Art de la guerre monétaire et économique

Affaire FIFA, qui peut croire que les USA s’intéressent à ce qui se passe à la FIFA ?

Affaire FIFA, qui peut croire que les USA s’intéressent à ce qui se passe à la FIFA ?

Nous avons émis l’hypothèse que l’affaire de la Fifa était une double pierre, l’une dans le jardin de la Suisse et l’autre dans le jardin de Poutine. Nous avons émis l’hypothèse également qu’il s’agissait d’un coup de billard. Le magazine américain Forbe’s nous suit sur ce terrain et développe les mêmes idées. Il s’interroge comme nous le faisons dans notre titre, « qui peut croire que les USA s’intéressent à ce qui se passe à la Fifa ? »

 18003075099_e887477342_cPermalien de l'image intégrée

On pense que le cessez-le feu vit ses derniers jours en Ukraine et les informateurs spécialisées signalent l’arrivée massive de « troupes russes non identifiées » aux frontières. Des volontaires. Il y a un rapport, sans que l’on puisse dire dans quel sens, entre ces différents événements.

La réaction de Poutine à l’affaire de la Fifa vient corroborer nos dires , elle est rapide et violente, il est visiblement à cran.

Poutine a accusé les USA d’intervention extérieure , hors de leur juridiction en faisant arrêter des officiels de la Fifa : « C ‘est une nouvelle tentative des USA d’étendre leur pouvoir juridictionnel aux autres états » a -t-il déclaré. Poutine a assuré la Suisse de son soutien. Il a défendu Blatter, : « Tout cela n’a rien à voir avec les Etats-Unis, ces officiels ne sont pas américains, et si quelque chose s’est produit, cela ne s’est pas fait aux USA, ils n’ont rien à faire dans cette affaire »

N.B. N’y aurait-il pas un lien avec la très récente loi russe sur les ONG étrangères « indésirables » ? Les Etats-Unis se sont sentis visés

« Le scandale de corruption qui secoue la Fédération internationale de football (FIFA) éveille la défiance de Moscou, qui soupçonne les Etats-Unis de nourrir de noirs desseins à son encontre en empêchant la réélection de Joseph Blatter, candidat à sa propre succession à la tête de l’organisation et partisan affiché de l’organisation par la Russie de la Coupe du monde 2018.

« M. Blatter avait toutes les chances d’être réélu, et nous connaissons quelles pressions ont été exercées sur lui pour empêcher la tenue de la Coupe du monde de football en Russie », a déclaré le président Vladimir Poutine, selon des propos rapportés sur le site de la présidence russe jeudi 28 mai. « Blatter, a-t-il poursuivi, considère que le sport doit avoir un impact positif sur la politique et servir de base au dialogue et à la réconciliation. »

Manifestement, pour le chef du Kremlin, les relations bilatérales entre Moscou et Washington, très dégradées depuis le conflit en Ukraine, en sont encore loin.

M. Poutine n’a en effet « pas de doutes » : la mise en cause de plusieurs fonctionnaires de la FIFA, interpellés en Suisse et faisant l’objet d’une demande d’extradition des Etats-Unis, constitue une ingérence américaine de plus dans les affaires du monde en général et dans l’orbite russe en particulier.

« Ces arrestations, a souligné le chef de l’Etat russe, semblent très étranges, car elles ont été effectuées à la demande des Etats-Unis (…), mais ces fonctionnaires ne sont pas des citoyens américains et si quelque chose s’est produit, cela n’a pas eu lieu sur leur territoire. » La procédure engagée, « même en supposant que les Etats-Unis ont un certain droit d’extradition », constitue donc aux yeux de M. Poutine une « violation » grossière des règles internationales et « une nouvelle tentative flagrante d’étendre sa juridiction à d’autres Etats ».

Edward Snowden, Julian Assange…

Pour étayer son propos sur les dépassements américains, M. Poutine a agité dans la foulée le cas d’Edward Snowden, un informaticien ancien employé de la CIA réfugié en Russie après avoir révélé des programmes de surveillance de masse :

« Nous connaissons bien la position des Etats-Unis au sujet d’un ancien employé des services spéciaux, membre de l’agence nationale de sécurité, qui a dévoilé la pratique d’actions illégales des Etats-Unis à l’échelle mondiale, y compris en écoutant des dirigeants étrangers (…) Tout le monde en parle, y compris en Europe, mais personne ne veut lui donner le droit d’asile… »

De Snowden, le président russe est ensuite passé à la situation de l’Australien Julian Assange à l’origine de la divulgation des câbles diplomatiques américains sur WikiLeaks, « obligé de se cacher dans une ambassade étrangère depuis quelques années ».

« Pourquoi je me rappelle ces histoires ? a-t-il conclu. Parce que nos partenaires utilisent des méthodes illégales pour atteindre leurs propres fins égoïstes, en poursuivant les gens. Je n’exclus pas que, dans le cas de la FIFA, ce soit la même chose. »

A l’unisson du président, les médias russes dénoncent, à travers le scandale qui frappe la FIFA, une offensive ciblée, oubliant le Qatar désigné comme le pays organisateur du Mondial en 2022. « Un complot contre la Russie ? » s’est ainsi interrogé dès mercredi soir l’hebdomadaire Troud sur son site Internet.

Le ton monte en Russie, où l’on ne manque jamais de critiquer l’ancien adversaire de la guerre froide, ni d’imputer à la Maison Blanche la volonté de vouloir déstabiliser la zone d’influence russe, voire la Russie elle-même, à travers les « révolutions de couleur ». Jeudi, le président de la Commission russe de lutte contre la corruption, Kirill Kabanov, s’en est à son tour mêlé, en laissant entendre que l’affaire de la FIFA serait utilisée à des fins politiques : « Cette situation pourrait jouer contre la Russie et la Coupe du monde de 2018 », a-t-il déclaré ».

Source : Le Monde.fr, le 28 mai 2015 VIA OLIVIER DEMEULENAERE

Fifa, l’argent transitait par les banques américaines … il fallait y penser

Les grandes banques mondiales pourraient bien être inquiétées dans le scandale de la FIFA. C’est ce qui est suggéré par le document de 164 pages établi par l’accusation Américaine, l’attorney de l’Eastern District de New York.

18137872726_858f06447f_bPermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

Les banques sont nommées, mais l’étendue de leur collaboration aux opérations frauduleuses n’est encore établie. On retrouve toujours les mêmes , HSBC, JP Morgan, Citi, UBS, BOFA etc.

Les enquêteurs cherchent à déterminer dans quelle mesure les banques étaient au courant du caractère frauduleux des mouvements financiers opérés chez elles. Selon le memorandum, les banques Américaines auraient joué un rôle majeur dans les pratiques de corruption visées par l’enquête.
Les systèmes de malversations auraient débuté dès les années 90 ; il semble que les investigations remontent à 24 ans en arrière. La FIFA elle même serait au centre de nombreuses opérations retracées par les enquêteurs US.

Permalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégréePermalien de l'image intégrée

5 réponses »

  1. Certes, Vlad’ dit juste, cependant on peut aussi se réjouir que des mafieux soient arrêtés et se féliciter que les USA, qui n’utilisent pas toujours que le Droit, aient agi (ainsi que les Suisses). Cela donnerait d’autant plus de force aux arguments contre les USA, de Snowden aux terroristes et autres criminels qu’ils protègent et aident.

    J'aime

  2. Ce qui prouve que quand ils veulent ils peuvent donc en réalité ils nous prennent pour des abrutis et des cons mais ils ont bien raison d’en profiter car jusqu’à preuve du contraire tout les jours nous tendons le bâton pour nous faire battre !….

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s