Bitcoin et Monnaies virtuelles

Dans la mine à bitcoin

Dans la mine à bitcoin

Le bitcoin a beau être une monnaie numérique, sa principale limitation pourrait bien être d’ordre physique

Si la technologie est un exotisme, le bitcoin est une terra incognita. Pour l’instant, rares sont ceux qui se procurent cette crypto-monnaie disponible sur Internet, et les plateformes d’échange restent peu nombreuses. Mais le buzz s’intensifie. Bien plus vite qu’il ne se constitue en pratique, le bitcoin se déploie en discours. A l’heure d’une forte médiatisation, sa mythologie précède son usage. Il est question d’un minerai numérique dont l’appréciation attire ou effraie, d’une conquête dépourvue de mainmise (banque centrale, oligopole) qui puisse contrôler le marché et influer sur la valeur de la devise. Chacun peut, soi-disant, se saisir de sa pioche informatique, fracasser du code, dénicher une pépite. Un bitcoin vaut dans les 1000 dollars. 

Pour le consommateur, investir demeure risqué (lire LT du 24.01.2014). Mais pour le producteur? Qu’y a-t-il au fond de la mine? Comment cette monnaie valide-t-elle son existence? Tout autour du monde, des ordinateurs surpuissants engouffrent des fortunes d’électricité (500 dollars par mois) dans ce que l’on appelle «bitcoin-mining». Chaque machine coûte dans les 10 000 dollars, et vit en moyenne 250 jours. Pour quel rendement? 

A la base de l’extraction du bitcoin, deux principes, posés par ses mystérieux créateurs. Premier principe: le bitcoin ne dépend d’aucune autorité centrale. Fruit de l’idéologie du partage propre au Web, il est sécurisé en réseau, par tous et pour tous. Une base de données de toutes les transactions est constamment mise à jour et recopiée par toutes les machines. Difficile de tricher ou de contourner les lois du marché quand la vérification s’opère sur un tel parc. Cette vérification nécessite de la puissance; en mettant celle de leurs systèmes à disposition, les mineurs sont rétribués en bitcoin.

 Deuxième principe: la production de bitcoin ne peut pas dépasser une certaine vitesse, et le nombre total d’unités est limité à 21 millions – il y en a actuellement 12 en circulation. En prémunissant la monnaie contre une explosion des liquidités, l’inflation est corsetée. Comment mettre en œuvre cette régulation? En implémentant dans l’algorithme un concours de vitesse. Un puzzle, qu’il s’agit pour les mineurs de résoudre le plus vite possible. Toutes les 10 minutes, le plus rapide empoche les 25 bitcoins en jeu. De plus, à mesure, les puzzles deviennent de plus en plus difficiles, et la puissance requise accroît. Un laptop ne suffit plus; il faut des stations plus imposantes, ce qui permet au réseau de se développer à mesure que les transactions se multiplient.

Jonas Pulver/ le temps 30/1/2014

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/f81d6024-891a-11e3-a5e0-fac8a9bbb62c/Dans_la_mine_%C3%A0_bitcoin

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s