Art de la guerre monétaire et économique

La Réflexion du Jour : Rien ne saurait changer pour que tout change…

Rien ne saurait changer pour que tout change…

Voici ce que j’écrivais le 20/4/2020

https://leblogalupus.com/2020/04/23/le-billet-du-lupus-pieges-comme-des-rats-vous-etes-tous-desormais-coranovirables/

Comme je vois qu’un an après, en guise de cadeau d’anniversaire, on reprend les mèmes ficelles usées jusqu’à la corde pour se pendre, et que l’on recommence en version labos locales les mèmes « filouteries » destinées à être généralisées . Je me dis que les deux premières « piquouzes »  non pas du être suffisamment fortes ou mal administrées.  Alors comme pour les vaccins nos « chers « Gouvernants », au nom du Bien, remettent un petit coup d’ Astra ze neca (tueur d’étoiles en latin), histoire de confiner pour l’éternité. Je vous glisse donc ce petit rappel « économique » qui en appellera hélas d’autres. A suivre…

« Remettre les compteurs à zéro (Great Reset) est un vaste programme qui consiste à :

-A tordre le cou à la dette par davantage encore de dette pour tous mais au seul profit de quelques-uns.

-A substituer le revenu du travail par le revenu du chômage payé par de la fausse monnaie sortie de nulle part si ce n’est des générations futures déjà mortes avant la naissance.

-A déflater les salaires des quelques « indispensables qui resteront au boulot » et qui contribueront ainsi à consolider et à restituer des taux de profit de quelques grosses corporations malmenées par des années de revendication salariale mais désormais toutes puissantes dans leurs négociations avec les fameux partenaires devenus au fil du temps asociaux.

-A faire l’éloge de la paresse et de la moindre résistance par la libéralisation du cannabis assisté médicalement et de la « connerie télévisuelle con-finement organisée »  

-A réorganiser et à tester au sein des entreprises et le temps du confinement, aux sus et au vu de tous – les absents ayant toujours tort- des process et des méthodes de travail qui permettent de se passer du plus grand nombre et de « pressuriser » encore davantage ceux qui restent mais cette fois sans aucune contreparties, avec à la clef : davantage de temps de travail pour un salaire moindre et une retraite repoussée comme en Grèce aux fameuses calanques, sous la plage ne restant que les pavés.

-A user et à abuser de la destruction créatrice de ce cher Schumpeter qui consiste à faire perdre dans un premier temps aux petites mains économiques un maximum de « cash », et qui bientôt faute de trésorerie suffisante et d’accès aux crédit illimité des Banques centrales, se verront contraintes de mettre la clef sous la porte pour le plus grand bonheur des plus grosses mains qui, comme au poker, rafleront ainsi la mise.

-A appliquer le raisonnement précèdent au monde de la bourse et de la finance. »

LE LUPUS

EN BANDE SON :

FAITES UN DON SOUTENEZ CE BLOG

 
 NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON
 
Image d’aperçu

 

RETROUVEZ NOUS SUR TELEGRAM

https://t.me/LUPUSLAMEUTE

Laisser un commentaire