Art de la guerre monétaire et économique

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 19 Mars 2015 : Yellen, bravo l’artiste ou Comment se rapprocher à reculons! Par Bruno Bertez

Mister Market and Doctor Conjoncture du Jeudi 19 Mars 2015 : Yellen, bravo l’artiste ou Comment se rapprocher à reculons! Par Bruno Bertez

Notre première réaction en lisant les informations sur la réunion de la Fed et les commentaires qui ont suivi est une réaction d’admiration. Yellen nous a fait penser au français Mitterrand en son temps. Il réussissait à dire tout et son contraire au point qu’on l’appelait le Sphinx. Ambiguïté, flatterie, sens très aiguisé du poil  qu’il fallait flatter pour plaire, tout cela se retrouve chez Yellen.

Nous en arrivons à penser que les réunions de la Fed doivent consacrer plus de temps à la rédaction des messages qu’à l’examen de la situation et à l’analyse des perspectives.

banner-godot

Bien entendu, nous nous attendions à l’exploit qui a été réalisé. Nous n’en avons pas douté une seconde tant en fait, la Fed est lisible. Elle doit déblayer le terrain de l’obstacle de vocabulaire qu’elle avait elle-même dressé, le fameux « patient », mais en même temps éviter de froisser les marchés et surtout elle doit faire baisser le dollar. Comment faire ? Dans la réalité, on avance ou on recule, on accélère ou on freine, mais cela c’était avant, avant les miracles de la Com. Grâce à la Com. on peut accélérer et freiner en même temps, se rapprocher mais reculer en même temps, etc.  On peut marier l’eau et le feu, cela s’appelle  piloter les perceptions et les anticipations. On ne change rien au réel sous-jacent bien sûr, mais on évite les bosses et les creux sur la route des marchés et c’est l’essentiel. Car la gestion, c’est la gestion des marchés : on est le nez contre le pare-brise pour les piloter. Bien sûr c’est déjà mieux que piloter en regardant le rétroviseur, mais est-ce vraiment piloter, diriger, n’est-ce pas plutôt suivre la pente, se plier aux caprices de la route ? La Fed est prisonnière des marchés, elle est leur esclave, leur otage, elle ne pilote rien voilà ce qu’il faut retenir de cette triste farce que constitue la réunion de mercredi. A force de naviguer, on ne sait plus où on va, on tourne en rond. Hilsenrtah du WSJ , qui est le passe plat de la Fed a tenté de  finasser et de suggérer que la Fed voulait réintroduire l’incertitude sur les marchés. C’est faux, il se trompe : si la Fed voulait  réintroduire l’incertitude, elle accepterait que les marchés retrouvent deux sens, qu’ils baissent ou montent, qu’ils soient plus libres, ce n’est pas le cas, ce qu’elle veut c’est paralyser les anticipations et pour cela « tarter » les vendeurs, les shorts. Ce n’est plus du socialisme ou du dirigisme, c’est du baby-sitting.

Donc le mot magique « patient » a été abandonné mais…. .

Tout le message est dans le seul mot  « mais ». A lui seul il traduit les véritables positions de la Fed, elle ose, mais en même temps, elle n’ose pas. Elle ose au niveau des mots, mais elle ne veut pas que les mots produisent leur effet, elle ne veut pas que le fait de retirer « patient » soit interprété comme nous rapprochant du moment du resserrement. Donc on lève « patient ; qui devait signifier hausse des taux en Juin et on fait comprendre en même temps qu’il n’y aura pas de hausse des taux en Juin, peut-être même pas en Septembre ! Bref on institue un code, le code c’est « si patient saute, alors on va vers une hausse des taux en Juin », mais en route on modifie le code et on trouve une nouvelle astuce… pour faire patienter.  Ah les braves gens !

Tout cela est assez dérisoire et il n’y a que les milieux financiers pour s’en régaler. Les indices ont flashé à la hausse, avec un bond de près de 400 points au DJ. Mais ce n’est rien à côté du carnage sur les changes, les gigantesques positions longues sur le dollar ont bu un bouillon historique, véritable trou.  Le dollar index a chuté de plus de 2,5% à 97,50. L’euro est remonté à 1,09. Disons le tout de suite, il ne faut pas s’en plaindre car en sens inverse, une poursuite de la hausse du dollar aurait été très très perturbante. 

Permalien de l'image intégréedowpostfeddollarfedPermalien de l'image intégrée

La tension va retomber sur les émergents éclopés comme le Brésil, la Turquie, l’Afrique du Sud etc Et c’est un bien, ils ne méritaient pas la terrible punition qu’on leur infligeait ces derniers jours.

Notre opinion est que la pause dans le risk-on que l’on avait observé ces derniers temps va marquer … une pause. Il y a des rachats de shorts à  couvrir, et puis il y a le stimulant de la BCE. La  fête peut jouer les prolongations. Selon toute vraisemblance, cela pourra durer jusqu’à ce que les tensions réapparaissent sur le dollar. Là,  on est dans le sérieux, la gestion des perceptions ne suffira pas à casser la  tendance  fondamentale.

stanjanet

BRUNO BERTEZ Le Jeudi 19 Mars 2015 

illustrations et mise en page by THE WOLF

EN BANDE SON 

NI PUB, NI SPONSOR, NI SUBVENTION, SEULEMENT VOUS ET NOUS….SOUTENEZ CE BLOG FAITES UN DON

Image d’aperçu

5 réponses »

  1. Yellen, la nouvelle Pythie.
    La Fed, le nouveau Delphes.

    Marrant comme la surface des choses change, mais au fond, ça reste pareil.

    Au rythme où l’on va, il va nous falloir bientôt racheter des poulets pour lire dans leurs entrailles… Ou cultiver de la betterave hypnotique.

    Mais la réalité, elle? Qu’est-ce qu’on en fait de la réalité?
    Ohhh pardon, je dis des grossièretés !

    La musique continue? L’invitation est lancée. Et bien alors… dansons!

    J'aime

  2. Quelle belle langue de bois qu’on utilise à la Fed…
    Le moindre mot doit être calculé, pesé, afin d’empêcher qu’une simple phrase, un mot de travers ou mal interprété pourrait tout faire chavirer…
    Il n’est pas étonnant que le pouvoir cherche autant à contrôler de plus en plus l’expression, la vie privée et les comportements des gens, qu’il s’oppose à l’innovation technologique ou intellectuelle, capable de détruire un ordre qui refuse l’adaptation et voudrait que le monde s’adapte à lui…

    Comme j’ai déjà indiqué, la situation me fait penser à celle de Berlin en Novembre 1989, où un seul communiqué de Günter Schabowski aura provoqué l’effondrement du bloc communiste…
    C’est un travail d’équilibriste qu’ils nous font… La question, c’est quand arrivera le faux pas et même sans faux pas, la situation sera-t-elle toujours sous controle ?

    J'aime

  3. C’est du Moonwalk verbal. Je préfère celui de M. Jackson pour ma part, que vous auriez pu mettre en Vidéo, sur ce coup…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s