REBLOG

Archeofuturisme ou droite prométhéenne ? Partie 1 Par Romain D’Aspremont 

Archeofuturisme ou droite prométhéenne ? Partie 1

By RAGErage-culture.com 28/01/2021

Cet article est extrait du livre de Romain D’Aspremont The Promethean Right (La Droite Prométhéenne) également auteur de Penser l’Homme Nouveau. Nous avions déjà publié un extrait de son premier livre portant sur le transhumanisme ici.

L’archéofuturisme de Faye est souvent présenté comme un remède à l’approche trop conservatrice de la droite en matière de changement social et technologique – une soi-disant synthèse harmonieuse de la tradition et de la technophilie. Cet article soutient que l’Archéofuturisme est en réalité davantage archaïque que futuriste, comme si le tempérament droitard de Faye le poussait à équilibrer son éloge du progrès technologique par un retour aux valeurs médiévales. Il s’agit d’un archaïsme déguisé en futurisme : un pas vers l’avenir et deux pas vers le passé.

L’archéofuturisme reflète fidèlement la psychologie des conservateurs peu enclins au risque et au changement. La droite dispose de valeurs saines (la volonté de vaincre, la méritocratie, l’amour de la lutte, la loyauté) mais son conservatisme la prive de toute victoire à long terme. En lieu et place de l’archéofuturisme, cet article plaide pour une droite prométhéenne : une droite qui prône une créativité radicale, même au prix d’une rupture avec le passé, à condition que cette rupture soit synonyme de surcroît de puissance. Gardons à l’esprit que le concept de « haute technologie » est relatif : seule compte la capacité d’innovation perpétuelle et seul un état d’esprit moderne est en mesure d’honorer cette promesse. Au mieux, une société hautement technologisée mais disposant d’une traditionaliste stagnerait sur tous les plans ; au pire, elle déclinerait. Aussi, une droite moderne et prométhéenne, est-elle requise, aux antipodes de cette tentative de rafistolage de la tradition au moyen de la technologie.

Une « convergence de catastrophes » ?

Faye prédit une « convergence de catastrophes » qui entraînerait la fin du monde « progressiste ». Il est représentatif de ces hommes de droite qui haïssent tant ce monde – qui est l’image de leur défaite perpétuelle – qu’ils fantasment sa destruction apocalyptique. Incapables de remporter la bataille des idées, ils espèrent une intervention divine, un déluge qui rayerait la civilisation gauchiste de la surface du globe, leur permettant de faire triompher leur programme réactionnaire. Ce déluge divin est rationalisé comme étant une « convergence de catastrophes, semblable à la prophétie marxiste de l’effondrement nécessaire du capitalisme ». Cette vision apocalyptique est symptomatique de l’impuissance de la droite. C’est une rationalisation post-hoc de la haine envers la modernité (et la post-modernité). Faye écrit :

« Ce n’est probablement qu’après que [cette série de] catastrophes ait détruit la modernité, avec son mythe et son idéologie globalisée, qu’une vision alternative du monde s’affirmera, en vertu de la nécessité. Personne n’aura la prévoyance ou le courage de la mettre en œuvre avant que le chaos ne se déchaîne ».

Une telle théorie de l’effondrement n’est qu’un malheureux substitut à un programme réaliste, proactif et orienté vers l’avenir. Nous ne pouvons espérer qu’un chaos nous dispense de combattre nos adversaires idéologiques. Prier pour que les quatre cavaliers de l’Apocalypse anéantissent nos ennemis est un appel à l’inaction. Un effondrement mondial a peu de chances de se produire. Il se peut, en effet, que survienne une apocalypse au sens grec du terme (une « révélation »). Cependant, elle prendra plus certainement la forme d’une révolution scientifique nous offrant un nouvel aperçu de la nature de notre réalité (l’espace-temps comme illusion, par exemple). Notre civilisation technologique est bien trop résistante, et la soi-disant renaissance religieuse bien trop archaïque et déconnectée de la science, pour que l’humanité entre dans un nouvel âge sombre.

L’Europe occidentale est certes progressivement colonisée, africanisée et islamisée, mais l’Occident est bien plus vaste que ce « petit cap de l’Eurasie », selon la formule général de Gaulle. Les Européens de l’Ouest pourraient migrer vers l’Amérique du Nord et du Sud, l’Australie et l’Europe de l’Est. L’Occident survivrait à ce Grand Remplacement localisé, et une Reconquista pourrait éventuellement survenir.

Quant à l’effondrement démographique prophétisé par Faye, c’est une préoccupation importante. Cependant, croire qu’une population vieillissante menace le fondement même de nos économies capitalistes est excessif. Le Japon démontre qu’il existe une solution technologique à ce problème. Faire face au vieillissement démographique est un défi bien moindre que celui de nourrir l’ensemble de la société avec seulement 3 % de nos travailleurs. La droite doit se débarrasser de sa mentalité malthusienne. La démographie des pays asiatiques est bien pire que celle des nations occidentales. Certes, ils ne sont pas colonisés comme le sont la France ou l’Allemagne, mais l’Europe occidentale n’est qu’une portion de l’Occident.

Faye associe notre faible taux de natalité à de l’ « anti-natalisme » et de l’ « ethno-masochisme ». C’est exact, mais seulement dans une certaine mesure. Comment expliquer que les taux de natalité les plus faibles soient le fait de pays asiatiques ? Autrement dit, de sociétés collectivistes qui ne partagent pas nos valeurs individualistes ? La principale raison de nos faibles taux de natalité est que, jusqu’à la révolution industrielle, les sociétés humaines ont été confrontées au spectre de l’extinction démographique, du fait de la famine, de la maladie et de la guerre. Les progrès technologiques nous en ont largement prémuni. Au XXe siècle, pour la première fois dans l’histoire, l’impératif biblique « Soyez féconds, multipliez et remplissez la Terre » a été remplacé par une volonté de décroissance démographique.

Tous nos maux ne sont pas imputables aux idées modernes. Bien entendu, si nos faibles taux de fécondité devaient se maintenir, nos sociétés en viendraient mécaniquement à disparaître. Pourtant, il est fort probable que, bien avant que ce point d’extinction ne soit atteint, les taux de fécondité en viennent à croître de nouveau : le spectre de la disparition qui était propre aux sociétés traditionnelles viendra nous hanter à nouveau. Les sociétés sont des organismes autorégulés. Le vieillissement démographique est le dommage collatéral de notre formidable capacité de survie collective. Une Europe de 550 millions d’habitants et un Japon de 126 millions ne sont pas au bord de l’extinction. Pas encore, du moins.

Faye prévoit également un effondrement économique. Il commet ici la même erreur que les marxistes, qui ne saisissent pas que le capitalisme est construit sur des cycles de croissance, de crise et de dépression (les cycles de Kondratiev et la destruction créatrice de Schumpeter). Faye a prédit un « désastre économique en Europe d’ici 2010, en raison du déficit croissant des budgets sociaux, causé par le vieillissement démographique ». Or la crise de la dette de 2010 peut difficilement être considérée comme un désastre économique équivalant à un effondrement. Si l’on observe l’évolution du PIB par habitant de la France et des pays européens, on constate à quel point cette soi-disant catastrophe est exagérée.

Faye ne semble pas croire au principe du gagnant-gagnant en matière économique . La prospérité des uns ferait la misère des autres :

« Ces catastrophes attendues sont la conséquence directe de la foi incorrigible de la modernité dans les miracles : il suffit de considérer le mythe selon lequel il serait possible de parvenir à un niveau de vie élevé à l’échelle mondiale…»

Ce point de vue est pour le moins inexact. Le niveau de pauvreté mondial (en terme absolu, c’est-à-dire moins de 1,25 dollars par jour) n’augmente pas proportionnellement à l’enrichissement d’une fraction de la population mondiale. Il s’est au contraire effondré : 90 % de la population mondiale vivait sous le seuil de pauvreté absolue en 1820, 70 % en 1950 et 9,2 % en 2017… La croissance mondiale du niveau de vie moyen n’est pas un mythe mais une réalité statistique. Le capitalisme est un système basé sur la concurrence, qui tend à récompenser les personnes les plus talentueuses : il est pour le moins étrange qu’un tel système soit condamné par des personnes se revendiquant de droite. Naturellement, du fait même du rythme de création de richesses, l’impact environnemental du capitalisme peut se révéler dramatique, quoiqu’il soit moins destructeur que ne le fut le communisme et ses grands projets visant à se rendre maître de la nature. C’est pourquoi le capitalisme doit être réglementé afin de combattre les externalités négatives.

Selon Faye, la croissance économique atteindra des « limites physiques » au-delà desquelles elle ne pourra plus se maintenir. Un tel malthusianisme s’est systématiquement révélé faux. Les limites physiques sont toujours repoussées par les percées technologiques. La conquête du monde quantique par les nanotechnologies repousse encore plus loin cette limite. Pourtant, Faye estime que l’effondrement économique serait accéléré par « la vulnérabilité accrue des systèmes techno-économiques, causée par la technologie informatique ». Cette soi-disant vulnérabilité est souvent utilisée pour prédire l’effondrement économique et civilisationnel. Des défaillances temporaires sont en effet possibles mais, grâce à de multiples dispositifs de sécurité et de redondances, le réseau cybernétique mondial est bien plus résistant qu’il n’y paraît. L’image d’un ordinateur qui « plante » ne correspond pas au World Wide Web, précisément parce qu’il s’agit d’un système décentralisé.

L’Archéofuturisme

Faye croit en un ordre immuable issu de la nature humaine et dont les « valeurs archaïques » sont la meilleure traduction. Il écrit :

« […] L’humanité reviendra à ses valeurs archaïques, qui sont purement biologiques et humaines (c’est-à-dire anthropologiques) : la séparation des rôles entre les sexes ; la transmission des traditions ethniques et folkloriques, de la spiritualité et de l’organisation sacerdotale ; des hiérarchies sociales visibles et structurantes ; le culte des ancêtres ; les rites et les épreuves d’initiation ; le rétablissement de communautés organiques […] ; la désindividualisation du mariage (les unions doivent être l’affaire de toute la communauté et pas seulement du couple marié) ; la fin de la confusion entre érotisme et conjugalité ; le prestige de la caste des guerriers ; l’inégalité entre les statuts sociaux – non pas une inégalité implicite, injuste et frustrante, que l’on retrouve aujourd’hui dans les utopies égalitaires, mais une inégalité explicite et idéologiquement légitimée… »

Faye rêve d’un ordre éternel baptisé « archaïsme » qu’il définit comme étant « ce qui crée et demeure immuable ». Pourtant, rien dans l’univers n’est immuable et certainement pas la nature humaine. Même les lois de la nature pourraient pourraient théoriquement être soumises à une très lente évolution ; notre univers n’est peut-être que le résultat d’un multivers en évolution, chaque univers ayant ses propres lois physiques. L’ordre social de l’Antiquité et du Moyen Âge ne reflètent d’une harmonie éternelle, mais résultent de la nature humaine (qui n’est pas fixe mais évolue sur une très longue période) et de l’état technologique de l’époque. Faye peut marteler que « la modernité est rétrograde, tandis que l’archaïsme est futuriste », cette affirmation n’en sera pas moins fausse. Comment quelque chose d’éternel et d’intemporel (l’archaïsme, selon la définition de Faye) peut-il également être « futuriste » ? En outre, le retour aux traditions médiévales ou antiques est un choix arbitraire. Pourquoi ne pas revenir aux valeurs des chasseurs-cueilleurs, sensiblement plus égalitaires, sans stricte hiérarchie ? L’homme a été chasseur-cueilleur durant plus de 200 000 ans, et agriculteur sédentaire depuis 10 000 ans seulement. Notre nature a été façonnée au cours de ces dizaines de milliers d’années où les humains vivaient en petits groupes dépourvus des « castes guerrières » et de l’« organisation sacerdotale » que Faye regrette tant.

Faye pense que, paradoxalement, les technologies futures conduiront « à un retour à des modèles sociaux archaïques et hiérarchisés [car] ceux qui gagneront seront les peuples ayant les ‘blocs d’élite’ les plus forts et les mieux sélectionnés, ainsi que les masses les plus organiquement intégrées ». La concurrence technologique favoriserait donc les sociétés traditionalistes et holistes, celles d’Asie de l’Est. Ces sociétés sont en effet capables de produire en masse des produits à haut contenu technologique, même si le modèle chinois n’a pas encore fait ses preuves en matière de réelle innovation. L’Occident doit toutefois se garder de considérer que la Chine est incapable d’inventer : une percée dans le domaine des ordinateurs quantiques, de l’IA, de l’ingéniérie génétique, de la fusion à froid et de la 6G sont de l’ordre du possible. La menace technologique chinoise doit être considérée avec sérieux.

La puissance n’est pas qu’une question de technologie ; elle est avant tout une question de caractère. Selon Faye, si les immigrés musulmans sont si combatifs et dominateurs, c’est grâce à leur mentalité archaïque. Par conséquent, nous devrions « revenir à un état d’esprit archaïque ». Il est tentant de reproduire l’agressivité de nos ennemis, mais il est insensé de croire que leur mentalité d’un autre temps puisse nous renforcer. Leur archaïsme n’est une force que dans le contexte de la faiblesse morale européenne. Ces immigrés du Tiers-Monde seraient bien incapables de nous égaler technologiquement. L’erreur de Faye est de séparer leur mentalité guerrière et archaïque de leur irrationnalisme : leur archaïsme va de pair avec leur anti-scientisme. Le chevalier médiéval bardé de technologies est une antinomie.

Lorsque Faye affirme que nous devrions nous débarrasser et de notre pacifisme et de notre mentalité moderne, il jette le bébé avec l’eau du bain. La détermination, la ténacité et la volonté de puissance ne sont pas synonymes de tradition, mais de vitalité. Le chemin à suivre n’est pas un détour vers la tradition mais un raccourci vers l’avenir. Les valeurs viriles (honneur, force, ténacité) doivent être réintroduites, mais certaines valeurs traditionnelles se doivent d’être délaissées, à l’image de ces droitards qui rêvent de rétablir l’autorité masculine sur les femmes. Ce sont parfois ces mêmes hommes qui, faute d’attirer le sexe opposé, pensent qu’ils auraient davantage d’opportunités au sein d’une société patriarcale – ils somment la société de les aider à trouver une compagne. Les femmes doivent rester libres car la liberté engendre le progrès intellectuel, économique et technologique.

Faye présente son retour à l’archaïsme comme étant fidèle au concept nietzschéen de l’Éternel retour. Il s’agit là encore d’une erreur : l’Eternel retour est un modèle cosmologique et non pas une vision de l’Histoire. Pour Nietzsche, si l’éternité existe, toute configuration matérielle (et donc tout événement) doit nécessairement se reproduire à l’identique. L’Eternel retour n’est pas celui décrit par Faye (« le retour d’une situation ‘comparable’, mais dans un lieu différent »). La vision de Nietzsche est censée conduire les faibles au suicide, tout en enhardissant les forts et en accélérant l’avènement du surhomme. De même, Faye se trompe lorsqu’il écrit que « l’archéofuturisme est basé sur l’idée nietzschéenne d’Umwertung – le renversement radical des valeurs modernes – et sur une vision sphérique de l’histoire ». La « réévaluation de toutes les valeurs » de Nietzsche n’est pas un retour aux valeurs traditionnelles (même si certaines valeurs considérées comme traditionnelles, ou plutôt intemporelles, sont vouées à être préservées). Nietzsche ne définit pas précisément les valeurs du surhomme – les forger est précisément la tâche de ce dernier – mais il précise qu’elles seront « par-delà bien et mal », aux antipodes des valeurs chrétiennes et éloignées de la tradition. Lorsque Faye encourage « la réémergence de configurations sociales archaïques dans un nouveau contexte [et] l’application de solutions séculaires à des problèmes complètement nouveaux », il tourne le dos à la philosophie de Nietzsche, orientée vers l’avenir. Nietzsche prophétise une nouveauté si radicale qu’il ne parvient qu’à esquisser la condition post-humaine. De même, nous ne pouvons anticiper les caractéristiques de notre future société transhumaine ; nous pouvons seulement créer les conditions de son avènement.

Retrouvez Romain D’Aspremont sur twitter @R_Aspremont est son ouvrage d’où cet extrait est tiré à partir du lien ci-dessous.

NB : Toutes les citations de Guillaume Faye ont été traduites par nos soins depuis l’anglais. Par conséquent, il pourrait y avoir quelques inexactitudes par rapport à la version française originale de L’Archéofuturisme.

EN BANDE SON :

Catégories :REBLOG

Tagué:

2 réponses »

  1. « … elle [l’apocalypse] prendra plus certainement la forme d’une révolution scientifique nous offrant un nouvel aperçu de la nature de notre réalité ».

    Lire l’œuvre de René Thom est, selon moi, incontournable sur ce sujet. Deux aperçus:

    1. sa vidéo-testament « La théorie des catastrophes » dans laquelle Thom est interviewé par Émile Noël. Extrait (45’50) : É.N : « Vous n’argumentez pas la défense de votre théorie »;
    R.T: « Non, non, bien sûr. Moi je prétends que la théorie des catastrophes n’a pas à besoin d’être argumentée; il suffit de la comprendre ».

    2: les 90 pages de citations par Michèle Porte (tous deux en accès libre sur la toile).

Laisser un commentaire