Europe

Qui vaut-il mieux avoir comme gouverneur de la Banque Centrale : Weber ou Bernanke ? par Patrick Artus

Qui vaut-il mieux avoir comme gouverneur de la Banque Centrale : Weber ou Bernanke ?  par Patrick Artus

A. Weber a renoncé à être conduit au poste de Président de la BCE en raison de la divergence de vues sur la conduite de la politique monétaire entre lui et certains gouvernements de la zone euro. Nous posons une question volontairement provocante : pour la zone euro, vaudrait-il mieux avoir comme Président de la BCE Weber ou Bernanke, compte tenu de ce qu’on sait ou de ce qu’on voit de leurs opinions sur la politique monétaire :

 1. Nous pensons que la politique monétaire ne peut pas être durablement utilisée pour soutenir l’économie, surtout dans une situation où le secteur privé se désendette ; ceci est probablement proche des positions d’A. Weber, alors que B. Bernanke mène une politique de soutien permanent.

2. Nous croyons que la monétisation des dettes publiques par la Banque Centrale fait apparaître un aléa de moralité : les gouvernements perdent toute incitation à réduire les déficits publics ; à nouveau probablement la position d’A. Weber et visiblement pas du tout de B. Bernanke. La monétisation est encore plus dangereuse si les finances publiques sont confrontées à un problème de solvabilité, comme dans la zone euro.

3. Nous croyons aussi, même si l’inflation salariale n’est pas une menace, que l’excès de création monétaire a des effets très indésirables : bulles sur les prix des actifs, flux de capitaux déstabilisants ; cette vue semble acceptée par A. Weber, et visiblement pas par B. Bernanke.

4. Il nous semble enfin que la Banque Centrale doit jouer le rôle « d’acheteur d’actifs en dernier ressort » lorsque la disparition de la liquidité sur les marchés financiers conduit à un recul anormal des prix des actifs. Ce point est le seul où notre position est clairement plus proche de celle de B. Bernanke que d’A. Weber.

 Pour trois raisons sur quatre, il nous semble donc qu’il vaudrait mieux avoir A. Weber que B. Bernanke comme Président de la BCE.

source : http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=56752

1 réponse »

  1. Vendredi 18 février 2011 :

    Emprunts portugais à 5 ans au plus haut.

    Le rendement des obligations portugaises à cinq ans a atteint un nouveau record depuis la création de l’euro vendredi, toujours sous pression des investisseurs qui craignent que Lisbonne ne soit contraint de faire appel à une aide internationale.

    « C’est tout simplement une situation d’incertitude générale vis-à-vis du Portugal. Ces tout derniers jours, les Bunds ont monté, et nous avons observé un report vers des actifs jugés moins risqués aux dépens des pays périphériques », commente un trader.

    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2011/02/18/97002-20110218FILWWW00456-emprunts-portugais-a-5-ans-au-plus-haut.php

    Portugal : taux des obligations à 5 ans : 7,128 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT5YR:IND

    Portugal : taux des obligations à 10 ans : 7,497 %.

    http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GSPT10YR:IND

Laisser un commentaire