au crâne épais à enfin voir la lumière? Je pense que cela a beaucoup à voir avec le fait que New York a tenté de distribuer des millions de doses du vaccin COVID-19 et qu’ils n’ont pu en distribuer que 30%. Cela signifie qu’environ 70% des personnes éligibles pour obtenir le vaccin à New York refusent apparemment de le prendre (une décision judicieuse à mon avis compte tenu du caractère hautement expérimental et non testé du cocktail). Étonnamment, au moins  30% des travailleurs de la santé à New York refusent également  de se faire vacciner. Cuomo a  menacé les hôpitaux d’amendes  s’ils ne distribuent pas les vaccins assez rapidement.

Dans sa dernière déclaration, Cuomo tente d’envoyer un message selon lequel les New-Yorkais doivent se faire vacciner pour qu’une réouverture puisse commencer. En d’autres termes, «prenez le vaccin ou l’économie s’effondrera».

Je ne crois pas que Cuomo corrige ses manières totalitaires, mais au moins pour le moment, je pense qu’il réalise ce que la plupart d’entre nous, dans le domaine économique alternatif, disons depuis un an:   les économies de l’État bleu meurent parce qu’elles sont oppressives et cela étouffe le commerce et les affaires .

Au-delà du facteur commercial et des restrictions sur les mouvements et activités quotidiens des personnes, les  verrouillages et la crise financière qui en  a résulté ont provoqué une augmentation du taux de criminalité dans tout le pays, mais principalement dans les États bleus et les villes contrôlées par la démocratie.

Selon le US Postal Service, la ville de New York a vu à elle seule  plus de 300 000 résidents ramasser tout et partir  de mars à octobre. C’est un pic sans précédent, un exode comme New York n’a pas vu depuis longtemps.

De l’autre côté du pays, la Californie assiste à son propre exode, et cela a commencé bien avant que la pandémie ne frappe. En 2019, la Californie a vu plus de  653000 résidents échapper à  la bureaucratie étouffante et aux impôts élevés de l’État. En 2020, l’État a atteint son taux de croissance démographique le plus bas de l’histoire, même en tenant compte des bébés nés. Plus de  200 000 personnes ont quitté l’État avant d’y avoir emménagé  l’année dernière, et avant que quiconque prétende que ces personnes sont des «libéraux» envahissant les États rouges, même les médias californiens admettent qu’ils sont pour la plupart des conservateurs cherchant à échapper au gouffre socialiste.

U-Haul, l’une des plus grandes entreprises de déménagement du pays, a compilé des données sur  les principaux États vers lesquels les Américains se déplacent pendant la pandémie . La liste est  chargée  de bastions conservateurs bien connus et d’États rouges, avec le Tennessee, le Texas et la Floride en tête.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour les États de gauche en termes économiques? Premièrement, une énorme perte de recettes fiscales, et c’est dangereux pour les États bleus en particulier. La Californie prévoyait un excédent de 5,6 milliards de dollars en janvier de l’année dernière, pour faire face à un déficit de 54 milliards de dollars en août. Les recettes fiscales nettes de l’État ont chuté de 42% de mars à mai d’une année sur l’autre,  dépassant de loin les pertes dans le reste du pays . Le gouverneur démocrate Gavin Newsom a demandé au Congrès une aide fédérale de 14 milliards de dollars, affirmant que le gouvernement avait «l’obligation morale et éthique d’aider les États».

Et cela semble être exactement la façon dont des États comme la Californie survivent, en volant l’argent des contribuables à des habitants d’autres États qui ont été plus responsables dans la protection de leur économie.

On entend souvent dire que des États comme la Californie et New York ont ​​des PIB comparables à ceux de pays entiers. Nous entendons parler de toute la production manufacturière et agricole, et il y a quelques années, il y a même eu des appels à la sécession en Californie au motif que «l’homme orange est mauvais» et que l’État pourrait subvenir financièrement «facilement».

Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. Ce que les pom-pom girls de gauche refusent souvent de mentionner, ce sont les problèmes de dette et les déficits profonds et insidieux dont souffrent les États bleus. En regardant une liste des États les  plus endettés aux États-Unis . en termes d’actifs et de passifs totaux, vous constaterez que la grande majorité d’entre eux sont contrôlés par les démocrates.

En outre, les États bleus ont tendance à avoir les niveaux les plus élevés d’  engagements de retraite non capitalisés . En d’autres termes, leurs obligations de retraite publiques ne sont que partiellement financées et subissent une perte nette. La Californie, le Connecticut et l’Illinois sont en tête de liste et le seul État rouge qui se rapproche en termes de pourcentage est l’Alaska. Les États rouges arrivent en tête de liste pour ce qui est des retraites les mieux financées et de la dette par habitant la plus faible.

Ces dettes sont causées par des politiques de dépenses irresponsables et des mesures de protection sociale sans fin, et comme avec la plupart des systèmes socialistes, ils finissent toujours par dépenser plus d’argent qu’ils ne peuvent en rapporter. Ils finissent également par gaspiller de l’argent plus qu’ils ne dépensent effectivement de l’argent. Cela se traduit par des impôts beaucoup plus élevés, car les États bleus  refusent  d’admettre les erreurs politiques et de corriger leurs erreurs. Au lieu de cela, ils punissent les citoyens en augmentant les impôts. Une liste des impôts  sur le revenu des particuliers les  plus élevés du pays est dominée par les États bleus.

Les États bleus comme l’Illinois empilent également la liste des  impôts fonciers les plus élevés .

On pourrait supposer qu’avec une fiscalité aussi élevée, des programmes de protection sociale seraient en place pour aider les nécessiteux et réduire la pauvreté, mais ce n’est pas le cas. La Californie et New York ont  de loin la  plus forte population de sans-abri (151 278 en Californie et 92 091 à New York). La deuxième plus grande population de sans-abri se trouve dans un État rouge, la Floride, avec seulement 28 000 personnes.

Ajoutez à cela le fait que les États bleus ont été les plus heureux du verrouillage pendant la pandémie malgré le fait que les verrouillages n’ont rien fait   pour arrêter la propagation du COVID-19, et maintenant vous savez pourquoi les gens quittent ces endroits  en masse .

Cette dynamique a conduit  les États rouges à surperformer les États bleus à  tous les niveaux en termes de  reprise économique . La reprise de l’emploi dans les États rouges dépasse de loin les États bleus, de même que la reprise du PIB. En conséquence, un appel a augmenté pour un «sauvetage de l’État bleu», et avec Biden entrant ostensiblement à la Maison Blanche, ils pourraient très bien obtenir ce qu’ils demandent.

Le problème est que le montant du renflouement qui satisferait la faim des États bleus devrait être de l’ordre de plusieurs billions. Alors que de plus en plus de personnes et d’entreprises quittent ces endroits pour des États plus libres, il est inévitable que les recettes fiscales se tarissent. Et, alors que les gauchistes augmenteront les impôts pour couvrir le déficit, encore plus de gens déménageront. C’est un cercle vicieux qui conduira à une dépendance totale à l’égard des dollars fédéraux pour que les États bleus survivent.

Les États rouges, en revanche,  n’appliqueront pas de mandats de verrouillage stricts . En fait, je soupçonne que même si Biden tente d’instituer un verrouillage fédéral de niveau 4, de nombreux États rouges le défieront et continueront comme d’habitude tandis que les États bleus s’inclineront et se soumettront rapidement. La seule option pratique est que les États bleus ignorent les verrouillages et rouvrent complètement, non seulement pendant quelques mois, mais de manière permanente. Vont-ils faire ça? J’en doute.

Il est également important de considérer à un niveau fondamental les types de personnes qui composent les populations des états rouges par rapport aux états bleus. Les États bleus ont construit une culture de dépendance et la majorité des gauchistes n’ont pas de compétences utiles qui leur permettraient de s’adapter à une crise économique. Pendant ce temps, la culture de l’État rouge encourage l’indépendance, l’autonomie et la productivité.

La réaction la plus probable parmi les États bleus ou le gouvernement fédéral sous Biden sera d’essayer de «redistribuer» la richesse et la stabilité des États rouges aux États bleus. Cela pourrait se produire sous la forme de mesures de relance qui profitent injustement aux États bleus. La dévaluation du dollar et l’inflation des prix qui en résultent pourraient frapper plus durement les États rouges car ils ne recevraient pas de renflouement pour compenser les coûts plus élevés. Dans le pire des cas, dans lequel un effondrement financier complet se produit, nous pourrions même voir le gouvernement fédéral tenter de redistribuer la production et la fabrication des États rouges aux États bleus au nom de «l’urgence nationale».

Il pourrait également y avoir une tentative d’empêcher les gens de s’éloigner complètement des États bleus. Nous avons déjà vu un test bêta pour cela en Californie, où les législateurs tentent d’adopter un projet de loi qui obligerait légalement les anciens résidents à  continuer de payer des impôts à l’État pendant des années  après leur départ .

Bien sûr, cela conduirait à une résistance sévère de la part des conservateurs, mais c’est une discussion pour une autre fois. L’essentiel est le suivant: les politiques économiques et pandémiques des États bleus ont lamentablement échoué. Leur seule option est de voir l’erreur de leurs manières, de devenir financièrement responsable et de supprimer les mesures de verrouillage totalitaire, ou d’essayer de tuer le succès des États rouges comme des parasites. Lequel pensez-vous qu’ils choisiront?

Brandon Smith

EN BANDE SON :

 

Catégories :REBLOG

Tagué:

1 réponse »

Laisser un commentaire