Au coeur de la création de richesse : l'Entreprise

Francois Hollande: Une vision erronée de l’économie Française

Francois Hollande: Une vision erronée de l’économie Française

 Depuis son élection Francois Hollande – le nouveau président de la France – a connu une série de succès politiques aussi bien en France qu’en Europe. Malheureusement la situation économique le rappellera bientôt a une réalité qui sera d’autant plus douloureuse qu’elle prendra les français par surprise et enverra aux oubliettes «la construction de l’Europe» telle qu’elle est vue par l’élite française.

Depuis sa victoire a la présidentielle, Hollande a non seulement gagné la majorité au parlement, il a aussi réussi a faire plier l’Allemagne sur la question de la responsabilité mutuelle des obligations des états de la zone euro. Ces succès n’empêchent pas le milieu des affaires d’être agité par un mauvais pressentiment de crise.

 Le danger, que même les critiques les plus dures de Hollande semblent ignorer, ne réside pas tant dans les failles des politiques qu’il propose que dans son approche au double défi que pose les déséquilibres économiques français et la crise de la zone euro. Si Hollande avait la liberté de s’attaquer a ces deux domaines séparément, il pourrait avec un peu de chance s’en sortir, malheureusement pour lui leur juxtaposition voue inexorablement sa politique a l’échec renforçant la perte déjà aigue de la compétitivité de la France.

Le meilleur indice de la compétitivité demeure les coûts unitaires de la main d’œuvre qui mesurent le coût moyen de main d’œuvre par unité de production. Le problème est que dans une union monétaire, si l’écart de la croissance des salaires se creusent par rapport aux gains de productivité – soient les coûts unitaires de la main d’œuvre – cela crée une accumulation chronique de déficit ou de surplus commerciaux.

Or, depuis l’introduction de l’euro, les coûts unitaires de main-d’œuvre se sont élevés beaucoup plus rapidement en France qu’en Allemagne. Selon les données publiées par Eurostat en avril 2011, le taux horaire en France était de 34,2€, par rapport à 30,1€ en Allemagne, un taux de presque 20% supérieur à la moyenne de la zone euro de 27,6€. Le déficit du compte courant de la France est maintenant à plus de 2% du PIB, dans un contexte de taux de croissance zéro.

Le coût élevé de l’emploi en France n’est pas tant le fait des salaires que celui des charges sociales imposées aux employeurs. La classe politique française s’est longtemps servie des cotisations sur la masse salariale pour financer les lourdes dépenses publiques, évitant ainsi de trop imposer les revenus et les dépenses des ménages, un expédient qui est en voie de disparition avec l’introduction de l’impôt de 75% sur les revenus supérieurs à 1million€. Cette imposition de la main d’œuvre repose sur le raisonnement erroné que l’imposition des sociétés («le capital») épargne les gens ordinaires («les travailleurs») alors qu’en fait ces taxes touchant l’activité des entreprises sont immanquablement transférées aux ménages, par la hausse directe des prix et, aussi en France, par le biais d’un chômage élevé. De fortes charges sociales, conjuguées à une rigidité excessive du droit d’embauche et de licenciements freinent l’emploi ce qui se traduit depuis de nombreuses années par un taux de chômage élevé qui devrait atteindre 10,5 % d’ici 2013.

Nicolas Sarkozy, le prédécesseur du président actuel, a tenté d’adresser ce problème en défiscalisant les heures supplémentaires et en transférant une partie de cette charge fiscale sur la consommation par le biais de la hausse de la TVA – réformes que Francois Hollande s’est empressé d’annuler.

La révocation de ces allégements fiscaux ramène à une autre erreur de raisonnement chère à la classe politique socialiste – celle de la quantité fixe de travail, un attachement si profond qu’il a conduit à l’introduction en 2000 de la semaine des 35 heures. L’idée derrière cette réforme est que la demande de travail est une constante et que le montant fixe d’heures de travail totales nécessaires à la satisfaction de cette demande finale doit être équitablement partagé par la main d’œuvre permettant ainsi à plus de travailleurs de rentrer dans le monde du travail et ainsi de réduire le chômage.

Il est étonnant que ce soit dans le pays même où le concept d’entrepreneur est né qu’un tel syllogisme ait vu le jour, les socialistes français auraient-ils oublié leur leçon de physique du lycée sur les vases communicants? Lorsqu’un liquide homogène est verse dans un ensemble de récipients raccordés, le liquide se stabilise au même niveau pour tous les récipients, peu importe leur forme et leur volume. Générer plus de «liquide» – soit des emplois – ne peut se faire qu’en facilitant l’activité des entrepreneurs et non en semant sur leur route d’innombrables embuches par le biais de pressions fiscales et réglementaires qui n’ont pour résultat que d’inciter les entreprises a privilégier les investissements et l’embauche hors des frontières françaises.

L’approche graduelle et consensuelle de François Hollande symbolisée par la mise en place de commissions consultatives est louée par ses défenseurs comme la voie qui conduira selon eux au consensus nécessaire à l’adoption des reformes structurelles requises contrairement au style jugé trop agressif de Nicolas Sarkozy. Mais même en supposant qu’ils aient raison et que l’approche Hollande débouche sur les réformes nécessaires à la restoration de la compétitivité, la crise de la zone euro ne lui laissera que peu de temps pour vérifier si son approche est la bonne,

Une facon simple et efficace de gagner du temps serait d’abandonner l’euro et de ramener la compétitivité par une dévaluation de la monnaie nationale. Cet expédient, toutefois est incompatible avec l’attachement partagé par l’élite politique française dans son intégralité pour le «projet européen» un attachement lié à l’ambition de projeter l’influence et le pouvoir géopolitique de la France a travers le monde. Cette vision est la version contemporaine de ce que Charles de Gaulle appelait «une certaine idée de la France».

Pour la classe politique française, renoncer au projet européen pour gagner le temps nécessaire pour restaurer la compétitivité est aussi impensable que son alternative qui serait de créer une union politique européenne. Ce qui permettrait l’instauration d’une véritable banque centrale européenne a l’image de la Reserve Fédérale ou la Banque d’Angleterre, mais qui impliquerait l’abandon de la République en échange d’un état fédéral européen – l’antithèse même de cette «certaine idée de la France».

Un choc brutal résultera de cette combinaison du gradualisme du programme des réformes économiques (gradualisme d’ailleurs qui pourrait relever plus de l’inertie que d’un véritable programme) et de l’effet paralysant de la crise de la zone euro. Continuer dans l’union monétaire à cote de l’économie allemande qui est remarquablement plus compétitive nécessite d’entreprendre un programme de réformes économiques dramatiques. Malheureusement l’approche en douceur du président «normal» ne prépare pas les français pour un tel choc qui quand il se produira grandira encore les rangs des partis politiques radicaux rejetant l’Europe et l’économie de marché.

Brigitte Granville/Project Syndicate Aout2012

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

A PROPOS!!!!!!!! Par BRUNO BERTEZ  Le 20 Aout 2012 

Article à lire et à méditer  qui met le doigt , gentiment pourrait-on dire, sur le tissu de contradictions dans lequel s’est enfermé Hollande, en raison d’une conception erronée de l’économie, d’une méconnaissance des règles de base de l’économie de marché , d’une absence totale de compréhension du système capitaliste. 

  Hollande comme tous les sociaux démocrates ne comprend pas que des lors que l’on est inséré dans une économie de marché capitaliste, ce qui régit la prospérité, c’est l’accumulation , autrement dit le profit. La prospérité, l’emploi en régime capitaliste dépendent de l’investissement et l’investissement dépend du taux de profit des firmes. 

Rêver de taxer plus le capital pour éviter de taxer les travailleurs est une naïveté, car le capital fait ses calculs en taux de profit réel après fiscalité, inflation , charges diverses à tous les niveaux. En plus il y ajoute le facteur risque ! 

La sociale démocratie bute à chaque fois sur le même problème, la sous compétitivité, et son avatar, le sous investissement. Elle se retrouve à chaque fois là aussi devant le même choix, s’isoler, sortir de l’espace de concurrence ou bien dévaluer la monnaie. 

Ce n’est pas un hasard si Hollande défend des positions qui sont les mêmes depuis des années, déjà les mêmes du temps de Bérégovoy,  à savoir des positions inflationnistes/dévaluationnistes. 

Pour l’instant , nous avons l’impression que la position du clan dévaluationniste, inflationniste s’est renforcée en Europe en raison de l’apport de Hollande, mais cela pourrait n’être que de courte durée. Les Pays du Nord ont une stratégie , c’est évident et il y a des limites qu’ils ne dépasseront pas , ne serait- ce que parce qu’ils ne le peuvent pas. A un certain point on bute sur l’impossible. Il ne faut pas confondre la position actuelle de l’Allemagne, destinée à gagner du temps , avec sa position fondamentale, structurelle, dictée par son identité profonde. 

L’épreuve de vérité de Hollande sera comme le dit l’auteur le chômage mais ce sera aussi le Grand Choix, quand l’Europe sera au pied du mur .

8 réponses »

  1. Article à lire et à méditer qui met le doigt , gentiment pourrait-on dire, sur le tissu de contradictions dans lequel s’est enfermé Hollande en raison d’une conception erronée de l’économie, d’une méconnaissance des règles de base de l’économie de marché , d’une absence totale de compréhension du système capitaliste.

    Hollande comme tous les sociaux démocrates ne comprend pas que des lors que l’on est inséré dans une économie de marché capitaliste, ce qui régit la prospérité, c’est l’accumulation , autrement dit le profit. La prospérité, l’emploi en régime capitaliste dépendent de l’investissement et l’investissement dépend du taux de profit des firmes.

    Rêver de taxer plus le capital pour éviter de taxer les travailleurs est une naïveté, car le capital fait ses calculs en taux de profit réel après fiscalité, inflation , charges diverses à tous les niveaux. En plus il y ajoute le facteur risque !

    La sociale démocratie bute à chaque fois sur le même problème, la sous compétitivité, et son avatar, le sous investissement. Elle se retrouve à chaque fois là aussi devant le même choix, s’isoler, sortir de l’espace de concurrence ou bien dévaluer la monnaie.

    Ce n’est pas un hasard si Hollande défend des positions qui sont les mêmes depuis des années, déjà les mêmes du temps de Bérégovoy, à savoir des positions inflationnistes/dévaluationnistes.

    Pour l’instant , nous avons l’impression que la position du clan dévaluationniste, inflationniste s’est renforcée en Europe en raison de l’apport de Hollande, mais cela pourrait n’être que de courte durée. Les Pays du Nord ont une stratégie , c’est évident et il y a des limites qu’ils ne dépasseront pas , ne serait- ce que parce qu’ils ne le peuvent pas. A un certain point on bute sur l’impossible. Il ne faut pas confondre la position actuelle de l’Allemagne, destinée à gagner du temps , avec sa position fondamentale, structurelle, dictée par son identité profonde.

    L’épreuve de vérité de Hollande sera comme le dit l’auteur le chômage mais ce sera aussi le Grand Choix, quand l’Europe sera au pied du mur .

    J'aime

  2. exact , impasse totale , soit on devalue l`euro , quasiment impossible vu les traites , soit on le quitte…sinon deflater les salaires et acquis sociaux , conforme aux exigences de la troika chez les piigs , qui revient a devaluer les couts fondamentaux nationaux , qui amenera troubles sociaux….sombre.

    J'aime

  3. Mardi 21 Aout . Le problème des Gauches

    Il est de tradition de dire que les Gauches , lorsqu’elles viennent au pouvoir, se heurtent au Mur de L’Argent. C’est une jolie expression, bien tournée, ce qui explique son succès.

    Si elle a autant de faveurs, ce n’est pas seulement parce qu’elle sonne bien , c’est aussi et surtout parce qu’elle permet de faire semblant de dire une évidence, une vérité toute en disant un mensonge mystifiant.

    L’expression Mur de l’Argent suggère une hostilité terrible entre les Maitres de l’Argent et les Gauches. Entre les Riches et les Gouvernements populaires.

    .L’expression permet de capitaliser sur le vieux fond toujours vivace et réactivé en France, de la lutte des classes.

    Grâce au glissement imperceptible, escamoté, on oublie les Maitres de l’Argent, qui sont en réalité les Banquiers et on met en première ligne les Riches. C’est facile, le Riche c’est le voisin , celui qui passe en voiture et donc celui que l’on envie. La fortune des Banquiers, leur masse de manœuvre colossale non seulement on ne la voit pas, mais on ne l’imagine même pas. Qui sait ce que représente le total de bilan d’une grande banque? On ne le devine que lorsque l’on voit des Kerviel à la télé.

    Qui vend les emprunts des pestiférés en ces mois de crise si ce n’est le système bancaire ? Qui exige de l’Espagne, de l’Italie des taux d’enfer si ce ne sont les Banquiers? Qui exige le démantèlement des Etats Providence, des systèmes de pension si ce n’est les Banques pour être remboursées.

    Or qui chouchoute t- on ? A qui donne t- on l’argent gratuit des printing, des LTRO, des ELA , si ce n’est aux mêmes Banquiers!

    Or qui spolie-t-on en confisquant les biens, en augmentant les prélèvements fiscaux, en imposant l’austérité, en mettant les économies réelles en hibernation? On spolie quelques Riches, pas beaucoup, beaucoup de moins riches et surtout beaucoup de gens des classes moyennes.

    Les Gouvernements populaires tombent sur les déficits, sur les pertes de compétitivité, sur le surendettement, sur la chute de la valeur de la monnaie , c’est à dire qu’ils tombent poussés par les Banquiers, les Spéculateurs, les Soros etc!

    C’est le système financier dans son ensemble qui fait tomber les Gauches, c’est lui qui en a les moyens, les outils, les instruments , les connaissances .

    L’argent qui sert à faire chuter ces Gouvernements ce n’est pas l’argent des Riches lequel est généralement immobilisé dans les entreprises, dans la propriété immobilière ou mobilière, l’argent des soi disant Riches est rarement disponible en cash , rarement disponible pour jouer contre les Gouvernements populaires.

    Le Mur de l’Argent auquel se heurtent ces Gouvernements c’est en réalité le mur du profit , dans son abstraction. Dans un monde ouvert, avec la liberté de circuler instantanée pour les capitaux, l’Argent suit la ligne de plus grande pente du profit, ou plus exactement celle du couple profit/risque, et quand un pays n’est pas compétitif, quand il n’offre pas le taux de profit disponible ailleurs, sur le marché mondial, alors l’argent s’en va. Ce sont les Banquiers qui canalisent l’argent vers l’extérieur, qui drainent la ressource pour mieux l’employer en des endroits plus propices.

    A la concurrence des marchandises visible pour tous, se superpose une concurrence des capitaux pour le profit :

    Quand les Gauches taxent le capital , pèsent sur le taux de profit , rendent les investissements moins attrayants ou déficitaires elles érigent elles mêmes le Mur de l’Argent contre lequel elles prétendent lutter .

    Voilà bien un système de gauche . un système qui crée l’ennemi afin de pouvoir faire semblant de s’y opposer!

    Le problème du Socialisme, ou de la Sociale Démocratie dans le monde actuel est là, dans la contradiction qu’il y a à vouloir mener une politique autonome qui renchérit le cout du capital, qui le fait fuir, sans oser envisager de sortir de l’espace de concurrence. Tout se passe comme si le Socialisme rêvait de mettre ses boxeurs, ses combattants, à la diète, au régime ,mais prétendait en même temps continuer à les faire lutter sur le grand ring mondial contre les poids lourds.

    Ce fut le problème de Mitterrand , quand il s’est heurté au soi disant Mur de l’Argent. En fait, il avait le choix entre faire une vraie Transition Socialiste, sortir de l’espace européen , s’isoler ou bien aller à Canossa, dévaluer, amputer la monnaie et imposer l’austérité.

    Il a choisi de baisser la tête , de passer par les fourches caudines du capital bancaire, spoliant au passage les vrais entrepreneurs français, les vrais producteurs de richesses, ceux qui investissent, innovent , créent les emplois.

    Héritier en ligne directe de Mitterrand, le Gouvernement actuel n’a rien appris, rien compris sur cette question: Aucun travail, aucune réflexion sur les chances d’une transition socialiste, le grand vide.

    J'aime

  4. Je ne sais pas si Hollande « reve » de taxer…
    Je pense plutot qu’il n’a pas le choix, les caisses sont vides

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s