Art de la guerre monétaire et économique

Le bal des vampires ou l’offensive anglosaxonne contre l’Europe

Le bal des vampires ou l’offensive anglosaxonne contre l’Europe

Soros mène le bal , Roubini fait jouer l’orchestre  et Jeffrey Sachs n’est jamais très loin pour faire la claque !!!!

 Saving the World

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Pour George Soros, « les dirigeants européens mènent l’Europe à sa perte »

De passage à Paris, le financier George Soros livre ses réflexions sur la crise de la zone euro. Il fustige le poids de la Bundesbank et appelle à un changement politique radical. Visionnaire pour certains en raison de ses critiques du capitalisme, spéculateur sans scrupules pour d’autres après son raid contre la livre sterling en 1992, il développe ces propos dans son dernier ouvrage, Le chaos financier mondial (Presses de la Cité, 215 pages, 18 euros). 

Quel regard portez-vous sur l’élection présidentielle française ?

 Je ne vous dirai pas pour qui je voterais si j’étais Français ! Je pense que ce scrutin peut faire une différence en permettant une inflexion de la politique française, quel que soit le candidat élu. La France est dans une situation précaire : le marché du travail doit être assoupli, l’âge du départ à la retraite encore relevé, comme en Allemagne qui reste un modèle sur ce point. La France est vraiment en retard.

 Cela dit, la politique européenne reste clairement entre les mains de l’Allemagne. Si François Hollande est élu, il lui sera difficile de s’éloigner de la ligne allemande. Une remise en cause de l’orthodoxie financière pourrait exposer le pays à une attaque des marchés.

 Etes-vous inquiet de la situation actuelle de la zone euro ?

 Je crains que la politique des dirigeants actuels ne mène à un désastre. L’euro menace de détruire l’Union européenne et avec les meilleures intentions, les dirigeants sont en train de mener l’Europe à sa perte en essayant de préserver et d’imposer des règles inappropriées. Et ceux qui jugent la situation intolérable sont désormais tentés par une positon antieuropéenne.

 Même si l’euro survit, l’Europe a devant elle une période de grandes difficultés. Elle pourrait être similaire à ce qui est arrivé à l’Amérique latine après la crise de 1982 – une décennie perdue – ou au Japon, qui voit la croissance stagner depuis vingt-cinq ans. Ces pays ont tout de même survécu, mais l’Union européenne n’est pas un pays et je crains qu’elle n’y survive pas.

 A quelles règles inappropriées faites-vous référence ?

 Les traités de Maastricht et le traité de Lisbonne ont donné de profonds défauts à l’euro. Le premier est connu de longue date : il n’y a pas de Trésor commun, permettant d’emprunter au niveau européen. Mais surtout, et les dirigeants en étaient moins conscients, l’introduction de l’euro a créé de la divergence au lieu d’instaurer de la convergence.

 La crise ayant démarré en 2008 a engendré des situations d’endettement et de déficit très éloignées des critères de Maastricht. Les pays les plus fragiles de la zone euro ont découvert qu’ils sont dans une situation de pays du tiers monde, comme s’ils étaient endettés dans une monnaie étrangère. Avec à la clé de réels risques de défaut. Essayer de faire respecter des règles qui n’ont pas fonctionné n’a fait empirer la crise. Malheureusement, les autorités ne le comprennent pas. Elles font trop peu, trop tard et la crise s’amplifie. Pour la première fois, il est désormais possible que l’euro éclate.

 L’action de la BCE trouve-t-elle grâce à vos yeux ?

 Mario Draghi a lancé une mesure hors du commun avec les 1 000 milliards de liquidités injectés dans le système à travers ses prêts à trois ans. Mais les effets de cette opération ont été cassés par la contre-attaque menée par la Bundesbank [la banque centrale allemande]. Vu l’augmentation de la taille du bilan de la BCE, la Bundesbank s’est aperçu qu’elle encourait de lourdes pertes si jamais l’euro venait à éclater et s’oppose donc à la poursuite de cette politique afin de se protéger. Espérons que cela ne soit pas une prophétie auto-réalisatrice…

 Quelles sont vos pistes pour sauver la zone euro ?

 La crise peut être stoppée à tout moment. Mais il faut pour cela que les autorités réalisent qu’à situation extraordinaire, il faut des réponses extraordinaires, « out of the box » (« hors de la boîte »). Mais les règles ont besoin d’être changées pour être sûr que le système ne ressorte pas de sa boîte.

 Une proposition radicale serait de créer une holding à travers la BCE, où les Etats transféreraient 2 000 à 3 000 milliards d’euros d’obligations et n’auraient plus à payer d’intérêt. Ce qui donnerait une bouffée d’air à certains pays fragiles : l’Italie n’aurait plus besoin d’un excédent primaire s’élevant à 3 % du produit intérieur brut pour réduire sa dette. Il faudrait également un agenda de croissance pour la zone euro. Il est impossible de réduire la dette en faisant plonger la croissance économique.

PLUS DE SOROS ET DE ROUBINI EN SUIVANT :

 La Grèce est-elle condamnée à sortir de l’euro ? L’Espagne et l’Italie doivent-elles être aidées ?

 La Grèce a peut-être intérêt à quitter l’euro, car sa situation semble désormais au-delà de ce qui est réparable. L’Espagne, elle, est en train d’être poussée dans la situation de la Grèce. Le gouvernement de Mariano Rajoy savait sa tâche impossible, il avait demandé à Bruxelles d’étaler dans le temps la réduction de son déficit, mais Bruxelles n’a pas voulu, et aujourd’hui les marchés punissent l’Espagne d’avoir révélé ses faiblesses. Quant à l’Italie, Mario Monti mène les bonnes réformes, mais il commence à perdre le soutien de ses concitoyens.

 Pourquoi les dirigeants européens n’agissent-ils pas ?

 Le problème est en Allemagne, car l’opinion publique fait confiance à la Bundesbank. Cette dernière représente un des plus grands succès du pays, elle lui a permis d’avoir une monnaie forte. La Bundesbank domine la politique européenne, mais elle mène une action bonne pour l’Allemagne, pas pour l’Europe. Car l’Allemagne est un pays florissant, il bénéficie de la crise de l’euro, du taux de change bas de l’euro par rapport à la force de son économie, et de taux d’intérêt très bas pour financer sa dette.

 Ce n’est pas une raison pour ne pas regarder certains problèmes en face, pour trouver des excuses à la Grèce, pour ne pas mener en France des réformes structurelles comme celles ayant été prises par le passé en Allemagne. Ces réformes ne sont cependant pas suffisantes. L’Allemagne les a introduites quand le reste de l’Europe était dans un cycle de croissance, tandis que les autres pays européens les mènent dans une conjoncture mondiale déprimée.

 Vous avez longtemps spéculé sur les monnaies. Si c’était à refaire, seriez-vous prêt à parier contre l’euro ?

 Je suis désormais à la retraite, et mon fonds Quantum ne possède pas de position en euro. Mais tant qu’il n’y a pas de changement parmi les dirigeants européens, si je devais investir, je parierais contre l’euro. Ou en tout cas, je ne miserais pas dessus.

 Certains pays voient monter l’extrême-droite. Cela vous inquiète-t-il ?

 C’est ce qui me dérange le plus : la recherche de solutions nationales prend de plus en plus d’ampleur, ce qui peut détruire l’Union européenne. L’Europe a des problèmes très sérieux, mais il faut y trouver une solution européenne.

 Comment jugez-vous la santé du secteur bancaire européen ?

 La situation reste très sérieuse, car liée à la crise des dettes souveraines. La recapitalisation des banques doit se poursuivre, et en cela le Mécanisme européen de stabilité (le nouveau fonds d’aide permanent de la zone euro) peut être utile. Il faut surtout introduire un vrai contrôle européen sur les banques, car il y a trop de relations incestueuses entre les banques et les gouvernements nationaux. Tout particulièrement en France, avec les « inspecteurs des finances » (en français dans le texte.)

 Clément Lacombe et Audrey Tonnelier/le monde avril2012

/////////////////////////////////////////////////////////////

Les courtes vacances de l’Europe par Nouriel Roubini

Depuis novembre dernier, la Banque Centrale Européenne, sous son nouveau président Mario Draghi, a réduit ses taux directeurs et a entrepris deux injections de plus de 1 trillion d’euros de liquidité dans le système bancaire de la zone euro. Ceci a conduit à une réduction provisoire des contraintes financières qui pesait sur les pays mis en danger par dette sur la périphérie de la zone euro (Grèce, Espagne, Portugal, Italie, et Irlande). Cela a brusquement réduit le risque d’une panique des liquidités dans le système bancaire de la zone euro et a réduit les coûts de financement insoutenables de l’automne dernier de l’Italie et de l’Espagne.

En même temps, une cessation de paiement technique par la Grèce a été évitée et le pays a mis en application une restructuration réussie – bien que coercitive – de sa dette publique. Un nouveau contrat fiscal – et des nouveaux gouvernements en Grèce, en Italie, et en Espagne – ont stimulé un espoir d’engagement crédible dans l’austérité et la réforme structurelle. En outre, la décision de combiner le nouveau fonds de renflouement de la zone euro (le Mécanisme européen de stabilité) avec l’ancien (le Fonds européen de stabilité financière) a augmenté de manière significative la taille du pare-feu de la zone euro.

Mais la lune de miel avec les marchés qui en découlait a finalement tourné court. Les différentiels de taux d’intérêt pour l’Italie et l’Espagne augmentent encore, alors que les frais d’emprunt pour le Portugal et la Grèce sont restés élevés pendant toute cette période. Et inévitablement, la récession sur la périphérie de la zone euro est s’accentuée et se déplace vers le noyau, à savoir la France et l’Allemagne. En effet, la récession empirera tout au long de cette année, pour de nombreuses raisons.

D’abord, l’austérité fiscale de début de période – bien que nécessaire – accélère le ralentissement économique, alors que des dépenses publiques plus élevées et des paiements de transfert réduisent le revenu disponible et la demande globale. D’ailleurs, comme la récession s’aggrave, causant des déficits financiers encore plus forts, une autre étape d’austérité sera nécessaire. Et maintenant, grâce au contrat fiscal, même le noyau de la zone euro devra adopter l’austérité de récession en début de période.

D’ailleurs, alors que l’Allemagne hyper-concurrentielle peut résister à un euro à 1,30 dollar voire même plus fort, pour la périphérie de la zone euro où les coûts de main-d’œuvre ont augmenté de 30 à 40% pendant la dernière décennie, la valeur du taux de change devrait chuter vers la parité avec le dollar des Etats-Unis pour retrouver la compétitivité et l’équilibre externe. Après tout, avec un désendettement douloureux – dépenser moins et économiser davantage pour réduire les dettes – ce qui diminue les demandes nationales privée et publique, le seul espoir de reconstituer la croissance est une amélioration de la balance commerciale, ce qui nécessite un euro beaucoup plus faible.

En attendant, le resserrement de crédit dans la périphérie de la zone euro s’intensifie : grâce aux prêts bon marché à long terme de la BCE, ces banques n’ont pas à présent de problème de liquidité, mais elles sont en revanche touchées par un important manque de capital. Confrontées à la difficulté de répondre à leur exigence de ratio de fonds propres de 9%, elles réaliseront leur objectif en vendant des capitaux et en diminuant le crédit – ce qui n’est pas exactement le scénario idéal pour la reprise économique.

Pour noircir encore le trait, la zone euro dépend encore plus des importations de pétrole que les États-Unis et les prix du pétrole augmentent, alors même que les circonstances et l’environnement politiques se détériorent. La France élira peut-être un Président qui s’opposera au contrat fiscal et dont la politique peut effrayer les marchés obligataires. Les élections en Grèce – où la récession se transforme en dépression – peuvent donner 40 à 50% des voix aux partis qui favorisent une cessation de paiement immédiate et une sortie de la zone euro. Les électeurs irlandais peuvent rejeter le contrat fiscal par référendum. Et il y a des signes d’austérité et fatigue de la réforme en Espagne et en Italie, où les manifestations, les grèves et le ressentiment populaire grondent contre la douloureuse austérité.

Même les réformes structurelles qui augmenteront par la suite la croissance de productivité peuvent causer à court terme une récession. La flexibilité croissante du marché du travail, en réduisant les coûts de licenciements des ouvriers, conduiront – à court terme – à plus de licenciements dans les secteurs public et privé, aggravant ainsi la chute des revenus et de la demande.

En conclusion, après un bon début, la BCE a maintenant mis en attente le stimulus monétaire supplémentaire dont la zone euro a besoin. En effet, les représentants de la BCE commencent à s’inquiéter à grand bruit de l’augmentation de l’inflation due au choc pétrolier.

L’ennui est que la zone euro dispose d’une stratégie d’austérité mais d’aucune stratégie de croissance. Et, sans cela, tout ce dont elle dispose consiste en une stratégie de récession qui rend autodestructrices la réforme et l’austérité. Car si le rendement continue de diminuer, les ratios de déficit et la dette continueront d’augmenter vers des niveaux insoutenables. En outre, les réactions politiques et sociales deviendront finalement écrasantes.

C’est pourquoi les écarts de taux d’intérêt dans la périphérie de la zone euro s’accentuent encore aujourd’hui. Les pays de la périphérie souffrent de graves déséquilibres de stock et de flux. Les déséquilibres de stock comprennent une forte dette publique et privée en augmentation par rapport au PIB. Les déséquilibres de flux comprennent une récession qui s’accentue, une perte massive de compétitivité extérieure et de grands déficits extérieurs que les marchés sont maintenant peu disposés à financer.

Sans une politique monétaire beaucoup plus souple et moins d’austérité fiscale en début de période, l’euro ne s’affaiblira pas, la compétitivité externe ne sera pas restaurée et la récession s’accentuera. Et sans reprise de la croissance – pas dans les années à venir, mais en 2012 – les déséquilibres de stock et de flux deviendront bien plus insoutenables. Plus de pays de la zone euro seront forcés de restructurer leurs dettes et par la suite certains décideront de sortir l’union monétaire.

source Project Syndicate avril2012

1 réponse »

  1. Des rapprochements saisissants ! Merci. Mais le principal ennemi de l’Europe, c’est quand même l’Europe elle-même…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s