Art de la guerre monétaire et économique

Commentaire :Economie, taux et Marché obligataire

Les livres d’économie et quelques commentateurs « égarés » disent qu’une baisse des taux à long terme est le signe d’un ralentissement économique…. A situation exceptionelle explication exceptionelle la vérité est donc ailleurs !!!

PLUS DE DETAILS EN SUIVANT : 

  Quand l’économie ralentit, les sociétés réduisent leurs investissements et les ménages leur consommation. Pour stimuler la croissance, les banques centrales abaissent alors leurs taux directeurs (taux à court terme) dans l’espoir que cette baisse aura aussi des conséquences sur les taux à long terme.

En abaissant ainsi le loyer de l’argent, elles espèrent également stimuler les investissements et la consommation.

Les perspectives actuelles  laissent pour leur part à penser que l’économie se redresse. Partant de ce point de vue, il serait donc logique de s’attendre à une hausse des taux obligataires. Or, il n’en est rien. Bien sûr, l’on pourrait penser que les investisseurs obligataires sont plus sages que les investisseurs en actions.L’explication est toutefois ailleurs.

La situation que nous vivons aujourd’hui est exceptionnelle.

D’un côté, les principales banques centrales du monde injectent pour le moment d’énormes capitaux dans le système, à pratiquement 0%, pour soutenir l’économie et se substituer à un système bancaire défaillant

De l’autre, les établissements bancaires font une utilisation frénétique de cet argent presque gratuit qu’ils empruntent donc à des taux interbancaires extrêmement faibles et investissent à des conditions bien plus avantageuses. Par exemple en achetant des obligations à long terme plus rémunératrices. L’achat massif d’obligations fait alors augmenter leur cours, avec une baisse du rendement pour conséquence logique.

De plus, plusieurs banques centrales influencent aussi les taux à long terme en rachetant des obligations souveraines, poussant ainsi les taux à long terme à la baisse ou les maintenant du moins à un faible niveau.

Hausse des taux à prévoir

Cette disponibilité d’argent bon marché a aussi pour effet de favoriser simultanément une hausse de la valeur de toutes les classes d’actifs, comme les actions et les matières premières. Car comment expliquer autrement, en effet, que le cours du pétrole ait doublé depuis son plus bas alors que la demande, sur la même période, a à peine augmenté ?

Par conséquent, l’on peut s’attendre  tôt ou tard à une forte hausse des taux. Nous allons en effet assister à une forte demande de capitaux de la part de différents gouvernements à partir de 2010, phénomène qui devrait durer au moins jusqu’en 2012. En revanche, les principaux acheteurs de dettes, comme la Chine ou le Japon, auront moins d’argent suite à la baisse de leurs exportations et aux importants plans de relance.

Par conséquent, les pays occidentaux devraient éprouver davantage de difficultés pour trouver des acheteurs pour leurs titres de dette et se verront alors obligés d’accorder des taux plus élevés…

De plus, les banques centrales ne pourront pas éternellement racheter leurs obligations. Le jour où elles arrêteront, les taux s’envoleront et ce sera alors la désillusion pour les détenteurs d’obligations souveraines.

Voilà pourquoi mieux vaut se tenir éloigner actuellement des obligations, comptes à terme ou bons de caisse à long terme. Le rendement offert pourrait en effet apparaître bien maigre à l’avenir si les taux venaient à monter. Mieux vaut donc se contenter , en cas d’allergie prononcée pour les actions ou d’une stratégie court termiste, pour l’instant d’un bon compte d’épargne, même si celui-ci rapporte moins pour le moment. Au moins, cette argent sera directement disponible pour profiter d’une hausse des taux.

EN COMPLEMENT INDISPENSABLE : Où placer ses économies à court terme ?  (cliquez sur le lien)

7 réponses »

  1. Bonjour , compliments pour le blog , que l on perde ou que l on gagne , on le fait moins bete…lol
    a moins que cela m ait echappé , qui est l auteur de l article..???
    merci encore

    J'aime

    • Bonjour, ben….c’est moi…cela m’arrive d’écrive un peu , beaucoup , passionnement mais j’évite dans la folie… :-))

      J'aime

  2. Petit exercice de boule de cristal. Les taux de vraient remonter mais quand ? Mi-2010 ? Au bout de combien de trimestres de PIB positifs ? Y a t il des signes annonciateurs ? Fat il attendre une reprise de l’inflation aux alentours de 2% en number one ?

    J'aime

    • Remontée des taux : tout dépendra de la santé du marché immobilier, c’est de là que tout est parti et la politique de QE de la FED vise autant à rétablir la solvabilité des proprios US que celle des Banques….En termes de mécanique supplétive il s’agit aussi de remettre aussi l’outil titrisation en route non pas cette fois en qualité d’outil purement spéculatif mais d’outil destiné à une meilleure gestion des risques et optimisant l’allocation du capital qui est ne l’oublions jamais est un bien rare qu’il ne faut en aucun cas gaspiller… Conjointement à cela au travers de la FED les autorités US en ont profité pour reprendre le contrôle de Wall street et dépecer littéralement les grosses structures les unes après les autres…le cas de l’assureur AIG par exemple est assez impressionnant et témoigne d’un sacré suivi dans les idées et d’une stratégie très pensée !!! Une date à une remontée : tout dépendra de la santé du marché immo mais ils ne vont pas se presser sauf s’ils ont envie de faire tomber encore quelques banques !!!! Après tout les gros pourvoyeurs de liquidité actuelle ce n’est pas la FED ce sont les Chinois à eux de se débrouiller avec leur surchauffe !!!
      Les taux courts sont maintenus dans leur zone de confort , l’inflation aussi mais trop forte en rapport de la période que nous traversons ce qui signifie qu’a moyen terme couplé à une croissance forte cela impliquera une remontée des taux même symbolique sachant que les effets d’une remontée ne font jamais sentir que 6 mois après….l’inflation comme le chômage ne sont que des indicateurs économiques retardées… Le principale danger pour l’inflation c’est le cout des programmes gouvernementaux de Zorrobama type Medicare et la remontée de la pression fiscale que cela suppose…
      Bon l’été 2010 c’est une bonne période pour agir quand tous les opérateurs sont en vacances :-))

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s