Agefi Suisse

Indicateur de Marché / Sondage BofA-MERRILL LYNCH : Mars11

Indicateur de Marché / Sondage BofA-MERRILL LYNCH : Mars11

Pas d’obligations. Pas d’actions. Du cash…..

Merrill Lynch. Revirement radical du sentiment des gérants en un mois Qui sont désormais en mode d’attente.

Le sondage de BofA Merrill Lynch porte ce mois-ci sur 203 allocataires institutionnels  contrôlant une masse sous gestion de 600 milliards de dollars.Il a été réalisé entre le 4 et 10 mars 2011

PLUS DE RESULTATS ET PLUS DE ZINZINS EN SUIVANT :

Le dernier sondage Merrill Lynch publié ne tient pas compte des évènements dramatiques au Japon. En revanche, il souligne bien le sentiment de nervosité qui a précédé l’accident nucléaire, le tremblement de terre et le tsunami.

«Après la remontée brutale des cours du pétrole, les craintes des investisseurs portent sur la baisse des marges des entreprises et sur la croissance mondiale», commente Gary Baker, stratège chez Bank of America/Merrill Lynch (BoAML), dont l’enquête auprès des 203 gérants de fonds dans le monde a été close au 10 mars.

Le changement d’humeur est brutal. Alors qu’en janvier, 10% des investisseurs anticipaient une expansion des marges dans les 12 prochains mois, 24% estiment désormais que le contraire se produira. «C’est le plus gros déclin de sentiment enregistré depuis le lancement de ce sondage en 2004», s’étonne Gary Baker. Cette perception d’une détérioration des marges s’accompagne de celle portant sur les perspectives macroéconomiques. 31% des personnes interrogées tablent toujours sur une croissance globale au cours des 12 prochains mois. Mais elles étaient 51% à le penser un mois plus tôt.

La détérioration des anticipations concerne surtout les gérants de fonds américains. Les craintes de stagflation se sont accentuées, le nombre de gérants anticipant une croissance inférieure à la tendance de long terme et une inflation supérieure à sa tendance de long terme a doublé à 38%. «C’est devenu le scénario le plus récurrent des managers», constate Gary Baker.

Concernant les taux d’intérêt, les investisseurs n’anticipent toujours pas de hausse des taux aux Etats-Unis à court terme. Les investisseurs ne croient plus à une montée des taux d’intérêt dans l’immédiat en raison du choc pétrolier. Les trois quarts d’entre eux envisagent un relèvement des taux dans les douze mois. Mais sur la même période, la courbe des taux pourrait s’aplatir, pour 35% des gérants contre 14% en février

En revanche, pas moins 72% d’entre eux tablent désormais sur un relèvement des taux de la BCE avant le mois de juillet.

«Le mois dernier, pourtant, personne n’envisageait une telle possibilité.

Ces perspectives de la part des gérants expliquent l’ajustement radical des portefeuilles à la faveur des positions en cash», explique Michael Hartnet, co-auteur du sondage et stratégie en chef pour les actions mondiales chez BoAML Global Research. «Si les cours du brut se stabilisent, ce changement de sentiment pourrait être très bref. Il n’y a pas eu de sell-off massif. Les investisseurs sont plutôt en mode d’attente», ajoute Gary Baker. En attendant, ils sont 18% à surpondérer les positions cash, contre à peine 3% un mois plus tôt. De 3,5% du poids total des portefeuilles, la contribution cash atteint désormais 4,1%. Au détriment des actions, dont seulement 45% les surpondèrent au sein des portefeuilles contre 67% en février. Le sentiment vis-à-vis matières premières va dans le même sens. Au final, 8% des gérants ont décidé de réduire leur appétit pour le risque. Ils n’étaient que 1% lors du sondage précédent. Enfin, ce regain d’aversion au risque ne s’est pas traduit pas une fuite vers la sécurité obligataire: le sentiment étant déjà à sous-pondérer depuis quelques mois et la tendance n’a fait que légèrement s’accentuer en mars pour atteindre 51% du nombre de gérants.

On observe par ailleurs que l’érosion de la confiance vis-à-vis des marchés émergents est en train de diminuer. Les gérants de fonds de la zone ne sont plus que 15% à prévoir un ralentissement de l’économie chinoise contre 27% en février. En outre, les craintes autour du marché immobilier chinois ne sont plus aussi marquées que précédemment.

source agences mars11

SONDAGE PRECEDENT :

Indicateur de Marché / Sondage BofA-MERRILL LYNCH : Fev11

Laisser un commentaire