Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

WSJ : Credit Suisse signe un trimestre peu reluisant

WSJ :  Credit Suisse signe un trimestre peu reluisant

Les banques d’investissement ont été à la peine au deuxième trimestre, et Credit Suisse n’a pas fait exception à la règle.

PLUS/MOINS DE RESULTATS EN SUIVANT :

 Le résultat net sous-jacent enregistré par la banque suisse au deuxième trimestre est ressorti en dessous des attentes, à 1,1 milliard de francs suisses. Mais après les mauvais résultats publiés cette semaine par les banques d’investissement au niveau de leurs opérations pour compte propre, la contraction de 44% du produit net bancaire de la banque d’investissement n’est pas vraiment une surprise. Et ce trimestre médiocre a peu de chances d’altérer la perception de la solidité intrinsèque de la banque. 

Les résultats de Credit Suisse ont donné aux investisseurs de quoi se réjouir. La banque privée a de nouveau annoncé de solides entrées de capitaux, pour 13,8 milliards de francs suisses, en provenance de toutes les régions du monde. Au sein de la banque d’investissement, les divisions actions, marchés de capitaux et conseil ont toutes vu leurs revenus et leurs parts de marché progresser. La situation de fonds propres de la banque, qui affiche un ratio core Tier 1 de 11,3%, des liquidités satisfaisantes et une rentabilité des capitaux de 17% au premier semestre, devrait soutenir une politique du dividende progressive, tout en mettant la banque à l’abri du risque réglementaire. 

Mais le repli des revenus des marchés de taux fixe à l’origine de la performance décevante de la banque d’investissement devrait inciter les investisseurs à marquer une pause. La banque devient coutumière de ce type de performances sur les marchés de taux. Certes, elle conserve une discipline stratégique face au risque: les actifs pondérés du risque continuent de diminuer, et le montant du risque durant le trimestre est resté faible. La division n’a essuyé que deux jours déficitaires pendant le trimestre. Mais d’aucuns tendent à penser que Credit Suisse pourrait ne pas faire autant de progrès que prévu sur des marchés de taux fixe de plus en plus concurrentiels. La banque espère sans doute que la solidité incontestable de sa marque lui permettra de développer sa franchise, mais cette stratégie va lui coûter cher. La rémunération rapportée au revenu de la banque d’investissement a augmenté de 4 points de pourcentage, à 48%, durant le trimestre. 

Credit Suisse est à la pointe de la transformation du secteur vers un modèle plus orienté vers le client, mais cette stratégie doit s’appuyer sur des parts de marché substantielles pour rapporter de l’argent dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Credit Suisse a réussi à s’imposer comme l’un des grands gagnants de la crise financière, mais, pour garder ce statut, il va lui falloir réaliser de réelles avancées. 

-Simon Nixon, Wall Street Journal juil10

1 réponse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s