Analyse d'un secteur économique particulier

Billet Invité : Tendances du tourisme par Vincent Marzin

Tendances du tourisme par Vincent Marzin

Evolution démographique, émergence de classes moyennes dans les pays émergents, vieillissement de la population dans les pays développés … sont autant de facteurs de croissance des fréquentations touristiques. Malgré la récession, la hausse du prix des matières premières et l’impact du volcan islandais sur le transport aérien européen, 2010 a été une bonne année pour les professionnels du tourisme, les niveaux de dépenses d’avant crise ayant été dépassé. Ce constat montre toutefois quelques disparités.

VOIR GRAPH2

En effet, malgré ses atouts culturels, historiques et une bonne qualité d’infrastructure et d’hébergement, l’Europe est la région connaissant la plus faible croissance sur 2010 (+3%), impactée par les fermetures des espaces aériens suite au réveil du volcan Eyjafjöll en Islande.

PLUS MOINS DE TOURISME EN SUIVANT :

Les 2/3 des touristes séjournant en Espagne proviennent de l’Allemagne, du Royaume-Uni et de la France et la très grande majorité d’Europe de l’Ouest. La baisse de fréquentation observée en Espagne (-2.3% en 2008, -8.7% en 2009) a contraint le gouvernement espagnol à adopter un plan de relance du tourisme, notamment en tentant d’attirer les seniors européens en basse saison. La part du tourisme dans la population active représente 13%, et 11% du PIB (4 des 5 premières régions touristiques en Europe sont espagnoles, l’Ile de France étant la première) et la crise en Espagne a eu le triple effet de réduire le tourisme intra-pays, la popularité de l’Espagne auprès des autres pays européens et de faire chuter les investissements, indispensables pour continuer à attirer les visiteurs et s’adapter à l’évolution du mode de consommation (demande en qualité, éco-tourisme, accès aux personnes à mobilité réduite). Le programme d’austérité comprenant la hausse de la TVA de deux points risque de peser sur le pouvoir d’achat des visiteurs, le reste de l’Europe étant par ailleurs elle-aussi touchée par une cure d’austérité sans précédent.

La France, première destination touristique mondiale, présente comme atout d’être moins dépendante de ce secteur d’activité, qui ne représente que 6% du PIB et 6% de la population active.

Sur 29 millions de Français partis en vacances en 2009 : 

– 14,7 millions ont préparé tout ou partie de leur séjour sur Internet,

– ils ont consulté en moyenne 7 sites web,

– 35% d’entre eux ont fait une réservation en ligne,

– soit 10,2 millions d’e-touristes,

– soit 8 milliards d’euros de réservation en ligne,

– soit 32% du total du e-commerce.

Concernant les pays émergents, le nombre de visiteurs devrait excéder celui des pays développés dans les prochaines années. En 2009, sur les 880 millions de touristes dans le monde, 470 ont séjourné dans les pays développés contre 410 dans les pays émergents.

La montée en puissance de nouvelles destinations touristiques (Dubaï, Asie, Amérique du Sud) couplée à l’apparition d’une classe moyenne dans ces pays devrait favoriser le tourisme intra-zone. A ce titre, la stabilité politique (à défaut de réelle démocratie) ainsi que la fin des conflits a permis ces trente dernières années une forte croissance du tourisme dans des pays aussi variés que le Vietnam, l’Argentine, la Russie ou encore l’Egypte. Une transition rapide du pouvoir politique en Tunisie voire en Egypte permettrait d’éviter un impact trop important de la baisse du nombre de visiteurs sur l’économie, ces pays devant en plus affronter l’inflation des prix des produits courants et alimentaires.

La zone Asie-Pacifique dispose d’un formidable potentiel, alliant à la fois patrimoine culturel, climat favorable et forte croissance. C’est d’ailleurs la zone qui a connula plus forte progression du nombre de visiteurs sur la dernière décennie, passant de 110 millions à 180 millions.

Enfin l’Afrique sub-saharienne devra se débarasser de ses maux habituels (risques politiques, sanitaires, insécurité) pour attirer les visiteurs et créer un cadre adapté pour faire face à la demande tout en préservant la faune et la flore.

VOIR GRAPH1

Le tourisme devrait continuer à croître à hauteur de 4% en moyenne par an d’ici les 20 prochaines années et représenter entre 8% et 10% des emplois directs et indirects, en étant un pourvoyeur non négligeable de devises. En 2010 le tourisme a été en progression de près de 7% par rapport à 2009 et a dépassé son niveau d’avant crise. Malgré les récents évènements en Afrique du Nord, 2011 devrait être une bonne année et contribuer à la croissance des plusieurs pays d’Asie. Le secteur des loisirs est incontestablement un des secteurs au plus fort potentiel de croissance dans ces régions.

Vincent Marzin fev11

EN LIEN : BLOG LE MARKETING DU TOURISME

 

Laisser un commentaire