crédit crunch

Opération « Grosse Bertha » : La BCE prête 530 milliards d’euros à 800 banques

Opération « Grosse Bertha » : La BCE prête 530 milliards d’euros à 800 banques

La BCE prête 530 milliards d’euros à 800 banques Annoncée à la veille du sommet européen, cette opération vise à lutter contre l’assèchement du crédit. L’opération de financement à long terme, dite LTRO, menée mercredi par la Banque centrale européenne (BCE) est comparable à l’action d’assouplissement monétaire de la Réserve fédérale américain (Fed), les deux ayant le même objectif de remettre de la liquidité dans le système financier.

Rréaction de Michel Juvet, chef économiste de la banque­ Bordier à Genève, à la décisio­n de la BCE,. «Avec une première opération LTRO menée­ le 22 décembre dernier – des prêts de 489 milliards d’euros à 523 banques sur trois ans à 1% d’intérêt –, la BCE pompe 1000 milliards d’euros dans le système bancaire», fait-il remarquer. C’est l’équivalent de 25 à 33% du total du crédit interbancaire en Europe estimé à 3000 milliards d’euros. «Aux Etats-Unis, la FED a mis deux ans pour injecter 1000 milliards de dollars, soit 750 milliards d’euros, alors que la BCE l’a fait en deux mois», poursuit le banquier genevois.

Les milliards avancés par la BCE donneront-ils un coup de fouet à l’économie européenne qui entre en récession? Michel Juvet fait remarquer que les grandes entreprises disposent de leurs propres trésors de guerre, mais rechignent à investir en cette période de conjoncture molle. «Cet argent sauve les banques en difficulté, mais ne débouche pas nécessairement sur la croissance, explique-t-il. Les entreprises n’hésiteront pas à prendre des risques dès que les perspectives s’améliorent.»  Lors de l’opération de décembre, les banques avaient utilisé la majeure partie des fonds empruntés pour rembourser de la dette arrivant à maturité, et non pour accroître leur offre de crédit.Les banques sont relativement réticentes à prêter, faisant elles-mêmes face à une conjoncture difficile et à d’importants besoins de refinancement, et devant renforcer massivement leurs fonds propres pour se conformer à des obligations réglementaires d’ici fin juin.

PLUS DE GROSSE BERTHA EN SUIVANT :

Les grandes entreprises n’ont pas besoin de prêts

Dans une note diffusée mercredi, l’agence Fitch va dans le même sens et estime peu probable que la deuxième LTRO débouche sur une forte croissance du crédit aux entreprises «étant donné l’absence de toute demande notable en Europe». Pour sa part, Standard & Poor’s se félicite de cette injection de capitaux dans le marché interbancaire, qui élimine le risque d’un assèchement du crédit. En revanche, l’agence estime que l’action de la BCE ne résout pas la question de la fragilité du système bancaire européen. «De nombreuses banques restent exposées à la crise de la dette souveraine, note-t-elle. La BCE soulage des établissements fragilisés par cette crise, leur donne plus de temps et de marge de manœuvre pour nettoyer les créances pourries, mais elle ne les aide pas à assainir leur situation de façon durable.»

Michel Juvet craint toutefois que les banques ne deviennent addicts au crédit facile distillé par la BCE. Ensuite, se pose la question: que font-elles avec les emprunts? Sur ce plan, il n’exclut pas que des banques spéculent sur les obligations aux taux attractifs dans les pays du sud de l’Europe. . «Par ailleurs, le fait qu’un si grand nombre de banques demande autant d’argent montre que le système monétaire ne fonctionne pas encore correctement», conclut le banquier genevois. . Le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, a ainsi déclaré ce mois-ci qu’une offre de liquidité « trop généreuse » pourrait déboucher à terme sur des risques inflationnistes.

Dans le détail, une part importante du volume alloué par la BCE l’a été par substitution: en clair, les banques ont peu utilisé d’autres opérations de prêts de la BCE d’échéance plus courte cette semaine pour se servir à la place en prêts à trois ans. Ainsi, la demande nette pour cette deuxième opération n’a été en réalité « que » de 310 milliards d’euros environ, contre 290 milliards lors de la première, selon les calculs de plusieurs économistes. Quant à la forte hausse du nombre de participants par rapport à décembre, elle s’explique surtout par l’assouplissement des conditions d’octroi de prêts dans sept pays dont la France, l’Italie et l’Espagne.Il a permis l’accès à l’opération à des banques de taille modeste. Celles-ci jouent un rôle important dans le financement des petites et moyennes entreprises (PME), les plus exposées au resserrement des conditions du crédit.

 Avec l’équation: « les banques alimentées par la BCE financent les Etats en difficulté », l’institution européenne mène de manière indirecte une politique d’assouplissement quantitatif, similaire à celle de la Fed, sans contrevenir à ses statuts qui lui interdisent de financer directement les Etats.

  Draghi/Bernanke : les Pompiers pyromanes

 2000 milliards de liquidités déversées par Bernanke et la FED en trois ans…La première date de novembre 2008.

N’ayant plus d’autres armes à disposition – les taux d’intérêt avaient déjà été réduits à zéro – l’institution dirigée par Ben Bernanke déversa alors, quinze mois durant, 1400 milliards de dollars dans les canaux du système financier. Simplement afin d’éviter que toute la machine d’octroi du crédit ne soit paralysée. Après une pause au printemps et à l’été 2010, Washington fut obligé de se remettre à l’œuvre. Cette deuxième phase dura huit mois et diffusa 650 milliards de dollars. Les milieux financiers furent les premiers à utiliser cet oxygène pour spéculer sur la bourse, l’or, le pétrole…

 Si cet arsenal a été replié en juin dernier, la Fed a recours depuis à une autre arme secrète mais toute aussi destructive – appelée «opération Twist» – pour relancer la pompe du crédit. Mais celle-ci doit être rangée au vestiaire en juin prochain….alors ?

source afp/le temps fev12

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s